Accueil                                                         Admin
19 novembre 2018  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Documents et recherches relatifs à Jeanne la Pucelle
Paul Doncœur - 1952 à 1961


  Paul Doncoeur est un père jésuite né à Nantes en 1880, décédé dans l'Oise en 1961. Il entre au noviciat des Jésuites à Saint-Acheul en 1898. En 1901 il est, comme tous ses frères, expulsé de France par les lois anti-cléricales du socialiste Aristide Briand. Il doit continuer ses études en Belgique et à Jersey. Il est prêtre en 1912, aumônier militaire dès le début de la Grande Guerre, gravement blessé dans la Somme, guéri à Lourdes, il retournera sur le front jusqu'à la fin de la guerre. Il reçoit 7 citations, la Croix de Guerre et la Légion d'Honneur. Plus tard, il devient l'un des pionniers du scoutisme en France mais il est aussi un écrivain et un historien, spécialiste renommé de Jeanne d'Arc. En 1948, il est le conseiller de Victor Fleming sur le film "Jeanne d'Arc" avec Ingrid Bergman en vedette.

  Le Père Doncoeur a entamé en 1952 la publication des recherches qu'il a effectuées sur les deux procès de 1431 & 1456. Ces recherches ont été faites avec la plus grande rigueur historique et juridique et sont un complément indispensable aux publications de Quicherat, Vallet de Viriville, O'Reilly, Fabre, Champion, et même Tisset & Duparc qui sont pourtant postérieurs aux travaux de Doncœur.

  Paul Doncœur a notamment démontré que la minute du manuscrit d'Orléans est bien une copie de la minute française originale comme le prétendait l'Abbé Dubois, opinion qui sera validée et reprise plus tard par Pierre Tisset dans sa publication du procès de condamnation. Jules Quicherat en 1841 avait négligé ce manuscrit d'Orléans avec beaucoup de légèreté. Pierre Champion en 1920 reprendra trop facilement l'opinion de Quicherat. Paul Doncœur est aussi le premier à avoir compris l'importance du réquisitoire de Jean d'Estivet (promoteur du procès) car ce réquisitoire est la traduction latine mot à mot de la minute originale faite à chaud pendant le procès de Jeanne, ce qui permet de vérifier une bonne partie de la minute manquante et aussi de pouvoir contrôler la traduction officielle du procès faite ultérieurement dans un Latin savant par Thomas de Courcelles & Guillaume Manchon (voir t.I, voir Réquisitoire du procès).
  En 1961, il publiait son 5ème et dernier volume.

  Le père Doncœur avait prévu dans ses travaux la traduction intégrale des "traités" des théologiens qui avaient été joints au procès de réhabilitation. Malheureusement il est décédé avant d'avoir pu mener cette tâche à bien. Ces traductions n'ont toujours pas été faites, seul le père Ayroles les a partiellement traduits dans son tome I. Jules Quicherat ne les avaient pas publiées jugeant qu'ils n'avaient pas d'intérêt historique. Pierre Duparc dans ses 5 volumes a édité la version originale latine mais ne les a pas traduits en Français.

  Ces cinq volumes de Doncœur sont devenus difficiles à trouver (surtout les vol. 2, 3 & 4).

tome I :
   Etude approfondie de la minute française du procès de condamnation dans les manuscrits de d'Urfé, ms 518 d'Orléans et aussi du "libellus" de d'Estivet (promoteur du procès).

tome II :
   Le procès de condamnation fut établi après la mort de Jeanne d'Arc et sans doute terminé en novembre 1431. Par contre Cauchon fit établir pendant le procès l'Instrument des Sentences, qui porte les dates des 24 et 30 mai 1431. P. Doncoeur en donne une étude complète.

tome III :
   Une étude minutieuse de l'enquête ordonnée en 1450 par Charles VII, menée par Guillaume Bouillé sur les conditions de la condamnation de 1431. Contrairement à Quicherat qui avait donné le texte des témoignages dans une traduction en Français, Doncoeur nous donne le texte authentique en latin et sa traduction soignée ainsi que le texte du codicille de Guillaumé Bouillé.

tome IV :
   P. Doncoeur étudie les conditions et les raisons pour lesquelles le Cardinal d'Estouteville fut amené à ouvrir, après Bouillé en 1450, une nouvelle enquête sur le déroulement du procès de 1431. Il donne dans une excellente traduction tous les témoignages de l'enquête de d'Estouteville mais aussi celle de Philippe de la Rose qui prolongea la première. Contrairement à Bouillé, ces témoignages furent joints au procès en nullité de la condamnation de 1455-56.

tome V :
   Le procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc est connu essentiellement sous la forme "notariale". C'est cette version qui est reconnue comme la version authentique de ce procès de 1455-56 et donnée par Jules Quicherat et Pierre Duparc. Cependant le manuscrit de d'Urfé contient ce procès sous une autre rédaction, la rédaction "épiscopale". Paul Doncoeur la donne ici, sans la traduire malheureusement. En introduction, une étude très complète des manuscrits de ce procès de 1455-56 et ses différentes versions.

Voir ces articles à propos de recherches de Doncoeur :
Persée 1
Persée 2




t.I : La minute française des interrogatoires de Jeanne la Pucelle - (1952) - 314 pages
t.II : Instrument public des sentences portées les 24 et 30 mai 1431 par P. Cauchon... - (1954) - 86 p.
t.III : L'enquête ordonnée par Charles VII en 1450 et le codicille de Guillaume Bouillé - (1956) - 126 p.
t.IV : L'enquête du Cardinal d'Estouteville en 1452 - (1958) - 168 p.
t.V : La rédaction épiscopale du procès de 1455-1456 - (1961) - 348 p.

Format : in-8° (24.5 x 16.5 cm)
Reliure : demi- chagrin "bleu roy", dos 4 nerfs sautés
Gardes bleues marine
Editeur : Librairie d'Argences (t.I à IV), Desclée de Brouwer (t.V)
Les tomes II, III & IV sont reliés ensemble. Toutes les couvertures originales sont conservées.



                                                                                

  

                                            































Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire