Accueil                                                         Admin
21 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


L'abréviateur du procès - index
p. 23 à 27 du ms.

ES VICTOIRES DESSUSDICTES FAICTES, et lesdictes villes et places prinses par le conseil et industrie de ladicte Pucelle, [24] comme dit est, elle s'en alla devers le roy, et luy dist :
  « Tres cher syre, vous voyez comme a l'aide de Dieu et de voz bons serviteurs, voz affaires ont esté bien conduictes jusquez icy ; dont vous luy en debvez bien rendre graces. Or, fault maintenant que vous vous preparez pour faire vostre voyage a Rains, pour estre enoingt et sacré, ainsy que par cy devant ont esté voz predecesseurs roys de France. Car le temps en est venu. Et plaist a Dieu que ainsy soit faict. Laquelle chose sera grand advantaige pour vous. Car, apprez vostre consecration, vostre nom sera en plus grand veneracion et honneur envers le peuple de France ; et en auront les ennemys plus grand craincte et formidacion. Et ne ayez point de paour, pour ce que les ennemys tiennent toutes les villes, chasteaux et places du pays de Champaigne, par lequel il vous fault passer. Car, a l'ayde de Dieu et de voz bons cappitaines et gens d'armes, nous vous ferons voye, en maniere que vous passerez seurement. Assemblez vos gens d'armes, affin que nous executons le vouloir de Dieu. »
  Apprez lesquelles parolles, combien que ceste entreprinse semblast tres difficille au roy et a toute sa compaignie, pour ce que, comme dit est, le pays de Champaigne estoit tout entierement occuppé et possedé par les Angloys, toutesfoys la confidence qu'ilz avoyent en ladicte Pucelle leur donna grande esperance de parvenir a ce qu'elle avoit dit, tant pour ce que elle estoit venue a chef de toutes ses entreprinses, que pour la saincte et honneste vie qu'elle demenoit. Ilz veoyent qu'elle se confessoit tres souvent, et recepvoit luy veoient faire aulcune oeuvre de femme.
  [25] Apprez les remonstrances faictes par ladicte Pucelle, ainsy que dit est, le roy s'en alla a Gyen sur Loyre, et manda ceulx qui luy pourroyent ayder en son voyage. Auquel lieu s'assemblerent quelque bon nombre de gens pour l'accompaigner a aller a Rains. Et incontinent les choses preparees, il ordonna que aulcuns cappitaines, avec les gens d'armes, marcheroyent devant avecq la Pucelle, pour veoir se les ennemys feroyent quelque entreprise pour luy venir a rencontre. Ce qui fut faict. Et prindrent lesdits cappitaines et leur compaignie le chemin tout droict a Auxerre. Lesquels le roy et sa compaignie suivit.

   

  Quand ceulx de la ville de Auxerre sceurent la venue dudit seigneur, ilz firent tant par le moyen d'aulcuns qui estoyent prez de luy, que luy ne aulcun de sa compaignie ne entrerent dedens ladicte ville. Mais seullement baillerent des vivres aux gens d'armes, en les payant. Le roy passa oultre et s'en alla a Sainct Fleurentin, ou il fut receu benignement. Et luy firent les habitans le serment de fidelité. Cela faict toute la compaignie partit dudit lieu et s'en alla a Troyes. Laquelle ilz assiegirent. Et apprez que le roy et ses gens eurent demeurés six jours devant, les vivres faillirent en l'ost, et n'en povoit on recouvrer. Pourquoy ilz se trouverent en si grande neccessité de vivres que la plus grande partye des gens d'armes n'avoyent a menger que des febves et des espys de bled.
  Le roy, voyant la famine qui estoit en son ost, assembla les seigneurs et cappitaines, sans y assembler la Pucelle, pour savoir qu'ilz debvoit faire. Tous lesquelz furent d'oppinion qu'il s'en debvoit retourner et remener son ost, tant pour ce que ils n'avoyent point de vivres, que ce pour ce que ledit seigneur [26] n'avoit que tres peu d'argent pour souldoyer ses gens. Et de tous ceulx qui furent appeliez a ce conseil n'y en eust pas ung qui ne fust de cest advis, fors ung nommé Robert Le Machon, qui dist que l'oppinion de ceulx qui en avoyent parlé luy sembloit assez bonne, mais qu'il vouldroit bien oyr parler la Pucelle, qui avoit esté cause de ceste entreprinse. Laquelle le roy fist presentement venir. Et luy fist remonstrer la neccessité de vivre qui estoit en son ost, et que on n'en povoit recouvrer, la neccessité en quoy estoyent ses gens, et mesmes la force de la ville ; et luy pria qu'elle le conseillast ce qu'il avoit a faire.
  A quoy elle respondit : « Syre, si je vous dys chose que je sçays de certain,
me croirez vous ?
» Et pour ce que ledit seigneur ne luy respondit pas promptement, elle luy demanda encoires une aultre foys. Adoncq luy dist le roy : « Jhenne, si vous me dictes chose qui me soit proffitable, je vous croiray voluntiers. » — « Et je vous asseure, dit elle, sire, que devant qu'il soit deux jours, ceulx de Troyes se rendront a vous et vous rendront la ville. » — Lesquelles paroles oyes, le roy fut conseillé actendre encorres deux jours. Et commanda que homme du monde ne partist du siege. Et incontinent apprez ledit commandement, ladicte Pucelle print ses armes et monta a cheval ; et fist crier par tout l'ost que tous les gens d'armes et aultres apportassent eschelles, fagostz, bourrés et aultres choses neccessaires pour assaillir ladicte ville. Et fist le tout metre dedens les fossez, et drecer lesdictes eschelles contre la muraille. Laquelle chose voyant, ceulx de la ville incontinent envoyerent leur evesque et aulcun nombre des citoyens et des gens d'armes qui estoyent dedens, devers le roy. Auquel ilz offrirent rendre la ville, [27] se ilz vouloyent permettre que les Angloys qui estoyent dedens s'en allassent, leurs bagues saulves. Ce que le roy leur accorda. Et fut appoincté que le lendemain au mattin il entreroit dedens ladicte ville.

                                                 


Source : Édition de "La minute française des interrogatoires de Jeanne la Pucelle".1952 - Paul Doncoeur.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire