Accueil                                                         Admin
06 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Histoire de Charles VII - index
L.I-XV - Comment Jean, duc de Bourgogne, fut tué à Montereau et comment Philippe, son fils, s'appliqua à venger ce meurtre.

um vero esset Karolus delfinus in castro Monsteroli, supra flumen Yone, cum multis parcium suarum militibus, et non procul eciam ab eo loco esset Johannes, Burgundionum dux, cum magna armatorum manu, hii qui de parte delfini et cum eo tunc erant, simulantes velle pacem atque amiciciam cum ipso Burgundionum duce consiliari et reformari, ipsum, data sibi omni fide ac securitate que dari possit, ad dictum castrum de Monsterolio adventare procurarunt ad presenciam delfini, quasi de negocio pacis bona fide inter eosdem tractaturi. Cum autem illo adventasset, nichil insidiarum suspicatus, et hoc quidem contra plurimorum de suis opinionem qui de dolo atque insidiis vehementem suspicionem habebant, in presencia ipsius delfini, in cervice percussus, interemp-tus est miserabiliter.
  A quo autem vel a quibus percussus extiterit, diffinire non possumus. Suspecti quidem de hoc habiti sunt prefatus Tenequinus de Castro, de quo supra meminimus, et alius egregius ac strennuus miles de partibus Acqui-tanie, cognomento Barbasan, de quo se expurgasse a multis assertum est. Constat tamen, quorumcumque manibus id patratum extiterit, eum in dicto castro sic evocatum in presencia delfini fuisse crudeliter peremptum. Qui, quod de hoc minime conscius fuerit, ymo factum vehementer exhorruerit, qui tamen adhuc juvenis et adolescens erat, constantissime et a se et a pluribus aliis assertum est semper. De qua re senciendi libertatem unicuique, prout volet, derelinquimus. Verumptamen sicut ex Aurelianensium ducis nece supra retulimus, sic et ex ista maxima in regno Francorum turbacio et detrimenta provenerunt, quemadmodum ex infra dicendis liquido apparebit.
  Philippus nempe, filius ejus, vir utique magni animi et in rebus, tum belli, tum pacis, administrandis et gerendis industrius, tam crudelem necem patris et carissimi genitoris sui nimis indigne ferens, ad eam ulciscendam vehementer animum intendit, se Anglorum regi copulans et federe fortissimo devinciens, licet ad verum constet eis nunquam tanta prestitisse auxilia adversus Francos, quanta facile facere potuisset. Contra eos tamen fines suos non modo strennue defendit, verum eciam agros et terras suorum inimicorum gravibus sepe detrimentis atque dampnis affecit. Unde, cum duces nonnulli cum magno agmine illorum qui Arminiaci dicebantur, aggressi populare terras suas, ad Picardiam venisset, prope villam seu opidum Sancti Richerii confiictum satis periculosum habuit. Cujus licet inicio ambiguus et anceps futurus videretur exitus, nunc una, nunc altera partibus vicissim hostibus suis cedere incipientibus, in fine tamen cum satis magno hostium dampno victor evasit, eisdem partim cesis, partim fusis et sibi per fugam necessariam consulentibus. Ferturque in illo prelio miles effectus, cum primus ille conflictus foret in quo armatum eum interfuisse contigisset.
  Et ita sepe inter Arminiacos appellatos et Burgundiones, diversis in locis et terminis, vario marte certatum est, et utriusque partis plura opida, castella et ville direpte et vastate.

                                                         

  Comme le dauphin Charles était à Montereau, sur la rivière d'Yonne, avec de nombreux chevaliers de ses domaines, et que non loin de là se trouvait Jean, duc de Bourgogne, accompagné d'une forte troupe de gens d'armes, ceux qui tenaient le parti du dauphin et se trouvaient en sa compagnie, faisant semblant de vouloir pratiquer et conclure paix et amitié avec le duc de Bourgogne, organisèrent la venue de ce dernier à la rencontre du dauphin, audit lieu de Montereau, après lui avoir donné toutes les garanties et sûretés possibles, comme pour traiter entre eux en toute bonne foi de cette affaire de la paix. Mais comme il s'y présentait, ne soupçonnant aucun piège et, du reste, contre l'avis de beaucoup des siens, qui se doutaient grandement de quelque ruse et embûche, il fut frappé à la nuque, en présence du dauphin, et assassiné misérablement (1).
  Qui fut ou qui furent les meurtriers, nous ne pouvons le préciser. En tout cas, les soupçons se portèrent sur Tanguy du Chastel, dont il a été question plus haut, et sur un autre notable et brave chevalier de Guyenne, nommé Barbazan (2), qui passe aux yeux de beaucoup pour s'être lavé de cette accusation. Ce qui est certain, à quelques mains qu'il faille attribuer l'exécution du crime, c'est qu'ayant été convoqué audit lieu de Montereau, il y fut tué cruellement en présence du dauphin. Que celui-ci n'en ait été nullement complice, bien plus, qu'il ait eu horreur de la chose, étant encore à ce moment jeune et adolescent, c'est ce que, d'une seule voix, lui-même et plusieurs autres ont toujours affirmé. Nous laissons à chacun la liberté d'en penser ce qu'il voudra. Cependant, comme nous l'avons dit plus haut du meurtre du duc d'Orléans, celui-ci fut pareillement pour le royaume de France la source d'un grand trouble et dommage, ainsi qu'il ressortira clairement de ce qui sera rapporté ci-dessous.

  Philippe, en effet, fils du dit duc (3), homme assurément plein d'intelligence et habile à conduire et à gouverner les affaires, tant de guerre que de paix, profondément indigné de l'horrible meurtre de son père, auteur bien-aimé de ses jours, appliqua fortement son esprit aux pensées de vengeance. Il lia étroitement partie avec le roi d'Angleterre, et bien qu'à la vérité il soit certain qu'il ne fournit jamais aux Anglais contre les Français autant de secours qu'il aurait pu aisément le faire, néanmoins non seulement il défendit vigoureusement contre eux ses frontières, mais encore il infligea aux champs et aux terres de ses ennemis des pertes et des dommages souvent graves. Si bien que, certains capitaines étant venus du côté de la Picardie avec une forte troupe d'Armagnacs pour ravager ses terres, une rencontre assez hasardeuse eut lieu. Le début en fut incertain et l'issue en parut douteuse, tantôt l'un, tantôt l'autre des partis en présence faisant mine de céder. A la fin cependant Philippe sortit vainqueur, les ennemis ayant subi de grandes pertes, les uns tués, les autres enfuis ou se disposant à une fuite nécessaire. C'est dans ce combat, dit-on, qu'il fut fait chevalier, car ce fut la première rencontre à laquelle il prit part en armure de guerre.
  Ainsi, souvent Armagnacs et Bourguignons se combattirent avec des alternatives diverses en divers lieux et localités, et nombreux furent des deux côtés les places, châteaux et villes pillés et ruinés.

                                           

                                                 


Source : "Histoire de Charles VII" par Thomas Basin - éd. et traduction Ch.Samaran - 1933.

Notes :
1
Le 10 septembre 1419.

2 Arnaud-Guilhem, seigneur de Barbazan, fut accusé d'avoir trempé dans l'assassinat de Montereau.

3 Philippe le Bon, fils de Jean Sans-Peur, est né le 13 juin 1396.


Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire