Accueil                                                         Admin
11 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


La chronique du héraut d'armes Berri - index
III

ors le conte de Suffort print la charge de cinq cens Anglois pour mener à Jargueau par l'ordonnance du sire de Tallebot, lieutenant pour le roy d'Angleterre. Et demoura le sire de Tallebot à Mehun et à Baugency jusques ad ce qu'ilz eussent nouvelles du duc de Bethefort et grant secours. Lequel duc leur envoya messire Jehan Fastot à tout ce qu'il puist finer de gens. Et lors les chiefz de guerre qui avoient esté dedans la ville d'Orléans, le siége durant, et monseigneur le connestable de France conte de Richemont, monseigneur d'Allençon et monseigneur d'Alebret, vindrent et mirent le siege à Gergueau et le prindrent d'assault. Et là furent que prins que mors de quatre à cinq cens Anglois; et fut prins sur le pont de la ville, soubz lequel passe la rivière de Loire, le conte de Suffort qui s'estoit retraict sur ledit pont après la prinse de la dicte ville; et se rendit à ung escuier d'Auvergne nommé Guillaume Regnault; lequel conte fist chevallier ledit Guillaume Regnault affin que l'on dist qu'il estoit prins d'un chevalier. Et à la prinse qui fut faicte sur ledit pont des François et Anglois, se noia Alixandre de la Poulle, frère dudit conte.
  Et de là vindrent les François et la Pucelle mectre le siége à Baugency; et veu la paour que les Anglois avoient de la fortune qu'ilz véoient sur eulx, se randirent et délivrèrent Baugency par composicion. Et dedans estoient de six à sept cens Anglois, et en estoit cappitaine messire Guischart Guetin.
  Et quant le sire de Tallebot et messire Jehan Fastot sceurent que ledit Baugency estoit rendu et que les Anglois s'en estoient allés en Normandie ung baston en leur poing, se partirent lesdis sire de Tallebot et messire Jehan Fastot pour tirer à Yenville. Et lors lesdis seigneurs de France le sceurent et les poursuivirent bien six lieues et les actaingnirent au droit d'un fort moustier nommé Patay. Et là furent combatus et desconfis lesdis Anglois; et là fut prins le sire de Tallebot et autres, jusques au nombre de troys cens Anglois prisonniers, et de mors XXIIc, et s'en fouit messire Jehan Fastot et pluseurs autres. Et par celle journée laissèrent Mehun, Yinville, la Ferté-[Hubert] et plusieurs autres forteresses ou pays de Beausse.


                                                         

  
Le comte de Suffolk prit la charge de cinq cents Anglais, pour les mener à Jargeau, sur l'ordre de sire de Talbot, lieutenant pour le roi d'Angleterre. Le sire de Talbot demeura à Meung et à Baugency jusqu'à ce qu'ils eussent des nouvelles du duc de Bedford, et de grands secours. Le duc leur envoya messire Jean Fastolf et tout ce qu'il put réunir de gens.
  Et lors les chefs de guerre qui avaient été dedans la ville d'Orléans durant le siège, et Mgr le connétable de France, comte de Richemont (1), Mgr d'Alençon et Mgr d'Albret, vinrent et mirent le siège à Jargeau et le prirent d'assaut. Là furent pris ou tués de quatre à cinq cents Anglais; et fut pris, sur le pont de la ville sous lequel passe la rivière de Loire, le comte de Suffolk qui s'y était retiré après la prise de la place. Il se rendit à un écuyer d'Auvergne, nommé Guillaume Regnault, que le comte fit chevalier pour que l'on dît qu'il avait été pris par un chevalier. A la prise des Anglais, qui fut faite sur le pont par les Français, se noya Alexandre de la Poule, frère dudit comte.
  Les Français et la Pucelle vinrent de là mettre le siège devant Baugency; les Anglais, vu la peur qu'ils avaient en voyant la fortune tourner contre eux, se rendirent et livrèrent Baugency par composition. Dans la place étaient de six à sept cents Anglais, ayant pour capitaine messire Guichard Guettin.
  Quand le sire de Talbot et messire Jean Fastolf surent que Baugency s'était rendu et que les Anglais s'en étaient allés en Normandie un bâton en leur poing, ils partirent pour se rendre à Janville (2). Les seigneurs de France le surent ; ils les poursuivirent bien six lieues, et ils les atteignirent en face d'un fort monastère nommé Patay. C'est là que les Anglais furent combattus et déconfits ; là furent pris le sire de Talbot, et d'autres jusqu'au nombre de trois cents ; il y eut vingt deux cents morts (3) ; messire Jean Fastolf s'enfuit avec plusieurs autres. Par cette journée les Anglais laissèrent Meung, Janville, La Ferté, et d'autres forteresses du pays de Beauce.


     

                                        
         


Source : "Chronique de Charles VII par Jean Chartier" - Vallet de Viriville - 1868.

Notes (Ayroles) :
1 Encore une erreur. Richemont ne fut nullement à la prise de Jargeau.

2 De tous les chroniqueurs, Wavrin, que l'on trouvera au livre IV, est celui qui expose le plus nettement les mouvements qui eurent lieu de part et d'autre à la veille, ou le jour même de la bataille de Patay. Les autres, et particulièrement celui-ci, présentent des obscurités.

3 2200 morts.





Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire