Accueil                                                         Admin
08 août 2020  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Journal d'un Bourgeois de Paris - index
chap.515 à 518

tem, environ la fin, se rendit aux Arminalx la cité de Beauvays et la cité de Senlis (1).

516. Item, le XXVe jour d'aoust, fut prinse par eulx la ville de Sainct-Denis, et le lendemain couraient jusques aux portes de Paris, et n'osoit homme yssir pour vendenger vigne ou verjus, ne aller aux marays riens cuillir, dont tout encheryt bientost.

517. Item, la vigille Sainct Laurens, fut fermée la porte Sainct-Martin, et fut crié que nul ne fust si osé d'aller à Sainct-Laurens par devocion (2) ne pour nulle marchandise, sur la hart, aussi ne fist on ; et la feste Sainct Laurens fut en la grant court Sainct-Martin, et là fut grant foison de peuple, mais nulle marchandise ne s'i vendoit, se non des fromaiges et œufs, et de fruict de toutes manieres, selon la saison.

518. Item, la premiere sepmaine de septembre l'an mil IIIIe XXIX, les quarteniers, chascun en son endroit, commencerent à fortifier Paris, aux portes de boulevars, es maisons qui estoient sur les murs affuster canons et queues plaines de pierres sur les murs (3), redrecer les fossez dehors la ville [et faire barrieres dehors la ville] et dedens. Et en icellui temps les Arminalx firent escripre lettres scellées du seel du conte d'Alençon, et les lettres disoient : « A vous, prevost de Paris et prevost des marchans et eschevins », et les nommoient par leurs noms, et leur mandoient des salus par bel langaige largement pour cuider esmouvoir le peuple l'un
contre l'autre et contre eulx, mais on apperçut bien leur malice, et leur fut mandé que plus ne gestassent leur papier pour ce faire, et n'en tint oncques compte.

                                                         

  Item, environ la fin (d'août), se rendirent aux Armagnacs la cité de Beauvais et la cité de Senlis.

  Item. — Le XXVe jour d'août, ils prirent la cité de Saint-Denis, et le lendemain ils couraient jusqu'aux portes de Paris. Pas un homme n'osait sortir pour cueillir un fruit à sa vigne, ou du verjus, ni aller aux marais rien ramasser. Par suite tout enchérit.

  Item, la vigile de Saint-Laurent la porte Saint-Martin fut fermée. Il fut crié que nul ne fût si osé que d'aller à Saint-Laurent par dévotion, ni pour nulle marchandise, sous peine de la corde. Aussi personne n'y vint-il, et la fête de Saint-Laurent fut en la grande cour Saint-Martin...

  Item, la première semaine de septembre de l'an mil IIIIc XXIX (1429) les quarteniers, chacun en son quartier, commencèrent à fortifier Paris, aux portes par des boulevards ; aux maisons qui étaient sur les murs en y faisant disposer des canons, et sur les murs des tonneaux pleins de pierres; en faisant redresser les fossés en dehors de la ville; en faisant dresser des barrières au dehors et au dedans. En ce temps, les Armagnacs firent écrire des lettres scellées du sceau du comte d'Alençon. Les lettres portaient : « A vous, prévôt de Paris, prévôt des marchands et échevins ». Ils étaient nommés par leurs noms. On leur mandait des salutations par beau langage, longuement, dans la pensée de diviser le peuple et de l'exciter contre eux ; mais on aperçut bien leur malice, et on leur manda de ne plus jeter de papier pour cela, et l'on n'en tint nul compte.

                                           
      


Source : Texte original et notes d'érudition : "Journal d'un bourgeois de Paris" - Alexandre Tuetey - 1881.
Mise en Français plus moderne : J.B.J. Ayroles, "la vraie Jeanne d'Arc", t.III, p.513 à 530.


Notes (A. Tuetey) :
1 Senlis te rendit « au roy par traictié » et en reçut des lettres d'abolition datées du 22 août 1429.

2 La procession qui se taisait traditionnellement à Saint-Laurent le jour de la fête de ce saint eut lieu cette année à l'église du Sépulcre (rue Saint-Denis), à cause des Incursions ennemies.

3 Au moment de l'attaque de Paris par la Pucelle, les tailleurs de pierres pour canons furent mandés par l'échevinage afin de « besogner » de leur métier ; un certain Hilaire Caillet fit pour sa part onze cent soixante-seize boules de canon qu'il livra aux portes en présence des dizeniers, cinquanteniers et échevins; mais lorsqu'il s'agit du paiement, une contestation s'éleva entre Hilaire Caillet et le prévôt des marchands, représentant l'administration municipale, le tailleur de pierres réclamant quatre livres par centaine de projectiles, l'un dans l'autre, tandis que l'échevinage ne voulait allouer que deux francs (Arch. nat., Xia 4796, fol. 239-241).



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire