Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Georges Chastellain - index
L.II, chap. 12 - Comment la Pucelle combattit et déconfit Franquet d'Arras.

i me souvient maintenant comment ung peu par avant que la Pucelle fust venue au secours de Compiègne, ung jour, ung gentil homme d'armes, nommé Franquet d'Aras, tennant le party bourguignon, estoit allé courre vers Laggny sur Marne, bien accompagnié de bonnes gens d'armes et de archiers, en nombre de IIIc ou environ. Si voult ainsi son aventure que ceste Pucelle, de qui Franchois faisoient leur ydolle, le rencontra en son retour ; et avoit aveuques elle IIIIc Franchoix bons combattans ; lesquelz, quant tous deux s'entreveirent, n'y avoit cely qui peust ou voulsist par honneur fuir la battaille, excepté que le nom de la Pucelle estoit si grant jà et si fameux, que chacun la resongnoit comme une chose dont on ne savoit comment jugier, ne en bien, ne en mal ; mes tant avoit fait jà de besongnes et menées à chief, que ses ennemis la doubtoient, et l'aouroient ceulx de son party, principalement pour le siége d'Orliens, là où elle ouvra merveilles ; pareillement pour le voyage de Rains, là où elle mena le roy coronner, et ailleurs en aultres grans affaires, dont elle predisoit les aventures et lesévénemens.
  Or estoit ce Franquet corrageux homme et de riens esbay, que veist, pour tant, que remède s'i pooit mettre par combatre, et la Pucelle, à l'aultre lez, mallement enflambée sur les Bourguignons, et ne queroit tousjours qu'à inciter Franchoix à battaille encontre eux. Si s'entreferirent et combattirent ensemble longuement les deux parties, sans que Franchois emportassent riens des Bourguignons, qui n'estoient point si fors (1) toutes voies comme les aultres, mais de grant valeur et de bonne deffense, pour cause des archiers qu'avoient aveuques eulx, qui avoient mis pié à terre.
  Laquelle chose quant la Pucelle vit, que rien ne faisoient se encore n'avoient plus grant puissance aveuc eulx, manda astivement à Laigny toute la garnison. Si fit elle de toutes les places de là entour, pour venir aider à ruer jus ceste petite poignée de gens dont ne pooit estre maistre. Lesquelz venuz à haste, reprindrent la tierce battaille encontre Franquet, et là, non soy querant sauver par fuite, mais espérant tousjours eschapper et sauver ses gens par vaillance, finablement fut pris, et toutes ses gens mors la pluspart et desconfis ; et luy, mené prisonnier, fut décapité après par la crudélité de ceste femme qui desiroit sa mort : dont plainte assez fut faite en son party, car vaillant homme estoit et bon guerroyeur (2).

                     

                                                         

  Or il me souvient maintenant comment un peu par avant que la Pucelle fût venue au secours de Compiègne, un jour, un gentilhomme d'armes, nommé Franquet d'Arras, tenant le parti bourguignon, était allé courir vers Lagny-sur-Marne, bien accompagné de vaillants gens d'armes et d'archers, au nombre de trois cents environ. Son aventure voulut qu'à son retour, il fut rencontré par cette Pucelle dont les Français faisaient leur idole, qui avait avec elle quatre cents Français, bons combattants. Dès qu'ils s'entrevirent, ni l'un ni l'autre ne pouvait ni ne voulait par honneur fuir la bataille ; avec cette différence près que le nom de la Pucelle était déjà si grand et si fameux que chacun la redoutait comme une chose dont on ne savait bien juger ni en bien ni en mal ; mais elle avait déjà fait et mené à terme tant d'entreprises que ses ennemis en avaient peur, et que ceux de son parti l'adoraient, principalement pour le siège d'Orléans, où elle fit œuvres merveilleuses, pareillement pour le voyage de Reims, là où elle mena couronner le roi, et ailleurs dans d'autres grandes affaires dont elle prédisait les suites et les événements.
  Or, ce Franquet était un courageux homme que rien n'ébahissait ; qui vit bien que le seul remède à son cas était de combattre la Pucelle, ne respirant de son côté que de tomber sur les Bourguignons, et ne cherchant toujours qu'à inciter les Français à batailler contre eux. Les deux parties en vinrent aux mains et combattirent longuement sans que les Français remportassent d'avantage sur les Bourguignons, ayant cependant moins de forces que leurs adversaires, mais ils étaient hommes de grande valeur et de bonne défense, à cause des archers qu'ils avaient avec eux, qui avaient mis pied à terre.
  Quand la Pucelle vit que rien ne se ferait si elle n'avait encore de plus grandes forces, elle manda en toute hâte la garnison entière de Lagny, et ainsi fit-elle des garnisons d'alentour, pour qu'on vînt l'aider à coucher à terre cette petite poignée de gens, dont on ne pouvait être maître. Accourus précipitamment, ils reprirent un troisième combat contre Franquet. Celui-ci, sans songer à se sauver par la fuite, espérant toujours s'échapper et sauver ses gens par vaillance, finit par être pris, tandis que ses gens étaient tués pour la plupart et tous déconfits. Conduit prisonnier, il fut dans la suite décapité par la cruauté de cette femme qui désirait sa mort ; ce dont grandes plaintes furent faites dans son parti, car il était vaillant homme et bon guerrier.


                                                 


Source : texte original : Quicherat, t.IV, p.440
Mise en Français modernisé, J.B.J. Ayroles, "la vraie Jeanne d'Arc", t.III, p. 459.


Notes :
1 Les chroniqueurs français disent le contraire. Chastellain semble avoir suivi Monstrelet (Quicherat).

2 Voir Monstrelet. (Q.IV, p.399)




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire