Accueil                                                         Admin
16 février 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

William Caxton

illiam Caxton, célèbre littérateur et imprimeur anglais, naquit en 1412, la même année que Jeanne d'Arc ; mais il fut mercier à Londres jusqu'à l'âge de trente ans, et résident de commerce en Flandre jusqu'à près de soixante, par conséquent très-peu occupé, durant tout ce temps, des choses qui se passaient hors de sa sphère. Lors donc que, s'étant improvisé homme de lettres, il voulut doter son pays d'une chronique en sa langue nationale, il se borna à compiler et à traduire du latin en anglais quelques mauvais abrégés faits avant lui. D'après cela on peut juger quelle est la valeur de l'ouvrage intitulé: The Cronicles of England, que Caxton imprima lui-même dans son atelier de Westminster en 1480. Ce livre, d'une rareté excessive, ne paraît pas exister en France, mais on en trouve assez facilement les éditions postérieures, dans lesquelles a été fondu le travail d'un moine de Saint-Alban, composé en 1483 sous le titre de Fructus temporum. Ces éditions amplifiées des chroniques de Caxton, contiennent sur la Pucelle un passage écrit peut-être avec connaissance de celui de William Wyrcester, mais bien plus complet et plus instructif. On y rend hommage à la valeur de Jeanne ; sa chasteté même n'est pas contestée ; mais on prétend qu'après avoir été condamnée au feu, elle feignit d'être enceinte pour obtenir un sursis à son exécution. Deux choses sont à noter sur cette fausseté : d'abord qu'elle a été répétée par le peu judicieux Polydore Vergile à l'intention d'en tirer un effet pathétique ; ensuite qu'elle paraît être l'un des mille bruits mis en circulation lors du jugement, pour justifier aux yeux du peuple anglais les lenteurs de la procédure.

                                                         

  The cronycles of Englonde with the Fruyte of times. (London, Wynkyn de Worde, 1528 ). Pars 7, fol. clij v°, col 2.

  This yere, on saynt Georges day, kyng Henry passed
over the see to Calays toward Fraunce. Aboute this tyme and afore, the realme beynge in grete mysery and trybulacyon, the Dolphyn with his party began to make warre, and gate certayn places, and made distresses upon Englyshmen, by the meane of his capytains, that is to saye, La Heer and Poton de Sayntraylles, and in especyall a mayde whiche they named la Pucelle de Dieu. This mayde rode lyke a man and was a valyaunt capitayn amonge them, and toke upon her many grete enterprises, in so moche that they had a byleve for to have recovered all theyr losses by her. Not withstanding, at the last, after many grete feates, by the helpe and prowesse of syr John Luxemburgh, whiche was a noble capytayn of the duke of Burgoyns, and many Englyshe men, Pycardes and Burgonyons, whiche were of our party, before the towne of Compyne, the XXII daye of maye, the foresayd Pucelle was taken in the felde, armed lyke a man, and many other capitayns with her. And were all brought to Roen, and there she was put in pryson, and there she was judged by the lawe to be brent. And then she sayd that she was with childe ; wher by she was respited a whyle (1); but in conclusyon, it was founde that she was not with chylde, and then she was brent in Roen. And the othere capitayns were put to raunson and entreated as men of warre ben acustomed.

Traduction (2) :
  Cette année, le jour de Saint-Georges, le roi Henry passa la mer jusqu'à Calais, allant vers la France. Vers cette époque, et ultérieurement, le royaume subit de grands malheurs et tribulations ; le Dauphin et ses partisans commencèrent à faire la guerre, s'emparèrent de plusieurs places fortes, et firent subir des désastres aux Anglais. Ils étaient commandés par des capitaines tels que La Hire et Poton de Saintraylles, et principalement par une jeune fille qu'ils appellent la Pucelle de Dieu. Cette jeune fille montait à cheval comme un homme, et c'était parmi les Français un vaillant capitaine ; elle fit faire sous ses ordres de grandes entreprises, si bien que les Français avaient la conviction que, par elle, ils pourraient recouvrer tout ce qu'ils avaient perdu. Cependant, à la fin, après beaucoup de grandes batailles, avec l'appui de Mgr Jean Luxembourg qui fit de vraies prouesses, et était un noble capitaine du duc de Bourgogne, beaucoup d'hommes d'armes anglais, des Picards et des Bourguignons qui étaient de notre parti, campant devant la ville de Compiègne, le vingt-deuxième jour de mai, la Pucelle dont je viens de parler fut prise sur le champ du combat, armée comme un homme, et beaucoup d'autres capitaines furent pris avec elle. Ils furent tous conduits à Rouen, et là elle fut mise en prison, et on la condamna, d'après la loi, à être brûlée. Et alors, elle dit qu'elle était enceinte, ce qui fit suspendre l'exécution quelque peu. Mais, comme conclusion de l'affaire, on trouva qu'elle n'était pas enceinte, et alors elle fut brûlée dans Rouen. Et les autres capitaines furent mis à rançon, et traités comme on a coutume de le faire pour les hommes de guerre.

                                                 


Sources et commentaires : Jules Quicherat - t.IV, p.475.
Traduction : J-B. J. Ayroles, la vraie Jeanne d'Arc, t.IV, p.304

Notes :
1 Polydore Vergile, au livre XXIII de son Historia Anglica : « Sed Puella infelix, priusquam ea poena affecta sit, memor humanitatis quæ unicuique innata est, simulavit se gravidam esse, quo aut hostes misericordia frangeret aut faceret ut mitius supplicium statuerent. Verum postquam ob eam causam novem menses est servata ad partum, et res vana apparuit, nihilominus crematur. »

2 J-B. J. Ayroles : ... un passage que Quicherat ne donne qu'en anglais, mais dont la traduction a été faite pour le présent volume par M. Chaulin, l'honorable magistrat qui nous avait rendu le même service pour quelques pièces du tome précédent.



Les témoignages

Index


Les autres témoignages :
- les écrits de J.Gelu
- le traité de J.Gelu
- la note de Guill. Girault
- Jean Rogier
- la chronique de Lille
- la chron. de Vigneulles
- Henri de Gorcum
- Clerc de Spire
- Brevarium Historiale
- Jean Nider
- Baptiste Fulgose
- Guerneri Berni
- Nicolas Savigny
- Chonique espagnole
- Chambre d.cptes Brabant
- Livre des trahisons...
- Appréciation de Bedford
- Robert Blondel
- Saint-Antonin
- Herman Cornerius
- Pontus Heuterus
- Pierre Sala
- Pierre Empis
- Jean Germain
- Jean Jouffroy
- Registres Chap. N-Dame
- Greffier Albi
- Chron. Mt St-Michel
- Ordo Chalons
- Chron. anon. alençon
- Chron. anon. normandie
- Chron. British Museum
- Chron. Lorraine
- Walter Bower
- Livre de Pluscardin
- Lorenzo Buonincontro
- Giovanni Sabadino
- Philippe de Bergame
- Jean Bouchet
- Le Féron
- Kerrymel
- Hist.des ctes de Ponthieu

- Sommaire... Et. Pasquier




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire