Accueil                                                         Admin
19 juin 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

La chronique normande de Pierre Cochon - index

e n'est nullement du bourreau de la Pucelle, du Caïphe de Beauvais qu'il s'agit; mais de l'un des douze notaires apostoliques que l'on comptait à Rouen alors que la Pucelle y subissait son martyre. Celui-ci a laissé une Chronique que le premier éditeur, Vallet de Viriville, a appelée Chronique Normande, appellation que lui a maintenue le second éditeur, M. de Robillard de Beaurepaire.

  M. de Beaurepaire a étudié avec son ordinaire diligence, et apprécié, avec la justesse d'esprit qu'on lui connaît, la Chronique Normande et son auteur. D'après le docte archiviste, Pierre Cochon est né vers 1390, au pays de Caux, à Fontaine-le-Dun dans la vicomté d'Arques, aujourd'hui dans l'arrondissement de Dieppe. Il serait mort vers 1456. Prêtre, il exerça les fonctions de notaire apostolique, c'est-à-dire de notaire nommé médiatement par le Pape, qui avait délégué à la corporation des notaires de Rouen le droit de choisir leurs collègues. Pierre Cochon fut l'ami de Manchon, le greffier du procès de Rouen, et lui succéda dans la cure de Vittefleur. On les voit nommés tous deux simultanément exécuteurs testamentaires d'un collègue, et ils boivent ensemble à l'hôtel de la Pierre, près la cour du parlement. Il est à croire que Cochon partageait vis-à-vis de la Martyre les sentiments de son ami, qui, pendant un mois, pleura au souvenir du supplice de la victime. Pierre Cochon, dans sa Chronique, embrasse, comme il pouvait la
connaître, l'histoire non seulement de la Normandie, mais de la France à partir de 1108 jusqu'en 1430. Il s'arrête lorsque la Pucelle arrive à Rouen. Pourquoi n'a-t-il pas poussé plus loin son oeuvre ? MM. de Beaurepaire et Auguste Vallet pensent que c'est parce qu'il n'aurait pas pu écrire sans péril ce qu'il pensait du forfait de la place du Vieux-Marché. Le juge prévaricateur qui l'avait commis, ayant poursuivi et puni les propos accusateurs du Dominicain Bosquier, aurait, à plus forte raison, poursuivi et puni les écrits d'un officier de la cour archiépiscopale; conjecture plausible quoique sans caractère de certitude.

  Soucieux des besoins du peuple auquel il appartenait par sa naissance, le notaire Pierre Cochon est attaché au parti bourguignon, qui aux yeux de la multitude séduite défendait les intérêts populaires. Il n'aime pas les Anglais, mais il déteste les Armagnacs, défenseurs d'une noblesse immorale, oppressive et insolente. Il tient aux privilèges de l'ordre ecclésiastique et les défend vigoureusement. Son langage est trivial, quelquefois grossier, intéressant toutefois dans sa rude franchise. La Pucelle était dans les rangs de ces Armagnacs abhorrés. L'écrivain normand ne partage pas vis-à-vis d'elle les sentiments de Jean Chuffard, le faux bourgeois de Paris. S'il ne lui donne pas dans les événements la place qu'elle y a remplie, du moins il s'abstient à son égard de tout terme injurieux. Il n'est pas tellement démocrate qu'il ne rende justice aux sentiments d'humanité de Charles VII qui avait recommandé aux capitaines conquérants des places de Normandie de ne faire sentir leurs rigueurs qu'aux Anglais et d'épargner les Français. Le chroniqueur ne fait que rappeler, non sans les confondre quelquefois, les faits passés au sud de la Loire, ou même de la Seine. Il a quelques particularités remarquables sur les événements plus à portée de son observation. Tel le profond découragement des Anglais, après la défaite de Patay ils voulaient fuir la France ; la part des milices communales dans les guerres de la Pucelle ; l'inaction des Anglais immobiles derrière leurs retranchements aux journées de Senlis; la disette de vivres qui força l'armée française à ne pas prolonger l'attente de la bataille ; la cause de l'échec sur Paris ; la construction du pont sur la Seine attestée par Perceval de Cagny.

                             

Chapitres :

- 1ère partie
- 2ème partie

                                                 


Source : Présentation de la chronique par J.B.J. Ayroles - La vraie Jeanne d'Arc - t.III, p. 468.
Texte :
"La chronique normande de Pierre Cochon" - Édition Charles de Robillard de Beaurepaire - 1870.





Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire