Accueil                                                         Admin
13 avril 2021  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique d'Enguerrand de Monstrelet - index
L.II-93 - Comment le duc de Brabant trespassa, et comment le duc de Bourgongne prist la possession d'ycelle duchée.

n ce temps, moru en la ville de Louvaing, le duc Phelippe de Brabant, qui par long temps devant sa mort avoit esté moult grevé de maladie langoureuse. Si furent aulcuns de ses princes serviteurs (1) souspeçonnés d'estre coulpables de sa mort, et mesmement en y eut aulcuns pris et très durement questionnés par diverses manières de jéhaines. Nientmains, la besongne ne vint plus avant en clarté. Et fut dit par aulcuns maistres en médecine, dont il fut visité, qu'il estoit mort de sa mort naturelle par les excès qu'il avoit fais en sa jonesce, tant en joustes, comme en autres choses. Si fut enterré avec ses prédécesseurs.

   

  Si fut la mort dudit duc tantost mandée au duc de Bourgongne, qui estoit à son siège devant Compiengne, pour ce que la plus grand partie de la duchée de Brabant et des appertenances, et par espécial les nobles, en disoient ycellui duc de Bourgongne en estre vray héritier, pour tant que le devant dit duc de Brabant n'avoit nul enfant. Car il n'avoit point esté marié. Et les aultres disoient que la contesse de Haynau douagière, ante d'yceulx deux ducz, estoit plus prouchaine et qu'à elle appartenoit ladicte succession. Toutefois, ycelui duc de Bourgongne, sachant la mort dessusdicte, constitua à son siège de Compiengne aulcuns de ses plus féables capitaines et chevaliers, est assavoir messire Jaque de Brimeu, mareschal de son ost, messire Hue de Lannoy, le seigneur de Saveuses et aulcuns aultres, pour d'ycelui avoir le gouvernement et le entretenir, avec le conte de Hontiton et ses Anglois. Et avec ce remanda hastivement messire Jehan de Luxembourg, qui estoit ou pays de Soissonnois, en lui requérant instamment par ses lettres et mesaiges, que sans délay, à tout ses gens, il retournast devers Compiengne, pour du tout avoir la charge de son ost, en lui signifiant les affaires qui lui estoient seurvenues, et comment il estoit nécessaire qu'il s'en alast oudit pays de Brabant.

  Après lesquelles besongnes ainsi faites, et que le duc de Bourgongne eust mis provision, comme dit est, en son ost, par la manière ci-devant déclarée, et qu'il eust devant la porte du pont fait fortifier et garnir de gens d'armes et d'habillemens de guerre une grande et forte bastille, de laquelle fut capitaine messire Baude de Noyelle, prenant premier congié au conte de Hontiton, il se départit et ala à Noyon. Et de là, par aulcuns jours s'en ala à Lille, où il eut conseil avec ses principaulx conseillers, avec lesquelz il conclud de s'en aler oudit pays de Brabant prendre la possession et saisine d'ycelui et de toutes les appartenances. Au parlement duquel, s'en retourna la duchesse, sa femme, ou pays d'Artois.

  Et brief ensuivant, fut ledit duc receu comme seigneur et duc de toutes les villes et appartenances des duchés et aultres pays que nagaires tenoit le dessusdit Phelippe de Brabant, défunct. Toutefois, la dessusdicte contesse de Haynau doagère, sa tante, y entendoit avoir aucun droit, comme dit est dessus. Mais, non obstant ce, elle, considérant la grand puissance de son biau nepveu contre lequel ne povoit résister, véant aussi la plus grand partie des nobles et bonnes villes estre desjà contre elle, se déporta de plus avant en faire poursuite. Et pour tant, ycelui duc de Bourgongne en fut par tous les pays plus libéralment obéy.

  En ce mesme temps, la demoiselle de Luxembourg, seur au conte Waleran, moult ancienne, laquelle estoit ou chasteau de Biaurevoir, ou gouvernement de messire Jehan de Luxembourg, son nepveu, appréhenda et fist relever pour ly toutes les seigneuries jadis appartenans au dessusdit conte Waleran, son frère, lesquelles de nouvel ly estoient escheus comme la plus prouchaine héritière de son beau nepveu Phelippe de Brabant, nagaires trespassé. Si furent, de par elle, par tout renouvellés les seremens des officiers, et se nomma depuis ce jour en avant contesse de Ligney (2) et de Saint Pol, sa vie durant. Et pour tant qu'elle amoit moult cordialment sondit nepveu, messire Jehan de Luxembourg, ly ordonna à prendre et avoir grand partie d'ycelles seigneuries après son trespas, dont point ne fut bien content le conte de Converson, seigneur d'Enghien, son frère aisné. Et depuis eurent aucunes rédarguacions ensamble, mais en fin se concordèrent l'un avec l'autre.

                                                 


Source : La chronique d'Enguerrand de Monstrelet - Tome IV (L.Douët d'Arcq - 1860)

Notes :
1 Sic, de ses premiers, de ses principaux serviteurs.

2 Ligny.


Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire