Accueil                                                         Admin
11 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique des Cordeliers de Paris - index
Folio 484

  l'entrée du mois de l'an mil ccccxxix, fu le siege levé de devant Orléans par force et puissance de la partie du daulphin. Et y fu ladicte Pucelle qui commença à faire merveilles tant de fait que de parolles, et briefment elle fist tant qu'elle commença à avoir une grande renommée. Et avoient ceulx de ce party grand esperance en elle. Là furent les bastilles des Anglois prises et arses, et si eubt grand desconfiture desdiz Anglois et grant occision.

  Après le siège d'Orléans levé, se mist le daulphin de France sus à toute puissance, et reconcquisrent ses gens et la Pucelle Baugensy, Meun, Gergeau et autres fortresses plusieurs sur lesdits Englois. Et y fu prins le seigneur de Talbo et plusieurs autres seigneurs et cappitaines de party desditz Englois, qui furent depuis, long tamps detenus prisonniers, par especial ledit seigneur de Talbor qui fu prison à Poton de Sainte-Treille, à la prise dudit lieu de Gergeau, qui fu prise de assault et de force.

  Le XVIII° jour de juing après disner, assamblérent les gens du régent (1), qui s'estoit mis sus contre les gens dudit daulphin, et furent Engloix desconffis emprès Yenville et Estampes, et retourna le régent à Paris à pau de gens. Et tantost après y fu envoyés le seigneur de Lille-Adam.
  Quant le daulphin de Viennoix fu mis sus, et la Pucelle tousjours au plus près de luy en armes comme ung cappitaine, et grans gent dessoubz elle, il commença à concquester places et païs par le fait et renommée qui par tout se commencha à espandre de ladicte Pucelle, et n'estoit fortresse qui à sa simple parolle et semonce ne se volsit rendre, cuidans et esperans par ses merveilles que ce fuist chose divine ; car elle faisoit merveille d'armes de son corps et manyoit un bourdon de lance très puissamment et s'en aidoit raddement, comme on véoit journellement ; et avec ce amonnestoit les gens ou nom de Jhesus, et faisoit preschemens affin de actraire le peuple à luy rendre, et obéir audit daulphin. Et fist tant finablement que renommée couru partout jusques à Romme qu'elle faisoit miracles, et que, puisqu'elle venoit devant une place, les gens de dedans, quelle volonté qu'ilz eussent paravant de non obéir audit daulphin ne à elle, estoient tous muez et faliz et n'avoient nulle puissance de eulx defendre contre elle et tantost se rendoient, comme Sens, Ausoirre et aultres fortresses, combien que le roi n'entra point en aucunes; mais il eubt vivres pour son argent, etc... Et vint sa grant renommée à estre continuée par la ville de Troies en Champaigne, qui tousjours avoit tenu le party de Bourgoigne et promis de le tenir et ensievir ; et toutesfois elle fut rendue incontinent, sans cop ferir, à la monicion et semonce d'icelle Pucelle : dont toutes gens furent esbahis et meismement les princes et seigneurs tenans ledit party de Bourgoigne, qui estoient en très grand doubtance.

                                                         

  A l'entrée du mois de mai de l'an 1429, le siège mis devant Orléans fut levé par la force et puissance des partisans du Dauphin. La Pucelle s'y trouva ; et en un mot, elle fit tant qu'elle entra en possession d'une grande renommée. Ceux de son parti fondaient sur elle de grandes espérances. Les bastilles des Anglais furent prises et brûlées ; les Anglais y éprouvèrent de grandes défaites et grande perte de leurs hommes.

  Le siège d'Orléans levé, le Dauphin déploya toutes ses forces ; ses gens et la Pucelle reconquirent Baugency, Meung, Jargeau et plusieurs autres forteresses sur les Anglais. Le seigneur de Talbot et plusieurs autres seigneurs et capitaines furent pris. Ils furent dans la suite longtemps détenus en prison, spécialement Talbot (2) remis comme prisonnier à Poton de Xaintrailles lors de la prise de Jargeau, ville qui fut enlevée de force et par assaut.


  Le dix-huitième jour de juin, après dîner, les gens du régent, qui s'étaient réunis mis en campagne contre ceux du Dauphin, furent complètements défaits près d'Yenville et d'Étampes. Le régent retourna à Paris avec peu de ses gens ; le seigneur de l'Isle-Adam fut aussitôt après envoyé dans cette ville. Le Dauphin viennois ainsi relevé, la Pucelle se tenant toujours auprès de lui armée comme un capitaine et ayant grand nombre de gens sous ses ordres, le Dauphin commença à conquérir places et pays, grâce aux exploits de la Pucelle et à la renommée qui commença partout à se répandre de la jeune fille. Il n'y avait pas de forteresse qui, sur sa simple parole et sommation, ne voulût se rendre, pensant et espérant à cause de ses merveilles que c'était chose divine. Elle faisait merveilles d'armes avec son corps, maniait très puissamment le bourdon de sa lance, et s'en aidait aisément, ainsi qu'on le voyait journellement. Avec cela elle admonestait les gens au" nom de Jésus, et faisait des prêchements pour inviter le peuple à se rendre à lui et à obéir au Dauphin. Elle fit tant enfin que la renommée qu'elle faisait des miracles courut partout, jusques à Rome. L'on disait que dès qu'elle venait devant une place, les gens de dedans, quelque volonté qu'ils eussent avant de n'obéir ni au Dauphin ni à elle, étaient tous changés, sans courage, privés de toute puissance pour se défendre contre elle, et se rendaient tout aussitôt, comme firent Sens (3), et d'autres forteresses, encore que le roi n'entrât pas dans quelques-unes, mais il en obtint des vivres pour son argent. Une si grande renommée suivit la Pucelle jusques à Troyes-en-Champagne, ville qui avait toujours tenu le parti de Bourgogne, et avait promis de le tenir et de ne pas s'en séparer. Et cependant la ville se rendit incontinent, sans coup férir, sur l'admonition et sommation d'icelle Pucelle. Ce dont toutes gens furent ébahis, surtout les princes et seigneurs tenant le parti de Bourgogne, qui étaient en grande perplexité.

                                                 


Source : édition Jules Quicherat - 1882
Mise en Français plus moderne : J.-B.-J. Ayroles "La vraie Jeanne d'Arc - t.III.


Notes :
1 Le Duc de Bedford, soi-disant régent du royaume de France.

2 Talbot ne fut pas pris à Jargeau mais à Patay.

3 C'est inexact pour Sens.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire