Accueil                                                         Admin
07 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique des Cordeliers de Paris - index
Folio 495-96

e tamps des triewes durant se devoient tenir le roy Charles, comme il fist, oultre la rivière de Saine, et le regent en Normandie.

Le XXI° jour de march (1430) après les triewes fallies et la guerre recommenchie par toutes les parts de France, le conte de Vendosme, qui se tenoit pour lors à Laon avec ung nommé Tonnelare et les communes de le ville et du païs environ, allèrent mectre le siege devant le chastel d'Autel auquel estoit messire Anthoine de Béthune, seigneur de Moreuil.

  En ce temps, VIII° jours en apvril, entra le bastard de Clarence à Paris à grosse puissance d'Englois. Et y avoit esté mandés par le seigneur de Lille-Adam et autres, pour ce que quarante dixaines de, le dicte ville s'estoient conclus et avoient traictié, si que on disoit, de livrer icelle ville aux gens du roy Charles. Et y en eubt grant planté de prins, mais peu de exécutez, pour ce que la chose rapaisa et prist assez bonne fin.

  Le jeudi après les festes de Pasques, XX° jour du moix d'avril l'an mil CCCC XXX, messire Jehan de Luxembourg, le seigneur de Croy et aultres cappitaines à tous leurs gens partirent de Peronne et allèrent oultre l'yawe, faisant l'avant garde de l'ost du duc de Bourgongne ; lequel duc les sievy et party dudit lieu de Peronne le samedi ensievant de Pasques closes, et s'en allérent conquerre pluiseurs places et fortresses que tenoient leurs anemis, comme Araines, le Tour de Gournay et aultres.
  Après pluiseurs places prises par les gens du duc de Bourgongne sur leur chemin de Compiengne, fu le siege mis au pont à Coisy leur (1) il avoit grosses garnison de gens Willaume de Flavy ; et fu ledit duc de Bourgongne à ce siège, liquelz y fist getter pluiseurs pierres d'engiens et tant faire, que ceulx de dedans s'en furent et allèrent à Compiengne de nuit en boutant le fu partout et habandonnant la place, le XVI° jour de may.


                                                         

  « Durant le temps des trêves, le roi Charles devait se tenir au delà de la rivière de la Seine, ce qu'il fit; et le régent en Normandie.

  Le XXIe jour de mars, les trêves étant expirées, la guerre recommença de toutes parts en France. A l'entrée du mois d'avril, le duc de Bourgogne alla à Péronne et fit une très grande assemblée de gens d'armes afin de se porter devant Compiègne ; parce qu'il y avait en cette ville une très forte garnison qui empêchait le passage vers Paris et faisait beaucoup de maux aux pays des environs.


  En ce temps, le VIIIe jour d'avril, le bâtard de Clarence entra à Paris avec de grosses forces d'Anglais. Il y avait été mandé par le seigneur de llsle-Adam et par d'autres, parce que quarante dizainiers de cette ville avaient formé le complot et pris l'engagement, à ce qu'on disait, de livrer la ville au roi Charles. Il y en eut un grand nombre de pris ; mais peu furent exécutés, parce que l'affaire s'arrangea et prit assez bonne fin.

  Le jeudi après les fêtes de Pâques, le XXe jour d'avril, l'an 1430, Messire Jean de Luxembourg, le seigneur de Croy et d'autres capitaines partirent avec tous leurs gens de Péronne et passèrent l'Oise. Ils formaient l'avant-garde de l'armée du duc de Bourgogne. Il les suivit et partit de Péronne le samedi qui suit les Pâques closes (Quasimodo, cette année 23 avril). Ils allèrent conquérir plusieurs places au pouvoir de leurs ennemis, telles que Avesnes, la Tour de Gournay et d'autres.
  Après plusieurs places prises par les gens du duc de Bourgogne sur leur chemin de Compiègne, le siège fut mis au pont de Choisy, où Guillaume de Flavy avait établi de grosses garnisons. Le duc de Bourgogne vint à ce siège, et fit tirer par engins nombreuses pierres contre la place ; il fit tant que les assiégés prirent la fuite, et de nuit se retirèrent à Compiègne en mettant partout le feu. Ils abandonnèrent la place le XVIe jour de mai.

                                                 


Source : édition Jules Quicherat - 1882.
Mise en Français plus moderne : J.-B.-J. Ayroles "La vraie Jeanne d'Arc - t.III.


Notes :
1 Lire "là où"


Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire