Accueil                                                         Admin
13 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Chronique de la Pucelle - index
28 - Siège et prise de Pontorson et de Laval par les Anglois

nviron ce temps, le comte de Richemont, connestable de France, fit emparer la ville de Pontorson en Normandie et y mit grosse garnison contre les Anglois, dont il fit et ordonna capitaine un vaillant chevalier, nommé le seigneur de Rotelan, lequel assez tost après fit une course en Normandie devant Avranches. Les François et Anglois se trouvèrent sur les champs, et se batirent trop (1) bien l'un et l'autre. Finalement les François furent desconfits et ledit seigneur de Rotelan prinst par les Anglois.

  Après la prise dudit Rotelan, fut mis et estably capitaine en sa place, en ladite ville de Pontorson, Bertran de Dinan, frère du seigneur de Chasteaubriant mareschal du duc de Bretaigne, à bien grosse compaignée de gens, pour ce qu'on se doutoit que les Anglois n'y vinssent mettre le siège. Et ne demeura point longtemps que le conte de Warwick et le seigneur de Talbot, avec grande compaignée d'Anglois, vinrent mettre et asseoir le siège devant icelle ville de Pontorson, où ils furent par longtemps ; durant lequel temps y eut moult grandes escarmouches, et divers assauts où les Anglois perdirent de leurs gens. Et durant iceluy siège, le baron de Coulonces, le seigneur de la Hunaudaye, le seigneur de Chasteaugiron, le viconte de la Bélière et autres saillirent de la dite ville, car elle n'estoit pas du tout assiégée, et vinrent rencontrer ès grèves de la mer, entre Avranches et le Mont Saint-Michel, le seigneur de Scales, à grand compaignée d'Anglois, lesquels conduisoient vivres en l'ost devant ladicte ville de Pontorson. Là se combatirent-ils très-fort et très-longuement ensemble ; et finalement les barons de Coulonces, Hunaudaye et Chasteaugiron furent desconfits et y moururent tous trois ; et y
en eut plusieurs de pris prisonniers, entre lesquels fut le vicomte de la Bélière : et ce fait, ledit seigneur de Scales mena et conduisit lesdits vivres jusques au siège que tenoit iceluy comte de Warwick devant Pontorson ; et après aucun temps ladite ville fut rendue par composition et ceux de dedans s'en allèrent, saufs leurs corps et biens.

  En ce temps, Talbot et ses gens prinrent d'eschèle la ville de Laval et y entrèrent ; il y avoit moult de richesses dedans qu'ils pillèrent et firent tout ce qu'ennemis pouvoient faire. Messire Andry de Laval, seigneur de Lohéac estoit pour lors dedans icelle ville ; mais il se retira au chasteau et paya après par composition vingt mil escus.

CHAP. 9.9. [Tournay recouvré par la France. ~lacques
de Harcourt tué dezant le château de Partenay.]

La ville et cite de Tournay, qui estoit comme entre les mains du due de Bourgongne, obéit tout pleinement et se tint nuement au roy.
Messire Jacques de Harcourt tenoit le Crotoy, et avoit des gens de guerre avec luy; les Anglois y mirent le siege et la prirc^nt par composition. Ledit de Harcourt, qui estoit neveu du seigneur de Parthenay s'en vinct en Poictou, et se disoit avoir droit â ladicte place de Partenay. Nonobstant ala il voir son oncle, scigneur de ladite place, lequel luy fit grant chère, et le receut honnorablement. Ledit de Harcourt regarda fort ladicte place , qui sembloit belle et forte et convoita fort a l'avoir, s'imaginant et considérant que son oncle n'estoit pas bien sage comme l'on disoit. Puis s'en retourna, pensant qu il retournerait une autre fois, et qu'il auroit la place, s'il pouvoit; car si luy et ses gens pouvoient entrer au chastcl ils scroient lcs plus forts; ce qui lui sembloit bien facile a exécuter, veu qu'audit chastel il y avoit une yssue qui sailloit aux champs , laquclle il ouvriroit â force et mettroit gens par 1à, puis feroit lever lc pont levis du-.



                                                 


Source : édition Vallet de Viriville - éd.1859

Notes :
1



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire