Accueil                                                         Admin
11 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Chronique de la Pucelle - index
58 - La Pucelle entraîne le Roy à Reims - Châlons se rend - Sacre

a Pucelle hastoit le roy, le plus diligemment qu'elle pouvoit, d'aller à Reims, et ne faisoit doubte qu'il y seroit sacré. Pour ce le roy se partit de sa cité de Troyes, et print son chemin a Châlons en Champaigne, avec tout son ost, la Pucelle toujours devant, armée de toutes pièces, et chevaucha tant qu'il vint devant ladite ville de Châlons. Et quand ceux de la ville sceurent sa venue, l'évesque (1) avec grande multitude de peuple de ladicte cité, vinrent au devant du roy et lui firent pleine obéissance. Il logea la nuict avec son ost en ladite ville, en laquelle il establit capitaine et autres officiers de par luy et tout ny plus ny moins comme à ceux de Troyes.
  De ladite cité de Châlons, le roy prit son chemin pour aller à Rheims, et vint à un chastel qui est à l'archevesque de Rheims, nommé Sepesaulx (2), qui est à quatre lieues de Rheims ; en laquelle cité estoient les seigneurs de Chastillon sur Marne et de Saveuses, tenans le party des Anglois et Bourguignons, devers lesquels ceux de la ville vinrent par leur ordonnance et commandement, et s'en disoit ledit de Chastillon capitaine. Ils demandèrent auxdicts habitans s'ils avoient bonne volonté d'eulx tenir et défendre. Et les habitans leur demandèrent s'ils estoient assez pour leur ayder à garder. Et ils respondirent que non, mais s'ils pouvoient tenir six semaines, ils leur amèneroient un grand secours, tant du duc de Betfort que de Bourgongne ; et sur ce, s'en partirent par la volonté des habitants de la ville, dedans laquelle il y avoit lors aucuns de bonne volonté, lesquels commencèrent à dire qu'il falloit aller vers le roy, et le peuple dit lors qu'on y envoyast, et y envoya-t-on des notables gens de la ville, tant d'église qu'autres ; et après plusieurs requestes qu'ils faisoient, lesquelles on trouva expédiens, délibérèrent et conclurent de laisser entrer le roy et l'archevesque d'icelle ville et leur compaignée dedans.
  Et est vray que l'archevesque n'avoit point encore fait son entrée, et la fit le samedi matin ; et après disner, sur le soir, entra le roy, lui et ses gens, dedans la ville où Jeanne la Pucelle estoit fort regardée ; et là vinrent les ducs de Bar et de Lorraine et le seigneur de Commercy, bien accompaignez de gens de guerre eulx offrans à son service.
  Le lendemain, qui fut le dimanche (4), on ordonna que le roy prendroit et recevroit son digne sacre, et toute la nuit fict-on diligence que tout fust prest au matin, et fut un cas bien merveilleux, car on trouva en ladite cité toutes les choses nécessaires qui sont grandes, et si ne pouvoit-on avoir celles de Sainct-Denys en France (5). Et pour ce que l'abbé de Sainct-Remy n'a pas accoustumé de bailler la saincte Ampoulle, sinon en certaine forme et manière, le roy y envoya le seigneur de Rais (6), mareschal de France, le seigneur de Boussac et de Saincte-Sévère, aussi mareschal de France, le seigneur de Graville, maistre des arbalestriers, et le seigneur de Culant, admiral de France, lesquels firent les serments accoutumez, c'est à sçavoir de la conduire seurement et aussi raconduire jusques en l'abbaye, et ledist abbé l'apporta, revestu d'habillements ecclésiastiques, bien solemnellement et dévotement dessous un poille jusques a la porte de devant Sainct-Denys.
  Là, l'archevesque revestu, accompaigné de chanoines, l'alla quérir et l'apporta dedans la grande église, et la mit sur le grand autel. Lors vint le roy au lieu qui luy avoit esté ordonné, vestu et habillé de vestements à ce propices, et l'archevesque lui fit faire les serments accoustumez, et fut fait chevalier par le duc d'Alençon. Puis l'archevesque procéda à la consécration, gardant tout au long les cérémonies et solennitez contenues au Pontifical (7).
  Le roy y fit le seigneur de Laval comte , et il y eut plusieurs chevaliers faits par les ducs d'Alençon et de Bourbon. Et là estoit présente Jeanne la Pucelle, tenant son estendart en sa main, laquelle, en effet, estoit cause dudit sacre et couronnement et de toute l'assemblée. Si fut rapportée et conduite ladicte saincte Ampoulle par les dessus dits jusques en ladicte abbaye. Et qui eut veu ladicte Pucelle accoler le roy à genoulx par les jambes et baiser le pied, pleurant à chaudes larmes, en eust eu pitié ; et elle provoquoit plusieurs à pleurer en disant : "Gentil roy, ores est exécuté le plaisir de Dieu, qui vouloit que vinssiez à Rheims recevoir vostre digne sacre, en monstrant que vous estes vray roy, et celuy auquel le royaume doit appartenir !"

   


                                                         

  La Pucelle pressait le roi le plus diligemment qu'elle pouvait, d'aller à Reims, et ne faisait nul doute qu'il y serait sacré. Aussi quitta-t-il sa cité de Troyes, et prit-il son chemin vers Châlons en Champagne avec toute son armée, la Pucelle à la tète des hommes d'armes, armée de toutes pièces. On chevaucha si bien que l'on arriva à Châlons. Quand les habitants de la ville surent la venue du roi, l'évêque et une grande multitude de peuple avec lui vinrent à sa rencontre, et lui firent pleine obéissance. Il passa la nuit dans la ville avec son armée, et y établit de son autorité des capitaines et des autorités, ni plus ni moins qu'il l'avait fait à Troyes.
  De Châlons le roi prit son chemin sur Reims ; et il vint à un château qui est à l'archevêque de Reims, au lieu nommé Sept-Saulx, à quatre lieues de la ville. Dans cette cité de Reims étaient les seigneurs de Châtillon-sur-Marne et de Saveuses, tenant le parti des Anglais et des Bourguignons. Sur leur ordre et commandement, les habitants vinrent les trouver, car Châtillon se disait capitaine de Reims. Les seigneurs leur demandèrent s'ils avaient la volonté de bien se tenir et de se défendre. Les habitants demandèrent à leur tour si les hommes d'armes étaient en assez grand nombre pour les aider à se garder. Ils répondirent que non, mais que, s'ils pouvaient tenir six semaines, ils leur amèneraient un grand secours tant du duc de Bedford que du duc de Bourgogne ; et sur ce ils partirent, du consentement des habitants.
  Il y avait alors dans la ville quelques hommes de bonne volonté qui commencèrent à dire qu'il fallait aller vers le roi, et le peuple demanda qu'on y envoyât. On députa des notables, tant d'Église que d'autres ; et, après plusieurs requêtes qui furent trouvées opportunes, il fut délibéré et conclu qu'on laisserait entrer le roi et l'archevêque avec tous ceux qui les suivaient.
  Et il est vrai que l'archevêque n'avait point encore fait son entrée, et il la fit le samedi matin. Après dîner, sur le soir, le roi entra, lui et ses gens, et Jeanne la Pucelle était fort regardée. Et là vinrent les ducs de Bar et de Lorraine et le seigneur de Commercy (8), bien accompagnés de gens de guerre qui s'offraient à son service Il fut ordonné que le lendemain, qui fut un dimanche, le roi prendrait et recevrait son digne sacre ; aussi toute la nuit on fit diligence pour que tout fût prêt au matin; et ce fut un cas bien merveilleux, car on trouva en ladite cité toutes les choses nécessaires, qui sont grandes ; excepté qu'on ne pouvait avoir celles qui sont à Saint-Denis en France. Et parce que l'abbé de Saint-Rémy n'a pas coutume de bailler la sainte ampoule, sinon d'après certaines formes et certaines manières, le roi envoya vers lui le seigneur de Rais, maréchal de France, le seigneur de Boussac et Sainte-Sévère, aussi maréchal de France, le seigneur de Graville, maître des arbalétriers, et le seigneur de Culan, amiral de France, qui firent les serments accoutumés, c'est à savoir de la conduire sûrement, etaussi de la reconduire jusques en l'abbaye. L'abbé, en grands habits ecclésiastiques, l'apporta bien solennellement et dévotement sous un poêle jusqu'à la porte devant Saint-Denis. Là, l'archevêque, pompeusement vêtu, accompagné de chanoines, l'apporta dedans la grande église, et la mit sur le grand autel. Le roi vint alors au lieu qui lui avait été ordonné, habillé des vêtements propres à la cérémonie, et l'archevêque lui fit faire les serments accoutumés, et il fut fait chevalier par le duc d'Alençon. Puis l'archevêque procéda à la consécration, gardant tout au long les cérémonies et solennités contenus au Pontifical. Le roi y fit comte le seigneur de Laval, et il y eut plusieurs chevaliers faits par les ducs d'Alençon et de Bourbon.
  Et là était présente Jeanne la Pucelle, tenant son étendard en sa main, laquelle en effet était cause dudit sacre et couronnement et de toute l'assemblée. La sainte ampoule fut rapportée et conduite par les dessusdits jusques en ladite abbaye. Et qui eût vu la Pucelle embrasser le roi à genoux par les jambes, et baiser le pied, pleurant à chaudes larmes, en aurait eu pitié (9) ; et elle provoquait plusieurs à pleurer en disant: « Gentil roi, maintenant est exécuté le plaisir de Dieu qui voulait que (vous) vinssiez à Reims recevoir votre digne sacre, en montrant que vous êtes vrai roi, et celui auquel le royaume doit appartenir. »


               
                                  

Source : édition Vallet de Viriville - 1859

Illustrations :
- Reims, église Saint-Rémi ("La grande histoire illustrée de Jeanne d'Arc" - H.Debout - 4° éd.1922)
- Tableau du sacre de Jules leneupveu.

Notes :
1 Jean de Sarrebruck.

2 Aujourd'hui Sept-Saulx, canton de Verzy, arrondissement de Reims (Marne).

3 Regnaud de Chartres.

4 Itinéraire : Le roi était le ler et le 2 juillet à Auxerre ; 6 et 11. Troyes ; 14, Saint-Phal et Châlons ; 16, Sept-Saulx et Reims ; 17. sacré à Reims ; 20, Saint-Marcou ; 22, Vailly ; 25, Soissons ; 28 à 31 Château-Thierry.

5 Le ms. du roi 6356 français de la Bibliothèque nationale contient l'inventaire des joyaux de Charles V et Charles VI, rois de France. On y trouve au feuillet 294 un chapitre intitulé : "Parties des nouveaulx habiz royaulx ordonnez pour le fait du sacre des rois de France, baillez en garde aux religieux, abbé et couvent de M. S.Denys, par le roy Charles-quint, le 7° jour de may 1380, oultre et pardessus ceux qu'ils ont eu en garde par le temps passé.

6 II s'agit ici du fameux Gilles de Retz, et mieux Rais. Le roi à ce qu'il paraît, l'avait fait maréchal le jour même, 17 juillet 1429, à l'occasion du sacre. Voir Charles VII et ses conseillers, 1858, in-8°, p.35, note 5.

7 Le ms. latin 1246, ancien fonds du roi, est un Pontifical du sacre. Ce manuscrit, sur parchemin vélin, paraît avoir été exécuté sous le règne de saint Louis ou de Philippe le Hardi. Il est orné de miniatures contemporaines. Le texte liturgique, en latin, est accompagné de rubriques en français. (Fol. 1 : C)
Commence le corunement des Roys de France. Les rubriques et les chapitres de l'Ordo se succèdent avec les miniatures, qui peignent aux yeux chaque phase ou chacun des actes de la cérémonie. (Fol. xcxijv) : Ici finist le corunement des rois de France. (Fol. xcxiii) : Mémoire de ce qui se doibt faire au coronement de la royne de France quand elle n'est coronée avec le roy, et appartient à l'archevêque de Reims. Cette addition parait avoir été introduite à la fin du manuscrit primitif, vers 1600. Enfin une main du quinzième siècle a écrit à la dernière page de ce volume : "L'an de grâce mil quatre cent soixante et ung, le mercredi vingt deuxiesme jour de juillet, trespassa le roy Charles septiesme." Voici le texte, traduit en français, du serment que prêtaient les rois de France à leur couronnement, et que dut jurer Charles VII à Reims, le 17 juillet 1429 : "Au nom du Christ, je promets au peuple chrétien qui m'est soumis ces trois choses : 1° de conserver en tout temps, selon mon pouvoir, en vraie paix l'Église de Dieu et tout le peuple chrétien ; 2° d'interdire les exactions et toute iniquité aux différents degrés de l'État ; 3° de prescrire dans tous les jugements l'équité ainsi que la miséricorde, afin d'obtenir pour moi et pour tous la miséricorde du Dieu clément et miséricordieux, qui vit et qui règne, etc...." "Le texte latin qui précède est extrait d'un Pontifical de l'abbaye de Saint-Denis en France, qui paroit être du quatorzième siècle, et que l'on porte au sacre de nos roys." (Lévesque de la Ravallière, Collection de Champagne, volume 126, intitulé Sacre des rois, folio 86.)

8 C'est une erreur. Les ducs de Bar et de Lorraine étaient alors au siège de Metz Le duc de Bar, René, rejoignit son beau-frère à Provins plus de quinze jours plus tard, le duc de Lorraine ne rompit jamais avec le parti bourguignon.

9 Ici pitié signifie attendrissement, c'est une des significations du mot.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire