Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Henri de Gorcum

rithème, dans son Catalogue des hommes illustres et dans son livre des Écrivains célèbres, parle en ces termes d' Henri de Gorkum, un des excellents théologiens de son temps : « Henri de Gorickem (terminaison allemande de notre mot Gorkum) est allemand de nation. Savant docteur en théologie, remarquable commentateur des philosophes de l'antiquité, d'un génie subtil, au langage scolastique, d'une fine dialectique, il enseigna dans l'université de Cologne, et, par son enseignement, ses écrits, ses expositions, s'y acquit une grande réputation de savoir. Des livres qui ne sont pas à dédaigner recommandent son nom à la postérité. De ce nombre sont des conclusions sur les quatre livres du maître des sentences, un volume sur les superstitions, un autre contre les Hussites, un sommaire de saint Thomas, un écrit sur la célébration des fêtes, des sermons et des conférences. Il a fait d'autres ouvrages, abordé divers autres sujets, composé différents traités, qu'il ne nous a pas été donné de lire. Il était dans son éclat sous l'empereur Frédéric III et le pape Pie II, en l'année 1460.
  Quicherat, dans la note qu'il consacre à Henri de Gorkum, nous dit que Fabricius cite vingt traités de ce savant professeur, encore ne mentionne-t- il pas celui de la Pucelle.
  Si Henri de Gorkum jetait tout son éclat en 1460, il devait, en 1429,être seulement au début de sa carrière de savant. Son écrit sur Jeanne d'Arc est daté du mois de juin 1429, encore avant le sacre. Il se compose de trois parties. Dans la première, l'auteur expose ce que la renommée publiait à Cologne de la vierge française, et il indique le but de son oeuvre. Ce n'est pas de décider quel esprit anime la Pucelle, c'est de formuler un certain nombre de propositions et de raisons que l'on peut alléguer pour ou contre elle. Dans la seconde partie il avance les propositions qui militent en faveur de la jeune fille. Dans la troisième, celles que l'on peut leur opposer.
  La traduction est faite sur le texte latin édité par Quicherat


Juin 1429 - traduction

  Ad gloriam benedictæ Trinitatis gloriosæque semper Virginis Dei matris ac totius curiæ cœlestis.
  Tulit me Dominus quum sequerer gregem et dixit mihi : Vade et prophetiza ad populum meum Israel » (Amos, vii, 15.) Populus Israel populus regni Franciæ non incongrue potest spiritualiter nuncupari ; quem fide Dei et cultu christianæ religionis notum est semper floruisse. Ad hujus regis filium quædam juvencula, pastoris cujusdam filia, quæ et ipsa gregem ovium secuta fertur, accessit, asserens se missam a Deo, quatenus per ipsam dictum regnum ad ejus obedientiam reducatur. Ne autem ipsius assertio reputetur temeraria, etiam signis supernaturalibus utitur : sicuti revelare occulta cordium et futura contingentia prævidere. Refertur insuper quod sit raso capite ad modum viri, et volens ad actus bellicos procedere ; vestibus et armis virilibus induta, ascendit equum ; quæ dum in equo est, ferens vexillum, statim mirabili viget industria, quasi peritus dux exercitus ad artificiosam exercitus institutionem. Tunc quoque sui efficiuntur animosi ; e contra vero adversarii timidi, quasi viribus destituti. Ubi autem de equo descendit, solitum habitum reassumens, fit simplicissima, negotiorum sæcularium quasi innocens agnus imperita. Fertur etiam quod vixit in castitate, sobrietate et continentia, Deo devota, prohibens fieri occisiones, rapinas, cæterasque violentias omnibus his qui ad dictam obedientiam se volunt exhibere. Propter hæc ergo et similia, civitates oppida et castra se submittunt regio filio, fidelitatem sibi promittentes.
  Quo ita, ut præfertur, se habente, nonnullæ quæstiones emergunt et ad sui declarationem doctas animas alliciunt ; verbi gratia :
  An credi debeat vera naturæ humanæ Puella, an in similem effigiem fantasticam transformata ?
  An ea quæ facit, possint humanitus fieri ab ipsa, au per eam ab aliqua superiori causa ?
  Si per superiorem causam, an per bonam, scilicet spiritum bonum ; an malam, ut puta per spiritum malum ?
  An ejus verbis fiducia sit exhibenda, et ejus opera tanquam divinitus facta sint, approbanda, an pythonica et illusoria ?
  Quia vero circa has aut similes quæstiunculas alii et alii aliter et aliter sentiunt, quatenus utrique pro sua defensione valeant ex sacris litteris testimonia proferre, præsens hoc opusculura non asserendo, sed collative dictando, offert quasdam propositiones pro una parte, rursus quasdam pro alia, modo problematico ; provocans subtiliora ingenia ad intelligentiam profundiorem, Hoc tamen memoriter commendando quod, ad sententiandum aliquid secure in hac materia, necesse est hujus Puellæ mores, verba, opera cæterosque gestus, tam quos habet solitaria, quam eos quos habet cura aliis in publico, et cæteras suæ vitæ circumstantias ad liquidum præagnoscere ; et an ea quæ revelat et prænuntiat, semper vera inveniantur.
  Verum in sequentibus ponenda accipi debent juxta communis famæ relationem a pluribus fide dignis ad has partes translatam.

PROPOSITIONES PRO PUELLA.

          I.
  Hanc esse veram Puellam et veram naturæ humanæ personam est simpliciter asserendum.
  Hæc propositio patet, quia nedum philosophorum regula canit quod operatio arguit formam ; quin imo et Salvator noster testatur ex operibus cognitionem esse accipiendam. Quia igitur hæc juvencula invenitur continue conformis aliis hominibus in actibus humanis, loquendo, esuriendo, comedendo, bibendo, vigilando, dormiendo, et cæteris hujusmodi : quis dicere audeat eam non fore veram naturæ humanæ personam, quam de aliis communicantibus secum in similibus humanæ naturæ signis ? Igitur, etc...
          II.
  Ordinatum prophetiæ tempus fuit ante Christi adventum, durans in exordio nascentis Ecclesiæ cum operatione miraculorum.
  Hæc propositio a sacris doctoribus declaratur ex eo quod totum veteris Testamenti tempus fuit figurale ad prænuntiandum Christi adventum et corporis sui mystici statum futurum. Similiter in primitiva Ecclesia plures leguntur fuisse prophetæ. Et quia ea tunc prædicabantur, quæ omnem humanæ facultatis cognitionem transcendunt, necessarium fuit adhibere signa per opera miraculosa, quibus hujusmodi dicta confirmarentur. Alioquin minus sufficienter fuisset provisum saluti humani generis, juxta quod ait Gregorius quod, planta recenter terræ infixa indiget frequenti irrigatione, ut bene radicata convalescat. Igitur, etc...
          III.
  Currentibus jam diebus non indigne censetur interdum quasdam personas suscitari ad prophetiæ spiritum et moveri ad operationem miraculorum.
  Hæc propositio est Augustini De civitate Dei, et etiam extrahi potest ex doctrina Gregorii. Cujus declaratio etiam ex eo patet, quia Salvatoris ore nobis est promissum quod ipse nobiscum est usque ad consummationem sæculi, dirigens genus humanum manu suæ providentiæ, prout opportunitas nostræ salutis expetit. Sic enim potestatem suam non alligavit sacramentis, ita nec alligavit eam alicui tempori, locis aut personis ; quin imo in multis ejus miserationibus semper assistit humano generi congrua remedia et auxilia providendo. « Non enim » ait Isaias, « abbreviata est manus Domini, ut non posset redimere. » Igitur, etc. Quum igitur revelatione occultorum et operatione miraculorum genus humanum indiget excitari et revocari, nunc in uno populo, nunc in alio, pie censendum est talia nobis non denegari. Igitur, etc...
          IV.
  Sacris consonat litteris per fragilem sexum et innocentem ætatem, exhibitam a Deo fuisse populis et regnis lætam salutem.
  Hæc propositio patet quia, teste Apostolo, « eligit Deus infirma mundi, ut fortia quæque confundat. » Hinc exemplariter procedendo, legitur de Debbora, Esther et Judith, impetratam fore populo Dei salutem, et Danielem in pueritia suscitatum ad liberationem Susannæ. Sic David in juventute Goliam prostravit ; nec immerito, quia hoc modo fit evidentior divinæ pietatis affluentia, ne homo suis viribus adscribat, sed Deo potius gratiarum actiones referat. Sic enim per humilem virginem totius generis humani redemptio orta est. Igitur, etc...
          V.
  Non testatur sacra scriptum missos a Deo pravæ vitæ homines su tali forma aut modo, sicut de proedicta Puella communis celebrat recitatio.
  Patet hæc propositio, quia sicut dicit Apostolus « non est conventio Christi et Belial, » nec dignatur inire societatem aut contrahere familiaritatem cum dæmoniis, at eorum ministris et membris, quamvis legatur quosdam malos interdum aliquid transeuntes prophetasse : sicut Balaam prophetabat quod stella oriretur ex Jacob ; et Saul et Caiphas prophetaverunt. Sed longe aliter est de hac Puella, quæ ad nutum habet usum donorum supernaturalium in manifestando occulta et prænuntiando futura suo ministerio deservientia, prohibendo insuper (ut præmissum est), fieri occisiones et cætera vitia, exhortando ad virtutes et cætera probitatis opera, in quibus Deus glorificatur. Sicut ergo in spiritu Dei præmissus est Joseph ante patrem et fratres in Ægyptum, et Moises ad populi Israel liberationem, et Gedeon, et supradictæ foeminæ : pari modo hanc juvenculam non est incongruum connumerari bonis specialiter a Deo raissis, præsertim quum nec munera quærat, et ad bonum pacis tota devotione laboret. Hoc enim non est opus mali spiritus, qui potius est auctor dissentionis quam pacis.
          VI.
  Quasi corollarie sequens ex antea præmissis propositionibus : hæc filia vera persona in humana natura est, a Deo specialiter missa ad ea, quæ non humanitus, sed divinitus fiunt opera ; cui fides est exhibenda.
  Patet hæc propositio respondens quæstionibus prælibatis. Quod enim sit vere homo, patet ex propositione prima. Et quia non desinit etiam his diebus nobis specialiter providere per supernaturalia signa, non est incongruum Deo assumere Puellam innocentem, præcipue juxta quartam propositionem. Et quia donum istud perseveranter apud eam residet ad finem deificum, et per media virtutis et honestatis, sicul ; asserit propositio quinta, videtur consequenter hæc propositio sexta fore concedenda. Nec mirum si in statu equestri sit alterius luminis quam in sollto statu muliebri: quia etiam David, volens Dominum consulere, induebat ephod et sumpsit psalterium ; et Moises, dum virgam gestabat, mirabilia faciebat, quia, sicut dicit Gregorius, « Spiritus sanctus frequenter se interius conformat exterioribus concurrentibus. »

  Ita ex proelibalis potest quis hujus viæ amicus sumere occasionem defendendi suam partem, ulterius etiam procedendo ad ampliorem dilatationem. Quia vero inveniuntur alii in oppositam partem magis inclinati, superest afferre ex sacra Scriptura quædam testimonia ex quibus valeant suæ positionis sumere fulcimenta, inspiciendo subscriptas propositiones.

PROPOSITIONES CONTRA PUELLAM.

          I.
  Multi pseudoprophetæ sunt venturi, asserentes se divinitus a Deo mitti.
  Hæc propositio est Salvatoris dicentis quod « in novissimis diebus scilicet legis evangelicæ multi dicent se venire in nomine meo et multi per eos decipientur. » Unde et Apostolus ait quod, « angelus Satanæ transfigurat se in angelum lucis. » Nec mirum : quia malignus ille rex super omnes filios superbiæ incessanter nititur usurpare divinitatis excellentiam, et ideo procurat falsos prophetas sub nomine Dei missos ad decipiendum. Igitur, etc...
          II.
  Pseudoprophetæ frequenter prænuntiant occulta cordium et effectus futurorum contingentium.
  Haec propositio concedi solet a doctoribus. Cujus ratio est quia, quanto virtus est altior, tanto ad ampliora se extendit. Constat autem quod intellectus daemonum inulto est altior intellectu humano, et ita, quæ nobis sunt occulta et futura, quæ nobis sunt ignota, a malo spiritu sunt cognita. Et ita prophetæ dæmonum, ex eorum instructione, possunt talia revelare. Igitur, etc...
          III.
  Non facile discernitur verus a falso propheta per exteriores apparentias et signa.
  Hæc proposirio patet quia non oportet prophetam fore vitæ virtuosæ aut habere gratiam ; et possunt dæmonum prophetæ occulta nobis et futura prognosticare ; et sic de pluribus aliis cum quibus conveniunt cum veris prophetis. Quod si interdum prænuntient falsa, sciunt palliare dando alium intellectum, aut allegare veros prophetas interdum prophetantes aliqua quæ non evenerunt. Sic de Isaia et Jona prophetis legitur. Propter quod etiam Apostolus dicit quod « non omni spiritui credendum est, sed probandi sunt si ex Deo sint », insinuans difficilem discrecretionem inter bonos et malos prophetas. Igitur, etc...
          IV.
  Nunc, tempore gratiæ, spiritalem fieri a Deo missionem ad temporalis felicitatis prosperitatem, non multam habet apparentiæ efficaciam.
  Hæc propositio potest sumi ex his quæ Augustinus sæpius commemorat : nam bona præsentis vitæ æqualiter conceduntur bonis et malis, justis et injustis, præsertim hoc tempore gratiæ, ne boni amorem suum affigant bonis transitoriis in quibus mali plurimum florent ; ut etiam attendant quæ bona reservat amicis in futura vita, quando inimicis suis affluenter confert hujus vitæ transitoria bona. Fieri igitur missionem præsentis felicitatis procurativam et prognosticativam (quæ parvipendenda scribitur) modicam videtur habere apparentiam. Tamen in Veteri Testamento, dum populus ille serviebat Deo pro his temporalibus bonis, legitur ad talem interdum factam esse mentionem. Igitur, etc...
          V.
  Duo committit hæc Puella quæ leguntur prohibita in sacra Scriptum.
  Hæc propositio patet quia Deuteron. XXII. lex prohibet ne mulier induat vestes viri ; et Apostolus prohibet ne mulier radat caput ad modum viri : utriusque autem oppositum de hac Puella narratur. Et videtur prima facie ad quamdam indecentiam vergere juvencularum, Puellam insidere equo habitu virili indulam ; et, quum Deus diligat modestiam, videtur derogare erogatæ divinæ missioni, se effœminare in virilem formam. Neque videtur concordari cum familiari missione talis modus, quia tam familiaris missio fit per Spiritum sanctificantem interius animam, juxta illud Sapientiæ VII : « Sapientia Dei se transfert in animas sanctas ; amicos Dei et prophetas constituit. » Propter quod, si hujus juvenculæ missio sit prophetica, oporteteam esse cujusdam excellentis sanctitatis et divini animi intrinsecus, et talem personam inclecens videtur transformare se in virum sæcularem armorum. Non enim sic legitur de Esther et Judith, licet ornarent se cultu solemniori, muliebri tamen, ut gratius placerent his, cura quibus agere conceperunt. Igitur, etc...
          VI.
  Dictam Puellam a Deo specialiter missam, et Deum operari per eam, aut sibi fiduciam fore adhibendum, non potest ostendi per sufficientem apparentiam.
  Hæc propositio patet quasi corollarie ex præmissis, quia, si multi venturi sint falsi prophetæ similes veris ; si ad felicitatis temporalis prosperitatem non sit specialis missio sub tempore gratiæ ; si processus ejus fiat contra divina mandata : quomodo possit assertive teneri hujusmodi filiam singulariter a Deo electam ad ea [ex]sequenda quæ famantur ?

  Ex quibus patet qualiler hujus viæ fautores suam partera possint colorare, oppositam viam impugnando, insuper ad profundiora invenienda occasionem ex præmissis accipiendo. Itaque hæc hinc inde copulata, collective posita, offeruntur visuris causam præsentis casus vel futuri consimilis, ut et ipsi aliquid respondere valeant consimiles quæstiones moventibus, semper ad gloriam Dei, qui regnat in sæcula benedictus.
  Amen.


                                 

                                                         

  A la gloire de la bénite Trinité, de la glorieuse et toujours Vierge Mère de Dieu, et de toute la cour céleste.
  Le Seigneur m'a prise à la suite des troupeaux, et il m'a dit : Va, et prophétise auprès de mon peuple d'Israël (AMOS, VII, 15). Peuple d'Israël est un nom qui, au sens spirituel, peut convenablement être appliqué au peuple de France ; il est notoire que la foi et la pratique du christianisme ont toujours fleuri dans son sein. Le fils du roi de ce peuple a été abordé par une adolescente, fille d'un berger, et qui elle-même, dit-on, avait gardé les troupeaux. Elle se dit envoyée de Dieu pour ramener le royaume à l'obéissance de ce prince. Pour ne pas paraître téméraire dans ses promesses, elle les confirme par des signes surnaturels, tels que lire dans le fond des coeurs, annoncer des événements futurs et contingents. On dit qu'elle porte les cheveux courts à la manière des hommes. Voulant accomplir les actes de la vie guerrière, elle prend les vêtements et l'armure des guerriers et monte ainsi à cheval. A cheval, son étendard en mains, elle se montre d'une habileté merveilleuse pour disposer en capitaine consommé de l'armée qu'elle commande. Dès lors aussi, ses soldats sont enflammés de courage, tandis que la frayeur s'empare de ses ennemis, comme s'ils étaient dénués de force. Descendue de cheval, reprenant son costume ordinaire, elle devient la simplicité même; on dirait un innocent agneau, tant elle est étrangère aux affaires du siècle. On la donne comme ayant toujours vécu dans la chasteté, la sobriété, la continence et la piété, prohibant les massacres, les rapines et toute violence contre ceux qui veulent se ranger sous l'obéissance légitime. Aussi, à la suite de semblables merveilles, les villes les plus fortes, les châteaux se soumettent au fils du roi et lui promettent fidélité.
  Si ces faits sont vrais, plusieurs questions se posent et sollicitent pour leur élucidation les lumières des doctes, ainsi par exemple :
  La Pucelle appartient-elle à notre nature, ou serait-ce un personnage supérieur qui en a revêtu les dehors et les apparences ?
  Ce qu'elle fait peut-il être expliqué humainement, ou faut-il y voir la présence d'un agent supérieur ?
  Dans cette dernière hypothèse, cet agent est-il bon, est-il mauvais ?
  Quelle foi ajouter à ses paroles ? Ses oeuvres doivent-elles être louées comme divines, ou réprouvées comme démoniaques et séductrices ?
  Ces questions divisent les esprits; c'est pour fournir aux deux solutions des arguments tirés des saints livres, que cet écrit a été composé. Il ne décide rien, il rapproche, et sans résoudre le problème, il met en face les raisons des deux partis, provoquant de plus doctes à une intelligence plus approfondie de la matière, Que l'on se rappelle cependant que pour bien asseoir une opinion il faut être fixé sur la conduite, les paroles, les oeuvres et la vie de cette jeune fille, l'avoir observée tant en particulier qu'en public, sans négliger aucune circonstance de son existence. Il faut savoir aussi si l'événement a toujours été conforme à ses révélations et à ses prédictions.
  Dans les assertions qui vont suivre, je suppose la vérité de ce que la renommée a publié dans nos contrées, d'après le témoignage de plusieurs hommes dignes de foi.

PROPOSITIONS EN FAVEUR DE LA PUCELLE

          I.
  Il faut affirmer que le personnage est une vraie jeune fille, appartenant réellement à l'espèce humaine.
  Cette proposition est évidente. Ce n'est pas seulement la philosophie qui répète que par les opérations on connaît l'être; c'est le Sauveur qui nous enseigne que c'est par les oeuvres que nous devons en juger. Cette jeune fille se montre constamment conforme aux autres dans les actes qui constituent la vie humaine : parler, avoir faim, manger, boire, veiller, dormir, et semblables nécessités. Qui par suite oserait dire qu'elle n'appartient pas à la nature humaine, tout comme les autres personnes, qu'à ces signes nous disons être de notre espèce ? Donc, etc...
          II.
  La prophétie et les miracles ont été disposés pour les temps qui ont précédé la venue de Jésus-Christ, et pour les premiers temps de l'Église naissante.
  C'est l'exposition des saints docteurs, qui en donnent pour raison que tout l'Ancien Testament était destiné à figurer par avance la venue du Christ et l'état à venir de son corps mystique, l'Église. On voit aussi plusieurs prophètes dans la primitive Église. Les mystères de notre religion, prêches alors pour la première fois, dépassant toute intelligence humaine, devaient pour être crus recevoir la confirmation d'oeuvres miraculeuses. Sans cela Dieu n'eût pas suffisamment pourvu au salut du genre humain ; ce qui a fait dire à saint Grégoire qu'un arbre récemment planté a besoin de plus fréquentes irrigations, pour prendre force en jetant de profondes racines.
          III.
  Il est assez généralement admis que, dans la suite des âges, Dieu suscite parfois des personnes douées de l'esprit de prophétie et du don des miracles.
  C'est le sentiment de saint Augustin dans son livre De la cité de Dieu, et on peut le conclure de la doctrine de saint Grégoire. Il s'appuie sur la parole du Sauveur, qui nous a promis d'être avec nous jusqu'à la consommation des siècles, dirigeant le genre humain par la main de sa Providence, et lui ménageant pour le sauver des moyens opportuns. S'il n'a pas circonscrit sa puissance dans la sphère des Sacrements, il ne l'a pas non plus circonscrite dans un lieu, un temps, ou un ordre de personnes. Loin de là; nombreuses sont ses miséricordes, et sa Providence ménage au genre humain les secours et les remèdes adaptés aux divers besoins. « Non », s'écrie Isaïe, « le bras de Dieu n'est pas tellement raccourci qu'il ne puisse tirer du malheur ». Alors donc que la manifestation des secrets et l'opération des miracles sont nécessaires pour ranimer le genre humain, dans tel peuple ou dans tel autre, il faut pieusement croire que Dieu ne s'y refuse pas.
          IV.
  Les écritures nous montrent que le sexe faible et l'innocence de l'âge ont été entre les mains de Dieu des instruments de salut pour les peuples et les royaumes.
  Cette proposition se prouve par la parole de l'Apôtre : Dieu a choisi l'infirmité pour confondre toute force. Les exemples abondent : Débora. Esther et Judith amènent le salut du peuple de Dieu ; Daniel enfant est choisi pour délivrer Suzanne; David adolescent terrasse Goliath : juste dispensation; on connaît mieux ainsi les largesses de l'infinie miséricorde ; l'homme est moins tenté de s'attribuer le bienfait reçu, plus porté à en remercier le dispensateur. C'est ainsi qu'une humble Vierge a procuré la Rédemption de tout le genre humain.
          V.
  La sainte Écriture ne nous montre pas des hommes de méchante vie investis d'une mission, sous la forme et la manière que, d'après la renommée, revêt la mission de la Pucelle.
  L'évidence de cette proposition ressort de ce que dit l'Apôtre : il n'y a pas d'accord entre le Christ et Bélial; il n'y a jamais alliance et commerce du Sauveur avec les démons, leurs ministres et leurs membres. Nous voyons, il est vrai, que parfois les méchants ont fait, en passant, quelques prophéties : Balaam a annoncé qu'une étoile sortirait de Jacob ; Saül et Caïphe ont prophétisé; mais ce n'était pas à la manière de la Pucelle. Celle-ci, toutes les fois que le demande sa mission, use des dons surnaturels, révèle des secrets et manifeste l'avenir; elle prohibe, comme il a été déjà dit, les meurtres et tous les vices; elle exhorte à la pratique des vertus et de tout ce qui peut glorifier Dieu. De même donc que l'esprit de Dieu envoya Joseph en Égypte, pour préparer les voies à son père et à ses frères; Moïse pour délivrer Israël, Gédéon et les femmes déjà rappelées; ainsi, il semble raisonnable de compter cette jeune fille parmi les saints personnages spécialement suscités par Dieu, surtout si l'on considère qu'elle est personnellement désintéressée, et qu'elle cherche de tout son pouvoir le bien de la paix. Ce n'est pas là l'oeuvre du mauvais esprit, qui est semeur des dissensions et non de l'accord des volontés.
          VI.
  Le corollaire qui découle presque nécessairement des propositions précédentes, c'est que cette fille est un personnage appartenant réellement à notre humanité, suscité pour accomplir des oeuvres plus divines qu'humaines, et qui mérite qu'on adhère à sa parole.
  La preuve de cette conclusion se trouve dans les propositions établies. Que ce soit un être de notre espèce, la première proposition le démontre. Dieu ne cessant pas, même de notre temps, de nous aider extraordinairement par des miracles, il n'est pas indigne de sa sagesse de prendre pour instrument une jeune fille innocente, comme cela ressort surtout de la quatrième proposition. Les dons surnaturels résidant d'une manière permanente dans la Pucelle en vue de sa mission surnaturelle ; les moyens qu'elle emploie étant tous avoués par la vertu et l'honnêteté, ainsi qu'il est prouvé par la cinquième proposition ; il semble qu'il faut concéder la proposition sixième qui est celle que nous traitons maintenant. Rien d'étonnant qu'à cheval elle ait des inspirations qu'elle n'a pas dans son état ordinaire de femme. David aussi pour consulter le Seigneur prenait l'Ephod et la lyre; Moïse faisait ses prodiges la verge en mains, parce que, dit saint Grégoire, le Saint-Esprit conforme souvent ses opérations intérieures aux signes extérieurs qui s'y rapportent.

  Ces considérations fourniront aux partisans de cette opinion des arguments qu'il leur sera facile d'amplifier et d'étendre. Cependant, comme il en est qui inclinent à un sentiment contraire, il nous reste à chercher dans la Sainte Écriture des passages propres à étayer leur opinion; c'est l'objet des propositions suivantes.

PROPOSITIONS CONTRE LA PUCELLE

          I.
  Il se lèvera beaucoup de faux prophètes, qui se donneront comme envoyés par Dieu.
  Cette proposition est du Sauveur. Il nous dit : « Dans les derniers temps, c'est-à-dire vers la fin de la loi évangélique, plusieurs diront venir en mon nom, et beaucoup seront séduits ». Voilà pourquoi l'Apôtre nous avertit que l'ange de Satan se transforme en ange de lumière. Rien d'étonnant. Dans sa malice le roi de tous les fils de superbe aspire toujours à usurper les honneurs divins. Dans ce but il envoie ses faux prophètes, parés du nom de la divinité, pour mieux tromper. Donc, etc...
         II.
  Fréquemment les faux prophètes révèlent les secrets des coeurs, et les événements d'un avenir contingent.
  C'est une proposition généralement concédée par les docteurs. En voici la raison : plus une faculté est élevée, plus sont nombreux les objets qu'elle embrasse. L'intelligence des démons est certainement plus élevée que celle des hommes. Par suite bien des choses qui nous sont cachées, ou que l'avenir nous dérobe, peuvent être connues par les esprits mauvais. Instruits par de tels maîtres, les prophètes des démons peuvent les révéler à leur tour. Donc, etc.
         III.
  Il est difficile, en s'en tenant aux signes extérieurs, de discerner le vrai du faux prophète.
  Cette assertion ressort de ce que le don de prophétie ne suppose pas la bonté de la vie et la possession de la grâce ; et de ce que les prophètes du démon peuvent manifester des choses qui nous sont cachées et qui sont dans l'avenir; il y a ainsi plusieurs points d'identité entre les vrais et les faux prophètes. Si quelquefois les faux prophètes prédisent le faux, ils savent pallier leur dire, en détournant le sens de leurs paroles, en alléguant les vrais prophètes qui ont parfois annoncé des choses qui ne sont pas arrivées. Tels, les prophètes Isaïe et Jonas. Voilà pourquoi l'Apôtre nous avertit de ne pas croire à tout esprit, de les éprouver pour savoir s'ils viennent de Dieu ; nous insinuant par là qu'il est difficile de faire le discernement entre les bons et les mauvais. Donc, etc...
          IV.
  II n'est pas vraisemblable que maintenant, sous la loi de grâce, Dieu suscite des envoyés extraordinaires, dans un but de prospérité temporelle.
  Cette proposition peut se déduire d'une doctrine familière à saint Augustin : les biens de la vie présente, surtout en ce temps de la loi de grâce, sont départis indifféremment aux bons et aux méchants, aux justes et aux pécheurs. Dieu ne veut pas que les bons attachent leur coeur à ces biens éphémères, dont les méchants aiment à se parer; il veut leur faire considérer quels biens il réserve à ses amis dans la vie future, lui qui dans la vie présente donne si largement à ses ennemis les biens du temps. Une mission extraordinaire ayant pour objet de procurer et de prophétiser une félicité temporelle, qu'il nous est ordonné de mépriser, semble peu vraisemblable. C'était différent dans l'Ancien Testament, où le peuple servait Dieu pour ces biens temporels: on y voit parfois de semblables missions.
          V.
  Cette Pucelle viole deux défenses de la Sainte Écriture.
  Cette proposition est évidente : au chapitre XXII du Deutéronome, la loi interdit aux femmes de porter le vêtement des hommes, et l'Apôtre leur défend de se raser la tête à la manière de l'homme. On dit que la Pucelle fait tout le contraire. A première vue, il semble contraire à la décence imposée aux jeunes filles, de voir une adolescente chevaucher avec un costume viril ; Dieu aimant la modestie, il y a une sorte de dérogation à la sainteté d'une mission divine, de dépouiller le sexe féminin, pour se donner l'extérieur du premier sexe. Une telle conduite semble peu en harmonie avec une mission prolongée. Une mission prolongée suppose la présence familière du Saint-Esprit sanctifiant l'âme, selon cette parole du Sage (VI) : La sagesse de Dieu se répand dans les âmes saintes; elle constitue les amis de Dieu et les prophètes. Si donc cette jeune fille a reçu une mission prophétique, elle doit posséder une certaine excellence en sainteté et en esprit divin; il paraît peu décent que semblable personne affecte les dehors d'un homme d'armes du siècle. L'on ne voit rien de semblable dans l'histoire de Judith et d'Esther. Il est vrai que, pour plaire à ceux avec lesquels elles devaient traiter, elles relevèrent leur parure, mais toujours dans l'ordre de leur sexe.
          VI.
  On ne peut donc pas démontrer suffisamment que la dite Pucelle a reçu une mission particulière de Dieu, que Dieu opère par elle, et qu'on doit croire à ses paroles.
  C'est comme un corollaire des propositions précédentes. S'il doit y avoir de nombreux faux-prophètes qui ressembleront aux vrais ; si sous la loi de grâce il n'y a pas de mission extraordinaire ayant pour objet une félicité temporelle ; si dans ses manifestations la jeune fille viole les commandements divins; comment oser affirmer qu'elle est spécialement suscitée de Dieu, pour opérer les merveilles qu'en publie la renommée ?

   L'on voit de quelles couleurs les partisans de cette opinion peuvent revêtir leur manière de voir, combattre leurs adversaires; et trouver dans ce qui a été dit de quoi creuser plus profondément. J'ai voulu rapprocher les raisons des sentiments opposés, pour les présenter à ceux qui seront appelés à examiner le cas présent, ou d'autres cas semblables ; pour les mettre en état de répondre à ceux qui agitent ces questions ; et cela toujours pour la gloire de Dieu, qui règne et est béni dans tous les siècles.
  Amen. (1)

                                                 


Source : Présentation et traduction par J.B.J. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc - t.I, La Pucelle devant l'Eglise de son temps", p.60 et suiv.
Texte original en Latin : Quicherat, t.III, p.411 et suiv.

Commentaires du père Ayroles :
Tel est le traité d'Henri de Gorkum, court et plein. Il présente les raisons contre la Pucelle, avec une force à laquelle les bourreaux de Rouen n'ajouteront que des allégations pleines d'imposture.
Cependant le professeur de Cologne était loin, à ce qu'il semble, de l'état de doute supposé par son écrit. La conclusion défavorable à la Pucelle est exprimée en termes qui nous montrent ce qu'il pensait de ses objections; ce ne sont que des raisons apparentes, elles manquent de solidité, partent suam colorare possint. Le discernement des esprits est difficile, il est vrai, mais l'Apôtre ne nous commanderait pas de le faire, s'il était impossible. C'est inutilement que Dieu enverrait des thaumaturges et des prophètes, si l'on ne pouvait pas les distinguer des contrefaçons sataniques. Le théologien de Cologne le savait parfaitement. Gerson avait déjà répondu à l'objection que Dieu n'envoie pas des messages de miracle pour une prospérité temporelle. Cette prospérité n'étant que la sécurité de chaque jour est moralement nécessaire au grand nombre, pour mener une vie chrétienne, et saint Paul veut que les fidèles sollicitent de Dieu ce bienfait. Gelu, le clerc de Martin V sont encore montés plus haut, quand ils ont vu dans le relèvement de la France le relèvement de la foi, et dans ses abaissements l'abaissement de la chrétienté entière. A quatre siècles de distance, ils pensaient comme Joseph de Maistre, qui, ruiné par la révolution française, écrivait au lendemain de la confiscation de ses biens, le 23 octobre 1794 : Je vois dans la destruction de la France le germe de deux siècles de massacres, l'abrutissement irréparable de l'espèce humaine, et, ce qui vous étonnera beaucoup, une plaie mortelle pour la religion.

Henri de Gorkum voyait certainement les raisons qui autorisaient Jeanne à porter des vêtements virils ; non moins que les théologiens entendus à la réhabilitation, il les eût exposées pour réfuter ceux qui couvrirent de ce prétexte une inique sentence. Contraste frappant; il rappelle que pour donner le vertige à des regards qu'elles voulaient maîtriser, Judith et Esther relevèrent par des atours l'éclat de leur visage ; c'est un motif tout contraire qui a inspiré la Judith française, quand elle a pris des vêtements d'homme ; elle ne voulait pas attirer les regards. Sans vouloir déprimer les héroïnes juives, qui ne voit qu'en ce point c'est l'héroïne française et chrétienne qui l'emporte en pudeur et en chasteté ? Le docteur de Cologne suppose que Jeanne ne portait le costume masculin que dans les batailles. C'est une erreur. Elle le revêtit à son départ de Vaucouleurs, et elle le porta jusqu'à la semaine qui précéda son martyre. Il se trompe encore lorsqu'il pense que l'inspiration ne venait à la Pucelle que lorsqu'elle était à cheval; elle en était favorisée toutes les fois que sa mission le demandait. Il ne semble pas néanmoins qu'elle connût longtemps à l'avance la spécification des détails, que l'esprit de Dieu devait lui révéler au moment où la nécessité s'en ferait sentir. Dans son interrogatoire, elle parie du signe qu'elle donna au roi, de la révélation des secrets, comme si ces secrets lui avaient été seulement révélés lorsqu'elle priait dans la chapelle du château, en attendant d'être introduite. Les voix lui avaient promis un signe : Lequel ? elle devait s'en remettreà leur conduite et multiplier ses actes de foi et d'abandon pour accroître ses mérites.

Un autre clerc allemand écrivait sur Jeanne en même temps qu'Henri de Gorkum. Celui-là n'hésitait pas, même en apparence, sur la divinité de la mission de la Pucelle. Il est connu sous le nom de clerc de Spire.





Les témoignages

Index


Les autres témoignages :
- les écrits de J.Gelu
- le traité de J.Gelu
- la note de Guill. Girault
- Jean Rogier
- la chronique de Lille
- la chron. de Vigneulles
- Henri de Gorcum
- Clerc de Spire
- Brevarium Historiale
- Jean Nider
- Baptiste Fulgose
- Guerneri Berni
- Nicolas Savigny
- Chonique espagnole
- Chambre d.cptes Brabant
- Livre des trahisons...
- Appréciation de Bedford
- Robert Blondel
- Saint-Antonin
- Herman Cornerius
- Pontus Heuterus
- Pierre Sala
- Pierre Empis
- Jean Germain
- Jean Jouffroy
- Registres Chap. N-Dame
- Greffier Albi
- Chron. Mt St-Michel
- Ordo Chalons
- Chron. anon. alençon
- Chron. anon. normandie
- Chron. British Museum
- Chron. Lorraine
- Walter Bower
- Livre de Pluscardin
- Lorenzo Buonincontro
- Giovanni Sabadino
- Philippe de Bergame
- Jean Bouchet
- Le Féron
- Kerrymel
- Hist.des ctes de Ponthieu

- Sommaire... Et. Pasquier




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire