Accueil                                                         Admin
19 novembre 2018  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Journal du siège d'Orléans - index
Août 1429

  D'autre part, le roy ayant ordonné officiers et cappitaines de par luy à Senlis, il s'en partit environ le derrenier jour de celluy moys, et s'en vint en la ville de Sainct Denis, de laquelle luy fut faicte plainière obéissance. Et y fut deux jours, durant lesquelz furent faictes plusieurs courses et escarmouches par les Françoys y estans contre les Angloys de Paris; là où furent faiz plusieurs beaux faiz d'armes d'une part et d'autre. Et le tiers jour s'en partit la Pucelle et le duc d'Alencon, le duc de Bourbon, le conte de Ven-dosme, le conte de Laval et les mareschaulx de Saincte Sévère et de Rays, La Hire, Poton et plusieurs autres vaillans chevalliers, cappitaines et escuiers, avecques grant nombre de vaillans gens de guerre, et s'en vinrent loger en ung villaige dit La Chappelle, qui est ou chemin et comme ou milieu de Paris et Sainct Denis.
  Et le lendemain ensuivant s'en vinrent mectre en belle ordonnance ou Marché aux pourceaulx, devant la porte Sainct Honoré, et firent assortir: plusieurs canons, dont ilz firent gecter en plusieurs lieux et souvent dedans Paris. Où estoient en armes les gens de guerre y estans en garnison, et aussi le peuple, et faisoient porter plusieurs estendars de diverses couleurs, et tournoyer, aler et retourner à l'entour des murs par dedans ; entre lesquelz en y avoit ung moult grant à une croix rouge. Aucuns seigneurs Françoys ne voulurent approucher plus près, et par expecial le seigneur de Sainct Vallier (1), Damphinoys, lequel fist tant que luy et ses gens alèrent bouter le feu ou boulevart et à la barrière de celle porte de Sainct Honoré. Et combien qu'il y eust plusieurs Angloys pour les deffendre, toutesfoyz leur convint il retraire par celle porte, et rentrer dedans Paris; par quoy les Françoys prindrent et gaignèrent à force la barrière et le boulevart. Et parce qu'ilz se pensèrent que les Angloys sauldroient par la porte Sainct Denis pour courir sus aux Francoys estans devant la porte Sainct Honoré, les ducs d'Alençon et de Bourbon s'embuschèrent derrière la montaigne qui est auprès et contre celluy Marché à pourceaulx et plus près ne se povoient pas mectre, pour doubte des canons, veuglaires (2) et couleuvrines, dont tiroient ceulx de Paris sans cesser; mais ilz perdirent leur peine, car ceulx de Paris n'osèrent saillir hors la ville. Pour quoy la Pucelle voyant leur couart maintien, délibéra de les assaillir jusques au piet de leur mur. Et de faict, se vint presenter devant eulx, pour ce faire, ayant avecques elle plusieurs seigneurs et grant compaignie de gens d'armes, entre lesquelz estoit le mareschal de Rays, qui tous par belle ordonnance se mirent à piet et descendirent ou premier foussé. Ouquel eulx estans, elle monta le dous d'asne, duquel elle descendit jusques ou second fossé, et y mist sa lance en divers lieux, tastant et assayant quelle parfondeur il y avoit d'eaue et de boue. En quoy faisant, elle fut grant espasse, et tellement qu'ung arbalestier de Paris luy perça la cuisse d'ung traict ; mais ce non obstant, elle ne s'en vouloit partir, et faisoit très grant dilligence de faire apporter et gecter fagotz et bois dedans cestuy foussé pour remplir, affin qu'elle et les gens de guerre peussent passer; jusques aux murs : qui ne sembloit pas lors estre possible, parce que l'eaue y estoit trop parfonde, et qu'elle n'avoit point assez grant multitude de gens à ce faire, et aussi parce que la nuyt estoit prouchaine. Non obstant laquelle, elle se tenoit tousjours sur celluy foussé, et ne s'en vouloit retourner ne retraire en aucune manière, pour prière et requeste que luy feirent plusieurs [qui] par diverses fois l'alèrent requerir de soy en partir, et luy remonstrer qu'elle devoit laisser celle entreprinse : jusques à ce que le duc d'Alençon l'envoya querre, et la feist retraire, et toute l'armée, en icelluy villaige de La Villette, là où ilz se logèrent celle nuyt, comme ilz avoient faict le soir de devant.

           

  Et le lendemain s'en retournèrent tous à Sainct Denis; en laquelle ville fut moult louée la Pucelle du bon vouloir et hardy couraige qu'elle avoit monstré, en voulant assaillir si forte çyté et tant bien garnye de gens et d'artillerie, comme estoit la ville de Paris. Et certes aucuns dirent [deppuis] que, se les choses se feussent bien conduictes, qu'il y avoit bien grant apparance qu'elle en fust venue à son vouloir ; car plusieurs notables personnes estans lors dedans Paris, lesquelx con-gnoissoient le roy Charles septiesrne de ce nom estre leur souverain seigneur et le vray héritier du royaume de France, et commant à grant tort et par cruelle vengance on les avoit sepparez et ostez de sa seignourie et obéissance, et mis en la main du roy Henry d'Angleterre par avant mort, et deppuis continuant, soubz le roy Henry, son filx, usurpant lors grant partie du royaume : se feussent mis, [comme deppuis firent, six ans après], et réduiz en l'obéissance de leur souverain seigneur, et luy eussent faict plainière ouverture de sa principalle cyté de Paris. Ce que à ceste fois ne firent pour les causes dessus alléguées. Pour quoy le roy qui vit lors qu'ilz ne monstroient aucun semblant d'eulx vouloir rendre à luy, tint plusieurs conseilz dedans la ville de Sainct Denys ; en la fin desquelz fut advisé que, veue la manière de ceulx de la ville de Paris, la grant puissance des Angloys et Bourguignons y estans dedans, et aussi qu'il n'avoit assez d'argent, ne ne pouvoit avoir illec pour entretenir si grant armée, qu'il feroit le duc de Bourbon son lieutenant général. Ce qu'il feist, et luy ordonna demeurer ès villes, cytez et places à luy obéissans deçà la rivière de Loire ; et pour y mectre grousses garnisons, et les garder et deffendre, luy bailla grant nombre de gens d'armes et foison artillerie.

                                                 


Source : édition MM. Paul Charpentier et Charles Cuissard - 1896
Mise en Français plus moderne : J.B.J. Ayroles (La vraie Jeanne d'Arc - t.III)

Notes :
1 Charles de Poitiers II, seigneur de Clevieu et de Chalençon.

2 Bombe à feu, moin puissante et plus longue que la bombarde et se chargeant par la culasse.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire