Accueil                                                         Admin
19 novembre 2018  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Journal du siège d'Orléans - index
Mars 1429

3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 15 - 16 - 17 - 19 - 21 - 22 - 24 - 27 - 29

3 mars :
e jeudy, troisiesme jour de mars, saillirent les Françoys au matin contre les Angloys, faisans pour lors ung foussé pour aler au couvert de leur bolevart de la Croix Boissée à Saint Ladre d'Orléans, afin que les François ne les peussent veoir ne grever de canons et bombardes. Celle saillie feist grant domaige aux Angloys, car neuf d'eux furent prins prisonniers. Et Oultre ce, y tua maistre Jehan d'une couleuvrine cincq personnes, à deux coups. Et desquelz cincq fut le seigneur de Gres, nepveu du conte de Salebris, qui estoit cappitaine d'Yenville ; dont les Anglois  feirent grans regretz, parce qu'il estoit de grant hardiesse et vaillance.
  Cellui mesmes jour, eut aussy une très forte et grande escarmousche, car les Françoys saillirent d'Orléans, et alèrent jusques bien prez du boulevart des  Angloys estans à la Croix Boissée, et gaignèrent ung canon gectant pierres grousses comme une boule. Et oultre ce en rapportèrent dedans leur ville deux tasses d'argent, une robe fourrée de martres, et plusieurs haches, guisarmes, arc, trousses de fleiches, et autres habillemens de guerre. Mais incontinant aprez, saillirent les Angloys de leur ost et bastilles, portant neuf estandars qu'ilz desployèrent, et chassèrent les Françoys jusques bien près du boulevart de la porte Banier, et ce faict se retirèrent, combien que de rechef et toust retournèrent et chargèrent fort et asprement sur les Françoys, et tant les suivirent de prez, que plusieurs d'entre eulx se gectèrent dedans les foussez d'icelle porte ; contre lesquelz gectèrent ceulx d'Orléans à grant force. Et entre les autres qui là cheurent, furent ung Estienne Fauveau, d'Orléans mesmes. Et ce faisoient, parce qu'ilz ne povoient pas fouyr. En celle escarmousche tuèrent, blecèrent et prindrent les  Angloys plusieurs prisonniers, et par especial y prindrent un vaillant escuier gascon, nommé Regnault Guillaume de Vernade, qui estoit fort blécié.

                                                                            *
                                                                      *         *


4 mars :
  Le lendemain, jour de vendredy, partirent environ trois cens combatans angloys, et s'en alèrent quérir des charniers ès vignes, environ Sainct Ladre et Sainct Jehan de la Ruelle : pourquoy sonna la cloche du beffroy. Mais ce non obstant, ils prinrent et emmenèrent aucuns pouvres laboureurs, labourans leurs vignes, prisonniers. Et celluy mesme jour arrivèrent dedans Orléans douze chevaulx chargez de blé, harengs et autres vivres.

                                                                            *
                                                                      *         *


5 mars :
  Le samedy aprez, cincquiesme d'icelluy moys de mars, fut tiré d'une couleuvrine d'Orléans ; le traict de laquelle tua ung seigneur d'Angleterre, dont les Angloys firent moult grant dueil.

                                                                            *
                                                                      *         *


6 mars :
  Le lendemain, qui fut jour de dimenche, arrivèrent dedans Orléans sept chevaulx  chargez de harengs et autres vivres.

                                                                            *
                                                                      *         *


7 mars :
  Le lundy ensuivant, septiesme du mesme moys de mars, y arrivèrent six chevaulx chargés de harengs. D'autre part tirèrent les Angloys plusieurs coups de bombardes et canons, qui cheurent en la rue des Hostelleries, et firent grant dommaige en divers lieux. Et sy arrivèrent environ quarante Angloys d'Angleterre en leur ost.

                                                                            *
                                                                      *         *

8 mars :
  Le mardy prouchain aprez, saillirent aucuns françoys et  rencontrèrent six marchans et une damoiselle  menant en l'ost neuf chevaulx chargez de vivres, qu'ilz prindrent et amenèrent dedans, Orléans. Ce meisme jour arrivèrent, deux cens Angloys qui venoient de Jargueau ; et pareillement aussi arrivèrent en leur ost et bastilles plusieurs autres venans des garnisons de Beausse. Et  par ce cuidèrent les Francoys qu'ilz voulsissent assaillir auçuns de leurs boulevars. Pour quoy ilz se tindrent sur leurs gardes et apprestèrent toutes choses nécessaires à leur defence, se mestier en estoit.

                                                                            *
                                                                      *         *


9 mars :
  Le lendemain, jour de mecredy, trouvèrent aucuns Françoys que on avoit presque perchié tout le mur de l'Aumosne d'Orléans (1), au droit de la porte Parisis (2) ; et y avoit on fait ung trou pour passer ung homme d'armes. Et oultre fut trouvé ung mur faict tout de nouveau, où avoit deux cannonnières.
Et si on ne peut sçavoir pourquoy il avoit esté faict : dont aucuns  le presumoient en bien, et les autres en mal. Toutesfoiz quoy qu'il  en feust, s'enfouyt le maistre d'icelle Aumosne, si toust qu'il dit  qu'on s'en estoit aperceu ; car de prime face il fut en grand danger de la commocion du peuple, qui feist cellui jour très grant noise et bruit en celle Aumosne.
                                                                            *
                                                                      *         *


10 mars :
  Le jour d'aprez, qui fut jeudy, feist le bastart d'Orléans pendre à ung arbre , ès forsbourg et masures de la porte de Bourgogne, deux hommes d'armes françoys estant au Gallois de Villiers, parce qu'ilz avoient rompu son sauf conduict ; mais si tost qu'ilz furent mors, ils les feist despendre et enterrer ès fauxbours meismes.

  [D'autre part s'en alèrent les Angloys cestui propre jour à Sainct Loup d'Orléans (3) et y commancerent une bastille, qu'ilz fortifièrent, tendans tousjours entretenir leur siège contre Orléans. Pour lequel faire lever, se mist sur les champs Jehanne la Pucelle accompagnée de grant nombre de seigneurs, escuiers et gens de guerre, garniz de vivres et d'artillerie ; et print congé du roy, qui commanda expressément aux seigneurs et gens de guerre, qu'ilz obéissent à elle comme à luy, et aussi le feirent ilz.]

                                                         

... [D'autre part s'en allèrent les Anglois cestuy propre jour à Saint-Loup d'Orléans, et y commencèrent une bastille qu'ils fortifièrent, tendans tousjours entretenir leur siège contre Orléans. Pour lequel faire lever se mit sur les champs Jehanne la Pucelle accompagnée de grand nombre de seigneurs, chevaliers, escuyers et gens de guerre, garnis de vivres et d'artillerie ; et print congé du roi, qui commanda expressément aux seigneurs et gens de guerre, qu'ils obéissent à elle, comme à lui, et aussi le firent-ils.]

                                                                            *
                                                                      *         *


11 mars :
  Le vendredy ensuivant, unziesme jour de ce mesmes moys de mars, sonna la cloche du beffroy, parce que les Angloys estans à Sainct Loup coururent jusques à Sainct Evurtre ; et là, environ les vignes, prindrent plusieurs vignerons, et les emmenèrent prisonniers.

                                                                            *
                                                                      *         *


12 mars :
  Le lendemain saillirent aucuns de la garnison d'Orléans, et en leur retour ramenèrent six prisonniers.

                                                                            *
                                                                      *         *


15 mars :
  Le mardy d'aprez, quinziesme d'icelluy moys, arriva de nuit dedans la ville le bastart de Lange, qui avec luy amena six chevaulx chargez de pouldre de canon. Et ce meisme jour se partirent trente Angloys de la bastille de Sainct Loup, estans habilliez en guise de femmes, et faisans semblant de venir quérir du boys et fagotz de serment, avecques aucunes femmes, qui en apportèrent dedans Orléans. Mais quant ilz virent leur advantaige, ilz saillirent hastivement sur les vignerons, labourans lors ès vignes environ Saict Marc, et là Borde aux Mignons (4), et firent tant qu'ilz en envoyèrent neuf ou dix prisonniers en leurs bastilles.

                                                                            *
                                                                      *         *


16 mars :
  Le lendemain, qui fut mercredy, se partit d'orléans le mareschal de Saincte Sévère, tant pour aler devers le roy, comme pour aler prendre possession de plusieurs terres qui lui estoient eschues par la mort du seigneur de Chasteaubrun, frère de sa femme ; mais il promist à ceulx de la ville, qu'il retourneroit en brief, et ilz furent très contans ; car ilz l'aimoient et prisoient, parce qu'il leur avoict faict plusieurs biens, et aussi pour les grans faiz d'armes que lui et ses gens avoient faiz pour leur deffense.
  Ce mesme jour amenoient les Angloys de la bastille de Sainct Loup grant charroy à leur autre bastille de Sainct Lorens. Et quant ilz furent devant Sainct Ladre, ilz feirent un grand cry : pour quoy sonna la cloche du beffroy ; car les François d'Orléans cuidèrent qu'ilz voulsissent assaillir aucuns de leurs bolevars.

                                                                            *
                                                                      *         *


17 mars :
  Le jeudy ensuivant dix septiesme jour d'icelluy moys, trespassa
maistre Alain de Bey, prevost d'Orléans, et mourut de mort naturelle. Dont ceulx de la ville furent moult doulans, parce qu'il gardoit tousjours bien justice.

                                                                            *
                                                                      *         *


19 mars :
  Le samedy ensuyvant, dix neufviesme du mesme mois et veille de Pasques fleuries, tirèrent les Angloys dedans Orléans plusieurs coups de plus grousses bombardes et canons qu'ilz n'avoient faict par avant, et dont ilz feirent moult de maulx et dommaiges, car une pierre de l'une des bombardes tua que bleca, sept personnes du coup ; de laquelle mourut un potier d'estain, nommé Jehan Tonneau. Et oultre ce, cheut une pierre de canon devant l'hotel de feu Berthault Mignon, dont furent blecez que tuez cinq personnes.

                                                                            *
                                                                      *         *


21 mars :
  Le lundy d'aprez, le vingt ungiesme d'icelluy mois de mars, feirent les François sonner la cloche du beffroy, et saillirent d'Orléans à grant puissance, tant gens de guerre comme citoyens, et autres du pays d'environ, là retraictz ; et s'en allèrent assaillir les bolevers faictz de nouveau par les Angloys au droict de la grange de Cuiveret (5). Mais quant ceulx qui les gardoient les virent approucher, ilz s'en alèrent et se mirent à la fuicte tant qu'ilz se boutèrent dedans leur bastille de Sainct Lorens, et y emportèrent tout ce qu'ilz peurent  de leurs bienz et artillerie. Et incontinent aprèz saillirent de celle bastille, faisant merveilleux criz et semblant de grant hardiesse : tellement qu'ilz rechassèrent les Françoys jusques à l'aumosne de Sainct Pouair ; et combien qu'ilz ne passèrent point oultre, obstant ce que les Françoys se retournèrent contre eulx et les chargèrent tant de canons, couleuvrines et autre traict, qu'ilz les contraingnirent rebouter et retraire à grant haste dedans leurs bastilles. De celles escarmousches acquist grant los, entre les Angloys, ung de leur gentilzhommes, natif d'Angleterre, nommé Robin Héron, car il se monstra vaillant homme d'arme.

                                                                            *
                                                                      *         *


22 mars :
  Le lendemain eut aussi grosse escarmouche, et sonna la cloche du beffroy, parce que les Angloys saillirent en grant nombre contre les François estans yssuz et alez environ Sainct Pouair, et jusques au delà  de la Croix Morin (6) pour escarmoucher, où ilz furent bien recueillez par les Angloys, qui les rechassèrent jusques à l'aumosne Sainct Pouair et au champ Turpin ; combien que enfin recouvrèrent force et se frappèrent dedans les Angloys par tant grant hardiesse, qu'ilz les firent reculler arrière vers leurs bastilles. L'un desquelz non soy donnant garde, cheut dedans ung puis prez de la Croix Morin, dedans lequel il fut tué par les Françoys.

       

  [Ce mesme jour de mardy, la Pucelle estant à Bloys, où elle séjournois, actendant partie de ceulx de sa compaignie, qui n'estoient pas  aincoires arrivez : envoya ung herault par devers les seigneurs et cappitaines angloys, estant devant Orléans, et par eulx lui escripvit unes lettres, qu'elle mesmes dicta, et ayant en chef dessus, comme ayant principal titre, Jesus Maria, et commençant aprez en marge comme il suit :

    "Roy d'Angleterre, faictes raison au roi du ciel de son sang royal ; rendez les clefz à la Pucelle de toutes les bonnes villes que vous avez enforcées. Elle est venue de par Dieu pour réclamer le sang royal, et est toute preste de faire paix, se vous voulez faire raison, par ainsi que [France] vous mectez jus, et payez de ce que vous l'avez tenue. Roy d'Angleterre, se ainsi ne le faictes ; je suis chef de guerre : en quelque lieu que je actaindray voz gens en France, se ilz ne veullent obéir, je les feray yssir veullent ou non. Et s'ilz veullent obéyr, à mercy je les prendray. Croyez que s'ilz ne veullent obéyr, la Pucelle vient pour les occire. Elle vient de par le roy du ciel, corps pour corps, vous bouter hors de France. Et vous promect et certiffie la Pucelle, qu'elle y fera si grant hahay, que deppuis mil ans en France, ne fut veu si grant, se vous ne lui faictes raison. Et croyez fermement que le roy du ciel lui envoyra plus de force à elle et à ses bons gens d'armes que ne sçauriez avoir à cent assaulx.
  Entre vous, archiers, compaignons d'armes, qui estes devant Orléans, allez vous en en vostre pays, de par Dieu. Et ainsi ne le faictes, donnez vous garde de la Pucelle, et de vos dommaiges vous souviengne. Ne prenez mie vostre oppinion, que vous ne tendrez mie France du roy du ciel, du filz de Saincte Marie ; mais  la tendra le roi Charles, vray héritier, à qui Dieu l'a donnée, qui
entrera à Paris en belle compaignie. Se vous ne croyez les nouvelles de Dieu et de la Pucelle, en quelque lieu que vous trouverons, nous fierrons dedans à horions, et sy verrez lesquelz milleur droit auront de Dieu ou de vous.
  Guillaume de la Poulle, comte de Suffort, Jehan, sire de Thalbot, Thomas, sire d'Escalles, lieutenant du duc de Bethefort, soy disant  régent du royaume de France pour le roy de Angleterre, faictes responce, se vous voulez faire ou non à la cité d'Orléans. Se ainsi ne le faictes, de voz dommaiges vous souviengne.
  Duc de Bethefort, qui vous dites régent de France pour le roy d'Angleterre, la Pucelle requiert et prie, que vous faciez mie destruire. Se vous ne lui faictes raison, elle fera tant que les François feront le plus beau faict qui oncques fut faict en la chrestienté.

  Escrit le mardy en la grant sepmaine
  Entendez des nouvelles de Dieu et de la Pucelle."

"Au duc de Bethefort, qui se dit régent du royaume de France pour le
roy d'Angleterre."

  Quand les seigneurs et cappitaines angloys eurent leues et entendues les   lettres, ilz furent courrouchez à merveilles, et ou despit de la Pucelle, disant d'elle moult de villaines parolles, par expécial l'appellant ribaulde, vachère, la menaschant de la faire bruler, reteindrent le  hérault porteur des lettres, tenant à mocquerie tout ce qu'elle leur avoit escript.]

                                                         

  [Ce même jour de mardi, la Pucelle étant à Blois, où elle séjournait en attendant une partie de ses hommes qui n'étaient pas arrivés, envoya un héraut vers les seigneurs et capitaines anglais devant Orléans, et par ce héraut leur transmit une lettre qu'elle même dicta, ayant en tête comme principal titre JESUS, MARIA, et commençant après en marge comme il suit :
    "Roy d'Angleterre, faites raison au Roy du Ciel, etc..."

Quand les seigneurs et capitaines anglais eurent lu et entendu ces lettres, ils furent merveilleusement courroucés, et par haine de la Pucelle, en disant d'elle moult de vilaines paroles, spécialement en l'appelant ribaude, vachère, en la menaçant de la faire brûler, ils retinrent le héraut porteur des lettres, faisant moquerie de ce qu'elle leur avait écrit.]


                                                                            *
                                                                      *         *


24 mars :
  Le jeudy apres prouchain et vingt quatriesme de mesmes mois de mars, et jour de jeudy absolut, tirèrent les Angloys d'une bombarde dedans Orléans, dont la pierre qui cheut en la rue de la Charpenterie, tua que blecha trois personnes. Durant lequel jour courut grant bruit, que aucuns de la cité la debvoient trahir et bailler ès mains des  Angloys ; pour quoy celluy mesme jour et lendemain, veille de sainctes Pasques, et le jour aussi, furent les gens de guerre y estant retraictz pareillement, tousjours en armes et chacun sur sa garde, tant en la ville et sur les murs, comme ès boulevars d'entour.

                                                                            *
                                                                      *         *


27 mars :
  Le jour de sainctes Pasques, qui furent le vint septiesme d'icelluy
mois de mars mil quatre cens vingt neuf, furent le vingt septiesme   d'icelluy mois de mars mil quatre cens vingt neuf, furent trèves données et octroées d'une part et d'autre entre les François d'Orléans et les Angloys tenans le siège.

                                                                            *
                                                                      *         *


29 mars :
  Le mardy ensuivant, vingt neufiesme du mesme moys, arriverent dedans la ville aucun nombre de bestial et autres vivres.


                                                 


Source : édition MM. Paul Charpentier et Charles Cuissard - 1896
Mise en Français plus moderne : J.B.J. Ayroles (La vraie Jeanne d'Arc - t.III)

Notes :
1 L'Hôtel-Dieu était attenant à la cathédrale, sur la Place Pothier. De la porte Parisie, il n'est resté que le nom donné à la rue Parisis. Le maître de l'Aumône était celui qui dirigeait l'établissement ; il se nommait Jean Godefroy, d'après l'abbé Bellu (Archives de la Charité, p.198)

2 Cette porte se trouvait non loin du cloître St Etienne.

3 La bastille St Loup avait été construite sur les ruines de l'église et du monastère St Loup et, située sur le haut du coteau, elle  présentait une excellente position militaire. En outre, faisant face au port Saint Loup, qui se trouvait vis à vis sur la rive gauche, elle permettait de tirer sur les bateaux qu'on y chargeait.

4 La Borde aux Mignons est une maison située dans la paroisse Saint Marc, à l'ouest du Bourg-Neuf et tout près du chemin de la Croix-Fleury.

5 Le boulevart de la Grange de Cuiveret était construit sur le pavé de la porte Saint Jean, un peu plus près de la ville que le chemin qui va gagner le faubourg Madelaine et Ingé. Cette grange appartenait  probablement à un boulanger nommé Quiévret, dont il est parlé dans les comptes de forteresse de 1428-1430. Ce boulevart était aussi appelé des Douze-Pierres, du nom d'un quartier désigné dans un Compte de forteresse de 1443.

6 A l'embranchement des deux chemins conduisant l'un à la Madeleine et l'autre à Saint Jean. Un clos compris entre ces chemins appartenait à un nommé Morin qui lui a donné son nom, ainsi qu'à la croix qui était à l'extrémité. Le nécrologue de Sainte Croix dit : "Vineæ sancti Laurentii in clauso Morini"





Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire