Accueil                                                         Admin
19 novembre 2018  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Journal du siège d'Orléans - index
Octobre 1428

12 - 17 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 27

12 octobre :
e conte de Salebris (1), qui estoit bien grant seigneur et le plus renommé en faictz d'armes de tous les Angloys, et qui pour Henry, roi d'Angleterre (2) dont il estoit parent, et comme son lieutenant et chef de son armée en ce royaulme, avoit esté présent en plusieurs batailles et diverses rencontres et conquestes contre les François où il s'estoit toujours vaillamment maintenu, cuydant prendre par force la cité d'Orléans, laquelle tenant le party du roy son souverain seigneur Charles, septiesme du nom, la vint assiéger, le mardi douziesme jour d'octobre mil quatre cens vingt huit à tout grant ost et armée, qu'il feist loger du costé de la Soloigne, et prez de l'ung des bourgs que on dict Le Porteriau (3). Ouquel ost et armée estoit avec luy Messire Guillaume de la Poulle, conte de Suffort et Messire Jehan de la Poulle, son frère, le seigneur d'Escalles (4), le seigneur de Fouquembergue (5), le bailli d'Évreux, le seigneur de Gres (6), le seigneur de Moulins (7), le seigneur de Pomus (8), Glacidas (9), Messire Lancelot de Lisle (10), mareschal de l'ost, et plusieurs autres seigneurs et gens de guerre, tant Angloys comme aultres faulx François tenans leur party. Mais les gens de guerre y estant en garnison avoient ce mesme jour avant la venue des Angloys, du conseil et ayde des cytoyens d'Orléans, faict abatre l'esglise et convent des Augustins d'Orléans (11), et toutes les maisons qui lors estoyent audict Porteriau, affin que leurs ennemys ne peussent estre logés ne y faire fortificacions contre la cité.

                                                                            *
                                                                      *         *


17 octobre :
  Le dimanche ensuyvant, gectèrent les Angloys dedens la cité six vingtz et quatre pierres de bombardes et gros canons : dont telles pierres y avoit qui pesoient cent seize livres. Et entre les autres avoient assiz près de la turcie de Sainct Jehan le Blanc, entre le pressouer de la Favière (12) et le Portereau, ung gros canon, qu'ilz nommoient Passe voulant. Lequel gectoit pierres pesans quatre vingtz livres, qui feit moult de dommaiges aux maisons et édiffices d'Orléans, combien qu'il n'y tua ne blessa si non une femme nommée Belles, demourant près la poterne Chesneau (13).
  Cette mesme sepmaine, rompirent aussy et abatirent les canons des Angloys douze moulins qui estoient sur la riviere de Loire (14), entre la cité et la Tour neufve. Pour quoy ceulx d'Orléans feirent faire dedens la ville unze moulins à chevaulx qui moult les reconfortoient. Et non obstant les canons et engins des Angloys, feirent sur eulx les Françoys estans dedens Orléans, plusieurs saillyes et escarmouches entre les Tournelles (15) du pont et Sainct Jehan le Blanc, depuis celluy jour de dimenche jusques au jeudi vingt et ungnieme jour du mesme moys.


                                                                            *
                                                                      *         *


21 octobre :
  Auquel jour de jeudi, assaillirent les Angloys ung boulevert qui estoit faict de fagotz et de terre, assiz devant les Tournelles, dont l'assault dura quatre heures sans cesser, car ils commencerent dès dix heures au matin, et ne le laissèrent jusques à deux heures après midi, là où furent faictz plusieurs beaulx faitz d'armes, tant d'une part que d'aultre. Des principaulx Françoys qui gardoient le boulevert, estoient le seigneur de Villars (16), capitaine de Montargi, messire Mathias (17), Arragonnois, le seigneur de Guitry (18), le seigneur de Courras (19), gascon, le seigneur de Sainctes Trailles (20), et son frère Poton de Sainctes Trailles (21), aussi gascons, Pierre de la Chappelle, gentilhomme du pays de Beausse (22), et plusieurs aultres chevalliers et escuiers, sans les citoyens d'Orléans, qui tous se portèrent très vaillamment.
  Pareillement y feirent grant secours les femmes d'Orléans ; car elles ne cessoient de porter très diligemment à ceulx qui deffendoient le boulevert, plusieurs choses nécessaires, comme eaues, huilles, gresses bouillans, chaux, cendres et chaussetrapes. En la fin de l'assault, y furent plusieurs blessez d'une partie et d'autre, mais trop plus des Angloys, dont il en mourut plus de douze vingtz. Lors advint que durant l'assault, chevauchoit par Orléans le seigneur de Gaucourt (23), car il en estoit gouverneur ; mais en passant par devant Sainct Pere Empont (24), il cheut de son cheval par cas d'aventure, tellement qu'il se desnoua le bras ; si fust incontinent mené aux estuves pour appareiller (25).


                                                                            *
                                                                      *         *


22 octobre :
  Le vendredy ensuyvant vingt-deuxiesme jour d'icelluy mois d'octobre, sonna la cloche du beffroy, par ce que les Françoys cuidoient que les Angloys assaillirent le boulevert des Tournelles du bout du pont par la mine dont l'avoient miné ; mais ilz s'en deportèrent pour celle heure. Et ce meisme jour rompirent ceulx d'Orléans une arche du pont, et feirent ung boulevert au droit de la Belle Croix (26), qui est le pont (27).

                                              

                                                                            *
                                                                      *         *


23 octobre :
  Le samedy ensuivant, vingt troisiesme jour d'icelluy mois, bruslerent et abatirent ceulx d'Orléans le bolevert des Tournelles et le habandonnerent, par ce qu'il estoit tout myné, et n'estoit pas tenable, au dit des gens de guerre.

                                                                            *
                                                                      *         *

24 octobre :
  Le dimenche ensuivant, vingt quatriesme jour de ce mesme mois d'octobre, assaillirent les Angloys et prindrent les Tournelles au bout du pont, parce qu'elles estoient tout desmolies et brisées des canons et grosse artillerie que ilz avoient gectez contre. Et aussi ni eut point de deffence, parce qu'on  ne se osoit tenir dessoubz.
  Celluy jour de dimenche au soir, voult le conte de Salebris, ayant avec  luy le cappitaine Glacidas et plusieurs autres, aller dedans les Tournelles, aprez que elles eurent esté prinses, pour regarder mieulx l'assiecte d'Orléans ; mais ainsi qu'il y fut, regardant la ville par les fenestres des Tournelles, il fut actaint d'un canon que on disoit avoir esté tiré d'une tour appelée la tour Nostre Dame (28) combien qu'il ne fut oncques sceu proprement de quel part il avoit été gecté ; pour quoi fut dès lors [et deppuis aussi] par plusieurs que c'estoit euvre divine. Le coup d'icelluy canon le frappa en la teste tellement qu'il lui abatit la moictié de la joue et creva ung des yeux : qui fut un très grant bien pour ce royaume, car il estoit chief de l'armée, le plus craint et renommé en armes de tous les Anglois.
  Ce meisme jour de dimenche que les Tournelles avoient esté perdues, rompirent les François, estans dedens la cité, ung autre bolevart très fort. Et d'autre part rompirent les Anglois deux arches du pont devant les Tournelles, après qu'ils les eurent prinses, et y firent un très gros bolevart de terre et de  gros fagotz.


   


                                                                            *
                                                                      *         *


25 octobre :
  Le lundy ensuyvant, vingt cinquiesme jour d'icelluy moys d'octobre, arriverent dedens Orléans pour la conforter, secourir et ayder, plusieurs nobles seigneurs, chevalliers, capitaines et escuyers fort renommez en guerre, desquels estoient les principaulx : Jehan bastard d'Orléans (29), le seigneur de Sainct Sevère, mareschal de France (30), le seigneur de Bueil (31), messire Jacques de Chabannes (32), seneschal de Bourbonnoys, le seigneur de Chaumont sur Loire (33), messire Theaulde de Valpergue, chevalier lombard, et ung vaillant cappitaine gascon, appelé Estienne de Vignolles, dit  La Hire qui estoit de moult gran renom, et vaillans gens de guerre estans en sa compaignie. Et pour lors estoit cappitaine de Vendosme messire Cernay (34), Arragonoys, et plusieurs autres, accompaignez de huit cens combatans, tant hommes d'armes, comme archiers, arbalestriers, avecques autres infanterie d'Italie, qui portèrent tergons.


                                                                            *
                                                                      *         *

27 octobre :
  Le mercredi ensuyvant, vingt septiesme jour d'icelluy moys, trespassa de nuit le conte de Salebris en la ville de Meung sur Loire, où il avoit esté porté du siége, après qu'il eut recu le coup de canon dont il mourut. De la mort duquel furent fort esbahiz et doulans les Angloys tenans le siège, et en feirent grant deuil, combien qu'ilz faisoient le plus secretement qu'ilz povoient, de paour que ceulx de Orléans ne s'en apperceussent. Si feirent vuyder les entrailles, et envoyer le corps en Anglelerre. La mort duquel conte fait grant dommaige aux Angloys, et par le contraire grant prouffit aux Françoys. Plu
sieurs dirent [depuis] que le conte de Salebris print telle fin par divin jugement de Dieu, et le croyent, tant pour ce qu'il avoit failly de promesse au duc d'Orléans prisonnier en Angleterre, auquel il avoit promis qu'il ne mesferoit en aucune de ses terres, comme aussy parce qu'il n'espargnoit monastères ne églises qu'il pillast et feist piller, puis qu'il y peust entrer : qui sont choses asset induisans à croire que ses jours en furent abbregez par juste vengence de Dieu. Et en especial fut pillée féglise Nostre Dame de Cléry et le bourg aussy pareillement.

                                                 


Source : édition MM. Paul Charpentier et Charles Cuissard - 1896

Illustrations :
- Belle-croix sur le pont d'Orléans (Mém.société des archives de l'orléanais - 1895 - t.XXVI)
- Les Tourelles vers 1428 ("Histoire de la ville d'Orléans" - Vergnaud)


Notes :
1 Thomas Montaigu, Comte de Salisbury et de Sarum, avait le commandement en chef des troupes anglaises à Cravent, prit part à la bataille de Verneuil et en 1427 était retourné en Angleterre avec de grandes richesses. Il en fut rappelé pour le siège d'Orléans.

2 Henri VI, roi d'Angleterre.

3 Aujourd'hui le Portereau du Coq. Le Portereau du Coq se dirigeait vers St Jean le Blanc. C'est en bas que campèrent les Anglais.

4 Thomas Scales.

5 Guillaume Neville, Lord Falcombridge, Capitaine d'Évreux.

6 Richard, seigneur de Grey ou Gray, neveu de Salibury et Capitaine de Janville. Il fut tué le 3 mars par la couleuvriine de maître Jehan.

7 Guillaume de Molins, frère de Guillaume (William) Glasdall.

8 Richard Ponyngs qui fut tué aux Tourelles et son chapelain prisonnier.

9 William Glasdall, bailli d'Alençon, tué aux Tourelles. Son corps exposé à Paris pendant 8 jours fut ramené en Angleterre.

10 Lancelot de Lisle qui eut la tête emportée par un boulet le 10 janvier.

11 L'église et le couvent des Augustins près du pont et des Tourelles.

12 Le pressoir de la Favière, suivant l'abbé Dubois, était la maison qui touchait à l'ancienne raffinerie et avait son entrée dans le Portereau du Coq.

13 La poterne Chesneau est le nom d'un particulier qui demeurait non loin de là s'appelait au IX° posterula sancti benedicti. Cette porte était la seule par laquelle on pouvait se rendre au fleuve en temps de guerre.

14 Ces moulins étaient assis sur des bateaux. La Tour Neuve était à l'extrémité de la rue de ce nom.

15 A la tête du Pont, côté sud, il y avait une porte défendue par deux tours fort élevées qu'on nommait les Tourelles. Ces tours étaient séparées de leur boulevart par un bras de la Loire qui en rendait l'approche très difficile, et sur lequel se trouvait un pont que la Pucelle fit sauter. Le boulevart des Tourelles avait, suivant l'abbé Dubois, 60 pieds de long sur 80 de large, et était environné d'un fossé de 24 pieds de large.


16 Archambaut de Villars, autrefois favori du Duc d'Orléans, s'était rendu célèbre dans le combat de Montendre, en 1402, entre 7 Anglais et 7 Français.

17 Ce personnage appelé Madre dans les comptes de la ville ; il était seigneur d'Archiac.

18 Guillaume de Chaumont, seigneur de Guitry.

19 Raimond Arnauld, seigneur de Corraze, était béarnais et gascon.

20 Le seigneur de Xaintrailles, frère de Poton se nommait Jean.

21 Poton de Xaintrailles, bailli de Berry, vicomte de Brouttes, maréchal de France.

22 Pierre de la Chapelle dont le chateau selon Lebreun des Charmettes s'élevait à La Chapelle-Saint-Mesmin sur les bords de la Loire.

23 Le Sire de Gaucourt était gouverneur d'Orléans depuis le 28 mars 1426, par lettres du Duc Charles, prisonnier en Angleterre. Il déposa dans le procès  de réhabilitation et mourut à plus de 85 ans.

24 Cette église aujourd'hui démolie, aboutissait sur la rue allant directement au pont romain situé à la poterne Chesneau. La Tour servant de beffroi à la vilel avant que les échevins aient fait élever celle du Musée.Il y avait un guetteur jour et nuit. C'est lui qui donna régulièrement l'alarme. Les comptes dela ville en parlent régulièrement.

25 Il y avait deux sortes d'étuves (ou salles de bains) : les unes pour les hommes, les autres pour les femmes. Les premières se trouvaient dans la rue du Petit-puits derrière St Donatien.


26 La Belle Croix était un monument de bronze doré élevé sur le pont en 1407 orné de 4 bas-reliefs représentant : la Ste Vierge, saint Pierre et saint Paul, saint Jacques et saint Etienne et enfin saint Euverte. Cette croix avait été placée sur le pilier qui séparait la cinquième arche de la sixième. Brisée en 1562, refondue et rétablie en 1578, la Belle Croix subsista jusqu'en 1729.

27 La plus ancienne mention de ce pont remonte à 1178. Il était composé de dix-neuf arches. Vers le milieu, il s'appuyait sur une île.

28 La tour Nostre-Dame tirait son nom d'une chapelle adossée aux murs de la ville, à l'endroit où est le choeur de l'église de Recouvrance. Elle était située entre la tour de la Barre-Flambert et celle de l'abreuvoir.

29 Jean d'Orléans, comte de Dunois et de Longueville, grand chambellan de France et plus grand capitaine de son temps, était le fils naturel de Louis, duc d'Orléans et de la dame de Cany. Pour récompense ses mérites, Charles VII lui donna le titre de "restaurateur de la patrie". Il mourut en 1468, son corps fut ramené à Cléry aux côtés de sa seconde femme Charlotte de Harcourt.

30 Jean de Brosse, seigneur de Sainte-Sévère, d'Huriel et de la Pérouse et de  Boussac, conseiller et chambellan du roi, fut fait maréchal de France le 17 juillet 1426 et mourut en 1433 ayant dépensé tous ses biens au service du souverain.

31 Jean V, sire de Bueil, seigneur de Montrésor, de Saint-Calais et comte de Sancerre. Il fut fait amiral de France en 1450.

32 Jacques de Chabanne, seigneur de la Palice, grand maître d'hôtel de France, mourut de contagion un mois après la bataille de Castillon en 1453.

33 Pierre d'Amboise, seigneur de Chaumont-sur-Loire, chevalier et chabellan des rois Charles VII et Louis XI, mourut le 28 juin 1473.

34 Guillaume de Cernay, Ternay ou même Sarnay d'après les comptes de ville.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire