Accueil                                                         Admin
06 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Les mémoires de Le Fèvre de Saint-Rémy - index
Chap.153 - [Comment le duc de Bourgongne assega la ville de Compiengne
où la Pucelle Jehenne fut prinse par une sallye qu'elle feit, et de
pluiseurs aultres fais de guerre.]

u mois de may M CCCC XXX, le duc mist le siége devant une forteresse séant sur la rivière d'Enne, près de la ville de Compiengne, nommée le Pont-à-Choisy, et falloit passer une grosse rivière nommée Oize, et la passoit on à ung villaige nommé le Pontl'Evesque, assez près de la cité de Noion ; et estoit ledict passage gardé de deulx vaillans chevalliers d'Angleterre. Et en icelluy s'estoient les adversaires du duc assemblez en grant nombre pour combattre le duc ; et là estoit Jehenne la Pucelle, laquelle estoit comme chief de la guerre du roy, adversaire pour lors du duc ; et creoient les adversaires qu'elle mectroit les guerres à fin, car elle disoit qu'il luy estoit revelé par la bouche de Dieu et d'aulcuns Sains. Si conclurent lesdis adversaires d'aller ruer jus ceulx qui gardoient ledict pont ; et de faict les allèrent assaillir très radement ; mais les chevalliers dessusdiz se deffendirent si vaillamment, que les ennemis ne les peulrent grever. Et aussy le seigneur de Saveuses et aultres des gens du duc les vindrent aydier et secourir en toutte dilligence ; et y eult grant foison de navrez d'ung costé et d'aultre ; et ne firent lesdiz adversaires aultre chose pour l'eure ; ains retournèrent chascun en leurs villes et forteresses, et les chevalliers demourèrent gardans le dict pont tant que le duc fut devant ledit Pont-à-Choisy, où il fut dix jours ; et s'enfuyrent ceulx de ladicte place.
  Et tantost aprez que le duc eust prins ledict Pont-à-Choisy, repassa ledict pont et rivière, et se loga à une lieue près de Compiengne, et son ost ès villaige près de ladicte ville. Et ainsy que le duc ordonnoit ses gens pour mectre son siége devant ladicte ville de Compiengne, qui est grosse et grande ville, de grant tour, et enclose en partie de deulx rivières d'Oize et d'Enne, quy assemblent devant ladicte ville ou assez près, (et estoit capitaine de ladicte ville de Compiengne, un escuyer nommé Guillaume de Flavi, lequel faisoit de grans maulx ès pays du duc) : adont vint en la ville de Compiengne la Pucelle par nuyt et y fut deulx nuis et ung jour ; et au deuxiesme jour, dist qu'elle avoit eu revelacion de Dieu qu'elle mectroit à desconfiture les Bourgongnons. Si fist fermer les portes de ladicte ville, et assembla ses gens et ceulx de la ville et leur dist la revélacion que luy estoit faicte, comme elle disoit ; c'est assavoir que Dieu luy avoit faict dire par saincte Katherine, qu'elle yssist ce jour allencontre de ses ennemis et qu'elle desconfiroit le duc ; et seroit prins de sa personne et tous ses gens prins, mors et mis en fuite ; et que de ce ne faisoit nulle doubte. Or est vray que par la créance que les gens de son party avoient en elle, le crurent. Et furent ce jour les portes fermées jusques environ deulx heures apprès midy que la Pucelle yssist, montée sur ung moult bel coursier, très bien armée de plain harnois et par dessus une riche heucque de drap d'or vermeil ; et apprès elle son estandart et tous les gens de guerre estans en la ville de Compiengne ; et s'en allèrent en très belle ordonnance assaillir les gens des premiers logis du duc.
  Là estoit un vaillant chevallier, nommé Bauldot de Noyelle, quy depuis fut chevalier de l'ordre de la Thoison d'Or ; lequel, luy et ses gens, se deffendirent moult vaillamment, non obstant qu'ilz furent sousprins. Et pendant l'assault, le conte de Ligny, en sa compaignie le seigneur de Crequy, tous deulx chevaliers de l'ordre de la Thoison d'Or, à bien petit nombre de gens, se mirent à approchier la Pucelle et ses gens ; laquelle pour la resistence qu'elle avoit trouvée au logis dudict Bauldot de Noyelle, et aussy pour le grant nombre des gens du duc quy de toutez parts arrivoient où la noise estoit, si commenchèrent à retrayre. Si se frappèrent les Bourgongnons dedens si très rudement, que plusieurs en furent prins, mors et noiez. Et la Pucelle si soustenoit toutte la dernière le faiz de ses adversaires ; et y fut prinse par l'ung des gens du conte de Ligny ; et le frère de la Pucelle et son maistre d'hostel. Laquelle Pucelle fut menée à grant joie devers le duc, lequel venoit à toutte dilligence en l'ayde et secours de ses gens. Lequel fut moult joyeulx de la prinse d'icelle pour le grant nom qu'elle avoit ; car il ne sembloit point à pluiseurs de son party que ses œuvres ne fussent [si non] miraculeuses.

                

                                                         

  Au mois de mai MCCCCXXX le duc mit le siège devant une forteresse assise sur la rivière de l'Aisne, près de la ville de Compiègne, et nommée le Pont-à-Choisy. Il fallait passer une grosse rivière nommée l'Oise, et on la passait à un village nommé le Pont-1'Evêque, fort près de la cité de Noyon; le passage en était gardé par deux vaillants chevaliers d'Angleterre. En ce passage les adversaires du duc s'étaient assemblés en grand nombre pour le combatttre ; dans leurs rangs était Jeanne la Pucelle, qui était comme le chef de l'armée du roi alors adversaire du duc ; et les adversaires croyaient qu'elle mettrait fin à la guerre, car elle disait que cela lui était révélé par la bouche de Dieu et de quelques saints. Les adversaires du duc projetèrent d'aller battre ceux qui gardaient le pont, et de fait ils les assaillirent très raidement; mais les chevaliers dessusdits se défendirent si vaillament que les ennemis ne les purent vaincre. Il est vrai que le seigneur de Saveuse et d'autres gens du duc vinrent les aider et secourir en toute diligence ; il y eut de côté et d'autres beaucoup de blessés; ce fut tout ce que les assaillants obtinrent sur l'heure. Ils retournèrent chacun en leurs villes et forteresses ; et les chevaliers demeurèrent gardiens dudit pont, tant que le duc fut au Pont-à-Choisy, où il resta dix jours, après lesquels s"enfuirent ceux qui gardaient la place.

        

  Après que le duc eut pris le Pont-à-Choisy, il repassa ledit pont et la rivière, et se logea à une lieue près de Compiègne et son armée dans les villages des environs. Il ordonnait ses gens pour mettre le siège devant cette ville qui est grosse et grande, de grand tour, enclose en partie de deux rivières l'Oise et l'Aisne qui se joignent devant ou tout près de ses murailles et où commandait comme capitaine un écuyer nommé Guillaume de Flavy, qui faisait de grands maux dans les pays du duc, quand par une nuit la Pucelle vint à Compiègne, où elle fut deux nuits et un jour. Le second jour elle dit avoir eu révélation de Dieu qu'elle mettrait les Bourguignons en déconfiture. Elle fit fermer les portes de la ville, assembla ses gens et ceux de la place, et leur dit la révélation qui, à ce qu'elle disait, lui avait été faite, c'est à savoir que Dieu lui avait fait dire, par sainte Catherine, qu'elle fît en ce jour une sortie contre les ennemis, qu'elle déconfirait le duc, qu'il serait pris de sa personne, que tous ses gens seraient pris, morts et mis en fuite, et que de cela elle ne faisait nul doute. Or il est vrai que les gens de son parti le crurent par la créance qu'ils avaient en elle. Les portes, ce jour-là, restèrent fermées jusqu'à deux heures après midi que la Pucelle sortit, montée sur un très beau coursier, très bien armée, pleinement équipée, et portant par dessus une riche huque de drap d'or vermeil ; derrière flottait son étendard et marchaient tous les gens de guerre de la ville de Compiègne, et ils allèrent en très belle ordonnance assaillir les gens des premiers logis du duc.
  Là était un vaillant chevalier nommé Baudot de Noyelle qui fut depuis chevalier de l'ordre de la Toison d'Or. Lui et ses gens, nonobstant qu'ils furent surpris, se défendirent très vaillamment. Pendant le combat, le comte de Ligny, ayant en sa compagnie le seigneur de Créquy, tous deux chevaliers de l'ordre de la Toison d'Or, et avec eux un petit nombre de gens, se mirent à approcher la Pucelle et ses combattants. La résistance opposée par le poste de Baudot de Noyelle, et aussi le grand nombre des gens du duc, qui arrivaient de toutes parts au lieu de la mêlée, commencèrent à faire reculer la Pucelle et ses hommes. Les Bourguignons se jetèrent sur eux avec tant de force que plusieurs en furent pris, morts et noyés. La Pucelle la toute dernière soutenait le faix de ses adversaires, quand elle fut prise par l'un des gens du comte de Ligny, ainsi que son frère et son maître d'hôtel. Laquelle Pucelle fut menée à grande joie vers le duc, qui venait en toute diligence à l'aide et au secours de ses gens. Il fut très joyeux de cette prise pour le grand nom qu'avait icelle Pucelle ; car il ne semblait pas à plusieurs de son parti que ses oeuvres fussent autres que miraculeuses.


                                                 


Présentation et texte original - Quicherat, t.IV, p.429 et suiv.
Mise en Français plus moderne : J.B.J. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc" - t.III, p.504 et suiv.

Notes :
/



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire