Accueil                                                         Admin
20 octobre 2021  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de Perceval de Cagny - index
4 - Comment la Pucelle print et leva les bastilles d'Orléans

n celui an MCCCCXXIX, le IV° jour du mois de may après disner, la Pucelle appela les capitaines, et leur ordonna que eulx et leurs gens fussent armez et prestz à l'eure qu'elle ordonna : à laquelle elle fut preste et à cheval plus tost que nul des autres cappitaines, et fist sonner sa trompille ; son estandart après elle, ala parmy la ville dire que chacun montast, et vint faire ouvrir la porte de Bourgoigne et se mist aux champs. Les gens de la ville, qui estoient en bon abillement de guerre, avoient ferme espérance que les Englois ne leur pourroient [faire] mal en sa compaignie ; saillirent dehors à très grant nombre. Et après se misrent aux champs les mareschaulx de Rais et de Boussac, le bastart d'Orléens, le sire de Graville (1) et les autres cappitaines. La Pucelle leur ordonna à garder que les Englois qui estoient dedens leurs bastilles en bien grant nombre, ne peussent venir après elle et ses gens de pié de la ville. Elle print poy des gens d'armes avec elle, et s'en ala devant la bastille de l'abbaye des Dames, nommée Saint Lo, en laquelle estoient environ IIIc Englois. Si tost comme les gens de la ville d'Orléens y furent arrivez, incontinent ilz alèrent à l'assault. La Pucelle print son estendart et se vint mettre sur le bort des fossez. Tentost après ceulx de la place se vouldrent rendre à elle. Elle ne les voult recevoir à rançon et dist qu'elle les prendrait maulgré eulx, et fist renforcier son assault. Et incontinent fut la place prinse et presque tous mis à mort. Ce fait, elle retourna en la ville d'Orléens, et les seigneurs avecques, qui l'avoient attendue, qui tous se donnoient merveilles de ses faiz et de ses parolles. Ne oncques nul des autres Englois ne se misdrent en nulle ordonnance, ne ne firent semblant de saillir hors de leurs places, ne emplus que se ilz n'eussent veu ne ouy chose qui leur deust desplaire.
  Tout le jour de lendemain qui fut jeudi, la Pucelle ne nul des capitaines ne se bougèrent de ladicte ville (2). Le vendredi, à heure de vespres, elle dist que chacun fust armé et prest, et en bataulx vint passer la rivière devers la Salloingne. Tous ne la suyrent pas comme elle cuidoit. Aussi tost comme elle fust descendue à terre et pou de gens avecques elles, elle se ala mectre devant la bastille des Augustins, son estendart en sa main, et fist sonner trompilles à l'assault incontinent ; et après ce ne demoura gaires que la place ne fut prinse. Et ce fait, ceulx de sa compaignie cuidoient que elle deust retourner à résir à la ville. Elle se logea en laditte bastille, qui estoit moult bien garnie de vivres, et dist : "Par mon martin, je auray demain les tours de la bastille du pont, ne n'entreray en Orléens jusques à ce qu'elles soient en la main du bon roy Charles." Et manda à ceulx qui estoient en la ville demourez, fussent l'endemain bien matin devers elle.
  Glacidaz demoura cappitaine des tours et de la Bastille des ponz après la mort du conte de Salsebery qui fut tué dedens, d'une pierre de canon, et ne fut oncques sceu qui la gecta ne dont elle vint. La place sembloit imprenable d'assault à toutes gens de guerre et estoit garnie de tous les abillemens qui appartiennent à la deffence de place assaillie. Et si avoit ledit Glacidas avecques lui en la place de VII à VIIIc Englois telz que bon lui avoit semblé pour sa seurté. Et n'y avoit celuy des cappitaines à qui il ne semblast impossible que laditte place deust estre prime en ung mois à plus de gens la moitié que ilz n'estoient. La Pucelle dist à ceulx qui estoient avecques elle : "Par mon martin, je la prendray demain et retourneray en la ville par sus les pons."

  

  Le samedi à VII heures du matin, elle fist sonner ses trompilles et fist sçavoir que chacun fust prest d'aler donner l'assault. Et environ vii heures elle print son estendart et s'ala metre sus le bort des fossez. Et incontinent commencèrent à gecter grant nombre de cagnons et de coulevrines du costé de dehors. Et ceulx de dedens faisoient tout ce que possible leur estoit pour deffence. On entra dedens leurs fossez maulgré eulx. L'assault fut dur et long ; et furent plusieurs de ceulx de dedens mors et biéciés et pou des autres. En ce jour leur fut donné par iii ou iv fois l'assault, et tousjours la Pucelle reconfortoit ses gens en leur disant "Ne vous doubtez, la place est nostre." Et environ l'eure de vespre elle se mist ou font des fossés, et incontinent ilz furent apportez plusieurs eschielles et renforsa l'assault de coulevrines et gens de trait. Et ne demoura gaires que noz gens entrèrent en la place.
  Ledit Glacidas et autres des plus grans de la place, quant ils veirent que eulx estoient prins, pour eulx saulver, cuidèrent recouvrer une des tours ; mais pour la presse qui fut très grande sur leur pont, le pont rompit et fut ledit Glacidas et plusieurs autres noyez, et presque touz les autres mis à mort. Ainssi fut la place gaignée. De quoy touz ceulx qui ce veirent furent touz esmerveillez ; et n'y moururent pas de l'aultre costé plus hault de xvi à xx personnes. Les pons qui estoient tant depeciez que ce estoit merveille et sembloit impossible que en viii jours on eust trouvé manière de y passer nulles gens, en mains de iii heures après, la chose fut mise en tel apareil que la Pucelle et ceulx qui y vouldrent passer, vindrent par sus les pons gesir en la ville. Dieu sçait à quel joye elle et ses gens y furent receuz.


   

                                                         

  En cet an MCCCCXXIX, le IVe jour de mai, après dîner, la Pucelle appela les
capitaines, et leur ordonna d'être prêts, eux et leurs gens, à l'heure qu'elle fixa. Elle fut prête elle-même et à cheval plus tôt que nul des autres capitaines ; et elle fit sonner sa trompille ; son étendard après elle, elle alla par la ville dire que chacun montât (3); et elle vint faire ouvrir la porte de Bourgogne et se mit aux champs. Les gens delà ville, qui étaient bien équipés en guerre, avaient ferme espérance qu'en sa compagnie les Anglais ne pourraient leur faire de mal. Ils saillirent dehors en très grand nombre ; et après eux se mirent aux champs les maréchaux de Rais et de Boussac, le bâtard d'Orléans, le sire de Graville et les autres capitaines. La Pucelle leur ordonna de garder que les Anglais, qui étaient dans leurs bastilles en très grand nombre, ne pussent venir après elle et après ses gens, qui sortaient à pied de la ville. Elle prit peu de gens d'armes avec elle, et elle s'en alla devant la bastille de l'abbaye des Dames, nommée Saint-Loup, où se trouvaient environ trois cents Anglais. Sitôt que les gens d'Orléans y furent arrivés, ils allèrent incontinent à l'assaut. La Pucelle prit son étendard et vint se mettre sur le bord des fossés. Bientôt après ceux de la place voulurent se rendre à elle; elle ne voulut pas les recevoir à rançon et elle dit qu'elle les prendrait malgré eux, et elle fit pousser de plus fort son assaut. Incontinent la place fut prise, et presque tous ses défenseurs furent mis à mort. Cela fait, elle retourna en la ville d'Orléans, et avec elle les seigneurs qui l'avaient attendue, qui tous se donnèrent merveille de ses faits et de ses paroles. Jamais les autres Anglais ne se mirent (dans la suite) en nulle ordonnance, ni ne firent semblant de saillir hors de leurs places, pas plus que s'ils n'eussent vu ou entendu chose qui dût leur déplaire.
  Tout le jour du lendemain qui fut jeudi, ni la Pucelle ni aucun des capitaines ne bougèrent de la ville. Le vendredi, à l'heure des vêpres, elle dit que chacun fût prêt et armé, et elle passa la rivière en bateau du côté de la Sologne. Tous ne la suivirent pas, ainsi qu'elle s'y attendait. Aussitôt qu'elle fut descendue à terre, et une poignée de gens avec elle, elle alla, son étendard en main, se mettre devant la bastille des Augustins, et fit incontinent sonner trompilles pour l'assaut, et après, il ne se passa guère de temps que la place ne fût prise. Cela fait, ceux de sa compagnie pensaient qu'elle allait retourner coucher. en ville. Elle se logea en ladite bastille qui était bien garnie de vivres, et dit : « Par mon Martin, j'aurai demain les tours de la bastille du pont, et je n'entrerai pas à Orléans, qu'elles ne soient en la main du bon duc Charles » ; et elle manda à ceux qui étaient demeurés en la ville d'être devers elle dès le lendemain bon matin.
  Glacidas était demeuré capitaine des tours et de la bastille des ponts, après la mort du comte de Salisbury, qui fut tué dans l'une d'elles par une pierre de canon, sans qu'on ait jamais pu savoir qui la fit partir, ni d'où elle était venue. La place semblait imprenable d'assaut à tous les gens de guerre ; et elle était garnie de tout ce qui sert à la défense d'une place assaillie. Ledit Glacidas avait avec lui, en la place, de sept à huit cents Anglais, tels que bon lui avait semblé pour y être en sûreté. Il n'y avait pas de capitaine à qui il ne semblât impossible que ladite place pût être prise en un mois, y eût-il la moitié plus de gens qu'ils n'étaient. La Pucelle dit à ceux qui étaient avec elle : « Par mon Martin, je la prendrai demain, et je retournerai en ville pardessus les ponts. »
  Le samedi, à sept heures du matin, elle fit sonner ses trompilles, et fit savoir que chacun fut prêt d'aller donner l'assaut. Sur les sept heures elle prit son étendard, et s'alla mettre sur le bord des fossés, et incontinent du côté du dehors commencèrent les décharges d'un grand nombre de canons et de coulevrines. Ceux du dedans faisaient tout leur possible pour se défendre. On entra malgré eux dans les fossés. L'assaut fut donné en ce jour trois ou quatre fois ; et la Pucelle réconfortait toujours ses gens en leur disant : « N'en doubtez pas, la place est nostre ». Environ l'heure de vêpres, elle se mit au fond des fossés, et incontinent plusieurs échelles furent apportées, tandis que l'assaut recevait une nouvelle force du tir des coulevrines et du nombre des gens de trait ; et sans beaucoup tarder nos gens entrèrent en la place.
  Ledit Glacidas et les autres défenseurs plus haut placés se voyant pris pensèrent, pour se sauver, regagner une des tours ; mais la presse fut si grande que le pont se rompit, et ledit Glacidas et plusieurs autres furent noyés ; presque tous les autres furent mis à mort. Ainsi la place fut gagnée. Tous ceux qui virent le fait en furent tous émerveillés, et il n'y mourut pas du côté des vainqueurs plus de seize à vingt personnes. Les ponts étaient si démantelés que c'était merveille ; il semblait impossible qu'en huit jours on eut trouvé moyen d'y faire passer un homme ; en moins de trois heures la chose fut mise en tel état que la Pucelle, et ceux qui y voulurent passer, vinrent par-dessus les ponts coucher en ville.


                                                 


Sources : Jules Quicherat - "Bibliothèque de l'école des Chartes, t.II, 2° série, p.143 - 1845-46" et "Procès de condamnation et de réhabilitation de la Pucelle" t.IV, p.1 à 37.

Illustrations :
- Belle croix sur le pont d'Orléans
- Vue générale d'Orléans ("La grande histoire illustrée de Jeanne d'Arc" - H.debout, 4° éd.1922)
- Cathédrale Ste Croix (ibid.)

Notes :
1 Jean Malet, le dernier défenseur de la Normandie, d'où Il s'expatria en 1418, après avoir perdu le Pont de l'Arche. Il était grand maître des arbalétriers depuis 1425.

2 C'était le jour de l'Ascension.

3 Saint-Loup était sur une hauteur.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire