Accueil                                                         Admin
20 octobre 2021  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de Perceval de Cagny - index
9 - La bataille de Patay

e samedi XVIII°, jour dudit mois de juing MCCCCXXIX, en metant hors de la place de Baugency lesdiz Englois, qui se estoient rendus, vindrent nouvelles à la Pucelle et au duc d'Alençon que, la nuit passée, lesdiz Talebot et Fastots estoient venuz querir à Meun le sire d'Escales et ceulx de la garnison de Meun qui habandonnèrent la place et s'en alèrent tous ensemble droit a Yanville. Environ huit heures au matin, la Pucelle, le duc d'Alençon et toute la compaignie estoient issus aux champs, cuidans avoir la bataille ; et quant ilz sceurent que les Englois s'en aloient, ilz ordonnèrent leur avant garde et leur bataille, et en ordonnance tirèrent après les Englois et les aconsurent près le village de Patay, environ V lieues dudit lieu de Baugency. Quant les Englois advisèrent la compaignie qui les suivoit, ilz prindrent ung champ et là se misdrent en ordonnance et en bataille presque touz à pié. L'avant-garde de noz gens férit dedens et incontinent la bataille joingnit avecques eulx ; et, sans gaires de résistence, les Englois tournèrent en desconfiture et en fuite. A laquelle bataille furent mis à mort de II à III mille Englois et de prisonniers les sires de Talebot, d'Escales, le fïlz au conte de (1), et de IIII à V cens autres Englois. La Pucelle, le duc d'Alençon, le conestable de France, le conte de Vendosme et toute la compaignie couchèrent audit village de Patay et aux environs.

    

  Le dimanche XIX ° jour dudit mois de juing, la Pucelle, le duc d'Alencon et toute la compaignie disnèrent audit lieu de Patay. Le duc d'Alençon ne osa mener le conestable devers le roy pour la mallegrace en quoy il estoit, comme dit est. Il retourna en son ostel de Partenay, lie et joyeulx de la journée que Dieu avoit donnée pour le roy, et très marry de ce que le roy ne vouloit prendre en gré son service. La Pucelle, le duc d'Alençon et tout le sourplus de la compaignie s'en alèrent gesir à Orléens et entour la ville, et là furent receuz très grandement. Ilz alèrent par les églises mercier Dieu, la Vierge Marie et les benoistz sains de Paradis, de la grâce et de l'onneur que Nostre Seigneur avoit fait au roy et à eulx touz, en disant que c'estoit par le moyen de la Pucelle et que sans elle ne peussent si grans merveilles avoir esté faictes ; et furent la Pucelle, le duc d'Alençon et toute la compaignie audit lieu d'Orléens et ou païs d'environ depuis ledit dimanche jusques au vendredi ensuivant, XXIIII° jour dudit mois.


                                                         

  Le samedi XVIIIe jour de juin MCCCCXXIX, la Pucelle et le duc d'Alençon mettaient hors de la place de Baugency les Anglais qui s'étaient rendus, lorsque leur arrivèrent les nouvelles que, durant la nuit qui venait de s'écouler, Talbot et Fastolf étaient venus à Meung quérir le sire de Scales et ceux de la garnison de la ville, qu'ils avaient abandonné la place et s'en allaient tous ensemble à Yenville. Environ sur les huit heures du matin, la Pucelle, le duc d'Alençon et toute leur armée s'étaient mis en campagne, pensant avoir la bataille avec les Anglais. Quand ils surent qu'ils s'en allaient, ils ordonnèrent l'avant-garde et l'armée, et ainsi rangés en bon ordre, ils marchèrent après les Anglais, et les rejoignirent près du village de Patay, à peu près à cinq lieues de Baugency. Quand les Anglais s'aperçurent de la compagnie qui les suivait, ils s'installèrent dans un champ, et presque tous à pied se rangèrent en ordre de combat. L'avant-garde de nos gens fondit sur eux, et incontinent le gros de l'armée se joignit à elle ; sans guère de résistance les Anglais tournèrent à la déroute et à la fuite. De deux à trois mille furent tués : furent faits prisonniers les sires de Talbot, de Scales, le fils du comte de et de quatre à cinq cents autres ennemis. La Pucelle, le duc d'Alençon, le connétable de France, et toute la compagnie couchèrent au village de Patay et aux environs.
  Le dimanche XIXe jour de juin, la Pucelle, le duc d'Alençon et toute la compagnie, dînèrent audit lieu de Patay. Le duc d'Alençon n'osa pas conduire le Connétable vers le roi à cause de la disgrâce dans laquelle il se trouvait, ainsi qu'il a été dit. Le comte de Richemont retourna en son château de Parthenay, content et joyeux de la victoire que Dieu avait donnée au roi, et très marri de ce que le roi ne voulait pas agréer son service. La Pucelle, le duc d'Alençon et toute la compagnie allèrent coucher à Orléans et autour de la ville ; ils y furent reçus très grandement. Ils allèrent par les églises remercier Dieu, la Vierge Marie et tous les benoîts saints du Paradis, de la grâce et de l'honneur que Dieu avait laits au roi et à eux tous, publiant que c'était par le moyen de la Pucelle, et que sans elle jamais si grandes merveilles n'auraient pu être accomplies. La Pucelle, le duc d'Alencon, et toute la compagnie furent audit lieu et aux pays des environs, depuis le dimanche jusqu'au vendredi suivant, XXIIIe jour du même mois.


                                                 


Sources : Jules Quicherat - "Bibliothèque de l'école des Chartes, t.II, 2° série, p.143 - 1845-46" et "Procès de condamnation et de réhabilitation de la Pucelle" t.IV, p.1 à 37.

Illustration :
- Champ de bataille de Patay ("La grande histoire illustrée de Jeanne d'Arc" - H.debout, 4° éd.1922)

Notes :
1 Suppléez Warwick d'après la déposition du comte Dunois (t.III, p.97), qui nomme l'enfant Warwick parmi les prisonniers de Patay.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire