Accueil                                                         Admin
07 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Pierre Empis

ierre Empis est un moine du couvent des chanoines réguliers de Bethléhem, près de Louvain. Il naquit à Tirlemont, entra fort jeune son couvent, y fit profession en 1467, en devint le prieur en 1494, et y mourut en 1523. Il a écrit une Chronique qui commence au règne de Charles VI et finit à la captivité de Maximilien à Bruges en 1485. Elle est regardée comme une des meilleures de l'époque. Le tableau des malheurs du temps, des moeurs, des événements, y est exposé avec chaleur et vérité. Dès le XVIIIe siècle, il avait été question de l'imprimer.
  C'est ce qu'a fait M. le baron Kervyn de Lettenhove sous les auspices de la Société d'Histoire de Belgique.

  Son chapitre sur la Pucelle est très concis, mais plein et favorable à la Pucelle. En voici la traduction :

  


                                                         

  Il y avait auprès de Vaucouleurs une jeune fille de vingt ans qui par la perpétuelle intégrité de son corps mérita le nom de la Pucelle. Émue de pitié à la vue des calamités de son temps, elle va trouver Robert gouverneur de sa ville, affirmant que si elle était conduite auprès du roi Charles, elle ne serait pas d'un médiocre secours dans l'extrémité à laquelle on était réduit. Robert n'eut d'abord pour elle que du mépris. Sa persévérance obtint qu'il la fit conduire au roi. Examinée sur l'ordre du prince par de sages personnages, elle affirme sans se démentir qu'elle est envoyée pour rétablir le roi Charles dans son royaume. Il existe dans le pays de Tours une église dédiée à sainte Catherine, objet d'une grande vénération, et pour cela enrichie de dons précieux que l'on y conserve. De ce nombre était une épée antique à double tranchant, sur laquelle des lis étaient sculptés. Jeanne demanda que cette épée antique lui fût donnée. On la trouva, on en fit disparaître la rouille, et on la lui donna. La Pucelle était parmi les combattants, revêtue d'une armure complète, montée sur un fort et généreux coursier, qu'elle maniait adroitement comme l'aurait fait un chevalier.
  L'an 1429, elle vient avec une armée à Orléans assiégé par les Anglais et en proie à la famine. Elle passe le fleuve, et introduit des vivres à travers les positions ennemies. La ville ravitaillée, elle s'empare des forts des Anglais et les contraint de lever le siège.
  Au mois de juin 1429, elle presse le roi Charles de prendre la route de Reims pour y recevoir l'onction royale. Roi des Français, il en deviendra plus vénérable à son peuple, plus terrible à l'armée anglaise. Charles, qui ne voyait que sainteté dans la vie si pure de la Pucelle, ni rien de féminin dans ses paroles et ses oeuvres, prend le chemin de Reims avec ses capitaines et son armée. Jeanne la Pucelle le fait reconnaître pour leur roi par les habitants de Troyes et de Reims. La Pucelle, tenant son étendard en main, tout armée, dans la joie, assiste au couronnement du roi, auquel ses seules exhortations avaient fait obtenir le sacre.
  A la suite, bien des villes et des forteresses sont forcées, ou font spontanément leur soumission. Les Anglais et les Bourguignons assiégeant Compiègne, Jeanne se jette dans la place pour secourir les assiégés. Peu de temps après, dans une sortie qu'elle fait contre les ennemis, tandis qu'à la suite d'un insuccès elle regagne la ville, la presse des soldais lui en ferme l'entrée. Elle est prise et vendue aux Anglais, qui l'interrogent en ennemis. Ils la déclarent magicienne et versée dans la magie. Elle périt à Rouen consumée par le feu.


                                                 


Source : Traduction : "La vraie Jeanne d'Arc - t.III : La libératrice" - J.-B.-J. Ayroles - 1897, p.480 à 482.

Notes :
/





Les témoignages

Index


Les autres témoignages :
- les écrits de J.Gelu
- le traité de J.Gelu
- la note de Guill. Girault
- Jean Rogier
- la chronique de Lille
- la chron. de Vigneulles
- Henri de Gorcum
- Clerc de Spire
- Brevarium Historiale
- Jean Nider
- Baptiste Fulgose
- Guerneri Berni
- Nicolas Savigny
- Chonique espagnole
- Chambre d.cptes Brabant
- Livre des trahisons...
- Appréciation de Bedford
- Robert Blondel
- Saint-Antonin
- Herman Cornerius
- Pontus Heuterus
- Pierre Sala
- Pierre Empis
- Jean Germain
- Jean Jouffroy
- Registres Chap. N-Dame
- Greffier Albi
- Chron. Mt St-Michel
- Ordo Chalons
- Chron. anon. alençon
- Chron. anon. normandie
- Chron. British Museum
- Chron. Lorraine
- Walter Bower
- Livre de Pluscardin
- Lorenzo Buonincontro
- Giovanni Sabadino
- Philippe de Bergame
- Jean Bouchet
- Le Féron
- Kerrymel
- Hist.des ctes de Ponthieu

- Sommaire... Et. Pasquier




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire