Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Le registre de la chambre des comptes de Brabant

urant les quatre mois que Jeanne avait dû employer à triompher de l'incrédulité de Baudricourt et de la cour de Chinon, l'attention avait déjà commencé à être attirée sur sa mission et ses promesses, même en dehors des partis directement intéressés à la querelle. On peut en voir la preuve à la Bibliothèque royale de Bruxelles, au tome X des registres de la chambre des comptes de Brabant, le premier des volumes connus sous le nom de Registres noirs, de la couleur de la couverture. Le R. P. de Smet a bien voulu m'envoyer une copie faite par le R. P. Kieckens, d'un passage qui, pour être connu et publié, n'enlève rien à la gratitude que je dois à ces deux savants confrères.
  Ce passage se trouve tout à la fois et dans les registres cités (f° 390 v°), et dans la Chronique d'Edmond de Dynther, éditée en 1855 par le docteur Ram dans les Chroniques belges (Chap. 234, livre sixième, p. 493). A part quelques variantes orthographiques, la seule différence des deux textes, ainsi que le marque le R. P. Kieckens, c'est que le greffier écrit de la Pucelle equitat, et du roi et de la cour habent, tandis que le chroniqueur écrit equitavit, habuerunt. C'est une preuve d'authenticité : le greffier écrivait au moment où la Pucelle était sur la scène, et le chroniqueur alors qu'elle en avait disparu.
  Personne mieux qu'Edmond de Dynther n'était au courant des secrets de la cour des ducs de Brabant; il fut pendant quarante ans secrétaire des quatre ducs qui s'y succédèrent, d'Antoine fils de Philippe le Hardi, frère de Jean sans Peur, tué à Azincourt en 1415, de son fils et successeur Jean IV mari de la trop fameuse Jacqueline, mort en 1427, du frère de Jean, Philippe, mort le 4 août 1430. après lequel le duché passa à Philippe de Bourgogne, qui quitta le siège de Compiègne pour aller recueillir cette succession contestée. Edmond de Dynther, conservé d'abord dans ses fonctions, ne tarda pas à demander sa retraite. Il profita de son veuvage pour entrer dans les Ordres sacrés, fut pourvu d'un canonicat à Saint-Pierre de Louvain, et consacra ses loisirs à écrire en latin une Chronique des rois de France, et des ducs de Lorraine et de Brabant.
  Il nous dit par qui et à quelle occasion fut transmise à Bruxelles la prophétie que le greffier consigna dans ses livres de comptes, et que Dynther a reproduite dans sa Chronique. Le duc de Brabant avait, dans les premiers mois de 1429, envoyé en France une ambassade pour demander la main d'une fille d'Yolande. A la tête se trouvait un des conseillers du duc, le sire de Rosethlaer. Or voici ce qu'écrivait ce seigneur, à la date du 22 avril 1429, et ce que le chroniqueur transcrit sous ce titre : Sequitur incidens de Puella.



                                                         


  « Le sire de Rosethlaer, que nous venons de nommer, étant à Lyon sur le Rhône, écrivit à quelques seigneurs du conseil du duc de Brabant des nouvelles qu'il tenait d'un chevalier, conseiller de Charles de Bourbon, et maître de son hôtel. Il disait que le roi de France, secondé par ledit seigneur Charles de Bourbon, d'autres princes, et par ses partisans, avait fait une grande convocation d'hommes d'armes qui devaient se trouver à Blois le dernier jour d'avril de la présente année 1429, dans le but de partir pour Orléans, et de forcer les Anglais à en lever le siège.
« Postérieurement il écrit, sur la relation du même chevalier qu'une jeune fille, originaire de Lorraine, du nom de Jeanne, âgée de dix-huit ans ou à peu près, se trouve auprès dudit roi, et qu'elle lui a dit qu'elle délivrerait Orléans, et mettra en fuite les Anglais qui l'assiègent ; qu'elle-même sera blessée d'un trait devant Orléans, et qu'elle n'en mourra pas; que cet été prochain le roi sera couronné à Reims ; elle lui a dit plusieurs autres choses dont le roi garde le secret.
  Cette Pucelle chevauche chaque jour en armes, la lance au poing, comme les autres hommes d'armes qui sont autour du roi. Le roi et ses partisans ont grande confiance dans cette Pucelle, ainsi que cela est plus longuement exposé dans la lettre du sire de Rosethlaer, qui fut écrite de Lyon-sur-Rhône le 22 du même mois d'avril.
  Tout ce qui est dit de cette Pucelle, ce qu'elle a prédit, s'est réalisé. Le siège d'Orléans fut levé, et les Anglais qui s'y trouvaient furent ou pris, ou tués, ou mis en fuite; dans l'été indiqué, le roi fut couronné à Reims, et presque toutes les cités, châteaux, villes et forteresses de cette contrée furent par elle ramenés à son obéissance, les Anglais en ayant été chassés. C'est ce qui a donné lieu aux vers suivants :

       Virgo puellares artus induta viriles, etc. (1)
       Veste, Dei monitu, properat relevare jacentem, etc., etc.

  Quelle a été la fin de cette Pucelle, le lecteur pourra le savoir par la note suivante, dont voici la teneur:

  « Il est vrai qu'une nommée Jeanne, soi-disant Pucelle, depuis deux ans passés, était venue en la compagnie des Armagnacs et de ceux qui tenaient le parti du Dauphin : en laquelle ledit Dauphin et ceux de son parti ajoutaient grande foi, et faisaient entendre au peuple que Dieu l'avait envoyée par devers eux pour la recouvrance du royaume de France ; et combien que ladite Jeanne Pucelle portât les armes et tous les harnais de guerre tout comme les plus hardis et meilleurs chevaliers de la compagnie, et qu'elle tirât et frappât de l'épée les gens d'armes et autres ; ce nonobstant, la meilleure partie du peuple de France et autres gens d'état croyaient et ajoutaient pleine foi et créance en icelle Pucelle, estimant et maintenant fermement que ce fût une chose de par Dieu ; et tellement qu'elle était capitaine et chef de guerre de la meilleure partie des grands seigneurs et autres chefs de guerre de la compagnie dudit Dauphin ; et avec eux elle fit plusieurs campagnes par l'espace d'un an et demi ou environ. Finalement Mgr le duc de Bourgogne à toute puissance s'en alla, au mois de mai 1430, assiéger la ville de Compiègne, en laquelle cette Pucelle était avec plusieurs autres capitaines tenant le parti dudit Dauphin. Dans le temps qu'il était à mettre et à asseoir le siège devant ladite ville de Compiègne, cette Pucelle montée et armée notablement, une huque de velours vermeil sur son harnais, accompagnée de plusieurs autres hommes d'armes et gens de trait de son parti, fit une sortie hors de Compiègne, pour escarmoucher à l'entour de l'avant-garde de mondit seigneur, qui se logeait devant la ville, dans l'espérance de mettre en déroute icelle avant-garde; mais la besogne se passa de sorte que la Pucelle fut prise par les gens de Mgr de Bourgogne. Celui-ci, après plusieurs interrogatoires, la bailla en garde à Messire Jean de Luxembourg, seigneur de Beaurevoir ; et peu de temps après le roi de France et d'Angleterre envoya devers mondit seigneur ses ambassadeurs pour avoir ladite Pucelle, afin de l'envoyer à Paris, pour là faire son procès par l'Université de Paris; laquelle chose mondit seigneur de Bourgogne a libéralement fait. » (2)

                        

                                                         

  Sequitur incidens de Puella.

  ITEM, verum est quod supradictus dominus de Rotselaer existens in civitate Lugdunensi supra Rhodanum, ex relatione sibi facta per quemdam militem, consiliarium et magistrum hospitii domini Karoli Borbonio, scripsit aliquibus dominis de consilio domini ducis Brabantiæ prælibati (3), pro novis, quod rex Francorum cum prædicto domino Karolo et aliis principibus et amicis suis, fecit magnam congregationem gentium, qui pariter convenire deberent, die ultima mensis aprilis præsentis anni M CCCC XXIX , animo et intentione proficiscendi versus civitatem Aurelianensem, et ipsam de obsidione Anglorum liberandi. Scripsit ulterius, ex ejusdem militis relatione, quod quædam Puella oriunda ex Lotharingia, ætatis XVIII annorum vel circiter, est penes prædictum regem ; quæ sibi dixit quod Aurelianenses salvabit et Anglicos ab obsidione effugabit, et quod ipsa ante Aureliam in conflictu telo vulnerabitur, sed inde non morietur ; quodque ipse rex in ipsa æstate futura coronabitur in civitate Remensi ; et plura alia quæ rex penes se tenet secrete. Quæ quidem Puella quotidie equitat armata cum lancea in pugno, sicut alii homines armorum juxta regem existentes. In eadem siquidem Puella prædictus rex et amici sui magnam habent confidentiam, prout in littera prædicti domini de Rotselaer plenius continetur, quæ fuit scripta Lugduni supra Rhodanum, supradicti mensis aprilis die XXII.
  Et quidquid dicitur de prædicta Puella, ea quæ prædixit ita evenerunt ; nam obsidio ante Aureliam fuit levata et Anglici ibidem vel capti, vel occisi, vel effugati ; rex fuit Remis coronatus et fere omnes civitates, castra, villas et munitiones ejus regionis, fugatis Anglicis, ad suam obedientiam reduxit in æstate supradicta. Unde de eadem Puella habentur versus sequentes :
     Virgo puellares artus induta virili
     Veste, Dei monitu, properat relevare jacentem, etc., etc.

Qualiter autem finem prædicta Puella habuit, poterit lector videre in schedula sequenti cujus tenor est talis :

  « Vray est que une nommée Jehanne, soy disant Pucelle, qui depuis deux ans en ça estoit venue en la compaigne des Armignas et de ceulx qui tenoient le party du daulphin ; en laquelle ledit daulphin et ceulx de son dit party adjoustoyent grant foy, et faisoient entendre au peuple que Dieu l'avoit envoyée par devers eulx pour la recouvrance du royaulme de France ; et combien que ladicte Jehanne Pucelle portast armes et tous hernoiz de guerre pareillement comme les plus hardis et meilleurs chevaliers de la compaigne, et qu'elle tuast et frappast d'espée les gens d'armes et autres : ce non obstant, la greigneur partie du peuple de France et autres gens d'estat creoyent et adjoustoient plaine foy et créance en icelle Pucelle, cuidans et maintenans fermement que ce feust une chose de par Dieu ; et tellement qu'elle estoit cappitaine et chief de guerre de la greigneur partie des plus grans seigneurs et autres chiefz de guerre de la compaigne dudit daulphin ; et avec eulx fist plusieurs armées par l'espace d'un an et demi ou environ.
  Finablement monseigneur le duc de Bourgongne à toute puissance, s'en ala, ou mois de may, l'an mil quatre cens et trente, assegier la ville de Compiengne, en laquelle ville icelle Pucelle estoit avec plusieurs autres cappitaines tenans le party dudit daulphin ; et tant que à mettre et asseoir ledit siége devant ladicte ville de Compiengne, icelle Pucelle, montée et armée notatablement, et une hucque de velours vermeil sur son harnoiz, accompaigniée de plusieurs hommes d'armes et gens de trait de son party, sailli hors d'icelle ville de Compiengne pour escarmoucher à l'encontre de l'avant-garde de mondit seigneur qui se logoit devant laditte ville, cuidant icelle avant-garde ruer juz ; mais la besoingne se porta tellement que laditte Pucelle fut prinse par les gens de mondit seigneur de Bourgongne, qui, après plusieurs interrogacions, la bailla en garde à messire Jehan de Luxembourg, seigneur de Beaurevoir. Et peu de temps après, le roy de France et d'Angleterre envoya devers mondit seigneur des ambassadeurs pour avoir ladicte Pucelle, afin de l'envoier à Paris, pour illec faire son procès par l'université de Paris. Laquelle chose mondit seigneur de Bourgogne a liberalement fait.
»


                                                 


Source : Présentation du témoignage et mise en Français moderne "La vraie Jeanne d'Arc - t.III : La libératrice" - J.-B.-J. Ayroles - 1897, p.538.
Texte original latin : Quicherat - Procès t.IV p.425.

Notes :
1 Voir le texte dans la chronique de Thomassin.

2
Dans le manuscrit on lit à la marge : Ponatur hic modus mortis suæ (Écrire ici son genre de mort). Le vide n'a pas été rempli...
D'après la note, le duc de Bourgogne a fait subir plusieurs interrogatoires à la prisonnière ; c'est de toute vraisemblance ; Monstrelet, qui était présent, dépose qu'il l'interrogea après la prise, ce qui montre de plus en plus l'inanité de la déclamation de Jouffroy affirmant qu'il dédaigna de la regarder.
(Ayroles)

3
Philippe , alors duc de Brabant, était cousin germain du duc de Bourgogne Philippe le Bon, qui lui succéda après sa mort, arrivée le 15 août 1430. (Quicherat).





Les témoignages

Index


Les autres témoignages :
- les écrits de J.Gelu
- le traité de J.Gelu
- la note de Guill. Girault
- Jean Rogier
- la chronique de Lille
- la chron. de Vigneulles
- Henri de Gorcum
- Clerc de Spire
- Brevarium Historiale
- Jean Nider
- Baptiste Fulgose
- Guerneri Berni
- Nicolas Savigny
- Chonique espagnole
- Chambre d.cptes Brabant
- Livre des trahisons...
- Appréciation de Bedford
- Robert Blondel
- Saint-Antonin
- Herman Cornerius
- Pontus Heuterus
- Pierre Sala
- Pierre Empis
- Jean Germain
- Jean Jouffroy
- Registres Chap. N-Dame
- Greffier Albi
- Chron. Mt St-Michel
- Ordo Chalons
- Chron. anon. alençon
- Chron. anon. normandie
- Chron. British Museum
- Chron. Lorraine
- Walter Bower
- Livre de Pluscardin
- Lorenzo Buonincontro
- Giovanni Sabadino
- Philippe de Bergame
- Jean Bouchet
- Le Féron
- Kerrymel
- Hist.des ctes de Ponthieu

- Sommaire... Et. Pasquier




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire