Accueil                                                         Admin
21 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


La chronique de Gilles de Roye
Chapitre IV - index

 'an du Seigneur 1430, Jean de Luxembourg, le comte de Hotington, le comte d'Arondel vinrent avec une grande armée assiéger Compiègne. La Pucelle, qui était à Lagny, sitôt qu'elle en eut connaissance, entra dans Compiègne, et, autant qu'elle put, fit obstacle au siège.

  Un jour à la tête d'une troupe d'hommes d'armes, elle fit une sortie dans laquelle elle s'éloigna trop imprudemment de la ville. Entourée par les Bourguignons, elle fut prise. Ce ne fut pas l'objet de peu de douleur pour les Français. Elle fut adjugée au susdit seigneur Jean de Luxembourg qui la conduisit à Noyon (1) au duc et à la duchesse de Bourgogne. Le même seigneur Jean la vendit dans la suite aux Anglais. Conduite à Rouen, elle y fut soit justement, soit injustement brûlée.


                                                               

  Anno Domini 1430, Johannes de Luxembourg, comes de Hotentiton, comes d'Arondel cum magno exercitu venerunt ad obsidendum Compendium, quod cum ad nolitiam Puellæ, quæ era quæ erat apud Lagny, devenisset, ipsa venit Compendium, et quantum potuit obsidionem impedivit.

  Quæ dum quadam vice cum exercitu villam exisset, et incaute nimis a villa se elongasset, à Burgundio circomsepta capta est, unde non parvus dolor fuit Francis; fuitque dicto Domine Johanni de Luxembourg adducta, qui duxit eam Noviomum ad ducem et ducissam Burgundiæ, deinde perdictum Dominum Johannem Anglicis vendita fuit, et postea ducta Rothomagum, et ibi sive jure sive injuria concremata est.

                               
                  



Source : Présentation, traduction et texte original en latin de J.B.J. Ayroles : " La vraie Jeanne d'Arc" - tome III "La libératrice", p.454.

Notes :
1 Si, comme le dit Gilles de Roye, la Pucelle a été conduite à Noyon pour être vue par la jeune duchesse, nous serions fixés sur la date de cette entrevue. La duchesse arriva à Noyon le 6 juin.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire