Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


La registre delphinal de Mathieu Thomassin - index
I

e roy (1) estant ès mains des Angloys, mourut l'an mil quatre cens vingt et deux. Et adonc s'appela roy mondit seigneur le daulphin.
  Et pour ce que les ennemys tenoient toutes les places jusques à Reims, et aussi Reims, il ne fut point couronné jusques à l'advénement de la Pucelle.
  Et s'appeloit « Roy de France, daulphin de Viennois », ès lettres qui se adressoient par deça, jusques au temps qu'il bailla l'administration du Daulphiné à monseigneur (2). Et les ennemys se truffoient et mocquoient de lui, et l'appeloient « roy de Bourges », pource qu'il se y estoit retraict et y faisoit le plus sa demeurance...
  ...Et est vray que, tant par batailles, par rencontres, par siéges, par assaulx, que autrement, le royaume fut mené à tant qu'il eust esté du tout mené et mis à l'obéissance des Angloys et de leurs alliez, se Dieu n'en eust eu pitié, et envoyé secours par le moyen d'une pauvre bergerette appelée Jehanne.
  L'an MCCCCXXIX, vint ladicte Pucelle ; et par son moyen fut levé le siége, ainsi comme inexpugnable, que les Anglois tenoient devant la cité d'Orléans. L'an dessusdit elle mena le roy à Reims ; et là fut couronné le dix-septiesme jour de juillet, comme par miracle; mais après fut il toujours daulphin jusques au temps cy declairé.

                                                         

  Le roi étant ès mains des Anglais, mourut l'an mil quatre cent vingt-deux, et adonc s'appela roi Monseigneur le Dauphin.
  Et parce que les ennemis tenaient toutes les places jusqu'à Reims, et aussi Reims, il ne fut point couronné jusqu'à l'avènement de la Pucelle.
  Il s'appelait « roi de France, Dauphin de Viennois », ès lettres qui s'adressaient par deçà, jusques au temps qu'il bailla l'administration du Dauphiné à Monseigneur. Les ennemis se truffaient et se moquaient de lui, et l'appelaient « roi de Bourges », parce qu'il s'y était retiré et y faisait le plus
sa demeurance.

  L'an mil CCCCXXIIII, le XVIIe d'août fut la bataille de Verneuil, et là moururent environ CCC chevaliers et écuyers du Dauphiné et toute leur suite, dont fut grand dommage. Les gens des trois États du Dauphiné, en mémoire perpétuelle de la vaillance et loyauté des Dauphinois, ont fait fonder au couvent des Jacobins de Grenoble pour tous les jours une messe qui se dit au grand autel; et au-dessus des chaires, là où se mettent le prêtre, le diacre et sous-diacre, ils ont fait peindre une grande image de Notre-Dame ayant un grand mantel, dedans lequel sont peints les seigneurs nobles qui furent morts à ladite bataille, tous armés, avec leurs cottes d'armes. Pareille messe et pareille peinture sont à Saint-Antoine de Viennois, au monastère. Les autres batailles et rencontres qui ont été faites par avant et depuis, je n'en dis rien.

  Et il est vrai que tant par batailles, par rencontres, par sièges, par assauts, que d'autre manière, le royaume fut mené à ce point qu'il eût été conduit et mis à l'obéissance des Anglais et de leurs alliés, si Dieu n'en eût eu pitié, et envoyé secours par le moyen d'une bergerette appelée Jeanne.
  L'an MCCCCXXIX vint ladite Pucelle, et par son moyen fut levé le siège, comme inexpugnable, que les Anglais tenaient devant la cité d'Orléans. L'an dessus dit, elle mena le roi à Reims ; et là il fut couronné le dixseptième jour de juillet, comme par miracle ; mais après il fut toujours Dauphin jusques au temps ci-dessus déclaré (3) .


                                                 


Sources : Procès de condamnation et de réhabilitation - J. Quicherat - t.IV, p.303 à 313.

Mise en français modernisé et ajouts de parties non mentionnées par Quicherat : J.B.J Ayroles - "La vraie Jeanne d'Arc" - t.III p.254 à 267.

Notes (Quicherat & Ayroles) :
1 Charles VI.

2 C'est à dire son fils Louis (futur Louis XI).

3 Le Dauphiné relevait nominalement de l'Empire. Il avait été cédé au fils ainé du roi de France, qui peut-être n'a jamais fait hommage de ce fief à l'Empereur. Thomassin veut dire que Charles VII conserva le titre de Dauphin et le gouvernement du Dauphiné, jusqu'à ce qu'il cédât l'un et l'autre à son fils, le futur Louis XI; ce qui se fit en 1440. Le jeune prince avait dix-sept ans.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire