Accueil                                                         Admin
06 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Walter Bower

alter Bower, né à Hadington en 1385, prit l'habit de moine à dix-huit ans, dans l'abbaye de Saint-Colomb. Il étudia la philosophie et les sciences sacrées dans son monastère et vint ensuite se perfectionner à Paris.
Rentré à Saint-Colomb, il fut porté à la dignité abbatiale en 1418 : il fut même appelé à prendre une part active au gouvernement du royaume d'Écosse. Devenu plus libre en 1441, il s'occupa de travaux historiques.
Au siècle précédent, Fordun, chanoine d'Aberden, avait entrepris de rédiger, sous le titre de Scoto-Chronicon, les annales d'Écosse depuis les temps les plus reculés, même avant l'ère chrétienne. Sur quatorze livres dont se composait son ouvrage, de cinq à six seulement avaient reçu une rédaction définitive ; les autres, quoique fort avancés, restaient encore incomplets. Bower reprit le travail, et conduisit le Scoto-Chronicon jusqu'à
l'année 1436.



[De victrici Puella Franciæ et de morte ejus]

  Circa idem tempus, venit de Lotharingia quædam virgo juvencula, nomine Johanna, quæ dicebat se fuisse missam ab Altissimo ad propulsandum et enervandum Anglorum molimina. Quæ, acceptis a rege Franciæ duobus millibus armatorum virorum, accessit Aurelianis cum victualibus, heraldum præmittens cum littera et præcipiens obsidentibus, ex parte Dei omnipotentis, ut a civitate et a Francia recederent, alias pœnas eis mirabiles intentabat. Qui nuncium surda aure spernentes, nullum eidem responsum mittere dignabantur. Quæ ubique arma ferens virilia, per batellos civitati victualia intromisit et bastilla conquisivit, et ipsura Glassendem cura sexcentis et ultra occidit, et civitatem intravit et civitatenses humaniter confortavit.
  Abhinc recessit Turonis ad regem, et, congregata majori potentia, cum duce Alaunson et constabulario Franciæ Aurelianis repetiit, et obsidionem levavit.
  Unde Anglici recesserunt ad oppidum de Le Mun-so-Lare, quos a tergo insecuta, cum eis commisit bellum campestre ; ubi occisi sunt de Anglis tria millia, et de Francis et Scotis viginti personæ ; ubi capti sunt dominus de Talbot et dominus de Scalez. Dehinc processit et obsessit oppidum de Georgewis, et per assultum sumpsit ; ubi captus fuit cornes de Southfolk cum duobus fratribus suis.
  Et consequenter, de consilio le Pucelle, accessit rex ad civitatem Remensem in Campania, et ibidem coronatus est et inunctus unctione ampullæ, per angelum Karolo Magno transmissæ.  Hoc in tempore, ecclesiæ aurelianensi præfuit episcopus Johannes Kirkmichael, scotus.
  Quæ Puella, dimissis ibidem custodibus, accessit ad civitatem Santlice, quæ reddita est ei ; dehinc ad Sanctum-Dionysium, quæ ultro reddita est ei. Et ibidem, dimisso rege, Puella accessit Parisiis cum x millibus, et ipsum assilivit ; ubi multi de exercitu regis sagittatione fundarum, albalistrorum, lapidum et sagittarum, vulnerati occubuerunt. Ubi etiam le Pucelle per utraque femora ictu garaldi transfixa est.
  Quo comperto, rex transtulit se Aurelianis, et ipsa transducta ad Valois, ubi curata, translata est ad Compendium ; et ibi explorata et capta ab Anglis et Burgundis, transmissa fuit Rothomago ubi judicio domini Johannis, regentis, dolio inclusa, incinerata est. Multa namque bona contulit regno Franciæ et terrorem ad tempus Anglis incussit ; sed quo spiritu præmissa præsumpsit, novit ille qui nihil ignorat. Detulit enim in indice manus sinistræ anulum quem quasi continue intueri solita fuit, sicut mihi retulit qui hæc vidit.
  Hæc est illa forte de qua Merlinus in suis secretis scribit ita dicens :

         Gloria sublimis, rutilans ab aggere solis,
         Megeros ebulliet mersos in Aurelianis.
         Moeror magnificus Anglorum stigmata terit.
         Frendens anuli quæ magica mira satis,
         Corruet ab alto, sublimi tacta nitore,
         Perget et ad pelagus ; pace sua perit hic


  De qua etiam, ut dicitur, prophetatum fuit sic :

         Vis cum vi, culi bis septem se sociabunt ;
         Gallorum pulli tauro nova bella parabunt ;
         Ecce beant bella, portat vexilla Puella.
         Virgo, puellares artus induta virili
         Veste , Dei monitu, properat relevare jacentem, etc...


  Hic Brigitta de Francis, cui apparuit Nostra Domina, dicens : « Quod nunquam erit sic firma et tranquilla pax in Francia, quod habitantes in ea plena securitate et concordia possunt ullatenus congaudere, antequam populus regni placaverit Deum, filium meum, per aliqua magna pietatis et humilitatis opera, quem suis multis peccatis et offensionibus, ad indignationem et iram hactenus provocarunt. »
  Hæc Puella capitanea fuit apud Mune, ubi interfecti sunt tria millia Anglorum, et capti domini de Talbot, Willuby et Skelby...


                             

                                                         

  Vers ce temps, vint de Lorraine une Vierge toute jeune qui se disait envoyée par le Très-Haut, pour repousser et rendre impuissantes les prétentions des Anglais. Le roi ayant mis sous sa conduite deux mille hommes d'armes, elle vint à Orléans avec un convoi de vivres, après avoir envoyé devant elle un héraut porteur d'une lettre, par laquelle elle ordonnait aux assiégeants, de la part de Dieu, de quitter Orléans et la France, sous peine, s'ils désobéissaient, d'avoir à encourir de terribles châtiments. Le message fut non avenu, et le messager accueilli avec tant de mépris qu'on ne daigna pas lui donner une réponse à rapporter. La jeune fille, qui marchait toujours vêtue en guerrier, introduisit les vivres par bateau, conquit des bastilles, tua Glacidas avec plus de six cents de ses hommes, entra dans la ville, et en réconforta heureusement les habitants.
  Elle vint ensuite à Tours, auprès du roi, réunit de plus grandes forces, regagna Orléans avec le duc d'Alençon et le Connétable de France, et fit lever le siège.
  Les Anglais se retirèrent dans la place de Meung-sur-Loire. La Pucelle les poursuivit, et leur livra bataille en rase campagne ; trois mille Anglais y trouvèrent la mort ; il n'y périt que vingt hommes parmi les Français et les Écossais; les sires de Talbot et de Scales y furent pris. La Pucelle, allant de l'avant, assiégea Jargeau et l'emporta par assaut. Le comte de Suffolk y fut fait prisonnier avec deux de ses frères (1).
  A la suite de ces victoires, le roi, sur le conseil de la Pucelle, vint à Reims en Champagne ; il y fut couronné et sacré avec le chrême de l'ampoule apportée par un Ange à Charles le Grand. Un Écossais, Jean Kirkmichael, était alors en qualité d'évêque à la tête de l'Église d'Orléans.
  La Pucelle mit une garnison à Reims, vint à Senlis qui lui fit soumission, et ensuite à Saint-Denys qui lui ouvrit spontanément ses portes. Laissant le roi à Saint-Denys, la Pucelle vint avec dix mille hommes de
Saint-Denys à Paris, et elle donna l'assaut à la ville, beaucoup d'hommes d'armes de l'armée du roi y périrent frappés par les projectiles lancés par les frondes, les arbalètes, les pierriers, atteints par les flèches. La Pucelle elle-même eut les deux cuisses transpercées d'un garrot.
  A cette vue le roi se retira à Orléans, et la Pucelle à Valois, d'où, après guérison, elle se transporta à Compiègne. Là, guettée et prise par les Anglais et les Bourguignons, elle fut transférée à Rouen, où par sentence du seigneur Jean, le Régent, mise en niche (2), elle fut réduite en cendres (3). C'est qu'elle fut pour le royaume de France la source de biens nombreux, tandis que, durant quelque temps, elle fut la terreur des Anglais. Quel esprit lui a fait entreprendre ce qui vient d'être dit, celui-là le sait auquel rien n'est caché. Elle portait à l'index de la main gauche un anneau qu'elle avait coutume de regarder continuellement, ainsi que je le tiens d'un témoin des faits racontés (4).
  Elle est peut-être celle dont Merlin, dans ses obscurs oracles, a écrit ce qui suit :

         Gloria sublimis, rutilans ab aggere solis
         Megeros ebulliet mersos in Aurelianis.
         Moeror magnificus Anglorum stigmata terit.
         Frendens anuli quæ magica mira satis,
         Corruet ab alto, sublimi tacla nitore,
         Perget et ad pelagus ; pace suâ perit hic.


  On dit aussi qu'elle a été prophétisée ainsi qu'il suit :

         Vis cum Vi, culi septem se sociabunt
         Gallorum pulli tauro nova bella partabunt;
         Ecce beant bella, portat vexilla Puella,
         Virgo puellares arlus induta virili
         Veste, Dei monitu, properat relevare jacentem, etc... (5)


  C'est le cas de rappeler qu'au sujet de la France, sainte Brigitte entendit Notre-Dame lui dire dans une apparition : « Jamais il n'y aura en France de paix un peu ferme et assurée; jamais ses habitants ne pourront jouir d'une pleine sécurité et concorde, tant que ses habitants par quelques grandes œuvres de piété et d'humilité n'auront pas apaisé Dieu, mon fils, dont ils ont jusqu'à présent provoqué l'indignation et la colère par beaucoup de péchés et d'offenses.
  Cette Pucelle commandait auprès de Meung, là où furent tués trois mille Anglais et furent faits prisonniers les seigneurs de Talbot, Willuby et de Scales.

                                                 


Source : Présentation et traduction par J.B.J. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc - t.III, La Libératrice", p.296 et suiv.
Texte original en Latin : Quicherat, t.IV, p.478 et suiv.

Présentation de Quicherat :
Cet écrivain, Ecossais de nation et gradué en droit canon de l'université de Paris, naquit en 1385. Il fut abbé de Saint-Colm depuis l'an 1418. Le roi Jacques Ier se servit de lui à diverses reprises pour des affaires concernant l'administration de ses finances.
Il entreprit en 1441 de compléter et de continuer Fordun, qui, à la fin du XIVe siècle avait commencé, sous le titre de Scotichronicon, une histoire ou chronique générale de son pays. Bower poussa ce travail jusqu'à la mort de Jacques Ier (1437), et le dédia au lord David Stuart de Rossyth. Dans son quinzième livre (chap. 36), il parle de Jeanne d'Arc, sur laquelle il avait eu des renseignements par un témoin oculaire. Cette circonstance, les relations amicales de l'Ecosse avec la France du temps de Charles VII, la connaissance que l'auteur avait de notre pays : tout cela donne de la valeur à ses paroles, là même où il n'articule que des erreurs.
Les meilleures éditions du Scotichronicon, augmenté par Bower, sont celles d'Oxford par Hearne, 5 vol. in-8°, 1722, et d'Edimbourg
par Goodall, 2 vol. in-fol., 1759.

Notes :
1 Encore que cet abrégé des exploits de la Pucelle soit substantiellement vrai, l'ordre des événements y est interverti, et la manière dont ils se sont accomplis, altérée.

2 Dolio inclusa. Les bûchers étaient construits en forme circulaire; de là, je crois, la métaphore de Walter Bower, dolio inclusa, enfermée dans le tonneau.
NDLR : Quicherat n'a pas très bien interprété ce passage dans sa note.

3 Ainsi, en Écosse, Bethford passait pour le véritable instigateur de la mort de Jeanne d'Arc (Quicherat).

4 C'est là un des chefs de l'accusation soutenue par le promoteur en 1431.

5 Vers rencontrés à plusieurs reprises dans d'autres témoignages.





Les témoignages

Index


Les autres témoignages :
- les écrits de J.Gelu
- le traité de J.Gelu
- la note de Guill. Girault
- Jean Rogier
- la chronique de Lille
- la chron. de Vigneulles
- Henri de Gorcum
- Clerc de Spire
- Brevarium Historiale
- Jean Nider
- Baptiste Fulgose
- Guerneri Berni
- Nicolas Savigny
- Chonique espagnole
- Chambre d.cptes Brabant
- Livre des trahisons...
- Appréciation de Bedford
- Robert Blondel
- Saint-Antonin
- Herman Cornerius
- Pontus Heuterus
- Pierre Sala
- Pierre Empis
- Jean Germain
- Jean Jouffroy
- Registres Chap. N-Dame
- Greffier Albi
- Chron. Mt St-Michel
- Ordo Chalons
- Chron. anon. alençon
- Chron. anon. normandie
- Chron. British Museum
- Chron. Lorraine
- Walter Bower
- Livre de Pluscardin
- Lorenzo Buonincontro
- Giovanni Sabadino
- Philippe de Bergame
- Jean Bouchet
- Le Féron
- Kerrymel
- Hist.des ctes de Ponthieu

- Sommaire... Et. Pasquier




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire