Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de Jean de Wavrin du Forestel - index
Livre IV - Chap. X .

es compaignons d'Orlyens doncques, voians eulz très fort par la dilligence des assegans oppresser, tant par leurs engiens comme par les bastilles qu'ilz avoient fait autour de la ville jusques au nombre de XXII (1), et que par ycelle continuation estoient en péril d'estre mis en la servitude et obéissance de leurs ennemis les Anglois, se disposèrent à tous périlz et conclurent de resister de tout leur povoir et par toutes les manières que bonnement faire pourraient ; sic que, pour au mieulz y remedier, envoièrent devers le roy Charles adfin d'avoir ayde de gens et de vivres. Si leur fut lors envoié de quatre à cincq cens combatans, et aprez leur en fut envoié bien VII mille avec aulcuns bateaulz chargiés de vivres, venans au long de la rivière, soubz la guide et conduite d'iceulz gens d'armes. En laquelle compaignie fut Jehanne la Pucelle, dont dessus est faite mention, quy encores n'avoit fait choses dont guères feust recommandée.
  Lors les capittainnes anglois tenans le siége, sachans la venue desditz bateaulz et ceulz qui les guidoient, tost et hastivement s'efforcèrent à puissance de résister adfin de leur deffendre de aborder en la ville d'Orlyens. Et d'autre part les François s'esvigouroient de, par force d'armes, les y bouter. A l'aborder des vaisseaulx pour passer, y eut mainte lance rompue, mainte flesche traicte et maint cop d'engien gecté ; et y ot si grant noise faite tant par les assegiés comme par les assegans, et deffendans et assaillans, que horreur estoit à les oyr ; mais quelque force ou resistence que sceussent illec faire les Anglois, tout malgré eulx, les François misrent leurs bateaulz à sauveté dedens la ville. De quoy lesdis Anglois furent moult troublez et les François joyeux de leur bonne adventure. Si s'en entrèrent aussi en ladite ville où ilz furent bien venuz, tant pour les vivres qu'ilz amenoient comme pour la Pucelle qu'ilz, avec eulz, avoient ramenée ; faisans de toutes pars très joieuse chiere pour le beau secours que le roy Charles leur envoioit : à quoy ilz parchevoient plainement la bienveillance qu'il avoit vers eulz, dont grandement s'esjoissoient les habitans de la cité en menant tel glay, que tout plainement estoient oys des assegans.
  Puis quant ce vint l'endemain qu'il estoit joeudy (2), que chascun estoit rasseurisié, la Pucelle Jehanne, assez matin levée, parla en conseil à aulcuns capittaines et chiefz de chambres (3), ausquelz elle remoustra par vives raisons comment ilz estoient illec voirement venuz pour deffendre ceste cité à l'encontre des anchiens ennemis du roiaulme de France, qui fort l'opressoient ; et telement qu'elle le véoit en grant dangier, se bonne provision n'y estoit briefvement administrée. Si les admonestoit d'aller eulz armer, et tant fist par ses parolles qu'elle les induisi à ce faire. Et leur dist que, se ilz le voulloient sievyr, elle ne doubtoit point que tel dommage ne leur portast, que à tousjours en seroit mémoire et mauldiroient les ennemis
le jour de sa venue.
  Tant les prescha la Pucelle, que tous se allèrent armer avec elle. Si s'en issirent en moult belle ordonnance hors de la ville ; et au partir, dist auz capittaines : « Seigneurs, prenez corage et bon espoir. Avant qu'il soit quatre jours passez, vos annemis seront vaincus. » Si ne se povoient les capittaines et gens de guerre quy là estoient assez esmerveillier de ses parolles, *dont la plus grand partie se mist en armes, et s'en alèrent avoecq elle assalir la bastille de Saint-Leup, qui estoit moult forte, et avoit dedens de trois à quatre cens Angloix ou environ. Lesquelx assés tost furent conquis, mors et pris, et mis à grand meschief ; et ladicte fortificacion fut toute demolie et mise en feu et en flambe. Si s'en retourna ladicte Pucelle Jehenne, atout ses gens d'armes, dedens la cité d'Orliens, où elle fut moult grandement et de toutes gens honnourée et festoyée. Et l'endemain, qui fut le vendredi, yssy ladicte Pucelle Jehenne de rechief hors de la ville, atout certain nombre de combatans, et ala assaillir la seconde bastille plaine d'Angloix, laquelle pareillement comme la première, fut gagnée et vaincue, et ceulx de dedans mors et mis à l'espée. Et après que ladicte Pucelle Jehenne heubt fait ardoir et embraser icelle seconde bastille, elle s'en retourna dedans la ville d'Orliens, où elle fu plus que devant exauchée et honnourée de tous les habitans d'ycelle. Et le samedi ensievant, assailly par grand vaillance et de grand voulenté la trefforte bastille du bout du pont, qui mervilleusement et poissamment estoit fortifiée, et si estoit dedans la fleur des railleurs gens de guerre d'Angleterre, et droittes gens d'armes d'eslite, lesquelx moult longuement et prudentement se deffendirent ; mais che ne leur valy gaires, car par vive force et proesce de combatre, furent prins et conquis, et la grineur partie mis à l'espée.
Entre lesquelx y fu mort ung très renommé et vaillant capitainne angloix, appelé Classedas, et avoecq lui le seigneur de Molins, le bailly d'Evreux, et pluiseurs aultres nobles hommes de grand estat. Après laquelle conqueste retournèrent dedens la ville Jehenne la Pucelle et les Franchoix, à petite perte de leurs gens.
  *Et non obstant qu'à ches trois assaulx la dessusdicte Pucelle enportast la commune renommée d'en avoir esté conduiteresse, nienmains si y estoient tous les capitainnes, ou au mains la plus grand partie, qui, durant ledit siége, avoient esté dedans ladicte ville d'Orliens, desquelx pardesus est faite mencion, auxdiz assaulx. Et se y gouvernèrent chacun endroit soy si vaillamment comme gens de guerre doibvent faire en tel cas, tellement que en ches trois bastilles furent, que mors, que prins, de six à huit cens combatans, et les Franchoix ne perdirent que environ cent hommes de tous estas. Le dimenche ensievant, les capitainnes Angloix, est assavoir le conte de Suffort, Talebot, le segneur d'Escalles et aulcuns aultres, voians la prinse de leurs bastilles et la destruction de leurs gens, prinrent ensamble conclusion qu'ils se assambleroient et meteroient tous en une bataille seulle, en delaissant leur logis et fortificacion ; et, en cas que les Franchoix les vouldroient combatre, ilz les attenderoient, ou se che non, ilz se departiroient en bonne ordonnance et retourneroient ès bonnes villes et forteresces de leur party.
  Laquelle conclusion, ainsy qu'ilz l'avoient avisée, ilz l'entretinrent. Car che diemence, très matin, ilz habandonnèrent toutes leurs aultres bastilles, et en boutant les feux en aulcunes ; puis se mirent en bataille, comme dit est, où ilz se tinrent assés bonne espace, attendant que les Franchoix. les alassent combatre
; lesquelx Franchoix n'eubrent talent de che faire par l'exortacion de la Pucelle. Et adont les Angloix, qui véoient leur puissance malement affoiblie et trop diminuée, et aussi qu'il étoit impossible à eulx de là plus demourer, se pis ne vouloient faire, se mirent à chemin, et retournèrent en ordonnance ès villes et plaches tenans leur party. Si firent lors par toute la ville d'Orliens grand joie et grand esbaudissement, quand ainsy se veirent delivrés de leurs ennemis, et le remanant en aler à leur confusion ; lesquelx par long temps les avoient grandement tenus en dangier. Sy furent envoyés pluiseurs gens de guerre dedans ycelles bastilles, où ilz trouvèrent aulcuns vivres et autres biens très largement, qui tantost par eulx furent portésà sauveté. Si en firent bonne chière, car il ne leur avoit gaire cousté. Et lesdites bastilles furent prestement arses et demolies jusques en terre, adfin que nulles gens de guerre ne se y pussent plus logier.

  Tantost après le siege d'Orlyens levé, lesdis François estans dedens Orlyens, especialement les capittaines et Jehanne la Pucelle ; tout d'un accord commun envoièrent leurs messages pardevers le roy Charles luy nunchier les victorieuses besongnes par eulz achevées ; et comment enfin les Anglois, ses annemis, avoient honteusement habandonné le siege de devant Orlyens ; si s'en estoient retrais parray leurs garnisons.
  De ces nouvelles fut le roy Charles moult joyeux ; si en regracia humblement son Créateur. Et puis tost aprez, lesdiz capittaines estans audit lieu d'Orlyens, escripvirent au roy conjoinctement par leurs lettres, que le plus grant nombre de gens d'armes et de trait qu'il porroit finer, il envoiast dilligamment devers eulz et, avec, aulcuns grans seigneurs pour les conduire, adfin qu'ilz peussent grever leurs annemis quy de ceste heure fort les doublaient ; mesmement par le bruit de la Pucelle dont il estoit grant renommée desjà parmy le pays ; et mesmes en la chambre du roy s'en faisoient de grans devises, disant les aulcuns que tout l'exploit se faisoit par ses consaulz et emprinses. Si ne sçavoient les plus sages que penser d'elle. Et
escripvoient, avec tout ce, lesdis capittaines au roy que luy mesmes en personne tyrast avant ou pays, disant que sa présence, quant au peuple ratraire, vauldroit grant nombre d'autres hommes.

  ** Finablement, environ le my may, que le siége avoit esté levé de devant la cité d'Orlyens à l'entrée d'ycelluy mois, les François se misrent auz champz environ de V à VI mil bons combatans, tous gens esleuz très expertz et duitz en fait de guerre ; lesquelz tous ensamble tyrèrent vers Baugensy, séant à deux lieues de Meun sur Loire ; si y misrent le siége. En laquelle place estoient en garnison ung Anglois gascon (4), nommé Mathago, messire Richard Guettin (5) et ung autre anchien chevallier anglois. Si povoient estre illec gens de garnison environ V ou VI cenz hommes anglois, lesquelz se laissèrent laians assegier et enclore : où ilz furent forment mollestez et leurs murs durement batus de canons et engiens à pierre quy, nuit et jour, ne cessoient de bondir. Et pareillement estoient ilz servis d'autres divers engiens de guerre et habillemens soubtilz, telement que impossible leur estoit de longuement durer sans avoir secours. Si boutèrent hors de la place, à une saillie qu'ilz firent sur leurs annemiz, ung messagier, lequel par grant dilligence de chevaulchier fist tant qu'il vint devers le seigneur de Thalbot (6), auquel il portoit lettres de crédence. Si luy exposa la charge qu'il avoit de par les assegiés. Lequel oyant le messagier parler, lui dist qu'il y pourverroit le plus brief que faire porroit et qu'il le recommandast auz compaignons qui l'envoioient ; disant qu'ilz feissent bonne chiere et bon debvoir d'eulz deffendre, et qu'ilz orroient briefment bonnes nouvelles de luy, car à la vérité il desiroit moult de les secourre, ainsi que bien estoit raison, comme ilz feussent de ses gens.
  Le seigneur de Thalleboth doncques, tout le plutost qu'il peult, noncha ces nouvelles au duc de Bethfort, régent, qui prestement fist gens appareillier ès parties tenans la querelle du roy Henry. Si y vindrent ceulz quy mandez y furent. Et moy mesmes acteur dessusdit, quy pour ce tempz estoie nouvellement retournez avec Philippe d'Aigreville (7) des marches d'Orlyennois, où, par le commandement du régent, estions allez adfin de destourner vivres à ceulx d'Orlyens, que le duc de Bourbon et le seigneur de La Fayette leur voulloient mener durant le siége que les Anglois y tenoient : ouquel voyage feismes assez petit exploit, par les communaultez du pays qui s'eslevèrent contre nous pour nous destourner les passages. Si nous convint retourner sans rien faire, et alasmes moy et le seigneur d'Aigreville à Nemour, dont il estoit capittaine, et de là m'en vins à Paris devers le régent, à tout environ VIxx combatans ; lequel me retint lors de tous poins au service du roy Henry, desoubz messire Jehan Fastre (8), grant maistre d'hostel dudit régent, auquel il ordonna aller ou pays de Beausse pour baillier secours aux dessusdis assegiés dedens Beaugensy.
  Et partismes en la compaignie dudit Fastre à ceste fois, environ V mil combatans, aussi bien prins que j'eusse oncques veu ou pays de France. En laquelle brigade estoient messire Thomas de Rameston (9), Anglois, et pluiseurs autres chevalliers et escuyers natifz du royaulme d'Angleterre ; qui tous ensamble partismes de Paris et allasmes gesir à Estampes où nous feusmes trois jours ; puis partismes au IIIIe jour et cheminasmes parmy la Beausse, tant, que nous vinsmes à Jenville, qui est assez bonne petite ville, où, par dedens, a une grosse tour à manière de donjon ; la quelle tour, n'avoit guères de tempz, avoit esté prinse par le conte de Salisbery (10). Dedens laquelle ville feusmes quatre jours atendans ancores plus grant puissance quy par le duc de Bethfort nous devoit estre envoiée, car en Angleterre, en Northmandie et à tous costez, il avoit mandé secours et ayde.
  Or dirons aussi un peu de l'estat des Francois quy tenoient le dit siege devant Baugensy.

                             

                                                         

  Les compagnons qui la défendaient se voyaient très fort oppressés par la diligence des assiégeants, par leurs engins, et par les bastilles qu'ils avaient faites autour de la ville jusqu'au nombre de vingt-deux. Par icelle continuation ils étaient en péril d'être mis en la servitude et obéissance de leurs ennemis les Anglais. Ils se disposèrent à tous les périls et conclurent de résister de tout leur pouvoir et par toutes les manières que bonnement employer ils pourraient. Pour mieux y réussir, ils envoyèrent devers le roi Charles afin d'avoir aide de gens et de vivres; de quatre à cinq cents combattants leur furent alors envoyés ; et bientôt après il leur en fut bien envoyé sept mille avec plusieurs bateaux chargés de vivres, venant le long de la rivière sous la guide et conduite de ces mêmes gens d'armes, en la compagnie desquels fut Jeanne la Pucelle, dont mention a été faite ci-dessus, qui n'avait pas encore fait grand'chose qui la recommandât.
  Les capitaines anglais tenant le siège, sachant la venue des bateaux et de ceux qui les guidaient, s'efforcèrent aussitôt et à la hâte de résister fortement pour les empêcher d'aborder en la ville d'Orléans ; et d'autre part les Français s'évigouraient par force d'armes pour les y bouter. A l'aborder des vaisseaux pour passer, il y eut mainte lance rompue, mainte flèche décochée, et main coup d'engin jeté ; il y eut si grande mêlée faite tant par les assiégés que par les assiégeants, tant par les défendants que par les assaillants, que c'était horreur de l'ouïr ; mais quelque force ou résistance que sussent faire les Anglais, les Français tout malgré eux mirent leurs bateaux en sécurité dedans la ville : ce dont les Anglais furent moult troublés, et les Français bien joyeux de leur bonne aventure. Des Français, plusieurs entrèrent aussi en la ville, où ils furent les bienvenus tant pour les vivres qu'ils amenaient, comme pour la Pucelle qu'ils avaient ramenée avec eux, et ils firent de toutes parts très joyeuse chère pour le beau secours que Charles leur envoyait, à quoi ils voyaient clairement la bienveillance qu'il avait pour eux; ce dont les habitants se réjouissaient grandement, faisant éclater telle allégresse qu'ils étaient clairement entendus des assiégeants.
  Puis quand ce vint le lendemain qui était un jeudi, Jeanne, levée de fort matin, parla en conseil à quelques capitaines et chefs de chambre, leur remontrant par vives raisons, comment ils étaient venus en cette cité uniquement pour la défendre à l'encontre des anciens ennemis du royaume de France qui fort l'oppressaient, au point qu'elle la voyait en grand danger, si bonne provision n'y était promptement apportée ; qu'elle les pressait d'aller s'armer. Elle fit tant par ses paroles qu'elle leur persuada de ce faire, et leur dit que s'ils voulaient la suivre, elle ne doutait pas de porter aux ennemis tel dommage qu'à toujours il en serait mémoire, et que ces ennemis maudiraient le jour de sa venue.
  Tant les prêcha la Pucelle que tous allèrent s'armer avec elle, et qu'ils sortirent ainsi en bonne ordonnance de la ville ; et au partir elle dit aux capitaines : « Seigneurs, prenez courage et bon courage ; avant qu'il soit passé quatre jours, vos ennemis seront vaincus ». Et les capitaines et gens de guerre présents ne pouvaient assez s'émerveiller de ces paroles. Ils marchèrent alors en avant, et moult fièrement vinrent aborder une des bastilles de leur ennemis que l'on appelait la bastille Saint-Loup. Elle était moult forte ; il s'y trouvait de trois à quatre cents combattants ; en fort brief terme ils furent conquis, pris et tués, et la bastille brûlée et démolie. Cela fait la Pucelle et les siens s'en retournèrent joyeusement en la cité d'Orléans, où elle fut universellement honorée et louée de toutes manières de gens. Derechef le lendemain qui fut vendredi, elle et ses gens sortirent de la ville, et elle alla envahir la seconde bastille qui fut aussi prise de bel assaut, et ceux qui la défendaient furent tous morts ou pris. Après qu'elle eut fait abattre, brûler et entièrement mettre à néant ladite bastille, elle se retira en la ville, ou plus qu'auparavant, elle fut honorée et exaltée par tous les habitants. Le samedi suivant, la Pucelle sortit derechef et s'en alla envahir la bastille du bout du pont, laquelle était forte et grande à merveille, et avec cela garnie de grande quantité de combattants, des meilleurs et des plus éprouvés parmi les assiégeants. Ils se défendirent longuement et vaillamment, mais rien ne leur valut ; à la fin ils furent comme les autres déconfits, pris et morts. Parmi les morts furent le seigneur de Molins, Glacidas un moult vaillant écuyer, le bailli d'Évreux et plusieurs autres hommes nobles et de haut état. Après cette belle conquête, les Français retournèrent joyeusement en la ville avec de faibles pertes.
  Nonobstant que dans les trois assauts dessusdits, la Pucelle, d'après le bruit commun, emportât la renommée et l'honneur d'en avoir été la principale conductrice, néanmoins s'y trouvèrent la plupart des capitaines français qui durant le siège avaient conduit les affaires de la ville, et dont il a été fait mention ci-dessus. Aux assauts et conquêtes des bastilles, ils se gouvernèrent hautement chacun de leur côté, ainsi qu'en pareil cas doivent faire des gens de guerre tels qu'ils étaient, si bien qu'en ces bastilles il y eut de sept à huit cents Anglais pris ou tués, et que les Français y perdirent environ cent hommes de tous états. Le dimanche suivant, les capitaines anglais, à savoir le comte de Suffolk, le seigneur de Talbot, le seigneur de Scales et les autres, voyant la prise et la destruction de leurs bastilles et de leurs gens, prirent conclusion que tous s'en iraient en un seul corps d'armée, laissant le siège, logis et fortifications, et au cas où les assiégés les poursuivraient pour les combattre, il les attendraient et les recevraient; sinon ils s'en iraient en bonne ordonnance, chacun d'eux ès bonnes villes, châteaux et forteresses qui tenaient pour lors le parti d'Angleterre :
  Cette conclusion, qui sembla à tous la plus profitable qu'on pouvait élire en la présente conjoncture, fut arrêtée, accordée et tenue. En exécutant ce plan, le dimanche, bien matin, ils abandonnèrent toutes les bastilles, logis et fortifications où ils s'étaient tenus durant le siège, mirent le feu en certains lieux, puis se mirent en ordre de bataille, ainsi qu'il a été dit, et qu'ils l'avaient tous résolu ; ils s'y tinrent un long espace, attendant que les Français vinssent les combattre ; ceux-ci ne montrèrent aucun semblant de ce faire. J'ai été informé qu'ils retardèrent et s'abstinrent par le conseil et exhortation de la Pucelle Jeanne, à laquelle ils ajoutaient grande créance. Les Anglais donc, voyant et sachant alors de combien en vérité leur puissance était affaiblie, virent bien que continuer à séjourner en ce lieu ne serait pas pour eux chose de grand sens ; ils se mirent en chemin, s'éloignant de la ville en belle et bonne ordonnance, et quand ils se virent hors de la poursuite de leurs adversaires, ils se séparèrent prenant congé les uns des autres, et s'en allèrent chacun dans les garnisons de leur obéissance, à l'exception des grands seigneurs et des capitaines qui s'en allèrent à Paris, vers le régent pour lui conter leurs aventures, et avoir ordre et conseil sur leurs affaires. Le régent et tous ceux tenant le parti d'Angleterre furent moult dolents de cette perte, mais pour cette heure, ils ne le pouvaient amender, et il leur convint de souffrir. Les Français qui étaient dedans Orléans furent moult joyeux du départ des Anglais leurs ennemis, de se voir eux et la cité délivrés à leur très grand honneur du dangereux péril où ils étaient ; et pour ce qui est des bourgeois, bourgeoises, manants et habitants de la cité, chacun de son côté se réjouit, louant et remerciant Notre-Seigneur Jésus-Christ de ce qu'il les avait ainsi préservés du malheur et des mains de leurs ennemis, qui s'étaient retirés à leur confusion, après les avoir tenus en sujétion un si grand espace de temps. Plusieurs gens de guerre furent alors envoyés en quelques bastilles qui n'avaient pas été atteintes par le feu ; ils y trouvèrent très grande abondance de biens et de vivres, qu'ils mirent en sûreté, et ces mêmes bastilles furent prestement démolies et brûlées, pour que les Anglais ne pussent plus s'y loger.

  Après la levée du siège, les Français qui étaient dans Orléans, spécialement les capitaines et Jeanne la Pucelle, d'un commun accord envoyèrent leurs messages devers le roi Charles, annoncer les victorieuses besognes ci-dessus racontées et, par eux accomplies, comment à la fin les Anglais ses ennemis avaient abandonné le siège de devant Orléans et s'étaient retirés dans leurs garnisons.
  De ces nouvelles, le roi fut joyeux et en remercia moult humblement son Créateur. Bientôt après les capitaines qui se trouvaient à Orléans écrivirent conjointement au roi, lui demandant que le plus grand nombre de gens d'armes et de trait qu'il pourrait trouver, il les envoyât diligemment vers eux, avec quelques grands seigneurs pour les conduire, afin qu'ils pussent aller charger leurs ennemis qui en ce moment les redoutaient fort, surtout à cause du bruit de la Pucelle dont il était déjà grande renommée par le pays. On en faisait grandes devises en la chambre du roi, quelques-uns disant que tous les exploits se faisaient par ses conseils et entreprises, les plus sages ne sachant que penser d'elle. Les capitaines écrivaient encore au roi que lui-même en personne tirât en avant dans le pays, que, pour attirer le peuple, sa présence vaudrait plus que celle d'un grand nombre d'autres hommes.

  Finalement de la mi-mai que le siège avait été levé de devant Orléans,à l'entrée du présent mois, les Français se mirent aux champs au nombre d'environ cinq à six mille combattants, tous gens d'élite, très experts et habiles en fait de guerre. Tous ensemble, ils tirèrent vers Baugency (11), séant à deux lieues de Meung-sur-Loire, et ils y mirent le siège. En cette place étaient en garnison un Anglais-Gascon nommé Mathago, Messire Richard Guettin et un autre ancien chevalier anglais. Ils se laissèrent enclore et assiéger là dedans ; ils y furent fortement molestés et leurs murs durement battus de canons et engins à pierres, qui, nuit et jour, ne cessaient de rebondir. Ils étaient pareillement servis d'autres divers engins de guerre et subtils moyens d'attaque, en sorte qu'il était impossible aux assiégés de tenir longtemps s'ils ne recevaient pas de secours. Dans une saillie qu'ils firent sur les ennemis, ils mirent hors de la place un messager qui, chevauchant avec grande diligence, arriva jusqu'au seigneur Talbot, pour lequel il portait des lettres de créance. Il lui exposa la charge qu'il avait de par les assiégés, et celui-ci l'oyant parler lui dit qu'il y pourvoirait le plus bref que faire il le pourrait ; qu'il recommandait aux compagnons qui l'envoyaient de faire bonne diligence et bon devoir, de se défendre, que brièvement ils auraient bonnes nouvelles de lui, car à la vérité il désirait moult les secourir, ainsi qu'il en était bien raison, vu qu'ils étaient de ses gens.
  Le seigneur de Talbot annonça donc le plus tôt qu'il pût toutes ces nouvelles au duc de Bedford qui fit promptement appareiller des gens dans les contrées tenant la querelle du roi Henri. Vinrent ceux qui furent mandés, et moi-même acteur dessus dit, qui en ce temps étais nouvellement revenu des marches de l'Orléanais avec Philippe d'Aigreville, où, par le commandement du régent, étions allés afin d'empêcher le ravitaillement que le duc de Bourbon et le seigneur de la Fayette voulaient mener durant le siège tenu par les Anglais. Durant ce voyage, nous fîmes petite besogne en raison des habitants du pays qui s'élevèrent contre nous pour nous empêcher le passage. Nous dûmes rebrousser chemin sans rien faire; et allâmes le seigneur d'Aigreville et moi à Nemours, dont il était Capitaine, et de là je viens à Paris. De retour à Paris vers le régent avec environ 120 combattants, il me retint dès lors de tout point au service du roi Henri sous messire Jean Fastolf, grand maître d'hôtel dudit régent, auquel il ordonna d'aller au pays de Beauce porter secours à ceux qui étaient assiégés dedans Baugency.
  Nous partîmes en la compagnie dudit Fastolf, cette fois environ cinq cents combattants, aussi bien pris que j'en eusse jamais vus au pays de France. En cette brigade étaient Messire Thomas de Rampston, Anglais, et plusieurs autres chevaliers et écuyers natifs du royaume d'Angleterre. Nous partîmes tous ensemble de Paris et allâmes coucher à Étampes, où nous fûmes trois jours ; nous partîmes le quatrième et nous cheminâmes par la Beauce, tant que nous arrivâmes à Janville. C'est une très bonne petite ville, ayant à l'intérieur une grosse tour à manière de donjon, qui naguère avait été prise par le comte de Salisbury. Nous fûmes durant quatre jours dans cette ville, attendant encore de plus grandes forces que le duc de Bedford nous devait envoyer; car il avait demandé secours et aide en Angleterre, en Normandie, et de tous côtés.
  Or, nous dirons un peu l'état des Français qui tenaient le siège de Baugency.

                                                 


Source : Jules Quicherat, "Procès de Jeanne d'Arc - t.IV, p.406.
Mise en Français modernisé, J.B.J. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc", t.III, p.487. Quelques compléments par l'auteur du site.

Notes :
* reprise paragraphe de Monstrelet pour compléter le texte de Quicherat (marqué etc, etc...)
** paragraphe propre à Wavrin.

1 C'est XII qu'il faut lire, et encore en comprenant dans ce nombre les boulevards, qui n'étaient que des enceintes fermées de palissades et de fossés.

2 Il est suffisamment établi par les autres témoignages que le jeudi, qui était le jour de l'Ascension , il n'y eut pas de sortie.

3 Les chefs de chambre étaient les officiers inférieurs dans les compagnies. Ils avaient une vingtaine d'hommes sous leur commandement. Rien n'est plus rare que de trouver la mention de ce grade dans les auteurs.

4 Erreur de Wavrin ; Mathe Gough était Gallois.
Mathieu Gough, communément nommé Matagon, « capitaine gallois » (Bercy, 427). Il est désigné dans une montre passée en la ville de Baieux, le 1er juin 1443, ainsi qu'il suit : « Noble homme, Mathieu Goth, escuier, capitaine de ladite place » (Bib. imp., Mss., Monstres, Originaux, t. II, G-H, cabinet des titres). Mort en 1450. Voy. ci-après, au tome II, le chapitre vii du livre III de la VIe partie, n° 1169. Note de Mlle Dupont (1858)

5 « Richard Ghetin, escuier, capitaine de Exmes, fait ses premieres monstres le xv octobre 1424 ». (Bib. imp., Mss., n° 94366 fol. 151.) Il figure dans une autre montre, passée à Mante le 2 janvier 1432 (v. s.), conduisant des hommes d'armes « establiz soubz noble homme, messire Richard Guethin, chevalier, bailli et cappitaine de Mante, à lui ordonnez pour sa seurté et exercite de son dit office de bailli. » (Bib. imp., Mss., Monstres de 1400-1469, t. III, cabinet des titres.) Note de Mlle Dupont (1858)

6 Jean, sire Talbot et de Fournival, créé comte de Shrewbury, le 20 mars 1442. Tué à la bataille de Châtillon le 20 juillet 1453 (Dugdale, I, 328-330). Note de Mlle Dupont (1858)

7 Philippe d'Esgreville, capitaine de Château-Landon dès le 26 novembre 1426 (Bib. imp., Mss., n° 94363.a., fol. 155 verso), nommé par Henri VI, le 26 août 1428, à la garde de la ville et chastel de Moret (Id., ib., 164), écuyer, institué de nouveau dans l'office de maître des eaux et forêts de France, Champagne et Brie, au lieu de sire Guy de Pontaillier, par lettres de Charles VII, en date du 13 février 1431, v. s. (Bib. imp., Mss., fonds Gaignières, n° 771, fol. 97) était capitaine de Nemours et servait dans l'armée de Charles VII, au siége de Rouen, en 1449, où il fut fait chevalier (Chronique de la Pucelle, t; X, 187, 190). Capitaine de Montargis en 1461 (Chronique scandaleuse. Voy. Lenglet, II, 7.)
Note de Mlle Dupont (1858)

8 John Fastoff, chevalier, banneret, gouverneur du Maine et de l'Anjou. Capitaine très-renommé sous les rois Henri IV, V et VI. Mort le 6 novembre 1459 (Biographia Britannica, III, 1899-1909). C'est une biographie complète de ce personnage.

9 Thomas Rampston , chevalier, capitaine d'Argentan dès 1424 (Bib imp., Mss., n° 94366, fol. 155). Fait prisonnier au siège de Saint-Sever, en 1442 (Monstrelet, VII, 199). Était eucore'détenu par Raoul de Gau-court le 1er mars 1447 (La Thaumassière, p. 588).

10 Le 29 août 1428.

11 C'est une erreur. Wavrin fait venir deux fois la Pucelle au siège de Baugency, et prolonge le siège de cette place bien plus qu'il ne le fut en réalité. Le 11 juin, l'armée française vint assiéger Jargeau, le 17 Baugency. Il est vraisemblable que le messager, qu'il dit être parti de Baugency, partit en réalité de Jargeau. (Ayroles)



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire