Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de condamnation
Henri VI, sa suite et son grand conseil

Henri VI et sa suite :

HENRI VI,

  Henri VI était né à Windsor, en 1421. Il était âgé de neuf ans seulement lorsque son oncle, le duc de Bedford, et son grand-oncle, le cardinal de Winchester, l'installèrent au château de Rouen, pendant le procès de Jeanne d'Arc. Après le supplice de l'héroïne on le conduisit à Paris, où il fut couronné roi de France et d'Angleterre, dans la cathédrale. Il ne devait conserver aucune des deux couronnes qui avaient orné son berceau, car il mourut, en 1471, à l'âge de cinquante ans, dans la Tour de Londres, où il était prisonnier du duc de Glocester.

LE DUC DE BEDFORD,

   Jean Plantagenet, frère de Henri V, qui avait pris la ville de Rouen en 1419, oncle de Henri VI et son premier conseiller, régent, pour lui, du royaume de France ; fils, frère et oncle de rois, suivant l'orgueilleux titre qu'il prit dans ses actes officiels ; défenseur de l'Église, etc..., fut l'un des princes les plus accomplis de son temps, aussi grand guerrier que profond politique. Son habileté aurait assuré le triomphe des Anglais en France, sans l'intervention inespérée de Jeanne d'Arc. Il fut, avec le cardinal de Winchester, l'instigateur de son procès et l'auteur de sa mort, grâce au concours de Cauchon, des universitaires et d'une foule de docteurs lâches, ambitieux et serviles. Nous le verrons mourir à Rouen, en 1435, dans ce château où Jeanne avait été enfermée.

LA DUCHESSE DE BEDFORD (Anne de Bourgogne),

  Fille de Jean, duc de Bourgogne, femme du régent, qu'elle avait épousé en 1423, Tombeau de la duchesse à l'église des Célestins à Parisrésida à Rouen pendant le séjour de Jeanne d'Arc. Elle doit partager l'odieux du procès, pour avoir ordonné sur la personne de la Pucelle les investigations auxquelles se livrèrent deux matrones de la ville, dont une anglaise. "Je sais, a dit Massieu, lors de la réhabilitation, que Jeanne fut visitée, de I'ordre de la duchesse de Bedford, pour savoir si elle était vierge, par des matrones, au nombre desquelles était Anna Bavon : ces femmes déclarèrent qu'elle était vierge ; je le tiens d'Anna Bavon elle-même". Le greffier Boisguillaume confirme cette déclaration. La duchesse de Bedford mourut le 14 novembre 1432, moins de deux ans après sa victime, à l'âge de vingt-huit ans, et sans enfants. Elle fut enterrée dans le choeur de l'église des Célestins de Paris. Nous avons reproduit plus haut son tombeau, d'après un dessin de la collection Gaignières.

Henri VI et les membres de son grand conseil :

LE CARDINAL DE WINCHESTER (Henri de Beaufort),

  Cardinal-prêtre du titre de Saint-Eusèbe, grand-oncle d'Henri VI, chancelier d'Angleterre, prélat fastueux et guerrier, fut l'âme de la politique anglaise en France, avec son neveu, le duc de Bedford. Son influence sur le clergé normand, pendant toute la durée du procès, fut aussi funeste que décisive, bien qu'il n'apparaisse qu'une seule fois dans les documents du procès, et, avec un semblant de miséricorde, lors de l'abjuration de Jeanne au cimetière Saint-Ouen. Ce fut lui qui couronna Henri VI à Paris, assisté des trois prélats français qui furent ses complices : Louis de Luxembourg, évêque de Thérouanne et chancelier ; Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, et Jean de Mailly, évêque de Noyon. Il mourut fou, à Winchester, en 1447, six semaines après avoir fait assassiner son neveu Glocester. Ce prélat, prévovant l'avenir réservé à sa victime et les sentiments de la population rouennaise à son égard, ne voulut rien laisser survivre d'elle, et fit jeter ses cendres, du pont de Mathilde, dans les eaux de la Seine.

LOUIS DE LUXEMBOURG,

  Frère de celui qui vendit la Pucelle aux Anglais, évêque de Thérouanne, en 1414, et chancelier de France, pour les Anglais, dès 1425, fut l'un des Français les plus engagés dans le parti anglais. Fanatique des plus dangereux, il fut, avec Cauchon, le mauvais génie de la France. Dès 1427 et 1428, nous le trouvons à Rouen, logé à l'hôtel de l'archevêché. Il favorisa de tout son pouvoir l'acte de son frère puîné (1) et ne quitta guère Rouen pendant le procès. Plus tard, à Paris, il soutint un siège contre les Français et poussa la lutte à outrance. Il fut hué par les Parisiens affranchis de la royauté de Henri VI, et put dire à Rouen quels sentiments animaient les populations redevenues libres. Plus tard, il obtint l'archevêché de Rouen et la pourpre romaine. Nous le verrons se réfugier en Angleterre et y mourir en 1443. Son tombeau est élevé dans la cathédrale de la ville d'Ély, dont il avait été nommé évêque.
  On dit que, malgré son fanatisme, il manifesta quelque remords sur la place du Vieux-Marché où le chanoine Marguerie l'aurait vu verser des larmes.

WILLIAM ALNWICH,

   Évêque de Norwich, en Angleterre, et garde du sceau privé de Henri VI. Pour ce haut fonctionnaire, Jeanne d'Arc ne pouvait être qu'un ennemi du gouvernement anglais, dont il était le dévoué serviteur. On le verra figurer à Saint-Ouen lors de l'abjuration, et au Vieux-Marché lors du supplice. Il dut jouer un rôle important dans la rédaction des actes de la chancellerie d'Henri VI, qui tendirent à égarer l'opinion avec tant d'art et d'hypocrisie.

JEAN DE MAILLY,

   Évêque de Noyon, tint une des premières places au sacre de Henri VI, avec Cauchon et Louis de Luxembourg. Il avait déserté le parti national, Pierre tombale de Jean de Maillybien que son titre le constituât l'un des plus grands vassaux de la couronne de France et pair ecclésiastique. Il joignit à ses hautes fonctions celles de conseiller du roi de France et d'Angleterre.
  Jean de Mailly était à Rouen pendant le procès de la Pucelle. Il siégeait au sein du Grand-Conseil où fut élaborée la procédure qui devait assurer son supplice. Bien que les actes du procès lui attribuent un rôle en apparence secondaire et ne mentionnent sa présence qu'aux dates des 19, 24 et 3o mai, il est certain que cet ami de Luxembourg, et de Cauchon, qui vit leur victime monter sur le bûcher, fut un de leurs complices les plus influents et les plus assidus.
  Nous le verrons plus tard se rallier au gouvernement de Charles VII, quand ses anciens amis seront en déroute, et déposer, lors du procès de réhabilitation, avec le titre de président de la Chambre des comptes de Paris.

COMTE DE WARWICK (Richard Beauchamp),

   Favori de Henri V et l'un de ses principaux capitaines depuis Azincourt, fut gouverneur du jeune roi Henri VI. A peine arrivé à Rouen signature de Warwickavec ce dernier, il fut nommé, par le duc de Bedford, gouverneur du chateau. Geôlier de Jeanne d'Arc, il se porta à plusieurs excès sur elle. On peut dire qu'il résume en sa personne les haines de l'armée et les rancunes de ses compagnons battus par une jeune fille. Il entretint la terreur qui pesa sur Rouen pendant le procès et répandit l'effroi au milieu du timide clergé normand. De nombreux témoignages accusent sa violence et sa passion. Il mourut, lui aussi, à Rouen, en 1439, dans ce château de Bouvreuil où Jeanne avait tant souffert.

LE COMTE DE STAFFORD,

   Connétable de France pour les Anglais, s'était illustré, avec Warwick, dans les guerres de l'invasion, et fut l'un des membres les plus exaltés du Grand-Conseil. Ignorant les finesses de la politique, il aurait voulu, comme son ami, brûler immédiatement cette fille endiablée, cause de leurs malheurs. C'est lui qui poursuivit un jour, jusque dans un lieu privilégié, un clerc qui parlait avec sympathie de la Pucelle. Il accompagnait Luxembourg et Warwick, dans une visite faite à la captive, lorsque celle-ci leur dit que, fussent-ils cent mille godons de plus, ils n'auraient pas le royaume de France. Nous avons vu que Stafford l'aurait percée de sa dague, sans l'intervention de Warwick, gardien responsable de la vaillante prisonnière.
  Aucun de ces hauts personnages ne siégea au procès ; mais tous firent partie de ce Grand-Conseil qui avait résolu sa mort, avec les abbés de Fécamp et du Mont-Saint-Michel.


                                                 


Source : Albert Sarrazin - "Jeanne d'Arc et la Normandie au XV° siècle" - 1896.
Illustrations :
- Sceau du duc de Bedford -1427 (Coll.Gaignières - ms.fr.20077,Fo 8, Bibli.nle)
- Tombeau de la duchesse de Bedford à l'église des Célestins (Coll.Gaignières - ms.fr.20077,Fo 8, Bibli.nle)
- Pierre tombale de Jean de Mailly (dessin de la collection Gaignières, P e 3, fo 20. - Bibl.nle)
- Signature de Warwick (1440) - Coll.Fr. de Beaucorps.

Notes :
1 Jean de Luxembourg qui vendit Jeanne d'Arc aux Anglais.


Procès de condamnation

Présentation :

- L'organisation du tribunal
- Les sources existantes
- Plan chateau de Rouen
- La prison de Jeanne

Procès :
- Procès


Complément :
- Etude de l'abjuration
- Lettres de garantie




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire