Accueil                                                         Admin
19 novembre 2018  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

L'église de Domrémy

omrémy dépendait de la paroisse de Greux où se trouvait la mère-église (1). Elle était sous la juridiction de la collégiale de Saint-Nicolas de Brixey-sous-Maxey, au diocèse de Toul, doyenneté de Gondrecourt, archiprêtre de Ligny (2). L'église de Domrémy où Jeanne fut baptisée, a subi des transformations au cours des siècles. La plus importante est son changement d'orientation en 1824 : le nouveau choeur se situe à l'emplacement du portail d'origine, l'ancien choeur se situait au seuil du portail actuel. Les voûtes ont été remaniées comme l'indiquent les dates aux clefs de voûte : 1582, 1585, 1698, 1904. Le cimetière avait déjà été transféré en 1823 sur un coteau voisin.


L'extérieur :

  Avant d'évoquer les travaux de 1824, voici la situation de l'église en 1819 :

   

    1. L'église dans son orientation originale
    2. Le cimetière
    3. La maison de Jeanne
    4. La maison de Gérardin
    5 et 6. deux petites maisons
    7. le chemin menant à Vouthon.



   
    La vue correspondant au plan précédent.
    A noter que la maison de Gérardin (deux personnes s'y tiennent devant le hangar) portait sur son tympan les armes et la satue qui appartenaient à la maison de Jacques d'Arc. Ils seront remis à leur emplacement d'origine lors des travaux de 1824.



   
En 1819, elle est pratiquement telle que l'a connue Jeanne. L'entrée était sur la gauche de la photo. Le cimetière est entouré d'un petit mur. (Jollois)


   
L'orientation a été inversée, l'entrée est face à la route.Notez que les deux fenêtres sont encore murées. Le cimetière a disparu. La grille sur la gauche entoure la maison de Jeanne d'Arc. La statue est devant l'église.

  En 1824, l'église a été profondément remaniée. les substructures qui la portent, la grande voûte, les piliers, quelques pierres des deux contreforts sont contemporains de Jeanne mais le transcept, l'abside, la disposition des autels, le clocher... tout cela date de 1824.
  La cuve baptismale, le bénitier, Jeanne les a vus et touchés mais la statue de Notre Dame au pied de laquelle elle priait a disparu car elle a été brûlée pour cause de vétusté !

  En 1956 ont été découvertes les fenêtres de la façade (murées auparavant), celle de droite a conservé son meneau et son tympan fleuri.



   
La statue se trouve de nos jours sur la petite place devant la maison natale.. Les fenêtres sont maintenant découvertes.


   
L'entrée de l'église se trouvait autrefois de ce côté.


  La tourelle semi-cylindrique (à droite, à l'extérieur de l'église) donne accès à la tour qui semble dater du XIII° siècle.

   


L'intérieur de l'église :

  Le bénitier date du XIII° siècle et est poli par la main  des fidèles.

                           

  Derrière le pilier, une fresque de Saint Sébastien datant de 1586. A côté, la statue de Sainte Marguerite devant laquelle Ste Jeanne a sans doute prié car elle parait remonter à la fin du XIV° siècle.

   

  Dans le transcept sud, à gauche, la cuve baptismale, bloc de calcaire octogonal, sur laquelle Jeanne fut baptisée en 1412 par le curé Jean Minet.
  Au mur, une pierre tombale des frères Thiesselin, descendants d'une marraine de Jeanne.
   A côté une statue de Saint-Rémy datant du XVII° siècle.

   

  A l'entrée du choeur, deux autels à retable de la fin du XVI° siècle. Ils ont été placés par Claude du Lys alors curé de Domrémy (descendant de Jean d'Arc). Ils étaient placés de chaque côté de l'ancien choeur avant 1824. Au sommet de l'autel de la Sainte Vierge, les anges qui tiennent les armes de Jeanne d'Arc.
  A droite une statue de Sainte Anne de la même époque.
  A gauche de l'hôtel de Saint Nicolas (patron de la Lorraine), une statue polychrome de 1709 représentant St Elophe, diacre martyrisé en 362 à quelques kilomètres de Domrémy, en face de la basilique.

   
   

  Les vitraux réalisés en 1955 par Gaudin représentent les grandes étapes de la vie la sainte héroïne hormis le vitrail central qui représente Clovis par Saint Rémy (492) patron de l'église. A gauche du vitrail central : l'appartition de Saint Michel, à droite à partir de l'entrée vaucouleurs puis Chinon. De l'autre côté du choeur, Orléans puis Reims. Au transcept droit : le procès à Rouen ; en face le bûcher qui évoque la passion de Jeanne. (1431).

 
 
                         
                   4 des vitraux de l'église de Domrémy (2004)

  A gauche, en entrant, la chapelle Ste Jeanne d'Arc avec ses nombreux ex-voto. Au centre, le "dernier soupir" réalisé par le sculpteur  Réal del Sarte en marbre de Carrare. Le socle en onyx renferme de la terre du bûcher de Rouen.

   
                                      
        Au centre la sculpture de Réal del Sarte

  Le souvenir de l'héroïne ne s'est jamais éteint dans le sanctuaire où elle fut baptisée, plusieurs des descendants de son frère Jean ont été curés de Domrémy : Claude du Lys, François Hurlot, Claude Noblesse.


L'église de Greux :

  L'actuelle église de Greux ne date que de 1734, l'ancienne fut détruite par les Suédois vers 1635 ainsi qu'une bonne partie du village de Greux.
  L'église de Greux au temps de Jeanne d'Arc était dédiée à St Maurice et se trouvait au début du chemin menant à l'ermitage de Bermont. Il n'en reste rien. A son emplacement il y a aujourd'hui des statues de la Vierge, de Jeanne d'Arc et de Ste Marguerite.
  Jeanne y a souvent prié après l'attaque de Domrémy et l'incendie de son église par les Bourguignons en juillet 1428 :
"C'était une jeune fille très pure et de bonne fréquentation. Elle fréquentait avec dévotion les églises et les lieux saints, tellement que, quand Domrémy fût brûlé, Jeannette se rendait à Greux pour y entendre la messe les jours de fête" (déposition de Béatrice femme d'Estellin au procès de réhabilitation en 1456).
Elle y a aussi sûrement reçu sa confirmation par l'évêque de Toul puisqu'il s'agissait de l'église principale.


  De tous les lieux "johaniques" qui nous sont restés, la petite église St Rémy de Domrémy est sans doute le plus émouvant.



Notes :
1 Jeanne au procès le 21 février 1431 "Respondit qu'elle avoit esté nee en ung villaige qu'on appeloit Dompremy de Grus, euquel lieu de Grus est la principalle eglise."

2 Aujourd'hui : Brixey aux Chanoines (Meuse), Gondrecourt le Chateau (Meuse), Ligny en Barrois (Meuse) - Abbé Jean-François Henry "L'unique et vraie Jeanne d'Arc".,

Illustrations :
- Plan du centre Domrémy en 1819 (Jollois)
- Situation de l'église et de la maison de Jeanne en 1819.
- L'église de Domrémy en 1910 ("Au pays de Jeanne d'Arc - Jean de Metz - 1910)
- 3 photos extérieures de l'église
par l'auteur de ce site (2004)
- Les photos de l'intérieur de l'église sont également de l'auteur de ce site (2004).


Le dauphin raillé des Anglais
La bataille des harengs
Pothon négocie avec le Duc de Bourgogne pour sauver Orléans
Jeanne arrive à Chinon
Jeanne présentée au roi
Jeanne chasse les prostituées de l'armée
La libération d'Orléans
La prise de Jargeau
La bataille de Patay
La reddition de Troyes
La reddition de Châlons
Le couronnement de Charles VII à Reims
Le siège de Paris
La prise de Jeanne à Compiègne
Jeanne sur le bûcher de Rouen
Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire