Accueil                                                         Admin
23 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Le manuscrit de "d'Urfé
e manuscrit est conservé à la Bibliothèque Nationale sous la côte ms. lat. 8838. Jules Quicherat l'a décrit ainsi dans son tome V, p.438 : "C'est un volume in-folio maximo, en vélin de choix de 51 sur centimètres ; doré sur tranche, avec reliure en veau vert, le dos maroquiné rouge, au chiffre de Napoléon. Sur les plats ont été rapportés des cuivres ciselés, qui appartenaient à une reliure plus ancienne, savoir, deux écussons vairés et timbrés, qui sont les armes de la maison d'Urfé, plus huit encognures composées d'emblèmes, où s'entrelacent, avec la devise UNI, les chiffres I et C (avec les L affrontés et couronnés de Louis XVIII selon P.Champion).
  Une partie du manuscrit du fonds latin n°5970 (procès de réhabilitation) et celui de d'Urfé, est copiée de la même main. Ils semblent qu'ils soient contemporains.
  Jules Quicherat et Champion estiment que ce manuscrit vient de Claude d'Urfé, qui, après la mort de sa femme, Jeanne de Balzac, adopta la devise UNI (1542). Jeanne de Balzac avait hérité de sa mère Anne de Graville, fille de l'amiral Louis Mallet de Graville ; et il est permis de penser que c'est à celui-ci qu'est dû le manuscrit qui nous intéresse (1).
  Il faut rappeler que le manuscrit d'Orléans fut aussi rédigé sur son ordre sous Louis XII. Ce manuscrit témoigne de l'intérêt que les Graville vouaient à la mémoire de Jeanne, en souvenir de leur aïeul Jean Mallet, sire de Graville, maitre des arbalétriers qui avait combattu auprès de Jeanne d'Arc.
D'Honoré d'Urfé, notre manuscrit passa dans les mains de M. de Chavannes, de Thomas d'Ylan, dans celles de Fevret de Fontette en 1769. L'Averdy le vit en 1787 au Dépôt des Chartes ; d'où il passa enfin à la Bibliothèque du Roy.
  Jules Quicherat Page du manuscrit de d'Urfédira en 1849, qu'il présentait "une telle confusion que personne jusqu'ici n'a pu s'y reconnaitre". Pierre Champion, qui a aussi étudié ce manuscrit, assure qu'il a fallu "toute la science paléographique de J. Quicherat, servie par sa claire intelligence et sa merveilleuse connaissance des textes, pour débrouiller ce chaos". Deux écritures bien distinctes, note Quicherat, "alternent l'une avec l'autre à diverses places du manuscrit. L'une est la cursive coulée du temps de Louis XII, l'autre est la plus belle gothique de la chancellerie de Charles VII".
D'où vient cet imbroglio ?
Originellement le codex, sur vélin, contenait la copie du Procès de réhabilitation dans sa rédaction "épiscopale" (les versions officielles de ce procès sont des versions "notariales") soit une masse considérable de documents avec notamment une copie de la version latine du procès de condamnation et la minute française de ce même procès déposées aux juges de la réhabilitation par Guillaume Manchon, le notaire du procès de condamnation.
Toujours est-il qu'un accident (avant ou après la reliure ?) a supprimé de ce manuscrit une partie des folios d'origine. C'est en cet état désastreux que le trouve son possesseur en son chateau de la Bâtie, au début du XVI° siècle. Il semble que Claude d'Urfé entre 1502 et 1558 ait tenté de compléter les parties disparues par des copies ou traductions d'autres ouvrages. L'ensemble, dans un chaos indescriptible, fut numéroté et magnifiquement relié. Le grand souci semble avoir été de remplacer les folios manquants par des folios rigoureusement du même format. "L'inintelligence de cette conception, conclut Quicherat, n'est surpassée que par celle de l'exécution, puisque l'état actuel du manuscrit prouve qu'on ne sut ni reconnaître les lacunes, ni remettre à leur place les cahiers transposés".
  Monsieur Porcher, conservateur en chef du département des manuscrits à la bibliothèque nationale, a pris la bonne décision en décousant les cahiers et en séparant les textes des deux écritures sous le contrôle de Paul Doncoeur. Il a  alors été possible de restituer dans l'ordre les cahiers originaux et de connaître exactement ses lacunes. Dans la nouvelle reliure des folios vierges remplacent les manquants. Nous pouvons désormais lire la seule "rédaction épiscopale" connue du procès de réhabilitation (mais incomplète), ainsi que la minute française (incomplète elle aussi) et une version en latin du procès de condamnation qui n'a pas encore été étudiée vraiment et qui semble pourtant d'intérêt majeur, les textes ayant été vérifiés et certifiés par Manchon lui-même (2).


  Dans son ouvrage "La rédaction épiscopale du Procès de 1455-1456", Paul Doncoeur édite pour la première fois, le procès de réhabilitation contenu dans ce manuscrit. Il s'agit de la version "épiscopale" de ce procès, c'est à dire que ce sont les juges qui parlent contrairement aux trois exemplaires officiels qui donnent une version "notariale" de ce procès où ce sont les notaires qui exposent le procès (3).
  Pour Pierre Champion, les trois copies officielles de ce procès nous sont parvenues intactes et complètes. Pourtant, il existe un témoignage précis de Robert Demolins qui parle de six copies de ce procès (4). Il s'agit donc bien de 6 expéditions, deux pour le roi et quatre pour les quatre juges. Malheureusement ces 6 expéditions n'ont pas été individualisées ou décrites, et il est difficile d'en suivre la fortune. Paul Doncoeur émet l'hypothèse (et seulement une hypothèse) que le manuscrit d'Urfé pourrait être un des deux exemplaires pour le Roi contenant notamment la rédaction épiscopale du Procès, le procès de 1431 (collationné par Manchon lui-même), la copie des minutes originales en Français du procès de 1431, tous les traités des théologiens consultés pour le procès de 1456 etc... Malheureusement il manque de nombreux folios dans ce manuscrit, notamment la fin du procès de réhabilitation où il manque notamment la sentence finale et peut-être les sceaux des notaires... et des juges qui n'ont pas été apposés sur la version "notariale".

  Le manuscrit d'Urfé apparait donc comme une pièce capitale pour l'étude des procès de la Pucelle.


                   


Source : "La réhabilitation de Jeanne la Pucelle - la rédaction épiscopale du procès 1455-1456)" de Paul Doncoeur (1961).

Illustration :
- Page du manuscrit dit de d'Urfé - folio 32, interrogatoire du 28 mai 1431 (La minute française des interrogatoires de Jeanne la Pucelle) de P.Doncoeur - 1952).
- Photo de la reliure du manuscrit.


Notes :

1 dixit le père Doncoeur.

2 Dans cette version du Procès de condamnation, dont la collation a été faite par Manchon, les "informations posthumes" n'y figurent pas (on se souvient qu'en 1431, les notaires n'avaient pas voulu les ratifier, n'ayant pas assisté à ces témoignages le matin de la mort de Jeanne).

3 Les trois manuscrits "officiels" ne contiennent que les sceaux des notaires. Le ms 5970 de la BNF annonce ceux des juges mais ils n'ont pas été apposés.

4. Deuxième compte de Robert Demolins, receveur général des Finances sur et deçà les rivières de Seyne et Yonne, pour l'année finissant en septembre 1458 :
- Avec la précision d'un comptable, Robert Demolins note des paiements effectués pour le Procès :
"aux trois évêques : CC livres chacun ; à l'inquisiteur : C ; à G. Bouillé : 137 l., 10 s. ; à Pierre Maugier et à S. Chapitault : 68 l., 15 s. ; aux notaires le Comte et Ferreboucq : 68 l. 15 s." ; et de plus "pour ledit procès faire, notablement escrire et multiplier
en 6 livres ou volumes, desquels les deux seront pour
le roy, et les autres 4 pour les juges
... lesdits le Comte et Ferreboucq ordonnés à escrire les procès et sentences en 6 volumes ou livres : 300 l."





Le dauphin raillé des Anglais
La bataille des harengs
Pothon négocie avec le Duc de Bourgogne pour sauver Orléans
Jeanne arrive à Chinon
Jeanne présentée au roi
Jeanne chasse les prostituées de l'armée
La libération d'Orléans
La prise de Jargeau
La bataille de Patay
La reddition de Troyes
La reddition de Châlons
Le couronnement de Charles VII à Reims
Le siège de Paris
La prise de Jeanne à Compiègne
Jeanne sur le bûcher de Rouen
Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire