Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Jeanne d'Arc par Henri Wallon - 5° éd. 1879
Appendice 41 : L'assaut du 8 septembre

  « Interroguée se quant elle alla devant Paris, se elle l'eust par révélation de ses voix de y aller : respond que non ; mais à la requeste des gentils hommes qui vouloient faire une escarmouche ou une vaillance d'armes; et avoit bien entencion d'aller oultre et passer les fossés » t. I, p. 147 (Interrog. du 13 mars). Cf. p. 168 et 250.
  Sur les particularités de l'assaut, voy. Chron., chap. LXI, et t. IV, p. 26 (Cagny), p. 87 (J. Chartier); p. 198 (Journal); p. 457 (Clém. de Fauquemberque, t. XV, f° 18) : « Et hastivement plusieurs d'iceulx estans sur la place aux Pourceaux et environs près de ladicte porte (Saint-Honoré), portant longues bourrées et fagots, descendirent et se boutèrent ès premiers fossés, esquels point n'avoit d'eaue, et gettèrent lesdites bourrées et fagots dedans l'autre fossé prochain des murs, esquels avoit grant eaue. Et à celle heure y ot dedans Paris gens affectés ou corrompus, qui eslevèrent une voix en toutes les parties de la ville de çà et de là les pons, crians que tout estoit perdu, » etc. Cf. le Bourgeois de Paris (t. IV, p. 465, 466), qui rappelle Judith et Holopherne (la Pucelle pour lui n'est pas Judith). On peut laisser à sa charge tout une moitié de la sommation qu'il prête à Jeanne (cf., t. I, p. 148).
  L'ancienne porte Saint-Honoré était dans la rue de ce nom, un peu à l'ouest de la place actuelle du Palais-Royal. La rue des Remparts, près le Théâtre-Français, indiquait le voisinage des remparts en cet endroit. En supprimant cette rue pour faire une place, on avait eu l'heureuse idée d'y relever le souvenir de la Pucelle par le nom de place Jeanne-d'Arc. Mais la statue de Jeanne d'Arc ayant été reportée plus loin, la place a pris son nom du Théâtre-Français.
  Quant à la terreur qu'inspirait aux partisans de l'Angleterre l'attaque de la Pucelle, on en trouvera d'autres preuves encore dans les délibérations capitulaires de Notre-Dame (1. 1. 414, f° 79 à 82 (Voy. Vallet de Viriville, Hist. de Charles VII, t. II, p. 118).
  Sur la blessure de Jeanne, voy. t. I, p. 57, 260 et les auteurs cités pour l'attaque de Paris. La Chronique du ms. de Lille se montre plus haineuse que bien informée quand elle dit : « Mais par la ruse de plusieurs bons et saiges clers, lesquels dirent au commun que c'estoit cause fainte dyabolique et erreur à ceulx qui le creoient, lui fu envoiet ung vireton lequelx li percha tout oultre la cuisse, dont se party plus que le pas et retourna en l'ost du Dolfin. » (Bulletin de la Société de l'Hist. de France, 1857, p. 103.)
  L'Anonyme de la Rochelle qui a le tort de faire venir le roi devant Paris, quand il était à Saint-Denis parle aussi de la terreur qui régnait dans la place et montre la confiance dont étaient animés les soldats de la Pucelle : ils avaient selon lui pénétré jusque dans la ville. C'est la nuit et non la blessure de la Pucelle qui décide leur retraite : « Lorsque la dite Pucelle estoit à ès dittes ruhes fut blessée à la jambe; mais elle fut tantost guérie. Et est vray que c'estoit moult merveilleuse chose du grand nombre de canons et de couleuvrines que ceux de Paris tiroyent contre nos gens; mais oncques ne fut blessé ne tué homme que l'on peust savoir, fors Jean de Villeneuve, bourgeois de la Rochelle qui fut tué d'un coup de canon. Et advint que plusieurs de nos gens furent frappés des dits canons, mais ils ne leur fesoyent nul mal; et ramassoient les pierres qui les avoient frappés et les monstroyent à ceux qui estoient sur les murs de la ditte ville de Paris, et ne furent ceux d'icelle ville, les Anglois et Bourguignons estans dedans, si hardis de faire aucune saillie sur nos dits gens ; ains le Roy nostredit Sr estant devant la dite ville de Paris ceux d'icelle ville avoient si grande peur que quand la dite Pucelle et nos dits gens y donnoient le dit assault, ils s'enfuyoient ès églises et cuidoient que la ville fust prise, ainsy que plusieurs religieux et autre qui lors estoyent en icelle ville raportèrent après au Roy nostre dit Sr. »
  Après cela on peut trouver bien mal venue l'excuse qu'il donne à la retraite de Charles VII :  « Mais pour deffault de vivres, le Roy s'en retourna rafrechir sur la rivière de Loyre et laissa le plus de ses gens en garnison ès villes chasteaux et places qu'il avoit pris pour mener guerre et lever bastides à ceux de ladite ville de Paris.
  C'est à proprement parler la fin de ce récit curieux : car les faits qui suivent, à savoir la prise du Château-Gaillard par La Hire, le siége de Compiègne, la captivité et la mort de Jeanne d'Arc, racontés en quelques lignes, sont évidemment une addition postérieure.
  On lit dans la circulaire du roi sur sa retraite après l'attaque de Paris : « Après avoir reconquis plusieurs places, nous avons négocié avec notre cousin le duc de Bourgogne. Jour a été tenu et abstinence de guerre conclue
jusqu'à Noël prochain. Et, pour ce que, si, durant icelle abstinence, attendu le très-grand nombre de gens qui sont en nostre compagnie, feussions demorez en nos pays de par deçà, ce eust esté la totale destruction d'iceulx, veu que ne les povons employer au fait de guerre : nous, pour alléger nosdits pays, et aussi pour assembler et mestre sus plus grant armée, afin de retourner après le temps de ladite abstinence, ou plus tost se besoin est, à toute puissance, à entendre et poursuivre le demourant de noz conqueste et recouvrement de nostre seigneurie, avons délibéré de faire un tour oultre ladite rivière de Seine, et pour la garde du dit pays, nous avons institué lieutenant général le comte de Clermont, le comte de Vendôme, etc. » (Archives municipales de Reims : communiqué par M. Louis Paris et cité par Vallet de Viriville, Hist. de Charles VII, t. II, p. 120.)

                                                


Source : Jeanne d'Arc - Henri Wallon - 5° éd. 1879.

Notes :
/





Jeanne d'Arc
Henri Wallon - 5°éd. 1879

Index

Avertissement
Préface

Introduction :

- La guerre de cent ans
- Charles VII et Henri VI
- Le siège d'Orléans

Livre IDomrémy et V...
I - L'enfance de J. d'Arc
II- Le départ

Livre II : Orléans
I - L'épreuve
II - Entrée à Orléans
III - La délivrance d'Orléans

Livre.III : Reims
I - La campagne de la Loire
II - Le sacre
III - La Pucelle

Livre.IV : Paris
I - La mission de J. d'Arc
II - La campagne de Paris
III - L'attaque de Paris

Livre.V :
Compiègne
I - Le séjour sur la Loire
II - Le siège de Compiègne

Livre.VI : Rouen - Les juges
I - Le marché
II - Le tribunal
III - Les procès-verbaux

Livre.VII : L'instruction
I - Les interrog. publics
II - Les interrog. de la prison
III - Les témoins

Livre.VIII : Le jugement
I - L'accusation
II - Les douze articles
III - Les consultations...
IV - La réponse de...

Livre.IX : L'abjuration
I - Le cimetière de St-Ouen
II - La relapse

Livre.X : Le supplice
I - La visite à la prison
II - La pl. du Vieux-marché

Livre.XI : La réhabilitation
I - La mémoire de Jeanne...
II - Le second procès...

Livre.XII : L'histoire

I - Les contemporains...
II - L'inspiration de J.d'Arc




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire