Accueil                                                         Admin
14 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Jeanne d'Arc par Henri Wallon - 5° éd. 1879
Appendice II-17 : Soumission de Jeanne à l'Église

  La déposition d'Isambard de la Pierre est confirmée au fond par le greffier Manchon lui-même. Mais le témoignage de Manchon offre avec celui du premier des différences d'où l'on a tiré sur l'un et sur l'autre les conclusions les moins attendues.
  Manchon raconte que Jean de la Fontaine, Isambard de la Pierre et Martin Ladvenu, allant trouver Jeanne dans la prison, lui dirent qu'elle ne devait pas craindre de se soumettre au Pape et au concile, puisqu'il y avait dans le concile des clercs de son parti autant que d'ailleurs. Le lendemain, Jeanne, interrogée, répond qu'elle se soumet au Pape et au concile. L'évêque, furieux, demande qui l'a visitée la veille, et, apprenant du gardien que c'est La Fontaine et les deux religieux, il s'emporte contre le vice-inquisiteur, son collègue, patron des deux derniers. Jean de la Fontaine, se sachant menacé, part de Rouen et n'y revient plus.
  Isambard de la Pierre n'avait parlé que de lui-même ; Manchon lui associe La Fontaine et Ladvenu. C'est dans la séance même, selon Isambard, que le conseil fut donné à Jeanne; selon Manchon, ce fut la veille. Isambard n'en détermine pas l'époque; Manchon indique la semaine sainte dans une autre déposition. On en conclut qu'il ne faut s'arrêter ni à l'un ni à l'autre : non qu'ils mentent, mais ils se trompent. On n'accuse que leur mémoire. Mais, si leur mémoire est en défaut, c'est apparemment sur les circonstances, où ils diffèrent, et non sur le fond, où ils sont d'accord. Sur les personnes, Manchon ne contredit pas Isambard ; il nomme La Fontaine avec lui ; Isambard ne parle que de lui seul. Sur le moment : fut-ce dans la séance ou la veille ? La différence est plus grave. Les deux assesseurs ont-ils, comme le veut Manchon, conseillé Jeanne la veille, et Isambard a-t-il renouvelé son conseil dans la séance du lendemain ? Je ne propose pas ce mode de conciliation; je remarque seulement que, dans tous les cas, on ne peut démentir Isambard, qui parle d'un fait personnel; et Manchon, qu'on pourrait soupçonner d'avoir placé volontiers avant la séance un incident dont on ne trouve pas la trace dans son procès-verbal, se lave de ce soupçon, mais confirme ailleurs ce témoignage en disant qu'un jour, Jeanne étant sommée de se soumettre à l'Église, Isambard de la Pierre lui conseilla de se soumettre au concile général, ce qui lui valut l'interpellation de l'évêque : « Taisez-vous, de par le diable !»

  Reste l'époque dont Manchon parle seul. Il désigne la semaine sainte. Or, il n'y eut pas de séance particulière dans les premiers jours, et le dernier jour, samedi, 31 mars, ni La Fontaine, ni Isambard, ne sont présents. Mais, puisque dans la semaine sainte aucun jour ne convient, c'est le cas, non de nier le fait, mais de le chercher ailleurs : or Manchon lui-même y autorise, car dans une autre déposition il dit : « Dans la semaine sainte ou environ; » et un peu plus loin, quand il cite le fait d'Isambard : « Dans le jugement, quand Jeanne était examinée.» Nous avons pensé que l'incident se rapporte à la dernière séance des interrogatoires, le mardi 17, séance dans laquelle le procès-verbal mentionne, en effet, une question sur le Pape. Et l'on comprend pourquoi, après ce refus d'enregistrer sa réponse, Jeanne a répondu comme elle l'a fait à l'évêque, dans la visite du samedi, 31 mars. Mais, quand il resterait un doute sur les circonstances accessoires, les deux témoignages n'en sont pas moins incontestables au fond. Manchon, qui sait si bien défendre son pro
cès-verbal, et qui, à cette occasion encore, prétend qu'il a écrit tout ce qu'il a entendu, s'avoue coupable par le fait, puisqu'il rapporte ici un conseil d'Isambard et une déclaration de soumission de la Pucelle qu'on ne trouve nulle part dans les actes du procès. Quant à Isambard de la Pierre, rapporter son témoignage à une occasion où le procèsverbal fait, il est vrai, poser à Jeanne la question du concile, mais pour constater qu'elle refuse de répondre, ce n'est rien concilier; et son témoignage, qu'on n'accuse pas de mensonge, ne peut être taxé d'inexactitude involontaire. Ses souvenirs sont très-précis; j'en juge par cette parole de Jeanne, qui est une protestation contre le système entier du procès-verbal : « Ah! vous écrivez tout ce qui est contre moi, et vous ne voulez pas écrire ce qui est pour moi. » Parole décisive que le témoin n'a pas pu oublier, et qu'un historien ne devrait pas omettre dans l'examen de cette question.
  Ce ne sont pas les seuls faits qui concernent la soumission de Jeanne à l'Église. Nous retrouverons dans le procès-verbal même des déclarations non moins décisives, mais nous ne voulons pas dépasser la limite des interrogatoires que les douze articles avaient la prétention de résumer.
  La démonstration se complétera plus tard (1).

                                                


Source : Jeanne d'Arc - Henri Wallon - 5° éd. 1879.

Notes :
1 Tém. de Manchon sur Isambard : « Dicit ulterius audivisse, dum ipsa Johanna summabatur de se submittendo Ecclesiæ, dum frater Isambardus de Petra suaderet sibi quod se submitteret concilio generali, (quod) episcopus Belvacensis hoc audiens, eidem fratri Bardino dixit : Taceatis, in nomine diaboli ! » t. II, p. 343. — Époque de la visite : « In hebdomade sancta, t. III, p. 139; durante processu in hebdomade sancta vel circa, » t. II, p. 341. — Le conseil donné en séance : « Et fuit hoc in judicio, quando ipsa Johanna examinabatur, » ibid., p. 343. Voyez l'opinion que nous combattons dans M. H. Martin, Hist. de France, t. VI, p. 272-274, note.



Jeanne d'Arc
Henri Wallon - 5°éd. 1879

Index

Avertissement
Préface

Introduction :

- La guerre de cent ans
- Charles VII et Henri VI
- Le siège d'Orléans

Livre IDomrémy et V...
I - L'enfance de J. d'Arc
II- Le départ

Livre II : Orléans
I - L'épreuve
II - Entrée à Orléans
III - La délivrance d'Orléans

Livre.III : Reims
I - La campagne de la Loire
II - Le sacre
III - La Pucelle

Livre.IV : Paris
I - La mission de J. d'Arc
II - La campagne de Paris
III - L'attaque de Paris

Livre.V :
Compiègne
I - Le séjour sur la Loire
II - Le siège de Compiègne

Livre.VI : Rouen - Les juges
I - Le marché
II - Le tribunal
III - Les procès-verbaux

Livre.VII : L'instruction
I - Les interrog. publics
II - Les interrog. de la prison
III - Les témoins

Livre.VIII : Le jugement
I - L'accusation
II - Les douze articles
III - Les consultations...
IV - La réponse de...

Livre.IX : L'abjuration
I - Le cimetière de St-Ouen
II - La relapse

Livre.X : Le supplice
I - La visite à la prison
II - La pl. du Vieux-marché

Livre.XI : La réhabilitation
I - La mémoire de Jeanne...
II - Le second procès...

Livre.XII : L'histoire

I - Les contemporains...
II - L'inspiration de J.d'Arc




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire