Accueil                                                         Admin
13 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Jeanne d'Arc par Henri Wallon - 5° éd. 1879
Appendice II-24 : Les ennemis et les compagnons de la Pucelle

  On peut être curieux de retrouver dans un même tableau ce que devinrent les principaux personnages mêlés à l'histoire de Jeanne d'Arc. Nous avons dit la fin de Pierre Cauchon, devenu évêque de Lisieux, mort subitement pendant qu'on lui faisait la barbe (18 oct. 1442) ; — celle de Bedford, qui mourut à la veille du traité d'Arras, désespéré de ne l'avoir pu empêcher (14 septembre 1435) (1) ; — Warwick, nommé régent de France après lui, mourut en 1439 sans pouvoir rétablir la fortune des Anglais ; le cardinal de Winchester, qui couronna le jeune Henri VI à Notre-Dame de Paris, était dans le conseil quand Henri fit la trêve de 1444 et épousa Marguerite d'Anjou. Il mourut en 1447, suivant de près son neveu, le duc de Glocester, qu'on l'accusa sans fondement d'avoir fait périr. — William de la Pole, comte de Suffolk, qui, après avoir joué un rôle considérable dans la guerre, avait eu la part principale au rapprochement de l'Angleterre avec la France et au mariage de Henri VI avec Marguerite d'Anjou, devint, aux yeux de l'opinion publique, responsable des revers de sa nation. Élevé par la faveur du roi et de la reine au titre de duc de Suffolk, il n'en fut que plus exposé à la haine publique. Mis en accusation comme son aïeul, le ministre de Richard II, il ne trouva pas comme lui son salut dans l'exil. Poursuivi et arrêté en mer, il fut décapité, sans autre forme de procès, par les marins qui l'avaient pris (3 mai 1450). — Talbot, son compagnon au siége d'Orléans, ne survécut pas non plus aux événements qui expulsèrent les Anglais de France. Mais il périt en soldat, tué à la bataille de Castillon (17 juillet 1453), la dernière grande journée de la guerre de Cent ans.

  On est tenté de ranger au nombre des ennemis plutôt que des amis de la Pucelle les principaux conseillers de Charles VII, La Trémouille et Regnault de Chartres. La Trémouille, en 1431, s'était fait donner des lettres de rémission : en quoi il se montrait beaucoup moins soucieux de sa réputation que de sa sûreté, car il s'y ayouait coupable d'une multitude de crimes : meurtres, pillages ou concussions, ne craignant pas de s'en accuser pour s'en faire absoudre (2). Cela n'empêcha pas qu'il ne fût surpris à Chinon auprès du roi, enlevé et séquestré par un coup de main concerté avec la reine Yolande, Raoul de Gaucourt et le connétable (1433). Il fut relâché, moyennant rançon, mais à la condition de ne plus approcher du roi, et Charles VII ne s'en inquiéta pas davantage. Il garda sa charge, mais il perdit son importance; il mourut en 1446. — Regnault de Chartres, nommé encore administrateur du diocèse d'Agde en 1435 et du diocèse d'Orléans en 1439, reçut cette même année le chapeau de cardinal : il mourut subitement peu de jours avant la signature de la trêve de 1444 dont il était un des négociateurs. — Raoul de Gaucourt, que nous avons quelquefois rencontré parmi les opposants à la Pucelle, avait au moins combattu avec elle, et il était plus soldat que politique. Il vécut assez pour rendre hommage à sa mémoire au procès de réhabilitation. Il ne mourut que dans les premières années du règne de Louis XI.

  Parmi ceux que l'on peut vraiment nommer les compagnons de la Pucelle, il y eut des fortunes bien diverses. Le duc d'Alençon, qui avait tenu le premier rang auprès d'elle et le méritait alors par sa valeur et son dévouement à la cause de la France, finit par conspirer sourdement avec l'étranger qu'il avait aidé à chasser du pays. Arrêté et condamné sous Charles VII (1456-1458) à la peine de mort, qui fut commuée en emprisonnement, gracié par Louis XI, et condamné plus tard pour de nouveaux complots (1472-1474), on lui fit encore grâce de la vie, mais il ne sortit de prison en 1476 que pour mourir peu après. — Le bâtard d'Orléans, investi en 1439 par le duc d'Orléans, son frère, du comté de Dunois, eut une gloire plus pure. Il prit part à la Praguerie sous Charles VII et à la guerre du Bien public sous Louis XI, mais il ne pactisa jamais avec l'ennemi de la France. Rétabli par le traité de Conflans dans les dignités dont Louis XI l'avait dépouillé, il mourut le 26 novembre 1468. — Le comte de Richemont,
tenu si longtemps en échec par La Trémouille, finit, on l'a vu, par en avoir raison, fallût-il recourir au guet-apens. Il succéda, dans le duché de Bretagne, à son neveu Pierre, en 1456, et mourut l'année suivante. — Le maréchal de Rais, un autre Breton, eut une fin plus tragique. Après qu'il eut vendu seigneuries et châteaux, et dissipé tout son bien en folies, il se trouva que la prodigalitéétait le moindre de ses vices. Arrêté sur le cri public, il fut convaincu d'avoir, pendant huit ans, sacrifié une multitude d'enfants à ses cruautés et à ses débauches; condamné à mourir de mort infamante, il fut pendu et brûlé dans un champ voisin de Nantes le 25 octobre 1440. — Le maréchal de Lafayette continua de prendre part à tous les actes importants du règne de Charles VII : paix avec le duc de Bourgogne (Arras, 1435), réforme de l'armée, campagne de Normandie pour en expulser les Anglais (1449). Il mourut en 1452. — Le maréchal de Boussac était mort en 1433; l'amiral Louis de Culan et Ambroise de Loré ne vécurent guère au delà de la trêve de 1444 : le premier mourut en 1445, le deuxième en 1446, après avoir rempli l'emploi de « juge et général réformateur sur les malfaiteurs du royaume. » — Florent d'Illiers, le brave capitaine de Châteaudun, prit glorieusement sa part à la conquête de la Normandie et vécut jusqu'en 1475. — La Hire et Poton de Xaintrailles, les plus brillants de ces capitaines, soutinrent leur réputation jusqu'à la fin. La Hire, qui de Louviers tenait Rouen en échec pendant le procès de la Pucelle, pris, comme nous l'avons dit, en voulant aller chercher du secours au dehors, fut remis en liberté au printemps de 1432, et recommença avec Poton de Xaintrailles la guerre de partisans, battant les Anglais (à Gerberoy, en 1435), portant le ravage jusqu'aux portes d'Arras pendant qu'on y négociait la paix. Pris encore et remis en liberté en 1437, La Hire accompagna Charles VII entrant à Paris, mais il ne vit pas l'entière expulsion des Anglais : après divers autres faits d'armes, il mourut à Montauban en 1442. — Poton de Xaintrailles vécut assez pour faire la campagne de Guyenne en 1450. Après la conquête, il fut fait sénéchal du Bordelais et, en 1454, maréchal de France. Il mourut à Bordeaux en 1461.

                                                


Source : Jeanne d'Arc - Henri Wallon - 5° éd. 1879.

Notes :
1 M. l'abbé Cochet, en 1866, a retrouvé ses restes dans la cathédrale de Rouen. Voy. Revue de la Normandie, 30 novembre 1867.

2 Et avec l'absolution il se faisait accorder de nouvelles grâces. Vallet de Viriville, Hist. de Charles VII, t. II, p. 298 ; et Du Fresne de Beaucourt, Charles VII, son caractère, p. 73.



Jeanne d'Arc
Henri Wallon - 5°éd. 1879

Index

Avertissement
Préface

Introduction :

- La guerre de cent ans
- Charles VII et Henri VI
- Le siège d'Orléans

Livre IDomrémy et V...
I - L'enfance de J. d'Arc
II- Le départ

Livre II : Orléans
I - L'épreuve
II - Entrée à Orléans
III - La délivrance d'Orléans

Livre.III : Reims
I - La campagne de la Loire
II - Le sacre
III - La Pucelle

Livre.IV : Paris
I - La mission de J. d'Arc
II - La campagne de Paris
III - L'attaque de Paris

Livre.V :
Compiègne
I - Le séjour sur la Loire
II - Le siège de Compiègne

Livre.VI : Rouen - Les juges
I - Le marché
II - Le tribunal
III - Les procès-verbaux

Livre.VII : L'instruction
I - Les interrog. publics
II - Les interrog. de la prison
III - Les témoins

Livre.VIII : Le jugement
I - L'accusation
II - Les douze articles
III - Les consultations...
IV - La réponse de...

Livre.IX : L'abjuration
I - Le cimetière de St-Ouen
II - La relapse

Livre.X : Le supplice
I - La visite à la prison
II - La pl. du Vieux-marché

Livre.XI : La réhabilitation
I - La mémoire de Jeanne...
II - Le second procès...

Livre.XII : L'histoire

I - Les contemporains...
II - L'inspiration de J.d'Arc




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire