Accueil                                                         Admin
24 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Lettre d'Alain Chartier
date : ?

mprimée une seule fois par Lami, dans les Deliciæ eruditorum (t. IV, p. 38), d'après un manuscrit de la bibliothèque Ricardi, à Florence. Le manuscrit 8757 latin de notre Bibliothèque royale
en contient une autre leçon ; mais les deux textes sont tellement vicieux que même après les avoir travaillés l'un par l'autre, il faut renoncer à établir le sens de plusieurs passages.
  La lettre est sans adresse, sans souscription et sans date. On l'attribue à Alain Chartier, parce que les deux manuscrits où elle se trouve sont des recueils de lettres de cet homme célèbre. Lami conjectura qu'elle avait été écrite pour l'empereur Sigismond ; mais un secrétaire du roi de France écrivant à l'empereur d'Allemagne ne l'aurait pas appelé illustrissime princeps. Il s'agit d'un prince qui avait envoyé un exprès à Bourges pour prendre des informations sur la Pucelle auprès de l'abbé de Saint-Antoine en Dauphiné ou de l'archevêque de Vienne. Le choix de ces deux dignitaires ecclésiastiques, tous deux appartenant à la même province, tous deux voisins de la Savoie, me semblerait devoir porter les conjectures de ce côté. Si Amédée VIII, duc de Savoie, n'est pas le personnage auquel s'adresse Alain Chartier, on pourra choisir entre son fils Louis, prince de Piémont, le marquis de Montferrat, le marquis de Saluces ou le duc de Milan.

                                                                            *
                                                                      *         *

Traduction

  Illustrissime princeps, mintius vester Gorardus Bituris pridie me convenit ; qui se a vobis in Galliam missum [asseruit], ut, cum abbate Sancti Anthonii vel archiepiscopo Viennensi (1), quæ de Puella dicerentur, litteris impetrare posset ; sed neutro horum invento, rogavitme vehementer, ut si gratam, si jucundam rem vobis facere cuperem, has litteras de Puella conficerem. Ego vero splendore ac magnitudine vestri commotus, libenter operam dedi, ne magnarum rerum atque illustrium, et quæ vos scire magnopere cupitis, inanis vester nuntius vacuusque rediret,
  Primum, ut opinor, cuja sit Puella vultis scire. Si nationem quæritis, de regno est ; si patriam, de Valle Colorum, oppido quod est prope flumen Meusæ ; parentibus nata qui agriculturæ pecoribusque vacarent. Ætatem pueritiæ ingressa, curæ pecudum est posita. Ubi vero duodecimum anuum attigit, voce ex nube nata, sæpenumero admonita est uti regem adiret regnoque labenti succurreret. Sed quum Anglici valido exercitu, validis castellis ac bastidiis Aurelianis obsedissent, non admonita tantum fuit Superorum oraculo, verum quoque minis adfecta, quod poenam gravissimam lueret nisi raptim ad regem accederet. Interroganti [quomodo] proficisceretur, quid vel perfectam (2) facere oporteret, responsum est : « Habitu muliebri deposito, virilem adsume, [et socios] qui te concomitentur ad regem et conducant a capitaneo Vallis-Colorum. Profectaubi sis, et cum rege loquuta, fac liberes Aurelianis ab obsidione. Hinc regem consecrandum Remis adducas ; coronato Parisius reddas regnumque restituas. »
  Non fuit in mora Puella ; capitaneum adiit , comites accepit, virilem vestem induit, et ascendens equum, quod nusquam antea, iter adgreditur, atque per rura, per castra, per civitates hostiles et media hostium tela, ipsa incolumis et sociis salvis omnibus, progressa, tandem ubi rex erat advenit. At rex, audito adventu Puellæ, perceptoque quamobrem veniat, quidve se facturam dictitaret, sapientissimi regis consilio usus, neque contemnendam eam, neque admittendam prius statuit, quam experimento adgnosceret quid illa haberet rei bonæ aut malæ, fictum vel verum, compositum aut pravum. Igitur Puella apud doctissimos viros, velut in pugnam, in examen adducitur, ubi de multis arduisque rébus humanis ac divin is etiam atque etiam interrogata, nihil nisi egregium et dignum laude respondit ; ut non in agris pecudes pavisse, sed in scholis litteras addidicisse videretur. Spectaculum profecto pulcherrimum : fœmina cum viris, indocta cum doctis, sola cum multis, infîma de summis disputat! Sed quum rex accepit quibus verbis quave constantia uteretur, accersiri coram se jussit, loquentem audivit diligenter. Quid loquuta sit, nemo enim est qui sciat illud. Tamen manifestissimum est regem velut Spiritu (3), non mediocri fuisse alacritate perfusum.
  Post hæc Puella, quum divina arderet præcepta adimplere, petiit confestim sibi dari exercitum quo Aurelianis succurratjam periclitanti : cui, ne quidquam temere ageretur, negatum principio, tandem est concessum.
Quo accepto, cum ingenti copia victualium Aurelianis concedit. Transeuntes sub hostium castris nihil hostile percipiunt ; hostes enim velut ex inimicis amici, ex viris mulieres facti aut cuncti ligati manibus forent, victualia in urbem transire æquo animo patiuntur. Delatis in urbem victualibus, ipsa castra aggrediens, quoddam miraculum est quonam modo,
vel quam brevi spatio, ceperit illa, præsertim quod in medio quasi pontis (4) erectum, ita validum erat et tam munitum omnibus rebus ac vallatum, ut, si gentes, si nationes omnium oppugnassent, non tamen posse capi crederetur. Oppugnat demum unum, demum aliud, ac tertium oppidum, quæ ut erant circumamicta fluminibus, plena armatorum et præsidiis universis, nullo pacto expugnari posse videbantur. Quæ quidem oppida victa hæc bellatrix velut tempestas obruit, ac dehinc audito Anglicos cum exercitu prope esse, exercitum et aciem ducit in hostes, magno animo invadit. Neque eo remota est quod essent hostes longe numero superiores. Non potuerunt Anglici sustinere impetum Puellæ, ita quod victi, in modum pecudum usque ad unum cæsi sunt omnes. Posthæc pronuntiat non esse ignorandum advenisse tempus quo suscipienda corona regi esset ; eundum ergo Remis : quod multis, non tantum difficile, sed impossibile visum est, quippe quod ab hostibus per eas (?) oporteret civitates atque locos procedere. At ipsæ civitates ultro sese regi dabant. Igiturque ventum est Remis et rex, Puella duce, consecratus est.
  Cæterum ne longius progrediar et paucis, si possim, multa perstringam : nemo mortalium est, qui si ipsam cogitet, non admiretur, dictis stupeat, factis et gestis, quæ tam multa et mirabilia brevi tempore egerit. Sed quid mirum? Quid enim eorum est quæ habere duces oportet in bellis, quod Puella non habeat ? An prudentiam militarem? Habet mirabilem. An fortitudinem ? Habet animum excelsum, superque omnes. An diligentiam ? Vincit superos. An justitiam ? an virtutem ? an felicitatem ? Et his præter cæteros est ornata. Et si est conflictura cum hoste, ipsa exercitum ducit, ipsa castra locat, ipsa prælium, ipsa aciem instruit, et fortiter opera militis utitur et quam pridem opera ducis exsequitur. Dato enim signo, hastam rapit, raptam concutit, vibrat in hostes, et, tacto calcaribus equo, magno impetu in agmen irrumpit.
  Hæc est illa quæ non aliunde terrarum profecta est, quæ e coelo demissa videtur ut ruentem Galliam cervice et humeris sustineret. Hæc regem in vasto gurgite procellis et tempestatibus laborantem in portum et littus evexit, [et] erexit animos ad meliora sperandum. Hæc Anglicam ferociam comprimens, Gallicam excitavit audaciam, Gallicam prohibuit ruinam, Gallicum excussit incendium. O virginem singularem, omni gloria, omni laude dignam, dignam divinis honoribus ! Tu regni decus, tu lilii lumen, tu lux, tu gloria non Gallorum tantum, sed christianorum omnium. Non Hectore reminiscat et gaudeat Troja, exsultet Græcia Alexandro, Annibale Africa, Italia Cæsare et Romanis ducibus omnibus glorietur. Gallia etsi ex pristinis multos habeat, hac tamen una Puella contenta, audebit se gloriari et laude bellica cæteris nationibus se comparare, verum quoque, si expediet, se anteponere.
  Hæc sunt quæ de Puella inpræsentiarum habui ; quæ si brevius dixi quam forte velitis, eo factum existimetis quia si ea fusius dixissem, non in litteras, sed in librum exiissent. Valete.


  

                                                         


  Très illustre prince, Conrad, votre messager, m'aborda hier à Bourges; il m'a dit avoir été envoyé par vous, en France, afin d'avoir de l'abbé de Saint-Antoine, ou de l'archevêque de Vienne, le récit par écrit de ce qui se publiait de la Pucelle. N'ayant rencontré ni l'un ni l'autre, il m'a instamment prié, si je voulais vous être agréable, de rédiger cet écrit. Sachant bien ce qui est dû à l'éclat et à la grandeur de votre nom, c'est avec joie que je me suis mis à l'œuvre, pour que votre envoyé ne vous revint pas les mains vides, au sujet des grands et éclatants événements que vous désirez si vivement connaître.
  D'abord, je pense, vous voulez savoir l'origine de la Pucelle. Pour ce qui est de sa nation, c'est le royaume de France ; sa patrie est Vaucouleurs, petite ville aux bords de la Meuse ; ses parents, des laboureurs adonnés à la culture des champs et à l'élève du bétail. Sitôt que l'âge le permit, elle fut appliquée à la garde des troupeaux. Dès qu'elle eut atteint ses douze ans, une voix venue du Ciel ne cessa de lui dire qu'elle devait aller vers le roi, et secourir le royaume tombant en ruine. Lorsque les
Anglais eurent entouré Orléans de leur puissante armée, de leurs redoutables forteresses et bastilles, ce ne furent plus seulement des avis du Ciel ; ce furent des menaces de très grands châtiments, si elle ne se mettait promptement en chemin vers le roi. A la demande comment elle pourrait accomplir ce voyage, ce qu'elle devait faire une fois arrivée, il lui fut répondu : « Quitte ton vêtement de femme, prends un vêtement d'homme; le capitaine de Vaucouleurs te donnera des guides pour t'ouvrir le chemin et te mener au roi. Une fois arrivée, après t'être entretenue avec le roi, tu feras lever le siège d'Orléans, tu feras ensuite sacrer le roi à Reims; lorsqu'il sera couronné, tu le mettras dans Paris et tu lui rendras le royaume."
  La Pucelle obéit, alla trouver le capitaine, en reçut des compagnons de route, et, montant à cheval, ce qu'elle n'avait jamais fait jusque-là, elle se mit en chemin, chevauchant à travers les campagnes, les forteresses, les villes, les postes occupés par les ennemis, sans aucun mal ni pour elle ni pour son escorte ; elle parvint jusqu'au roi. Le roi, prévenu de son arrivée, du but de son voyage, de ce qu'elle disait devoir accomplir, prit son parti en prince plein de sagesse. Il résolut, ni de la rejeter, ni de l'admettre, que lorsqu'on aurait examiné si elle était bonne ou mauvaise, si ce qu'elle disait était feinte ou vérité, si c'était réalité ou criminelle machination. La Pucelle, dans cet examen, dut entrer comme en lutte avec les hommes les plus doctes. Les questions sont nombreuses, réitérées, elles portent sur les plus hauts mystères divins et humains : ses réponses sont si justes, si belles, qu'on eût dit que ce n'était pas dans les champs, à la suite des troupeaux, mais bien dans de savantes écoles qu'elle avait vécu. Spectacle digne de toute admiration ! C'est une femme qui lutte avec des hommes, une ignorante qui entre en lice avec les savants ; elle est seule contre une multitude ; de la dernière condition, elle traite des problèmes les plus élevés! Le roi, informé de la sagesse de ses réponses, de sa fermeté, la fait venir en sa présence et lui prête une oreille attentive. Que lui a-t-elle dit ? personne ne le sait, mais ce qui est éclatant pour tous, c'est qu'en l'écoutant, le prince fut comme divinement inondé d'une grande joie.
  Après ces choses, la Pucelle, brûlant d'accomplir les ordres du Ciel, demanda qu'on lui donnât au plus tôt une armée pour voler au secours d'Orléans en péril. Pour ne rien faire à la légère, on lui refuse d'abord ; ce n'est qu'à la fin qu'on se rend à sa demande. L'armée rassemblée, elle marche vers Orléans avec un grand convoi de vivres. On passe sans être inquiété sous les yeux du camp ennemi ; on eût dit que les ennemis étaient devenus des alliés, que les guerriers avaient fait place à des femmes, ou qu'ils étaient tous enchaînés ; ils laissent, sans faire mine de s'y opposer, introduire les vivres dans la place. « Le convoi introduit, elle attaque les retranchements des assiégeants ; la manière, la rapidité avec laquelle elle s'en est emparée tient du miracle, principalement pour le boulevard qui, élevé sur le pont, était si bien fortifié, si bien approvisionné, si bien défendu, qu'on aurait cru qu'il n'y avait pas de puissance au monde capable de l'emporter de force. Une première, une deuxième, une troisième place forte, entourées de fossés profonds, pleines de soldats et de munitions, si bien qu'elles paraissaient de tout point inexpugnables, doivent se rendre à leur tour. La guerrière se jette, comme un ouragan, dans ces villes emportées de vive force, et apprenant que l'armée anglaise est proche, elle fait marcher à la rencontre son armée rangée en bataille, l'attaque avec grand courage, sans se laisser arrêter par cette considération qu'elle s'en prenait à un ennemi bien supérieur en nombre. Les Anglais ne purent soutenir l'impétuosité du choc ; vaincus ils se laissent massacrer comme un vil troupeau, jusqu'au dernier. Après ces exploits, la Pucelle déclare qu'il est temps que le roi soit couronné; qu'il faut par conséquent aller à Reims. A beaucoup l'entreprise ne paraissait pas seulement difficile, mais impossible, vu qu'il fallait traverser des pays et des villes au pouvoir de l'ennemi. Mais d'elles-mêmes les villes se donnent au roi; l'armée et le roi arrivent à Reims sous la conduite de la Pucelle ; le sacre a eu lieu.
  Pour ne pas poursuivre cet exposé, afin de dire, si je le puis, beaucoup en peu de mots, il n'est personne au monde qui ne soit dans l'admiration et la stupeur en considérant ses paroles et ses actes, tant d'étonnantes et de nombreuses merveilles en un si court espace de temps ! Comment ne pas admirer ? Quelle est la qualité guerrière que l'on peut souhaiter à un général que la Pucelle ne possède ? Serait-ce la prudence ? la sienne est merveilleuse. Le courage ? le sien est haut et supérieur à celui de tous. L'activité ? celle de la Pucelle est celle des purs esprits. Faut-il parler de sa justice, de sa vertu, du bonheur de ses coups? personne ne possède ces dons, au même degré qu'elle. Faut-il en venir aux mains avec l'ennemi ? elle dirige l'armée, assied le campement, range les hommes d'armes pour la bataille, et fait l'oeuvre du soldat tandis que déjà elle a fait depuis longtemps l'œuvre du général. Au signal donné, elle se saisit de la lance, la brandit, la fait voler contre l'ennemi, et, piquant des deux, se jette avec impétuosité sur les rangs opposés.
  Telle est celle qui ne semble pas venir de la terre, mais être descendue du Ciel pour soutenir de la tête et des épaules la France croulante. C'est elle qui a ramené au port et au rivage le roi perdu dans un immense océan, ballotté par les vents et les tempêtes ; c'est elle qui a relevé les courages vers l'espérance d'un meilleur avenir. En abattant l'insolence anglaise, elle a ranimé la hardiesse du courage français, elle a arrêté la ruine de la France, fait reculer l'incendie qui dévorait le royaume. O Vierge sans pareille, toute gloire, toute louange vous sont dues ; vous méritez des honneurs divins ! vous êtes la splendeur du royaume, l'éclat du lis, la lumière, la gloire non pas seulement de la France, mais de la chrétienté entière. Que Troie cesse de parler de son Hector ! que la Grèce ne vante plus son Alexandre, l'Afrique son Annibal ; que Rome ne se glorifie plus de son César et de la suite de ses capitaines ! La France, quelque riche que soit son passé, s'en tenant à la seule Pucelle, osera se glorifier et disputer aux autres nations la palme de la valeur militaire, et, s'il le faut, se préférer à toutes les autres.
  Voilà ce que j'ai cru devoir vous écrire pour le moment sur la Pucelle. Si vous me trouvez plus bref que vous ne souhaiteriez, croyez que je me suis borné à dessein, parce que, si j'avais voulu m'étendre, ce n'est pas une lettre, mais un volume que j'aurais dû vous envoyer. Portez-vous bien.


Source : Présentation et texte original en Latin - Quicherat (t.V, p.131)
Traduction : J.B.J. Ayroles "La vraie Jeanne d'Arc", t.II, p. 251.


Notes :
1 Remensi dans l'édition de Lami.

2 Endroit visiblement altéré par les copistes. L'édition donne quod nil vel au lieu de quid vel. Je proposerais quidve profectam.

3 Spretum dans l'édition de Lami.

4 L'édition et le manuscrit, Pontem au lieu de pontis ; l'une et l'autre indiquent par un blanc qu'il y a lacune entre medio et quasi.




Les témoignages - lettres


Index


Les lettres :
- aux habitants de Narbonne

-
Guy et André de Laval
- Perceval de Boulainvilliers
- Alain
Chartier
- Jean Desch
- Lettre à Marie d'Anjou
- Jacques de Bourbon
- Duc de Bedford à Charles VII
- Raymond de Crémone
- Exemption impôts Domrémy
- Anoblissement de Jeanne d'Arc
- Annob. Guy de Cailly
- Annob. Jean de Metz
- Délib. conseil de Reims
- Lettre d'Henri VI... Abbeville




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire