Accueil                                                         Admin
19 novembre 2018  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Lettre de Jean Desch, secrétaire de la ville de Metz
16 juillet 1429

ême provenance que la pièce qui précède, et sans doute même destination ; elle manque également d'adresse. Elle a une grande importance, en ce qu'elle fait connaître tous les bruits qui circulaient dans l'Est de la France au moment du voyage à Reims. Quelques-uns de ces bruits sont démontrés faux par les faits subséquents ; d'autres, quoique n'ayant leur confirmation nulle part ailleurs, seraient difficilement révoqués en doute, comme par exemple le refus des Picards et des Flamands de venir en armes contre le roi et la Pucelle. J'en dirai autant de la soumission de Vitry, Sainte-Menehould et Épernay, dont ne parle aucun chroniqueur.
  La manière dont est datée cette lettre demande quelque éclaircissement. Tout y repose sur le quantième de la Sainte-Marguerite, qui est le 20 juillet, comme chacun sait. Mais, en supputant d'après ce terme, on ferait commettre à l'auteur de la lettre une erreur trop grave, en ce qu'il placerait au 18 juillet la capitulation de Troyes, qui eut lieu le 10, et d'autre part on lui ferait ignorer, huit jours après son accomplissement, l'entrée de Charles VII à Reims, dont il ne parle que comme d'une chose future.
  Ces difficultés disparaissent si on admet que la Sainte-Marguerite se célébrait à Metz, non pas le 20, mais le 13 juillet, ainsi que cela se faisait à Verdun au dire des Bollandistes.

                                                                            *
                                                                      *         *

Traduction

  Auch scribe ich üch also von Franckenrich vom Delphin und der Jungfrawen. Diu hat wol xxxiijm. strittbar mann zu ross und xl. manne zu fasse ; und sint komen uff mendag vor sant Margreten tag gen Troy in die stat, und namen die jue, das sie in gebuldet hant ; und sint von Calen gen Troy komen, und hant mit jne ire schlussele zu ire stat bracht, und hant sie dem Delphin geantwürt und sich in ergeben. Auch hant sich die von Rense alle bereit und bestalt, den Delphin erlich und wirdelich zu enphaen und in zuo kroenen. Er sol da sin zwüssen Sant Margreten tag und Sant Jacobs tag. Anch hat er heren (1), der sin oeberste capitanie ist, für zwo stette uff Sant Margreten tag : diu eine heisset Sant Mancholt, diu ander Bitry ; die sint belegen, aber man meint, sie gebent sich uff. Der herezog von Angoy, der grafe von Rechemont, der grave von Harecourt die sollen uf durnstag nach Sant Margreten tag mit Konigin zu Rense sin, und sint geczunt jn Epernay, das heit sich diser wochen des (2) Konig ergeben. Und sicher, das ist war als man sagt : waz diu Junfrow und der Delphin anevohen, das got in alz gelucklich sunder allen widerstand. Der herezog von Borbonien (3) heit grosse hoffonge (4), und hatte die Fleming und die Piccarden gerne mit im gehabet, den regent von Engellant zu helfen, der ist sin swager. Die wellent im schlecht nit helfen usser irem lande ; also das er zu schwach ist in Franckerrich zu ziehen. So sint auch der Engelschen by den viij. wochen me daun Xm erschlagen und gefangen, und auch ettlich grosse heren. Auch so han ich etwie vil briefe gesehen und gelesen, die uss Franckerrich gesant sint dem herzogen von Lutringen und auch andern fürsten, die geczunt vor Mecze sint (5); in den brieffen die sachen gar eigenklichen und clerlich geschriben sint. Auch rittent vil ritterschaft uss disen landen düczschen, und wellen zu dem Delphin gen Rense. Geben zu Mecze, uff samstage nach Sant Margreten tag, Anno Domini mccccxxix.

JOHAN VON ERSCHE (6), stat schriber zu Mecze.


                                  

                                                         


  Je vous écris aussi de France au sujet du Dauphin et de la Pucelle. Elle a bien trente-trois mille hommes combattant à cheval et quarante mille à pied ; et ils sont venus le lundi avant le jour de Sainte-Marguerite vers Troyes dans la ville et ils ont pris ceux de dedans qui se sont assemblés ; et ceux de Châlons sont venus à Troyes et ils ont apporté les clefs de leur ville, et ils les ont présentées au Dauphin et se sont rendus à lui. Ceux de Reims se sont aussi préparés et disposés à recevoir honorablement et dignement le Dauphin et à le couronner. Il doit y être entre le jour de Sainte-Marguerite et celui de Saint-Jacques. Aussi a-t-il [ envoyé ] le sire de.... qui est son principal capitaine, devant deux villes pour la Sainte-Marguerite. L'une s'appelle Sainte-Menehould, l'autre Vitry ; elles sont occupées, mais on pense qu'elles se rendront. Le duc d'Anjou, le comte de Richemont, le comte d'Harcourt doivent se trouver à Reims avec la Reine le jeudi après le jour de Sainte-Marguerite ; ils sont actuellement à Epernay, qui s'est rendu au Roi cette semaine. Et bien sur ce que l'on dit est vrai : que tout ce que le Dauphin et la Pucelle entreprennent leur réussit en tout sans aucune résistance. Le duc de Bourgogne a de grandes espérances, et il aurait bien voulu avoir les Flamands et les Picards pour secourir le régent d'Angleterre, qui est son beau-frère ; mais ils n'ont pas voulu absolument l'aider hors de leur pays, et ainsi il est trop faible pour entrer en France. Il y a huit semaines aussi que plus de dix mille Anglais ont été battus et faits prisonniers et aussi quelques grands seigneurs. J'ai vu et lu beaucoup de lettres envoyées de France au duc de Lorraine et à d'autres princes qui se trouvent actuellement devant Metz. Dans ces lettres les choses sont écrites d'une manière claire et détaillée. Beaucoup de chevalerie part de ces pays allemands ; ils veulent aller trouver le Dauphin à Reims. Donné à Metz, le samedi après le jour de Sainte-Marguerite, l'an du Seigneur 1429.

JEAN DESCH, secrétaire de la ville de Metz.


Source : Présentation, texte original et traduction - Quicherat (t.V, p.352 à 355)

Notes :
1 Lacune d'un nom propre que le copiste, auteur du manuscrit, n'aura pas pu lire. Je proposerais de suppléer Boussac, alors maréchal de France, et par conséquent principal capitaine.

2 M. Pfeiffer, en donnant cette leçon du manuscrit, propose à la place dem.

3 Lisez Borgonien.

4 Le sens de ce qui suit semble appeler ici une négation, heit nit grosse, etc.

5 La ville de Metz était alors assiégée par le duc de Lorraine. C'est même de ce siége que partit René d'Anjou pour aller rejoindre Charles VII.

6 Ce nom qui est celui d'une des familles les plus puissantes de l'ancienne république de Metz, est toujours écrit Dex dans les titres ainsi que dans les chroniques de la cité. Il se prononçait d'Eche, parce que x, dans l'ancienne orthographe lorraine, équivaut à ch. Plus récemment on a écrit Desch.



Les témoignages - lettres


Index


Les lettres :
- aux habitants de Narbonne

-
Guy et André de Laval
- Perceval de Boulainvilliers
- Alain
Chartier
- Jean Desch
- Lettre à Marie d'Anjou
- Jacques de Bourbon
- Duc de Bedford à Charles VII
- Raymond de Crémone
- Exemption impôts Domrémy
- Anoblissement de Jeanne d'Arc
- Annob. Guy de Cailly
- Annob. Jean de Metz
- Délib. conseil de Reims
- Lettre d'Henri VI... Abbeville




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire