Accueil                                                         Admin
18 août 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Lettre d'exemption d'impôts des villages de Domrémy et Greux
31 juillet 1429

elle qui avait pour mission de venir au secours des malheureux et n'eut jamais le courage de les écarter de sa personne, songea après le sacre de Reims à ses compatriotes, les villageois de Domrémy et de Greux.
  Elle avait laissé son père à Reims à l'hôtel de l'Ane rayé ; à Châlons elle avait accueilli une députation de ces bons paysans qui, il y a moins d'un an, ne la connaissaient que sous le nom de Jeannette, et la revoyaient la plus glorieuse des femmes de notre histoire. Elle demanda totale exemption d'impôts pour Domrémy et Greux, deux sections d'une seule et même paroisse (1), qui était la sienne. C'était demander que dans la France entière l'on ne prélevât que les impôts nécessaires. La raison et le droit chrétien en font aux gouvernants un devoir strict qu'ils ne peuvent violer sans mériter les qualifications qui mènent les particuliers au bagne.
  Sa demande fut écoutée. A la date du 31 juillet 1429, Charles VII exemptait à perpétuité de tout impôt les villages de Domrémy et de Greux. D'après Charles du Lys, que sa charge d'avocat général à la cour des aides mettait en état de connaître les pièces officielles plus que les généalogies non écrites des descendants de Jeanne d'Arc, d'après Charles du Lys, les villageois de Domrémy et Greux, molestés dans l'usage de leur privilège, en obtinrent la confirmation le 6 février 1459, de celui-là même qui l'avait octroyé. Dans les registres de la cour des comptes, écrit-il encore, ces deux villages sont tirés à néant avec cette mention :
« Pour cause de la Pucelle, et sur les registres des tailles pour Domrémy et Greux, on lit: Néant, la Pucelle. » (2)
  L'original de la charte concédant le privilège n'existe plus ; mais il devait exister en 1769, puisque la copie suivante porte toutes les marques d'authenticité qu'on peut désirer dans une transcription officielle. Voici cette copie tirée des Archives nationales (Sect. domaniale H, 15352)

                                                                            *
                                                                      *         *


  « Charles, par la grâce de Dieu, roi de France.

  Au bailly de Chaumont, aux eslus et commissaires commis et à commettre à mettre sus et imposer les aides, tailles, subsides et subventions audit bailliaige, et à tous nos autres justiciers et officiers, ou à leurs lieutenants, Salut et dilection.
  Savoir vous faisons que, en faveur et à la requeste de nostre bien aimée Jehanne la Pucelle, et pour les grands, haults, notables et profitables services qu'elle nous a faits et fait chaque jour au recouvrement de notre seigneurie, Nous avons octroyé et octroyons de grâce spéciale, par ces présentes, aux manans et habitans des villes et villaiges de Greux et Domrémy, audit bailliaige de Chaumont-en-Bassigny, dont ladicte Jehanne est native, qu'ils soient dorénavant francs, quittes et exemps de toutes tailles, aides, subsides et subventions mises et à mettre audict bailliaige. Sy vous mandons et enjoignons et à chascun de vous, si comme à l'un qu'il appartiendra, que, de notre présente grâce, affranchissement, quittance et exemption vous faittes, souffrez, et laissez lesdicts manans et habitants jouir et user pleinement, sans leur mettre ou donner, ne souffrir être mis ou donnés aucun détourbier ou empeschemens au contraire, lors ne pour le temps advenir ; et en cas que lesdicts manans soient ou seroient assis et imposés ès dictes tailles et aides, nous voulons que chascun de vous les en droit soi les en faites tenir quittes et paisibles. Car ainsi nous plaist et voulons estre faict, nonobstant quelconques ordonnances, restrictions ou défenses et mandemens à ce contraires.

« Donnez à Chinon (3), le dernier jour de juillet l'an de grâce mil quatre cens vingt-neuf et de notre règne le septième.
« Par le roi en son conseil,

« BUDE.»


                                            


Source : Introduction et texte original : J.B.J. Ayroles, "la vraie Jeanne d'Arc", t.III p.333 et suiv.

Notes :
1 A cette époque, et longtemps dans la suite, le mot paroisse était l'expression usitée. La commune n'existait que dans les villes.

2 Traité sommaire du nom, des armes, etc., de la Pucelle. Paris, 1633.

3 Ayroles : données à Chinon, etc.; cependant il est très certain que le roi était alors à Château-Thierry. Charles du Lys a visé deux fois ce même acte avec la rubrique «Château-Thierry».

* Ayroles dans son tome III, p. 335 à 343, donne d'intéressants témoignages sur les vissicitudes des villages de Greux et Domrémy pour faire valoir leur droit
au cours des siècles.



Les témoignages - lettres


Index


Les lettres :
- aux habitants de Narbonne

-
Guy et André de Laval
- Perceval de Boulainvilliers
- Alain
Chartier
- Jean Desch
- Lettre à Marie d'Anjou
- Jacques de Bourbon
- Duc de Bedford à Charles VII
- Raymond de Crémone
- Exemption impôts Domrémy
- Anoblissement de Jeanne d'Arc
- Annob. Guy de Cailly
- Annob. Jean de Metz
- Délib. conseil de Reims
- Lettre d'Henri VI... Abbeville




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire