Accueil                                                         Admin
07 août 2020  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
I - Adjonction de l'inquisiteur et interrogatoire préalable des
parties (17 novembre 1455)


près avoir entendu le discours rapporté ci-dessus, et pour ne rien omettre si possible de ce qui est contenu dans les lettres apostoliques, les délégués prirent avec eux comme co-juge d'abord vénérable homme et religieux frère Jean Bréhal, professeur de théologie sacrée, de l'ordre des frères précheurs, l'un des inquisiteurs au royaume de France (1), comme cela était mandé par les lettres apostoliques ; celui-ci, ainsi adjoint, était présent et avait été toujours présent dans tout ce qui avait déjà été fait. Les délégués, considérant ensuite que cette affaire ne pouvait être réglée sans évocation et citation des parties, et sans une grande discussion des questions, décidèrent qu'il fallait entendre ladite veuve Isabelle, alors présente, mère de la susdite Pucelle, et également lesdits frères Pierre et Jean, sur les difficultés du procès, et les interroger après serment solennel sur leur parenté avec cette Jeanne susdite, sur les sentiments qui les animent et sur d'autres choses. La veuve et les frères susdits répondirent après serment solennel qu'elle, la veuve, était la mère, et eux, les frères de Jeanne la Pucelle susdite, et qu'ils entendaient poursuivre l'injustice faite à elle et à eux tous ; ils ne voulaient pas rester insensibles, en négligeant sans raison sa renommée et celle des siens ; ils désiraient à propos de l'injustice faite à cette défunte et à ses parents que le mandat apostolique reçût exécution, et, suivant sa teneur, que justice lui fût rendue ; ils demandaient instamment que suivant la forme et la teneur desdites lettres apostoliques des lettres de citation leur fussent remises.

                                                         


 [ Adjunctio Inquisitoris atque actorum interrogatio praevia.]

  His, ut præmissum est, auditis, ut nihil de contentis in eisdem litteris apostolicis, pro posse, obmitterent, in primis venerabilem et religiosum virum, fratrem Johannem Brehalli, sacræ theologiæ professorem, ordinis Fratrum Prædicatorum, in regno Franciæ alterum Inquisitorem, secum conjudicem pariter acceperunt, prout per easdem litteras apostolicas fieri mandabatur ; eoque sic assumpto, qui et præsens erat, et in omnibus, quæ jam acta erant, semper præsens fuerat ; considerantes negotium hujusmodi sine evocalione et citatione, ac sine magna terminorum distinctione expediri non posse : in primis dictam Ysabellem viduam, tunc præsentem, matrem Puellæ antedictæ, ac præfatos Petrum pariter et Johannem, fratres, duxerunt commonendos super difficultatibus processus ; et de consanguinitate quam habebant ad ipsam Johannam antedictam, de zelo quo movebantur et aliis, juramento solemni interrogandos. Quæ vidua et fratres antedicti responderunt solemni juramento quod ipsa vidua [erat] mater, et illi, fratres Johannæ Puellæ antedictæ, quodque suam et suorum injuriam prosequi intendebant ; nolentes crudeles effici, suam et suorum famam indebite negligendo ; desiderantes de injustitia eidem defunctæ et parentibus illata, apostolicum mandatum exsecutioni mandari, et, secundum ejusdem tenorem, sibi justitiam ministrari ; litteras citatorias petentes instanter, secundum dictarum litterarum apostolicarum formam et tenorem, sibi decerni.




Source : Texte original latin : "Procès de Jeanne d'Arc" - T.II - Jules Quicherat (1844), p.98 et suiv..
Traduction : Pierre Duparc, "Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc", t.III, p. 18 et suiv.

Notes de Quicherat :
1 Il y avait deux Inquisiteurs dans le royaume : celui de Paris, qui etait l'Inquisiteur de France proprement dit, et celui de Toulouse, Inquisiteur du Languedoc.
 

Procès de réhabilitation

Présentation :

- Les sources
- L'enquête de 1450
- L'enquête de 1452

Procès :
- Plan du procès
- Sentence




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire