Accueil                                                         Admin
04 août 2020  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
VIII - Traité de Gerson.

equuntur considerationes et tractatus prelatorum pariter et doctorum, inferius designatorum, qui super factis et dictis Johanne Puelle antedicte, et super processu contra dictam Johannam agitato, suas considerationes dederunt, prout inferius in opinionibus atque tractatibus immediate describuntur (1):


                                                                           I

[Opusculum magistri Johannis de Jarsonno.]

Et primo, incipit opusculum magistri Johannis de Jarsonno, cancellarii Parisiensis, super facto Puelle antedicte, editum Lugduni anno Domini M°CCCC°XXIX° die XIVa maii, que fuit vigilia Pentecostes, post signum habitum Aurelianis in depulsione obsidionis anglicane.
  Super facto Puelle et credulitate ei prestanda, presupponendum est in primis quod multa falsa sunt probabilia ; ymo secundum Philosophum non refert quedam falsa quibusdam veris esse probabiliora, usque adeo quod duo contradictoria simul stant in probabilitate, licet non in veritate.
  Advertendum est ulterius quod ista probabilitas, si recte fundata sit et rite intellecta, non est dicenda error vel erronea, nisi pertinaciter extendatur assertio ultra terminos probabilitatis. Ratio hujus est quia probabiliter loquens fundat se in hoc quod rationes et apparentias habet pro parte sua ; et hoc utique verum est, nisi sit penitus improbabile. Verum est similiter de parte opposita quod ad eam sunt rationes et apparentie seu verisimiles conjecture. Et hoc similiter potest esse et est sepe verum ; nec ista contradicunt sic exposita.
  Attendendum est tertio quod aliqua concernentia fidem et bonos mores sunt in duplici differentia, quantum spectat ad presens. Aliqua enim dicuntur necessitate fidei, et in istis non licet dubitare vel probabiliter opinari, juxta illud vulgatum « Dubius in fide infidelis est » [Xa v. 7. 1], et de talibus justa esset conquestio ; neque lex illa civilis « Barbarius Philippus » [Dig. I. 14. 3] haberet locum, neque in talibus communis error faceret jus ; ymo, tanto deterior quanto communior ; esset denique ferro et igne exterminandus juxta ecclesiasticas et civiles censuras contra hereticos latas. Locum etiam habet illud metricum salubre :
                                       « Non patitur ludum fama, fides, oculus. »

  Ymo et pro tali ludo, in his que sunt fidei, posset evocari sic jocans ad judicium fidei tanquam de errore suspectus in fide.
  Considerandum est pro altera differentia eorum que sunt in fide vel   de fide, quod illa vocantur de pietate vel devotione fidei, et nullo modo de necessitate, de quibus solet dici vulgariter : « Qui ne le croit, il n'est pas dampné. » Spectant autem ad pietatem fidei tres conditiones in speciali.
  Prima quod illa faciant ad excitationem devotionis et pie affectionis eirca Deum et divina ; quia scilicet resonant in laudem divine potentie vel clementie, in miraculis, et venerationem sanctorum.
  Altera conditio est quod habeatur circa talia probabilis aliqua conjectura, vel ex communi relatione, vel ex fidelium attestatione, qui dicunt se vidisse vel audivisse.
  Superadditur tertia conditio, cum discretione pensanda per viros in theologia et bonis moribus eruditos, quod in hujusmodi relationibus eorum que dicuntur de pietate fidei, non includatur vel immisceatur aliquod falsum vel erroneum, quod manifeste sit in detrimentum fidei vel bonorum morum, directe vel indirecte, palam vel occulte. Super qua re cognoscenda vel determinanda, non est fas cuilibet palam et passim ferre sententias et reprobationes, ymo nec approbationes contentiosas, maxime quando tolerantur ab Ecclesia seu prelatis Ecclesie in una provincia vel in multis ; sed judicium et determinatio debent deferri ad eamdem Ecclesiam seu prelatos et doctores.
  Possent hic notari multa in particularibus, ut de materia conceptionis Beate Virginis ; ut de opinionibus probabilibus inter doctores, sicut de indulgentiis, quoad circumstancias multas ; sicut, de veneratione reliquiarum in uno loco vel altero, ymo in multis diversis simul; quemadmodum fuit nuper contentio in Parlamento Parisiensi super veneratione capitis sancti Dionysii in ecclesia Parisiensi et in abbatia Sancti Dionysii prope Parisius.
  Concludendum est tandem ex premissis quod pie et salubriter potest de pietate fidei et devotionis sustineri factum illius Puelle, circumstantiis attentis cum effectu competenti, presertim ex causa finali que justissima est, scilicet restitutio regis ad regnum suum et pertinacissimorum inimicorum justissima repulsio seu debellatio.
  Addito preterea quod in observationibus suis hec Puella non reperitur uti sortilegiis ab Ecclesia prohibitis, neque superstitionibus palam reprobatis, neque cautelis hominum fraudulentis, neque ad questum proprium vel aliquid tale subdolum, cum in attestationem sue fidei exponat extremo periculo suum corpus.
  Postremo si multi multa loquantur et referant pro garrulitate sua et levitate, aut dolositate, aut alio sinistro favore vel odio, subvenit illud Catonis :
                              « Arbitrii nostri non est quid quisque loquatur. »

  Est tamen arbitrii nostri quid credatur seu teneatur, servata modestia, et contentione seu seditione procul pulsa ; quia, sicut dicit Apostolus, non oportet servum Dei litigare. « Nos » inquit « talem consuetudinem non habemus » ut scilicet litigemus ; sed vel tolerare oportet, vel ad superiores, sicut premissum est, determinanda referre. Ita enim fuit in canonizatione sanctorum primaria, quorum canonizationes, ut in pluribus que leguntur, non sunt de necessitate fidei stricte loquendo, sed de pia devotione, que non est passim per quoslibet reprobanda, irritanda vel repudianda, et minus, ceteris paribus, quam alia sine canonizatione vulgata.
  Jungantur ad casum nostrum iste circumstantie.
  Una quod consilium regis et gentes armorum potuerunt induci ad vocem illius Puelle taliter credere et obsequi quod sub ea vel cum ea exposuerunt se, conspirato animo, ad pericula bellica, dedecore omni procul pulso; quod evenire poterat, si sub una muliercula militantes victi fuissent per hostes procacissimos et irrisi apud omnes qui audissent.
  Altera quod exultatio popularis cum pia credulitate tanta subsequi cernitur, ad laudem Dei et hostium confusionem.
  Altera quod latentes inimici, etiam magni, referuntur in timores varios ymo et in languores quasi parturientis cecidisse, juxta imprecationem cantici illius a Maria, sorore Moisis, tympanizati cum choro ludentium et psallentium « Cantemus Domino, gloriose enim magnificatus est, etc. » Sequitur : « Irruat super eos formido et pavor, etc. » [Exode xv. 21 et 16]. Videatur, et cum devotione facto nostro consona recolatur et cantetur.
  Ponderandum est ad extremum quod hec Puella et ei adherentes militares non dimittunt vias humane prudentie, faciendo scilicet quod in se est, quod appareat tentari Deus ultra quam necesse est. Unde constat hanc Puellam non esse pertinacem in adhesione proprii capitis et ultra quam reputat se a Deo habere monitiones seu instinctus.
  Possent insuper addi multe circumstantie de vita ejus a puero, que interrogate sunt et cognite diu et multum et per multos, de quibus hic nichil inseritur.
  Exempla possunt induci de Debbora et de sancta Katharina in conversione non minus miraculosa quinquaginta doctorum seu rhetorum, et aliis multis, ut de Judith et de Juda Machabeo in quibus ut communiter miscetur semper aliquid naturale. Neque sequitur semper post primum miraculum quidquid ab hominibus exspectatur vel exspectabatur. Propterea, etsi frustraretur ab omni exspectatione sua et nostra (quod absit) predicta Puella, non oporteret concludere ea que facta sunt a maligno spiritu vel non a Deo facta esse ; sed vel propter nostram ingratitudinem et blasphemias, vel aliunde justo Dei judicio, licet occulto, posset contingere frustratio exspectationis nostre in ira Dei, quam avertat a nobis, et bene omnia vertat.
  Superadduntur quatuor civilia et theologica documenta : unum concernit regem et consanguineos regie domus; secundum militiam regis et regni; tertium ecclesiasticos cum populo ; quartum Puellam ipsam. Quorum documentorum iste unicus est finis : bene vivere, pie ad Deum, juste ad proximum et sobrie, hoc est virtuose et temperanter ad seipsum. Et in speciali pro quarto documento, quod gratia Dei ostensa in hac Puella non accipiatur et traducatur, per se aut alios, ad vanitates curiosas, non ad mundanos questus, non ad odia partialia, non ad seditiones contentiosas, non ad vindictas de preteritis, non ad gloriationes ineptas ; sed in mansuetudine et orationibus cum gratiarum actione, cum liberali preterea temporalium subventione, quilibet laboret in id ipsum quatenus veniat pax in cubili suo, ut de manu inimicorum nostrorum liberati, Deo propitio, serviamus illi in sanctitate et justitia coram ipso omnibus diebus nostris, amen. A Domino factum est istud.

      Sequitur triplex veritas ad justificationem electe Puelle, de post fetantes accepte, utentis veste virili.

  I. Lex vetus prohibens mulierem uti veste virili et virum veste muliebri, pro quanto est pure judicialis, non obligat in Nova Lege ; quia, secundum veritatem tenendam de necessitate salutis, judicialia Antique Legis ablata sunt nec obligant in Nova ut talia sunt, nisi noviter per superiores ea institui seu confirmari contingat.

  II. Lex hujusmodi continebat aliquid morale, quod stabile est in omni lege ; et illud possumus exprimere prohibitionem indecentis habitus, tam in viro quam in muliere, contra medium virtutis. Quod observare debet cireumstantias omnes debitas, ut, quando oportet et ubi oportet, cur oportet, qualiter oportet, et ita de reliquis, ut sapiens judicabit; de quibus non est hic dicendum per singula.

  III. Lex hujusmodi nec ut judicialis, nec ut moralis, damnat usum vestis virilis et militaris in Puella nostra, virili et militari, quam ex certis signis elegit Rex celestis, tanquam vexilliferam ad conterendos hostes justitie et amicos sublevandos ; ut in manu femine puellaris et virginis confundat fortia iniquitatis arma, auxiliantibus angelis, quibus virginitas amica est et cognata, secundum Hieronymum; et in sacris historiis frequenter apparuit, sicut in Cecilia visibiliter cum coronis ex rosis et liliis. Rursus per hoc salvatur attonsio crinium quam apostolus prohibere videtur in femina.
  Obstruatur igitur et cesset os loquentium iniquo, quia, ubi divina virtus operatur, media secundum finis exigentiam disponuntur; ita ut jam non sit securum detrahere vel culpare, ausu temerario, ea que a Deo sunt, secundum apostolum, ordinata.
  Denique possent particularitates addi multe et exempla de historiis sacris et gentilium; sicut de Camilla et Amazonibus ; sicut preterea in casibus vel necessitatis, vel evidentis utilitatis, vel approbate consuetudinis, vel ex auctoritate seu dispensatione superiorum. Sed ista pro brevitate sufficient et veritate. Tantummodo caveat pars habens justam causam, ne per incredulitatem et ingratitudinem vel alias injustitias, faciat irritum divinum tam patenter et mirabiliter auxilium inchoatum, prout in Moise et filiis Israel, post collata divinitus tot promissa, legimus contigisse. Deus enim etsi non consilium, sententiam tamen mutat pro mutatione meritorum.

      Explicit consideratio magistri Johannis de Jarsono, cancellarii Parisiensis, edita anno quo supra.


                       

  Sur le fait de la Pucelle et la foi qui lui est due ; il faut remarquer d'abord qu'il est bien des choses fausses qui sont cependant probables ; bien plus, le philosophe enseigne que certaines choses fausses sont plus probables que des choses vraies ; voilà pourquoi, si deux propositions contradictoires ne peuvent pas être vraies l'une et l'autre, elles peuvent cependant être toutes deux probables.
  Si cette probabilité est fondée et bien comprise, il n'y a erreur que tout autant que l'on s'obstine à l'étendre au delà de ses limites. La raison en est que celui qui donne une assertion comme probable veut dire seulement qu'il y a des vraisemblances qui portent à l'admettre. Ce qui est vrai, à moins que cette vraisemblance ne soit dénuée de tout solide fondement. Mais celui qui soutient l'opinion contraire a aussi de son côté des vraisemblances, des motifs qui appuient sa conjecture; et il peut être, il est parfois dans le vrai. Ainsi donc il n'y a pas contradiction réelle entre les deux.
  Qu'on remarque troisièmement qu'en matière de foi et de morale il y a deux ordres de vérités. Il est des vérités qui sont imposées à notre foi ; il n'est pas permis d'en douter, ou de les regarder seulement comme probables : c'est un axiome que quiconque doute en matière de foi est infidèle Il faut exterminer par le fer et le feu ceux qui (opiniâtrement) se rendraient coupables de ce crime ; ainsi le commandent les lois ecclésiastiques et civiles portées contre les hérétiques. C'est là qu'il faut appliquer ce vers :
        Non patitur ludum, fama, fides, oculus.

  On ne joue pas, quand il s'agit de la réputation, de la foi, de la vue. Le jeu, en matière de foi, pourrait faire traduire le coupable devant le tribunal compétent, comme suspect d'erreur dans sa créance. « Il existe un second ordre de vérités renfermées dans la foi, ou ayant rapport à la foi. On les dit objets de la piété, de la dévotion de la foi, et nullement objet nécessaire de la foi ; de là l'expression vulgaire : qui ne le croit, il n'est pas damné. Trois conditions sont spécialement requises pour qu'un point puisse être l'objet de pieuse croyance.

  1° Il doit être de nature à exciter la dévotion et de pieux sentiments envers Dieu et les choses saintes; il doit porter à exalter les merveilles de la puissance ou de la clémence divine, et à vénérer les saints.
  2° Il doit être basé sur des arguments probables, tels que ceux que peuvent fournir une croyance générale, ou le récit de témoins dignes de foi, affirmant avoir entendu ou vu.
  3° Des théologiens vertueux doivent s'assurer que ce que l'on donne comme objet de pieuse croyance ne renferme aucune fausseté, aucune erreur, manifestement opposées à la foi, aux bonnes moeurs ; et cela, soit directement, soit indirectement, d'une manière ouverte ou dissimulée.
  Telle appréciation n'est pas de la compétence de chacun; et chacun ne peut pas à l'aventure se prononcer hautement sur ces questions, les réprouver ou les approuver d'une manière contentieuse ; alors surtout qu'il y a tolérance de la part de l'Église, des prélats d'une ou de plusieurs provinces : le jugement, la détermination doivent en être laissés à cette même église, ou aux prélats et aux docteurs.
  On pourrait citer ici bien des points de pieuse croyance, tels que plusieurs questions ayant trait à la conception de la Bienheureuse Vierge; les opinions probables discutées parmi les théologiens; les reliques vénérées dans tel et tel lieu ; bien plus simultanément dans plusieurs églises : ainsi le procès agité récemment au parlement de Paris sur le chef de saint Denys vénéré dans l'église de Paris, et à l'abbaye de Saint-Denys près de cette ville.

  Conformément à ces prémisses, considérées les diverses circonstances et les effets qui ont suivi; il est pieux, salutaire, dans l'ordre de la foi, de la bonne dévotion, de se déclarer pour la Pucelle.
  La fin qu'elle poursuit est très juste : c'est le rétablissement du roi dans son royaume, par la très juste défaite et expulsion d'ennemis très acharnés.
  Dans les pratiques de cette jeune fille, rien qui sente les sortilèges condamnés par l'Église, les superstitions réprouvées ; ni fraude, ni trahison; rien dans des vues d'intérêt personnel ; rien d'équivoque ; en preuve de la foi à sa mission, elle expose sa vie à de suprêmes périls
  Qu'on pèse les observations suivantes :
  « Le conseil du roi, les hommes d'armes ont fini par croire à la parole de cette petite fille, lui ont obéi au point que, sous sa conduite et d'un même coeur, ils se sont jetés dans les hasards des batailles ; ils ont foulé aux pieds la crainte du déshonneur auquel ils s'exposaient. Quels sarcasmes, de la part d'ennemis insolents, s'ils avaient été vaincus en combattant à la
suite d'une femmelette ! Quelle dérision de la part de tous ceux qui auraient appris pareil événement !
  Le peuple tressaille saintement; il croit, il n'hésite pas, il suit, à la louange de Dieu et à la confusion des ennemis.
  Ces ennemis, assure-t-on, même les chefs, sont confondus; ils se cachent derrière leurs murailles, en proie aux transes de la terreur ; ce sont comme les défaillances d'une femme en travail d'enfant. C'est la réalisation de l'imprécation du cantique chanté par Marie soeur de Moïse, lorsque, au milieu du choeur de tout un peuple, elle disait : Cantemus Domino, gloriosè enim magnificatus est, etc., et elle ajoute que la terreur et la frayeur envahisse nos ennemis : irritat super eos formido et pavor. Qu'on relise l'hymne tout entière; et qu'on la chante avec la dévotion qui convient aux événements dont nous sommes les témoins.
  Autre considération à peser: La Pucelle et les guerriers qui la suivent ne négligent pas les moyens de la prudence humaine ; ils font ce qui est en eux ; on ne voit pas qu'ils tentent Dieu ; ils ne demandent pas au secours surnaturel plus que n'exige le succès de la délivrance. La Pucelle n'est pas entêtée dans ses propres sentiments, en dehors des points où elle se croit avertie et inspirée par Dieu.
  On pourrait encore mettre en avant bien des circonstances de sa première enfance, de sa vie ; elles ont été l'objet de recherches, d'études, longues, profondes, et de la part de nombreux explorateurs ; je n'en dis rien ici.
  Il y aurait à alléguer des faits analogues : Débora; sainte Catherine convertissant non moins merveilleusement cinquante philosophes ou rhéteurs ; bien d'autres, Judith, Judas Machabée. Là aussi, — et c'est l'ordinaire, — on trouve qu'au surnaturel se mêle un aspect de l'ordre naturel.
  Un premier miracle n'amène pas toujours tout ce que les hommes en attendent. Aussi, ce qu'à Dieu ne plaise, quand même l'attente de la Pucelle et la nôtre seraient frustrées dans leurs espérances, il ne faudrait pas en conclure que ce qui a été accompli est l'oeuvre du démon, ou ne vient pas de Dieu. Notre ingratitude, nos blasphèmes, une autre cause, pourraient faire que, par un secret mais juste jugement de Dieu, nous ne vissions pas la réalisation de tout ce que nous attendons. Puisse sa colère n'être pas provoquée sur nous, et sa miséricorde faire tout aboutir à bien.

  Il y a encore à considérer les quatre avertissements de l'ordre religieux et politique apportés par la Pucelle : le premier regarde le roi et les princes du sang ; le second, la milice du roi et des communes ; le troisième, les ecclésiastiques et le peuple; le quatrième, la Pucelle elle-même. Tous n'ont qu'une seule et même fin, nous amener à bien vivre ; dans la piété envers Dieu; la justice envers le prochain; dans la sobriété, c'est-à-dire la vertu et la tempérance envers nous-mêmes.
  Le quatrième avertissement en particulier demande que la grâce que Dieu nous accorde dans la Pucelle ne soit ni pour elle, ni pour les autres, un sujet de vanité, d'enflure, de profits mondains, de haines des partis, de séductions, de querelles, de vengeance du passé, d'ineptes jactances.
  Cette faveur doit être reçue dans un esprit de mansuétude, de supplication et de reconnaissance ; chacun doit libéralement contribuer de ses biens, de ses efforts au but voulu de tous; ce but c'est que la paix revienne dans les foyers ; et que, délivrés de la main de nos ennemis par la bonté de Dieu, nous marchions en sa présence dans la sainteté et la justice, tous les jours de la vie. Amen.
  A Domino factum est istud. C'est là l'oeuvre du Seigneur.

  I. — La loi ancienne prohibant à un sexe de prendre les vêtements de l'autre, en tant qu'elle est judicielle, n'oblige pas dans la loi nouvelle ; car c'est une vérité constante, et de foi, que les préceptes judiciels de l'ancienne loi sont abrogés; ils sont, comme tels, sans force dans la loi nouvelle, à moins que les supérieurs ne les aient établis et confirmés à nouveau.

  II. — La loi en question avait un côté moral qui doit passer dans toute législation. Ce côté moral est celui-ci : il est défendu et à l'homme et à la femme de porter des vêtements indécents. Ce serait aller contre le milieu dans lequel réside la vertu. Cette règle nous impose de faire attention à toutes les circonstances, pour voir ce que demandent le temps, le but, la manière, et semblables accidents, dont juge le sage. Il serait hors de propos d'en développer tous les détails.

  III. — Ni en tant qu'elle est judicielle, ni en tant qu'elle est morale, cette loi n'interdit le costume viril et guerrier, à notre vierge qui est guerrière et fait oeuvre d'homme. Des signes indubitables montrent que le roi du ciel l'a choisie, et lui a mis en mains son étendard, pour écraser les ennemis de la justice, et relever les défenseurs du droit. Par la main d'une femme, d'une enfant, d'une vierge, il veut confondre les puissantes armes de l'iniquité. Les anges combattent avec elle. Rien d'étonnant, puisque d'après saint Jérôme, entre les anges et les vierges, il y a amitié et parenté, et que nous les voyons fréquemment unis dans les histoires des saints, dans celle de Cécile par exemple, où ils apparaissent avec des couronnes de lis et de rosés.
  Par là encore la Pucelle est justifiée de s'être fait couper les cheveux, malgré la défense que l'Apôtre semble en avoir faite aux femmes.
  Trêve et silence aux langues d'iniquité ; car lorsque la puissance divine opère, elle établit harmonie entre les moyens et la fin ; et il n'est pas loisible de pousser la témérité jusqu'à incriminer et à blâmer l'ordre que, selon l'Apôtre, Dieu établit dans ses oeuvres.
  On pourrait apporter bien d'autres raisons encore : emprunter des exemples à l'histoire sacrée et profane : Camille, les Amazones; rappeler que semblable changement d'habits peut être justifié par la nécessité, par une évidente utilité, par une coutume autorisée, par l'ordre ou la dispense des supérieurs ; mais c'en est assez pour établir brièvement la vérité.
  Avis donc au parti qui a la jutice de son côté. Que par ses infidélités, par ses ingratitudes, par d'autres prévarications, il n'arrête pas le cours du bienfait divin, dont il a déjà reçu des effets si manifestement merveilleux ; c'est le malheur, qu'après tant de promesses reçues, s'attirèrent, d'après les livres saints, Moïse et les fils d'Israël.
  Ce n'est pas qu'il y ait changement dans les conseils de Dieu, mais les démérites des hommes le forcent à changer les décrets de sa Providence.


Source : Texte original latin : Pierre Duparc, "Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc", t.II, p. 33 et suiv.
Traduction du P. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc", t.I - p.20 et suiv.

Ndlr : Quicherat n'a pas jugé utile de publier les traités dans leur intégralité à l'exception de celui de Gerson. "Ces ouvrages n'ont en effet rien d'historique" disait Quicherat.

Notes :
1 Il est bien probable que c'est là le dernier écrit sorti de la plume de Gerson, mort le 12 juillet de la même année. Le mémoire a été écrit en juin c'est à dire pendant l'action même de la Pucelle en 1429.

                 

Commentaires du père Ayroles sur le traité de Gerson :

C'étaient de grands théologiens que les examinateurs de Poitiers. Le parti français en comptait cependant un autre, que la voix commune proclamait éminent entre tous ceux de son époque. Il vivait alors dans une sainte et studieuse retraite, occupé de bonnes oeuvres et de compositions ascétiques. C'était Jean Charlier, plus connu sous le nom de Jean Gerson. Que Gerson, très attaché à la cause nationale, se soit occupé de la Pucelle, le contraire aurait lieu de surprendre. Depuis la miraculeuse délivrance d'Orléans, toute la chrétienté retentissait du nom de l'extraordinaire jeune fille ; il n'est pas jusqu'aux chroniques de Byzance qui n'en parlent. On aura voulu savoir le sentiment du docte chancelier; ce serait ne pas connaître l'autorité dont il jouissait que de ne pas le supposer. Il était intimement lié avec les Machet, les Pierre de Versailles, examinateurs de la Pucelle; on les trouve combattant ensemble dans les causes politiques et religieuses qui agitaient alors la France.
  Rien donc de plus naturel que de voir Gerson exprimer par écrit son sentiment sur la Pucelle. L'école césaro-gallicane, qui a tant fait pour mutiler et amoindrir la céleste envoyée, a nié l'authenticité de l'écrit de Gerson. Elle n'aurait pas voulu que celle qui l'offusque à un haut degré pût s'abriter derrière le nom que cette même école exalte entre tous. Il est cependant indubitable que le fameux chancelier a composé un traité de la Pucelle : de Puella. Il se trouve, sous le nom de son auteur, dans le manuscrit même du procès de réhabilitation. C'est un des neuf mémoires, dont les commissaires pontificaux firent précéder la sentence réparatrice. La libre-pensée est fille de l'école césaro-gallicane. Elle exalte grandement cette mère d'un catholicisme bâtard, à moins qu'en la frappant elle n'espère atteindre sa mortelle ennemie, l'Église romaine. Gerson est cher à la libre-pensée. Ne pouvant nier que le célèbre théologien ait écrit un petit traité de la Pucelle, un paléographe libre-penseur, Vallet se disant de Viriville, se dédommage en essayant de déprécier l'oeuvre. « Ce mémoire, dit-il, tout hérissé des épines de la scolastique, se ressent peut-être un peu de l'affaissement intellectuel que cause le poids des années. » Laissons de côté les épines scolastiques. Les épines se font sentir aux non-initiés dans tous les champs du savoir ; on n'en cueille les fleurs et les fruits, qu'après en avoir franchi les buissons, qui se dressent toujours à l'entrée ; il n'y a pas d'exception. Que faut-il penser du poids des années, de l'affaissement intellectuel de Gerson? Un coup d'oeil sur sa vie va nous le dire.

II

  Il y a deux parties dans l'histoire du chancelier. La première s'étend depuis son apparition sur la scène, jusqu'à la fin du concile de Constance, 1418 ; la seconde, depuis sa fuite de Constance jusqu'à sa mort, arrivée à Lyon, les uns disent le 12, les autres le 14 juillet 1429. La première période est grandement agitée, et Gerson intervient très activement dans les débats si tumultueux qui déchirent l'Église et l'État. Il paraissait dans la vie publique, lorsque l'Université de Paris venait d'allumer dans l'une et dans l'autre les dissensions dont il sera parlé plus longuement bientôt.
  Né en 1363, près de Réthel, dans le hameau dont il devait prendre et illustrer le nom, à Gerson, Jean Charlier venait à 14 ans poursuivre ses études au collège de Navarre, ce collège privilégié de la cour. Pierre d'Ailly, son maître, dans la suite évêque du Puy, de Cambray et cardinal, distingua promptement le jeune élève rémois, en prit un soin particulier, si bien qu'en 1395 il lui résignait l'importante charge de chancelier de Notre-Dame et de l'Université.
  Gerson n'avait pas attendu cet âge de 30 ans pour conquérir dans l'Université une place à part. Il n'avait pas encore 25 ans, et n'était que simple bachelier en théologie, lorsqu'il fut appelé à faire partie des commissions qui condamnèrent les erreurs de Montézon. Il fut dès lors le principal porte-voix de l'Université ; il est député auprès du pseudo-Benoit XIII, pour lui faire entendre des admonestations hautaines, si elles s'adressaient à un vrai pape, ainsi que le reconnaissait par intervalle la brouillonne Université. Encore n'étaient-elles pas assez amères, au gré de ceux qui le députaient. Au concile de Pise, Gerson, pour éteindre le schisme, contribua beaucoup à donner trois papes à l'Église, au lieu de deux qui la divisaient. Il ne se lança pas moins dans les agitations politiques. Au nom de l'Université, il fit entendre à la cour des admonestations publiques, et par suite intempestives, qui irritèrent le frère du roi, le duc d'Orléans, visé dans ces remontrances. En 1407, le prince est traîtreusement assassiné par son cousin, Jean sans Peur. L'assassin ose se vanter de son crime : il trouve un apologiste dans le docteur Jean Petit, qui entreprend de défendre la doctrine du tyrannicide.
  Gerson passe du côté de la victime, combat les témérités de Petit, et dès lors prend place parmi les personnages les plus odieux au parti bourguignon, au parti démagogique et cabochien, excité et soudoyé par Jean sans Peur.
  Lors du triomphe momentané de ce parti en 1413, Gerson n'échappe à la mort qu'en se cachant au-dessus des voûtes de Notre-Dame. Les Armagnacs reprennent le dessus, et Gerson en profite pour faire condamner, en 1414, neuf propositions de Jean Petit.
  Il part en 1415 pour Constance, avec le titre d'ambassadeur de Charles VI et de l'Université. Il y travaille à l'extinction du schisme, à la condamnation des Hussites, mais surtout à ce que le concile ratifie les condamnations prononcées contre Jean Petit par l'évêque de Paris. Il n'obtient qu'une satisfaction bien incomplète à ses yeux, la condamnation générale du tyrannicide. L'on se fait à peine une idée des mouvements qu'il se donna pour emporter davantage ; son acharnement n'est surpassé que par celui que déploient les partisans de Jean sans Peur pour détourner le coup.
  Voilà la première partie de l'histoire de Gerson. Il y a, dans les oeuvres de cette période, bien des propositions téméraires, insoutenables, subversives de l'Église. Si on peut les expliquer par l'étrange fermentation de ces têtes de docteurs, lorsque Gerson y a paru comme élève, comme maître, et comme la première gloire à cette époque de la turbulente corporation ; elles ne laissent pas de ternir grandement la gloire du chancelier, dans lequel le grand restaurateur de l'ordre bénédictin, dom Guéranger, a cru pouvoir signaler un des précurseurs de Luther.
  Les oeuvres de la seconde période sont plus saines. Le concile de Constance était à peine clos que le parti bourguignon redevenait maître de Paris. Les Cabochiens s'y livrèrent à des massacres, que ceux de septembre 1792 n'ont pas dépassés. Si Gerson se fût trouvé à Paris, il n'y a pas de tête qu'ils eussent cherchée et coupée avec plus de rage.
  Le chancelier l'avait bien prévu. De Constance, il avait pris le chemin du Tyrol et de Vienne ; il se savait si odieux au Bourguignon qu'il s'était déguisé en pèlerin. Reçu avec grand honneur partout où il est reconnu, il revient l'année suivante, 1419, à Lyon se fixer auprès de son frère, prieur des Célestins. Ce furent dix ans de bonnes oeuvres et de compositions d'ouvrages, qui ont valu à leur auteur jusqu'à un commencement de culte. Chaque année il donne une oeuvre nouvelle; en 1421, son traité des Indulgences; en 1422, celui de la perfection de la vie religieuse et de la perfection du coeur; en 1423, celui du célibat ecclésiastique; en 1424, il traite de la théologie mystique ; en 1426, il réprime un religieux infidèle à son voeu d'obéissance; en 1427, c'est un traité de la dévotion aux âmes du Purgatoire ; en 1428, ce sont douze traités sur le Magnificat, un commentaire du Gloria in excelsis, son testament sous le nom de Testament du pèlerin; en 1429, ce sont des instructions pour le Dauphin Louis, un jour Louis XI; et pour finir comme saint Bernard et saint Thomas, c'est le commentaire du Cantique des cantiques terminé trois jours avant sa mort.
  Voilà comment Gerson se sentait de l'affaissement intellectuel que cause le poids des années. Gerson était-il donc arrivé aux années de la décrépitude? Il est né le 14 décembre 1365 d'après les uns, 1363 d'après les autres, et il est mort dans la première quinzaine de juillet 1429; il n'avait donc pas atteint sa soixante-sixième ou même sa soixante-quatrième année. Est-ce l'âge de l'affaissement intellectuel, de la décrépitude? La plupart des Papes, bien des hommes d'État, un Guillaume, un de Moltke, ont gouverné l'Église, les empires, les armées, longtemps après cet âge, sans que l'on se soit aperçu de leur affaissement intellectuel.
  Les libres-penseurs prennent de ces libertés. Dans un livre d'histoire que suit depuis bien des années la jeunesse universitaire, l'on a lu longtemps et on lit peut-être encore que Louis XIV vieillissant a révoqué l'édit de Nantes. La révocation est de 1685, la naissance du monarque de 1638 ; ce monarque vieillissant avait donc 47 ans; c'est l'âge de la pleine force, parce que l'expérience vient s'ajouter à la plénitude du développement intellectuel.
  Les Loriquets de l'Université se donnent des licences que paieraient chèrement les Loriquets de Saint-Acheul. Cette énormité et bien d'autres pareilles n'ont pas arrêté la fortune de l'auteur, devenu depuis ministre de l'Instruction publique et membre de l'Académie ; car c'est de M. Duruy qu'il s'agit.
  Les oeuvres de la seconde époque de Gerson sont les meilleures, et surtout les plus orthodoxes. Elles ont permis à un religieux Augustin de le proposer comme un des exemples des auteurs, dans lesquels il faut savoir distinguer ce qu'ils ont avancé d'abord, et rétracté dans la suite. Il suffit de lire l'article que lui consacre le Dictionnaire historique de Feller, pour être convaincu que Gerson n'appliquait pas à un pape canoniquement élu et reconnu comme tel ce qu'il disait des pontifes qui, à son époque, se disputaient la tiare. Après s'être si grandement agité pour mettre fin au schisme, il aurait frémi d'horreur, s'il avait vu ses collègues de Paris se livrer, pour le rouvrir, aux excès dont ils se rendirent coupables à Bâle.
  Le traité de la Pucelle fait partie du chant du cygne. Pour le composer, Gerson a dû interrompre son commentaire du Cantique des cantiques. Il est daté du 14 mai, c'est-à-dire que l'auteur a pris la plume aussitôt que la délivrance d'Orléans est parvenue à ses oreilles.
  Il jette à la hâte sur le papier les raisons qui lui font croire à la divinité de la mission de la Pucelle; il ne les développe pas; il les écrit pour des esprits cultivés, aiguisés, qui en verront promptement la force. Gerson, d'ailleurs, jouit d'une renommée particulière, lorsqu'il s'agit de discerner les mouvements de l'âme et de dire quelle sorte d'esprit les excite.

III

  Le mémoire de Gerson se compose de trois parties bien distinctes. La première est une sorte d'introduction. L'auteur dit quelle espèce de foi est due à la mission de Jeanne et insiste pour la distinguer de la foi due aux enseignements catholiques. Dans la seconde il donne les raisons de croire à la mission de la Pucelle; dans la troisième, que l'on dirait surajoutée aux deux précédentes, il réfute l'objection tirée des vêtements d'homme que portait la libératrice. Je traduis sur le texte donné par Quicherat.
...
  On le voit, le traité de Gerson est un canevas plutôt qu'une oeuvre achevée. Tel qu'il est, il est digne de la main qui l'a tracé, et presque chaque mot réveille une idée nouvelle. Par prétermission, l'auteur confirme les longues et profondes enquêtes, faites sur la vie antécédente de la Pucelle, et il indique que cette vie ne fut pas sans des signes merveilleux.
  Aucun historien n'a, je crois, signalé d'une manière plus étendue et plus explicite les réformes chrétiennes que la Pucelle réclamait dans tous les ordres de l'État. Conditions bien naturelles dans une intervention si marquée du ciel.
  Gerson écrivait après la première grande victoire de Jeanne ; il devait mourir lorsque la libératrice était sur le chemin de Reims. Rien donc de plus digne d'attention, que l'insistance avec laquelle il annonce que la mission de Jeanne, tout en restant surnaturelle, pourrait cependant ne pas produire tous les effets que la divine envoyée et le parti national s'en promettaient.
  Les iniquités des hommes pouvaient empêcher la plénitude des faveurs célestes. Douloureux pressentiment! Les événements devaient le justifier, mais alors rien ne semblait le faire concevoir. Le pieux docteur l'éprouvait à la lumière des saintes écritures ; et il s'efforçait de le détourner.
  Aucune idée n'est plus saillante dans ses courtes pages, si ce n'est peutêtre la conviction de l'illustre chancelier, que Jeanne est bien surnaturellement suscitée.
  Cette conviction s'affirme bien plus hautement dans les conclusions que dans le début, ou il semblerait dire que la négative peut se soutenir. Il n'en est rien à ses yeux : c'est l'oeuvre de Dieu, à Domino factum est istud.
  L'objection tirée du vêtement d'homme, que les prévaricateurs de Rouen devaient si grandement exploiter, provoque son indignation ; il s'écrie : Silence aux langues d'iniquité : obstruatur igitur et cesset os loquentium inique. C'est là une témérité qui n'est pas sûre au point de vue de la conscience : ita ut jam non sit securum detrahere, vel culpare ausu temerario.
  C'est que les pieuses croyances, approuvées par l'Église, ne doivent pasêtre rejetées à la légère, dit-il par deux fois, non passim per quoslibet reprobanda, irritanda vel repudianda. Toutes choses égales d'ailleurs, les faits présentés comme tels par l'Église sont plus avérés que les faits communément admis, mais sans cette sanction : repudianda minus, cæteris paribus, quam alia sine canonisatione vulgata.
  Que la Pucelle soit une intervention divine en faveur de la France, c'est pour lui d'une évidence resplendissante : divinum jam patenter et mirabiliter auxilium inchoatum.
  Le grand théologien rompt ainsi par avance toute solidarité avec l'Université de Paris, cette mère dévoyée, qui va condamner la libératrice. Au point de vue politique, l'Université est aux antipodes de celui qu'elle proclame et ne cessera de proclamer son plus illustre fils ; elle est anglo-bourguignonne effrénée ; Gerson est tout dévoué à la cause française.
  A cette heure, l'abîme, répétons-le, était tout aussi grand dans les matières théologiques alors en discussion. Celui qui, quoique peu habilement, avait sincèrement poursuivi durant tant d'années l'extinction du schisme, eutété glacé d'horreur, à la pensée de le rouvrir à Bâle. Le flambeau allait s'éteindre ; jamais il n'avait jeté éclat plus pur. On est heureux de penser que ses derniers rayons ont été projetés sur la figure de la Pucelle.



Procès de réhabilitation

Présentation :

- Les sources
- L'enquête de 1450
- L'enquête de 1452

Procès :
- Plan du procès
- Sentence




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire