Accueil                                                         Admin
07 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition de Jean Moreau

  Honnête personne Jean Moreau, habitant de la ville de Rouen, âgé de cinquante-deux ans, témoin cité, produit juré et interrogé le dixième jour du mois de mai sur le contenu des articles présentés en cette cause,

  Et d'abord sur le contenu des Ier, IIe, IIIe et IVe articles, il déclare et atteste que lui, témoin, est natif de Viéville près de Lamothe en Bassigny, non loin de Domremy, lieu d'origine de Jeanne. Il n'a cependant connu ni Jeanne, ni ses parents ; mais la vérité est que, à l'époque où Jeanne se trouvait auprès du roi de France, vinrent en la ville de Rouen Nicolas Saussart et Jean Chando, marchands chaudronniers, desquels il apprit comment Jeanne était partie de la région lorraine. Ils racontaient que Jeanne se rendit à Vaucouleurs voir Jean (1) de Baudricourt, lui assurant qu'il fallait la conduire, ou la faire conduire, auprès du roi de France, tant et si bien que Baudricourt fut content de la faire conduire auprès du roi, alors à Chinon. Quand elle y fut arrivée, on lui désigna un autre que le roi, à elle qui ne l'avait jamais vu ; mais elle dit que ce n'était pas le roi. Enfin, après examen de clercs et de docteurs, elle parla au roi. Le témoin n'eut aucune autre connaissance de Jeanne jusqu'à ce qu'il la vît à deux prédications, faites contre elle, à savoir l'une à Saint-Ouen, l'autre au Vieux Marché de Rouen.
  Sur le contenu des Ve et VIe articles, il sait seule
ment qu'au temps où Jeanne se trouvait dans la ville de Rouen et qu'on faisait son procès, un homme notable vint de la région lorraine à Rouen ; il rencontra le témoin parce qu'il était de son pays ; et il lui dit venir de la région lorraine jusqu'à cette cité de Rouen, parce qu'il avait été commis spécialement pour faire une information au lieu d'origine de Jeanne et savoir quelle était sa réputation ; ce qu'il avait fait et transmis au seigneur évêque de Beauvais, croyant recevoir une compensation pour son travail et ses dépenses ; mais l'évêque de Beauvais lui avait dit qu'il était un traître et un mauvais homme, et qu'il n'avait pas fait ce qu'il devait, ce qu'on lui avait enjoint de faire. L'homme se plaignit au témoin de n'avoir pu avoir son salaire, parce que ces informations ne paraissaient pas utiles à l'évêque ; il déclara au témoin n'avoir rien trouvé, par cette information sur Jeanne, qu'il n'eût désiré trouver sur sa propre sœur ; et cependant il avait fait les informations dans cinq ou six paroisses proches de la ville de Domremy et aussi dans cette ville. D'après cet homme il avait trouvé que Jeanne était très pieuse, qu'elle fréquentait souvent une petite chapelle, où elle avait l'habitude de porter des guirlandes à une statue de la Sainte Vierge qui se trouvait là ; et parfois elle gardait les animaux de son père.
  Sur le contenu des VIIe, VIIIe et IXe articles, il ne sait rien.
  Sur le contenu du Xe article, il a entendu dire, au temps du procès, qu'elle avait été examinée pour savoir si elle était vierge ou non; et qu'on l'avait trouvée intacte. Interrogé de même et entendu sur ce qu'il peut déclarer ou attester à propos du contenu des XIe, XIIe, XIIIe et XIVe articles, il déclare avoir seulement entendu dire ceci : elle suppliait souvent ceux qui l'interrogeaient, pour qu'elle eût à répondre seulement à l'un d'eux ou à deux d'entre eux, car ils la troublaient beaucoup par quantité de questions posées en même temps.
  Sur le contenu des XXIIIe, XXIVe et XXVe articles, les autres étant omis, car il ne sait rien à leur propos, il déclare sous serment qu'il fut présent à Saint-Ouen, lors de la prédication faite sur Jeanne ; dans cette prédication celui qui parlait outrageait beaucoup Jeanne, lui disant qu'elle avait agi contre la majesté royale, contre Dieu et la foi catholique, qu'elle avait erré dans la foi, et que, si elle ne se détournait pas dorénavant de tels agissements, elle serait brûlée. Et il entendit en particulier Jeanne, répondre au prédicateur qu'elle avait pris un habit d'homme car elle avait à vivre parmi des hommes d'armes, avec lesquels il était plus sûr et plus convenable de se trouver en habit d'homme, plutôt qu'en habit de femme ; [ajoutant] qu'elle avait bien fait d'agir ainsi. Le témoin vit aussi à son dire qu'on lisait à Jeanne une certaine cédule, mais il ignore ce qu'elle contenait ; se souvient cependant qu'on y disait que Jeanne avait commis le crime de lèse-majesté, et qu'elle avait trompé le peuple. Il sait aussi qu'après la prédication elle fut remise à un sergent, lequel, au même lieu, la livra au bourreau, sans qu'une sentence eût été prononcée par le bailli ; elle fut conduite par le bourreau au feu, et dans ce feu il l'entendit demander de l'eau bénite. Elle criait « Jésus »à haute voix. Elle demanda aussi une croix. Il a entendu dire que ce jour là, ou la veille, elle avait reçu le Corps du Christ.
  Ne sait rien d'autre.

       

  Honestus vir Johannes Moreau, commorans in villa Rothomagensi, ætatis LII annorum, testis citatus, productus, juratus et examinatus die X. mensis maii super contentis in articulis in hac causa traditis.

  Et primo, super contentis in I., II., III. et IV. articulis, dicit et deponit quod ipse loquens est oriundus de Vivilla prope Motam en Bassigny, quæ non multum distat a loco de Dompremy ; de quo oriunda fuit ipsa Johanna. Non tamen de ipsa Johanna aut ejus parentibus habuit notitiam ; sed veritas est quod, tempore quo ipsa Johanna erat versus regem Franciæ, applicuerunt ad villam Rothomagensem Nicolaus Saussart et Johannes Chando, mercatores chauderonniers, quibus audivit dici et referri modum recessus ipsius Johannæ a partibus Lotharingiæ. Et dicebant quod ipsa Johanna ivit apud Valliscolorem ad Johannem de Baudricourt, eidem intimando quod oportebat quod eam duceret versus regem aut faceret eam duci ; in tantum quod ipse fuit contentus eam facere duci apud regem, qui tunc erat à Chinon. Et quum ibidem accessisset, sibi fuit dictum, quum regem nunquam cognovisset, de alio quod erat rex ; quæ dixit quod non erat. Et tandem examinata per clericos et doctores, locuta fuit regi. Nec aliam habuit notitiam de eadem Johanna quousque eam vidit in duabus prædicationibus contra eam factis, una videlicet in Sancto Audoeno, et alia in Veteri Foro Rothomagensi.
  Super contentis in V. et VI., solum scit quod, tempore quo ipsa Johanna erat in villa Rothomagensi, et quod fiebat processus contra eam, quidam notabilis homo de partibus Lotharingiæ venit ad villam Rothomagensem; cum quo ipse loquens habuit notitiam, eo quod erat de partibus ; et eidem dixit quod veniebat de partibus Lotharingiæ, et quod accesserat ad hanc civitatem Rothomagensem, quia fuerat commissus specialiter ad faciendum informationes in loco originis ipsius Johannæ, et quid dicebat fama de ea : quas fecerat, et eas attulerat domino episcopo Belvacensi, credens habere satisfactionem de labore et expensis ; et ipse episcopus eidem dixerat quod erat proditor et malus homo, et quod non fecerat debitum in eo quod sibi fuerat injunctum. Et de hoc conquerebatur loquenti ipse homo, qui, ut dicebat, non poterat persolvi de suo salario, quia istæ informationes non videbantur dicto episcopo utiles ; eidem loquenti dicendo quod per dictas informationes nihil invenerat in eadem Johanna quin vellet invenire in sorore propria, licet fecisset ipsas informationes in quinque vel sex parochias propinquas dictæ villæ de Dompremy, et etiam in eadem villa. Dicebat etiam ipse homo quod invenerat quod ipsa Johanna erat multum devota, et quod sæpe frequentabat unam parvam cappellam in qua consueverat portare serta imagini beatæ Mariæ ibidem exsistenti ; quodque aliquando custodiebat animalia patris sui.
  Super contentis in VII., VIII. et IX. nihil scit.
  Item, de contentis in X. articulo, audivit dici, tempore quo fiebat processus, quod fuerat visitata an esset virgo, vel non, et quod fuerat inventa incorrupta.
  Item, interrogatus et examinatus quid ipse sciat deponere seu attestari de contentisin XI., XII., XIII. et XIV.: deponit quod solum audivit dici quod sæpe deprecabatur interrogantes eam quod solum haberet respondere uni vel duobus tantum, et quod eam multum turbabant de tantis interrogationibus sic insimul factis.
  De contentis in XXIII., XXIV. et XXV., aliis omissis, quia de eisdem nihil scit : deponit, medio juramento, quod ipse fuit præsens in Sancto Audoeno, in prædicatione de eadem Johanna facta ; in qua prædicatione, ipse qui prædicabat dicebat eidem Johannæ multa opprobria, eidem dicendo quod fecerat contra regiam majestatem, quod contra Deum et fidem catholicam fecerat ; plura quoque erraverat in fide, et quod, nisi amodo a talibus præcaveret, esset combusta.
  Et inter alia audivit quod ipsa Johanna respondit prædicatori quod acceperat habitum virilem eo quod habebat interesse cum hominibus armatis, cum quibus erat sibi tutius et convenientius conversari in habitu virili quam muliebri, et quod ea quæ faciebat et fecerat, bene fecerat. Vidit etiam ipse loquens, ut dicit, quod eidem Johannæ legebatur quædam schedula ; sed quid in eadem continebatur nescit ; recordatur tamen quod dicebatur quod commiserat crimen læsæ majestatis, et quod seduxerat populum. Et scit quod post prædicationem, fuit reducta ad castrum ; sed quid postmodum actum est, nescit, usque ad diem quo fuit combusta.
  De contentis autem in cæteris articulis, deponit quod ipse fuit in ultima prædicatione, et in die qua obiit ipsa Johanna. Et fuit facta prædicatio per quemdam de cujus nomine non recordatur ; et ipse prædicator dicebat quod ipsa Johanna male fecerat, et quod sibi fuerat semel indultum suum peccatum, et quod Ecclesia de cætero non poterat sibi prodesse. Et vidit quod post prædicationem, fuit tradita cuidam clienti, et ibidem cliens tradidit eam tortori, absque et cessante eo quod aliqua fuerit sententia prolata per baillivum ; et fuit ducta ad ignem, in quo igne audivit quod petivit aquam benedictam. Et clamabat Jhesus alta voce. Petiit etiam crucem. Audivit etiam dici quod eadem die seu in hesterna die, receperat corpus Christi.
  Nec aliud scit.


Sources :
- Texte latin original : Quicherat - Procès t.III p.191 et suiv.
- Traduction: source Pierre Duparc.

Notes :
1 Robert de Baudricourt



Procès de réhabilitation
Rappel des témoins de Rouen en 1456.

Les dépositions :

Fr. Pierre Miget
Me Guillaume Manchon
Me Jean Massieu
Me Guillaume Colles
Fr. Martin Ladvenu
Me Nicolas de Houppeville
Mgr Jean Lefèvre
M. Jean Lemaire
Me Nicolas Caval
Pierre Cusquel
Me André Marguerie
Mauger Leparmentier
Laurent Guesdon
M. Jean Riquier
Jean Moreau
Me Nicolas Taquel
Husson Lemaistre
Pierre Daron
Frère Seguin


Lyon :
Jean d'Aulon

- Les dépositions - index




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire