Accueil                                                         Admin
19 juin 2024  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique d'Enguerrand de Monstrelet - index
L.II-12- [Comment messire Jaques de Harcourt tint parlement avec messire Raoul le Boutillier pour la reddition du Crotoy.]

tem, après ce que messire Raoul le Boutillier eut tenu son siège par mer et par terre jusques au my mois d'octobre, il eut parlement avecques messire Jaques de Harcourt. Et ordonnèrent de chascune partie leurs commis pour traicier, et donnèrent trièves l'un à l'autre, et enfin furent d'accord par la manière déclarée cy après.
  Duquel traicté la copie s'ensuit.

  C'est le traicté fait entre Raoul le Boutillier, chevalier, et Guillaume Miners, escuier, commis et député de par le très excellent prince le duc de Bethford, régent de France, d'une part, et messire Jaques de Harcourt, chevalier, lieutenant général en Picardie pour le roy Charles, ledit de Harcour, soy faisant fort du clergé, des nobles et des manans et habitans en la ville et ou chastel du Crotoy, d'aultre part.
  Premièrement. Le premier jour de mars prochain venant, le second et le tiers, soleil levé, depuis l'heure de prime, monseigneur le régent ou ses commis, seront jusques à trois heures après midy chascun desdiz trois
jours, armez dessus les champs, entre la ville de Rue et le Crotoy. Et se ilz ne sont combattis par ledit messire Jaques ou par autres tenans son parti, durant les trois jours dessusditz, si puissamment que le champ lui demoure, ledit messire Jaques ou ses commis, bailleront et délivreront royaulment et de fait à mondit seigneur le régent ou à cellui qu'il y commectra, ladicte ville et forteresce du Crotoy. Et ce accompliront présentement à trois heures après midy, au tiers jour du mois de mars.
Item. Ledit messire Jaques et générallement tous ceulx de sa compaignie, de quelque estat ou condicion qu'ilz soient, se pourront partir avecques tous leurs biens dudit Crotoy, au jour de la reddition, excepté les consentans de la mort de feu Jehan, duc de Bourgongne, qui demourront en la voulenté de mondit seigneur le régent, se aucuns en y a.
Item. Ledit messire Jaques sera tenu de laisser audit chastel toutes les pouldres, arbalestres et trait, sans rien gaster ne despécier, réservés neuf veuglaires, deux cacques de pouldres, vingt-trois arbalestres et neuf coffres de traict. Et toutes ses gens emporteront leurs harnois, habillemens et autres biens.
Item. Ou cas que aucuns de ladicte ville et chastel, de quelque estat qu'ilz soient, vouldroient demourer en faisant le serment à mondit seigneur le gouverneur et régent ou à ses commis, leurs biens, meubles et héritages, leur demourront, et de ce on leur baillera lettres souffisans.
Item. Ledit messire Jaques aura du navire pour le présent estant au Crotoy, c'estassavoir la grande hulque et la barge Colin Langlois, Plumeterre, Valenier, Jaques et Martinet, et il sera tenu de laisser l'autre navire. Et les vaissiaux des pescheurs demourront à ceulx à cui ilz sont, moyennant qu'ilz feront le serement, comme dit est.
Item. Messire Jaques sera tenu de rendre tous les prisonniers que il a de présent en ladicte ville et chastel du Crotoy, et on lui rendera pareillement ung de ses gens que tient prisonnier messire Raoul le Boutillier.
Item. Durant le temps dessusdit, ceulx de ladicte ville et chastel cesseront de faire guerre, en appert et en couvert par quelque manière que ce soit, sauf que ledit messire Jaques, durant ledit jour, pourra faire guerre, se bon lui semble, oultre l'yaue de Saine.
Item. Ne pourront lesdiz monseigneur le régent ne nulz de ses gens, ce temps pendant, faire envaye ne entreprinse sur ladicte ville et chastel du Crotoy par quelque manière que ce soit, ne pareillement ses aliez. Item, Durant ledit temps jusques au premier jour de mars, pourront ceulx du Crotoy aler en marchandise ès villes de Rue, de Abbeville et de Saint-Waleri, moyennant que ilz en ayent le congié des capitaines d'icelles villes, et non aultrement. Et aussi pourront aler par mer en marchandise, et aussi pourront amener vins et toutes autres denrées pour vendre, sauf que ilz n'en mectront dedens ladicte ville et chastel pour le ravitailler, si non pour la cotidiane du temps qu'ilz y doivent être.
Item. Toutes les gens de mondit seigneur le régent et aussi tous ceulx tenans son parti, pourront aler en la ville du Crotoy pour besogner ce qu'ilz auront à faire, par le congié du capitaine.
Item. S'il advenoit durant ledit temps dessusdit que aucuns vaisseaulx ou gens d'armes arrivassent au Crotoy, ilz n'y seront point receuz et n'auront aucune aye ou souscours par les vaisseaulx d'ycelle place. Et ne pourra ledit messire Jaques, durant ledit temps, fortiffier ne démolir ladicte ville et chastel.
Item. Mondit seigneurie régent ou ses commis, bailleront saufconduit à ceulx qui seront dedens la ville et chastel au temps de la reddicion, où bon leur samblera, pour aler tenir leur parti et à tous leurs biens; et auront quinze jours de vuydenge, et après auront saufconduit d'aultres quinze jours.
Item. Aura ledit messire Jaques saufconduit pour lui, ses enfans et toutes ses gens, durant ledit temps, soit par mer ou par terre, pour aler où bon lui samblera.
Item. Pour accomplir toutes les choses dessusdictes et entretenir, ledit messire Jaques baillera en plaiges messire Pierre de Hergicourt, chevalier, Boort de Fiefes, Jehan Sarpe et Parceval Cambier, escuyers, Jehan d'Estampes, Gilles le Royet, Jehan de Gonne, bourgois du Crotoy. Lesquelz plaiges seront quictes après la reddicion de ladicte ville et chastel. Et en cas que cellui qui se dit leur roy les secourroit, ou ses commis, en demourant victorieux sur la place, seroient aussi quictes les plaiges dessusdiz.

  Lequel traictié fait et les plaiges baillez, se départi le siège. Et ledit messire Jaques fist vendre toutes ses provisions en Abbeville et ailleurs. Et remanda ses enfans qui estoient en Haynau ou chastel de Havreche, et quant ilz furent à lui venuz, il les envoya à Monstreau Bellay (1). En après ledit messire Jaques de Harecourt, comme dit est, vendit toutes ses provisions, et à tout infinis biens se mist en mer avec partie de ses gens, laissant au Crotoy son lieutenant général, messire Choquart de Cambronne. Et puis s'en ala nagant par mer au Mont Saint-Michel, où il fut receu moult honnourablement, et de là ala à Monstreau Bellay veoir ses enfans, et là mist la plus grand partie de ses biens. Et aulcuns jours après ensuivans, ala devers le roy Charles, qui le receut bénignement et lui donna aucuns dons comme roy. Et puis se départit pour aler devers le seigneur de Partenay, qui estoit oncle de la femme que ledit messire Jaques avoit espousée. Lequel de Partenay tenoit et avoit tousjours tenu le parti du duc de Bourgongne. Et après que celui messire Jaques eust esté receu du dit seigneur de Partenay libéralement et à grand honneur, icelui messire Jaques lui requist d'avoir sa forteresce en garde, et aussi qu'il voulsist laisser la querelle du duc de Bourgongne qu'il avoit tousjours maintenue, et il se faisoit fort de faire sa paix au roy Charles, et si auroit son estat ainsi qu'il avoit acoustumé. De quoy ledit seigneur de Partenay lui respondit que son intencion estoit de demourer seigneur de sa forteresce et de ses seigneuries, et que ceulx à cui elles appartenaient après sa mort les prenissent s'il leur plaisoit. Adonc ledit messire Jacques, assez pourveu de son fait comme il cuidoit, mist la main audit seigneur de Partenay et le fist prisonnier du roy Charles, et ses gens levèrent le pont du chastel. Et en ce faisant fut la noise oye de ceulz de la ville, qui, tous esmeuz, en grand nombre, vindrent au chastel et tirèrent le pont jus, qui n'estoit cliquié, ne verroullié. Et lors, tout soubdainement, montèrent amont et occirent cruellement ledit messire Jaques, Jehan de Herselaines, Jehan de Frousières, Philippe de Neufville et plusieurs autres de ses gens. Ainsi trouva ledit messire Jaques sa mort aspre, cruelle et hastive, par ung petit de convoitise. Jà soit ce que on le compte en plusieurs aultres manières.

                                                 


Source : La chronique d'Enguerrand de Monstrelet - Tome IV (L.Douët d'Arcq - 1860)

Notes :
1 Montreuil-Bellay près de Saumur.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire