Accueil                                                         Admin
19 juillet 2024  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique d'Enguerrand de Monstrelet - index
L.I-234 - [Comment plusieurs ambaxadeurs des trois estats du royaume de France vindrent à Paris. Et des estats des deux roys. ]

n ces mesmes jours vindrent à Paris plusieurs ambaxadeurs et commis de par les trois estats du royaume de France, paravant mandez, comme dit est dessus. Avecqnes lesquelz, et en leur absence, furent tenus plusieurs consaulx touchans le gouvernement et bien publique dudit royaume. En la fin desquelz consaulx furent les gabelles, imposicions, quatriesmes et autres subsides remises sus, réservé les grains.
  En après, la feste de Noël venue, les deux roys et les roynes leurs femmes tindrent leurs estas (1) dedans Paris. C'est assavoir le roy de France, à son hostel à Saint-Pol, et le roy d'Angleterre au Louvre. Lesquelz estas furent bien differens l'un à l'autre. Car le roy de France estoit povrement et petitement servy et accompaigné au regard du noble estat qu'il souloit avoir, et ce jour ne fut comme point visité ne accompaigné, si non d'aucuns de ses vielz serviteurs et de gens de petit estat. Laquelle chose devoit moult desplaire à tous les cuers des vrais et lovaulx François là estans, voians ce noble royaume par fortune et tribulacion de eulx mesmes estre mis et gouverné en et par la main de leurs anciens ennemis, soubz laquelle dominacion et gouvernement il leur falloit vivre de présent. Et quant est à parler de l'estat du roy Henry d'Angleterre et de sa femme la royne, quel il fut ce jour, nul ne sçaroit racompter les grans estas, pompes et bobans qui furent fais en son hostel, tant de lui comme de ses princes. Et de toutes pars venoient en grant humilité les sujetz de ce noble royaume de France devers lui pour le honnorer et exaulcer. Et dès lors commença il ledit royaume à gouverner, et administrer les besongnes dudit royaume et faire officiers à son plaisir, en desmectant ceulx qui par le Roy et le duc de Bourgongne derrenier trespassé et le duc Phelippe lors vivant, y avoient esté mis de long temps. Et d'autre part constitua le conte de Kent, nommé Effreville, capitaine général de Meleun, à toute suffisante garnison de gens d'armes et de gens de traict. Et le conte de Hontiton son cousin germain, fut fait capitaine du Bois de Vincennes, et le duc d'Excestre fut ordonné à demeurer à Paris avecques le roy Charles, à tout cinq cens combatans.
  Après lesquelles ordonnances et que la feste de la nativité Jhésucrist fut passée, se parti de Paris ledit roy Henry, la royne sa femme, les ducs de Clarence et de Bethfort et autres de ses princes et grans seigneurs. Et s'en ala à Rouen, où il tint de rechef plusieurs grans consaulx sur le régime du royaume, et y séjourna certain espace devant qu'il retournast en Angleterre. Et pareillement le duc Phelippe de Bourgongne, partant dudit lieu de Paris s'en ala à Beauvais, à la feste et entrée de maistre Pierre Cauchon, docteur en théologie, nouvel évesque d'icelle ville de Beauvais, moult enclin et affecté audit duc. Laquelle feste passée se parti le duc, et par Amiens et Dourlens s'en ala à Lisle et puis à Gand, où estoit la duchesse sa femme, et là séjourna environ trois sepmaines. Et le Rouge duc en Bavière, qui estoit venu servir son beau frère le roy Henry, comme vous avez oy, à tout cinq cens combatans ou environ, s'en retourna hastivement par Cambray en son pays d'Alemaigne, pour ce qu'il avoit oy nouvelles que les Bohémiens, induis et enseignez par ung clerc de leur pays qui estoit hérétique, s'estoient dréciez et confusément estaient entechez du venin de hérésie, non point seulement contre nostre foy catholique, mais avecques ce contre les roys d'Alemaigne, de Hongrye et de Boesme; et en grant multitude leur faisoient guerre mortelle (2).

       

                                                 


Source : La chronique d'Enguerrand de Monstrelet - Tome IV (L.Douët d'Arcq - 1860)

Notes :
1 Leurs estas : leur train de maison.

2 Ceci se rapporte encore à la guerre des Hussites.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire