Accueil                                                         Admin
19 juillet 2024  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique d'Enguerrand de Monstrelet - index
L.II-42- [Comment la forteresce de la Malemaison, qui estoit à l'évesque de Cambray, fut prinse par messire Jehan Blondel. — Et autres matières.]

u commencement de cest an, fut prinse la forteresce de la Male Maison à deux lieues près du Chastel en Cambrésis (1), laquelle estoit à Jehan de Lens, seigneur de Liekerque et évesque de Cambray, à cause de son évesché, et le print messire Jehan Blondel tenant le parti du roy Charles, acompaignié de ses gens, qui estoient en petit nombre. Dedens ycelle estoit comme capitaine pour ledit évesque ung bel escuyer nommé Watier de Baillon, lequel fu trouvé en son lit. Et entrèrent ens les dessusdiz en traversant les fossés parmi l'yaue et montant par eschielles dedens la basse court. Duquel lieu ilz prindrent le guet, et après se embuschèrent devant le pont du dongon. Et, au matin, quant le portier avala ledit pont, ilz saillirent sus, les espées traites, et occirent ledit portier, puis entrèrent tout paisiblement dedens sans y trouver quelque deffence, jà soit ce que fut la plus forte place et mieulx gardable qui feust entre les marches et pays environ. Pour laquelle prinse tout le pays, ce sachant, fut mis en grand effroy, et mesmement ceulx du Castel en Cambrésis et ledit évesque, qui layens estoient à ceste heure furent fort esmerveillez que povoit estre. Car pour lors n'estoit oudit pays nouvelle de nulle guerre. Toutefois l'évesque de Cambray envoia aucuns de ses gens, avec grand partie de la communaulté du Chastel, jusques audit lieu de La Male Maison, pour savoir qui c'estoit. Et eulx là venus parlèrent à aucuns de ceulx qui l'avoient prinse, lesquelz par malice firent leur cry de Bourgongne et de Luxembourg ! et pour tant, les dessusdiz envoyez s'en retournèrent en ladicte ville du Chastel en Cambrèsis. Et brief ensuivant ledit messire Jehan Blondel se pourvey de vivres et de gens en grande habondance. Et après, commencèrent à courir et à fourer le pays de Cambrèsis et plusieurs aultres, en faisant maulx inestimables. Avec lesquelz s'assamblèrent par plusieurs fois, à faire lesdictes courses, aucuns des gens du duc de Bourgongne et de messire Jehan de Luxembourg. Et entrelant, ycelui évesque envoia devers le duc de Bourgongne sçavoir se c'estoit de son consentement que sa forteresce avoit esté prinse. Auquel fut respondu que non, ains seront conforté et aidié par ledit duc, tant qu'il r'aroit sa forteresce.

  Item, après la mort du duc de Brabant fut faite une grande assamblée en la ville de Valenciennes, à la
quelle fut le duc de Bourgongne, les contes de Namur et de Pointhièvre (2) et de Conversen, le prince d'Orenge, messire Jehan de Luxembourg, les évesques de Tournay et d'Arras, et plusieurs autres nobles et gens d'église. Et fu pour la cause de sçavoir qui aurait le gouvernement du pays de Haynau. A quoy, par meure délibéracion de conseil, fut ordonné que ledit pays demorroit en la main et gouvernement du duc de Bourgongne. Lequel sur ce y pourvoy de gouverneur et officiers.
En cest an le conte de Warwich et plusieurs Anglois tinrent siège devant Pont-Ourson, et tant constraindirent les asségiez, qu'ilz se mirent en composicion et promirent de à certain jour rendre le fort en la main dudit conte de Warwich, en cas qu'ilz n'auraient souscours des François et des Bretons si fort et si puissant que pour combatre ycelui conte. Lequel souscours ne fut point envoié, et pour tant, comme promis l'avoient, rendirent la place aux Anglois.

                                                 


Source : La chronique d'Enguerrand de Monstrelet - Tome IV (L.Douët d'Arcq - 1860)

Notes :
1 Cateau-en-Cambrésis.


2 Penthierre.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire