Accueil                                                         Admin
21 juin 2024  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique d'Enguerrand de Monstrelet - index
L.II-6 - [Comment les François eschelèrent et prindrent la forteresse de Dommart en Ponthieu. — Et plusieurs autres matières.]

e XXe jour de mars de ce présent an (1), les François eschelèrent et prindrent la forteresse de Dommart en Ponthieu, dedans laquelle estoit le Borgne de Fosseux, chevalier, et Jaques de Craon, son beau filz; lesquelz se saulvèrent à petite compaignie secrètement par une poterne, quant ilz oyrent l'effroy. Et messire Simon de Boullenviller, Jehan de Douceurre et plusieurs autres estans audit chastel, furent retenuz prisonniers, avec la femme dudit de Fosseux. Et généralement tous les biens d'icellui furent prins, raviz et butinez ; desquelz biens y avoit grant habondance, tant de ladicte ville de Dommart, comme du pays. Et brief ensuivant, le seigneur de Croy, à tout trois ou quatre cens combatans, se ala loger en une forteresse appartenant à l'évesque d'Amiens, nommée Pernois, séant à une lieue dudit Dommart, pour là tenir frontière et garder ledit pays contre lesditz François. Et après, aucuns jours ensuivans, fut ung traicté fait avec iceulx François, par condicion qu'ilz rendroient ladicte forteresse et s'en retourneraient au Crotoy, à tout leur gaignage. Et estoit le chief d'iceulx, ung nommé Dandennet.
  En ceste saison, le duc de Glocestre eut en mariage la duchesse Jaqueline de Bavière, contesse de Haynault et de Hollande. Laquelle long temps par avant, comme dit est dessus, estoit allée en Angleterre, non obstant que ladicte Jaqueline avoit espousé le duc Jehan de Braibant, qui pour lors estoit encores vivant. Pour lequel mariage moult de gens furent grandement esmerveillez.
  En l'an dessusdit, ala le roy d'Arragon en Ytallie, à la requeste de la royne Jehanne, femme à Jaques de Bourbon, laquelle avoit esleu pour son hoir et héritier ledit roy d'Aragon. Et lui venu audit pays, déchassa le duc d'Anjou, qui se nommoit roi de Sécille, et tous ses gens, et après atrahit vers lui et à son accord tous les capitaines de ladicte royne, c'est assavoir Fortebrace, Tartaille et aucuns anciens des plus principaulx de toute Ytalie. Lesquelz, brief ensuivant, tous d'un commun accord, iceulx et ledit roy d'Arragon, firent tenir prisonnière ladicte royne Jehanne. Et par ainsi fut punie de telle punicion qu'elle avoit puni son seigneur et mary, Jaques de Bourbon. Et demoura, ledit roy d'Arragon, seigneur et maistre de la plus grant partie d'Ytalie, certaine espace de temps. Et le pape mesme s'accorda à lui, et y envoya le cardinal de Saint Ange pour faire ledit accord. Lequel cardinal, en faisant son voiage, si comme il entrait par une planchette en une forteresse, cheut du hault en bas ès fosses, et se blessa tellement que brief ensuivant il en mourut.
  Au temps dessus dit vindrent les nouvelles ès marches de France, des hérèses et rebelles contre la foy crestienne estans à Pragues et ès marches de là environ, lesquelz se mettoient en paine de aquérir et mettre en subjection chasteaulx et forteresses sur les crestiens. Et estoient iceulx hérèses en plus grant erreur et plus puissant que paravant n'avoient esté, et tant que l'Empereur ne pouvoit résister contre eulx, et s'en retourna en son pays de Hongrie, sans eulx riens meffaire.
  En l'an dessusdit, les gens de messire Jaques de Harecourt firent secrètement plusieurs courses ès pays de Vimeu, de Ponthieu, d'Artois et des marches à l'environ. Et mesmement prindrent et emmenèrent plusieurs charues et autres biens aux censsiers du mont Saint-Éloy emprès Arras. Si les menèrent vendre et butiner dedans la ville du Crotoy. Pour lesquelles courses les riches laboureurs du pays n'osoient coucher en leurs lieux et hostelz, ne faire labeurs. Et d'autre part, les François, qui se tenoient en la conté de Guise, alloient et venoient souvent audit Crotoy et à Rue, par quoy le pays estoit alors moult travaillé, tant d'une partie comme d'autre, et n'estoit justice en riens obéye.
  En c'est an, furent les bourgois et la communaulté de Tournay en grant discencion l'ung contre l'autre, et se assemblèrent en armes, à tout les bannières de leurs mestiers, par manière de commocion, c'est assavoir les grans contre les petis, et receurent le seigneur de Moy, qui tenoit le parti du roy Charles, en leur bourgoisie, et plusieurs hommes de petit estat firent leurs capitaines, en doublant les prévostz, jurez et autres gouverneurs. Et tousjours la plus grant partie d'iceulx soutenoit la partie du roy Charles. Toutesfois ilz se appaisairent pour icelle fois sans coup férir. Et depuis, par plusieurs fois se mirent en armes, en faisant pareilles mutacions à celle dessusdicte.
  Auquel an aussi, se assemblèrent en Normendie deux mille et cinq cens Anglois, soubz la conduicte du seigneur de la Pole, de Thomas Bourry et aucuns autres chiefz de guerre, lesquelz se mirent a chemin et passèrent le pays du Maine. Et de là, en dégastant pays, allerent jusques devant Angiers, où ilz firent de grans dommages et prindrent audit pays grant nombre de prisonniers, bestial et autres biens, à tout lesquelz ilz s'en retournèrent loger par plusieurs journées à une grosse ville nommée Buisignes de la Gravelle. Durant lequel temps, Jehan, conte d'Aumale, qui sçavoit ceste chevauchée, et avec lui le baron de Colibouure, le seigneur de Fontaines, du pays d'Anjou, et messire Pierre Le Porc, firent grant amastz de gens d'armes et de communes, et les attendirent assez près d'illec audit lieu de Gravelles en très bonne ordonnance. Et lorsque les Anglois les apperceurent, descendirent tous à pié et mirent tout leur bagage arrière d'eulx. Si les assaillirent les François très vigeureusement et de grant courage; et en estoit la plus grant partie à cheval. Et les Anglois se défendirent assez vaillamment, et y eut très dur estour. Mais finablement iceulx Anglois furent tous desconfitz, et en demoura lors sur la place douze cens largement. Et y fut prins le seigneur de La Poule, et avec lui bien trente gentilx hommes; et des communes de la partie françoise, moururent six vingtz personnes sur tout.

                                                 


Source : La chronique d'Enguerrand de Monstrelet - Tome IV (L.Douët d'Arcq - 1860)

Notes :
1 1423.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire