Accueil                                                         Admin
25 mai 2024  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique d'Enguerrand de Monstrelet - index
L.II-67 - Comment le roy Charles de France envoia ses ambassadeurs à Arras vers le duc de Bourgongne.

n ce temps, les ambassadeurs du Roy Charles de France vindrent à Arras devers le duc de Bourgongne, pour traictier de paix entre ycelles parties. Desquelz ambassadeurs estoient les principaulx, l'archevesque de Rains, Christofle de Harcourt, les seigneurs de Dampierre et de Gaucourt, chevaliers, avec aulcuns aultres gens d'estat; qui trouvèrent audit lieu d'Arras ledit duc avec son conseil. Après la venue desquelz, et qu'ilz eurent requis d'avoir audience devers ledit duc, alèrent, lesdiz ambassadeurs, aulcuns jours après leur venue, en son hostel. Et là, par la bouche dudit ar-chevesque de Rains fut audit duc de Bourgongne exposé moult sagement et autentiquement l'estat de leur dicte ambaxade, présent la chevalerie et ceulx de son conseil, avec pluiseurs aultres là estans; lui remoustrant entre les aultres choses, la parfaicte affection et vray désir que le Roy avoit de pacifier avec lui et avoir traictié. Disant oultre, que pour y venir, yceluy Roy estoit content de lui submettre et condescendre; en faisant offres de réparacion, plus qu'à sa majesté royalle ne appartenoit, excusant aulcunement pour sa jeunesse le dessusdit Roy, de l'homicide jadis perpétré en la personne de feu le duc Jehan de Bourgongne, son père; aléguant avec ce, que lors, avec sadicte jonesce, il estoit ou gouvernement de gens qui point n'avoient regard ne considération au bien du royaume ne de la chose publique, et ne les eust pour ce temps osé desdire, ne courroucier.
  Lesquelles remonstrances et pluiseurs aultres assez notablement déclairées par le dessusdit archevesque, furent dudit duc et des siens assez bénignement oyes. Et en la fin desquelles fut dit à yceulx ambaxadeurs: « Monseigneur et son conseil ont bien oy ce que vous avez dit. Il aura sur ce advis, et vous fera responce dedans briefz jours. » Et adonc ledit archevesque retourna en son ostel, avecques lui ses compaignons, qui de toutes gens estoient honuourés.
  Et pour lors, la plus grand partie de tous les estas du pays estoient très désirans que la paix se feist et concordast entre le Roy et le duc de Bourgongne. Et mesmement ceulx du moyen et bas estat y estoient si affectés, que dès lors, où il n'y avoit encore ne paix, ne trêves, aloient en ycelle ville d'Arras devers le dessusdit chancelier de France, impétrer en très grand nombre, rémissions, lettres de grâce, offices et aultres pluiseurs mandemens royaulx, comme se le Roy feust plainement en sa seigneurie, et que de ce feussent adcertenés. Lesquelz mandemens dessusdiz, ou en la plus grand partie, ilz obtenoient dudit chancelier.
  Et après, le duc de Bourgongne, avec ceulx de son privé conseil, fut par pluiseurs journées en grande délibéracion, et furent les besongnes entre lesdictes parties moult approuchiées.

                     

                                                   

  Pendant ce temps, les ambassadeurs du roi Charles de France étaient venus à Arras, vers le duc de Bourgogne, pour traiter de paix entre ces deux parties. Les principaux de ces ambassadeurs étaient l'archevêque de Reims, Christophe de Harcourt, les seigneurs de Dampierre, de Gaucourt et de Fontaines, chevaliers, avec d'autres gens d'état qui trouvèrent à Arras le duc et son conseil A leur arrivée, ils requirent audience dudit duc, et, quelques jours après, ils se rendirent à son hôtel où, par la bouche de l'Archevêque, l'objet de l'ambassade fut exposé très sagement et authentiquement, en présence de la chevalerie, du conseil, et de plusieurs autres admis à cette audience. Il remontra, entre autres choses, la parfaite affection, le vrai désir du roi de faire la paix avec lui et d'en venir à un traité; ajoutant que, pour y parvenir, ce même roi était content de de faire des avances et de condescendre, en faisant des offres de réparation plus qu'il n'appartenait à sa majesté royale. Il excusa le roi sur sa jeunesse de l'homicide perpétré autrefois en la personne du feu duc Jean de Bourgogne, son père, alléguant qu'en ses jeunes années il était sous le gouvernement de gens qui n'avaient pas d'égards et de considération au bien du royaume ni de la chose publique, et qu'en ce temps il n'aurait osé ni les dédire ni se les aliéner.
  Ces considérations et plusieurs autres fort notables, exposées par l'Archevêque, furent ouïes avec faveur par le duc et par les siens. A la fin il fut répondu aux ambassadeurs : « Monseigneur a bien ouï ce que vous avez dit : il aura avis sur ce, et vous fera réponse dans peu de jours ». L'Archevêque retourna à son hôtel, et avec lui ses collègues d'ambassade
que toutes gens honoraient.
  Pour lors la plupart des gens du pays étaient très désireux de voir la paix et la concorde s'établir entre le roi et le duc de Bourgogne. Ceux du moyen et du bas état y étaient même si affectionnés que, dès lors, avant qu'il fût intervenu paix ou trêve, ils allaient à la ville d'Arras, vers le chancelier de France, pour en impétrer en très grand nombre des lettres de rémission, des lettres de grâce, des offices et plusieurs autres faveurs royales, comme si le roi eût été déjà pleinement en sa seigneurie, et qu'ils en eussent été certains. Ils obtenaient du chancelier la plupart des faveurs sollicitées.
  Par suite, le duc de Bourgogne fut, durant plusieurs jours, en délibération avec son conseil privé, et les affaires entre les parties furent très approchées.


                                                 


Source : La chronique d'Enguerrand de Monstrelet - Tome IV (L.Douët d'Arcq - 1860)
Mise en Français plus moderne : J.B.J. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc" - t.III.


Notes :
1 Montepilloy (Oise), à quatre kilomètres de Senlis.

2 Le cas. 8346 omet ces mots, qui sont dans Vérard.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire