Accueil                                                         Admin
07 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition de maître François Garivel.


 
L'an susdit le septième jour du mois de mars noble homme maître François Garivel, conseiller général de notre sire le roi sur le fait de la justice des aides, âgé d'environ quarante ans,

  Et d'abord sur lesdits articles déclare se rappeler qu'au moment où Jeanne la Pucelle arriva, le roi l'envoya à Poitiers, où elle fut logée dans la maison de feu maître Jean Rabatiau, alors avocat du roi au Parlement ; et furent délégués en cette cité de Poitiers, par ordre du roi, des docteurs et des maîtres célèbres, à savoir dom Pierre de Versailles, alors abbé de Talmond, ensuite évêque de Meaux, Jean Lambert, Guillaume Aimeri, de l'ordre des frères précheurs, Pierre Seguin, de l'ordre des frères du Carmel, tous docteurs en Écriture sainte, Mathieu Mesnaige, Guillaume Le Marié, bacheliers en théologie, avec plusieurs autres conseillers du roi, licenciés en l'un et l'autre droit, qui, à plusieurs reprises réitérées et pendant presque trois semaines, examinèrent ladite Jeanne, en inspectant et considérant ses dits et ses faits. Finalement, attendu son attitude et ses réponses, ils dirent que cette Pucelle était une fille honnête ; interrogée par eux, elle persévérait dans ses réponses, à savoir qu'elle était envoyée par le Dieu du ciel au secours du noble dauphin, pour le rétablir en son royaume, pour faire lever le siège d'Orléans, et pour conduire le dauphin à Reims afin qu'il y fût sacré. Mais auparavant il fallait qu'elle écrivît aux Anglais, en leur enjoignant de s'en aller, car c'était la volonté de Dieu.
  Dit aussi ledit déposant, interrogé sur ce, qu'on avait demandé à Jeanne pourquoi elle appelait le roi « dauphin » et non « roi » ; et elle répondit qu'elle l'appellerait roi seulement lorsqu'il aurait été couronné et sacré à Reims, ville où elle avait l'intention de le conduire. De plus, des clercs lui demandèrent qu'elle montrât un signe, leur permettant de croire qu'elle était envoyée par Dieu ; mais elle leur répondit que ce signe, donné à elle par Dieu, était la levée du siège d'Orléans ; elle ne doutait pas d'y arriver, si le roi voulait lui donner une troupe, même petite.
  Dit en outre le déposant que c'était une simple bergerette, aimant Dieu extrêmement, car elle se confessait souvent et recevait fréquemment le sacrement de l'eucharistie. Enfin, après un long examen, mené avec circonspection par des clercs de divers collèges, tous, selon la déposition du témoin, furent d'avis pour conclure que le roi pouvait la recevoir à juste titre, et qu'elle pouvait conduire une troupe en armes devant Orléans assiégée, car ils ne trouvaient en elle rien qui ne fût conforme à la foi et à la raison. Ne sait rien d'autre.

   

   Armo superius descripto, die VII. mensis martii, nobilis vir, magister Franciscus Garivel, consiliarius generalis domini nostri regis super facto justitiæ subsidiorum, ætatis XL armorum, vel circa.
  Et primo, super dictis articulis, dicit quod est memor quod, tempore adventus dictæ Johannæ la Pucelle, rex misit eam Pictavis, et fuit hospitata in domo defuncti magistri Johannis Rabatiau, tunc advocati regis in Parlamento ; et in illa civitate Pictavensi, per ordinationera regis, fuerunt deputati solemnes doctores et magistri, scilicet, dominus Petrus de Versailles, tunc abbas de Tallemont, postea episcopus Meldensis ; Johannes Lambert ; Guillelmus Aimeri, ordinis Fratrum Prædicatorum ; Petrus Seguin, ordinis fratrum Carmelitarum, doctores in sacra pagina ; Matthaeus Mesnaige, Guillelmus Le Marie, baccalarii in theologia, una cum pluribus aliis consiliariis regis, licentiatis in utroque jure, qui pluribus et iteratis vicibus, et quasi spatio trium septimanarum, examinaverunt dictam Johannam, visitando et considerando dicta et facta sua ; sed finaliter, considerato suo statu suisque responsionibus, dixerunt quod ipsa Puella erat una simplex filia, quæ interrogata ab eis perseverabat in ista responsione, videlicet quod erat missa ex parte Dei coeli in favorem nobilis Dalphini, pro reponendo eum in suo regno, pro levando obsidionem Aurelianensem, et conducendo ipsum Remis ad consecrandum ; sed oportebat primitus quod ipsa summaret et scriberet Anglicis quatenus ipsi recederent, et quod erat voluntas Dei.
  Dicit præterea idem deponens, super hoc interrogatus, quod, dum peteretur ab eadem Johanna quare appellabat regem Dalphinum, et non nomine regis : respondebat quod non vocaret eum regem usquequo esset Remis coronatus et sacratus, in qua civitate ipsa intendebat eum ducere. Ulterius per dictos clericos dictum fuit ipsi Johannæ, quod ipsa debebat ostendere signum per quod credendum esset ei quod esset missa ex parte Dei ; sed ipsa respondit illis, quod signum sibi datum a Deo erat levare obsidionem Aurelianensem, et quod non dubitabat quin ita fieret, si rex vellet dare sibi quantulamcumque societatem armatorum.
  Dicit ultra dictus deponens quod ipsa erat una simplex bergereta, summe diligens Deum, quia sæpe confitebatur, et recipiebat frequenter sacramentum Eucharistiæ. Tandem, post longam examinationem per clericos diversarum facultatum longo tempore factam, dicit dictus deponens quod omnes deliberaverunt et concluserunt quod rex poterat eam licite recipere, et quod duceret societatem armatorum ante obsidionem Aurelianensem, quia nihil invenerunt in ea nisi catholicum et omni rationi consonum.
  Nec aliud scit.


Sources :
- traduction : Duparc, t.IV, p.13 et suiv.
- Texte latin :
Quicherat, Procès t.III p.19.
 

Procès de réhabilitation
Témoins d'Orléans

Les dépositions :

Comte de Dunois
Seigneur de Gaucourt
François Garivel
Guillaume de Ricarville
Réginald Thierry
Jean Luillier
Jean Hilaire
Gilles de Saint-Mesmin
Jacques L'Esbahy
Guillaume Le Charron
Come de Commy
Martin de Mauboudet
Jean Volant
Guillaume Postiau
Denis Roger
Jacques de Thou
Jean Carrelier
Aignan de Saint-Mesmin
Jean de Champeaux
Pierre Jougant
Pierre Hue
Jean Aubert
Guillaume Rouillart
Gentien Cabu
Pierre Vaillant
Jean Coulon
Jean Beauharnays
Me Robert de Sarciaulx
Me Pierre Compaing
MM. Pierre de La Censure...
M. André Bordes
Jeanne, f. de St-Mesmin
Jeanne, f. de Boyleaue
Guillemette, f. de Coulons
Jeanne, vve de Mouchy
Charlotte, f. de Havet
Renaude, vve de Huré
Pétronille Beauharnays et  Macée, Fagoue


- Les dépositions - index




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire