Accueil                                                         Admin
12 décembre 2018  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition du seigneur Raoul de Gaucourt.

  L'an comme dessus, le 25 du mois de février, noble et puissant seigneur [Raoul] de Gaucourt, chevalier, grand maître de l'hôtel du roi, âgé de quatre-vingt-cinq ans environ, témoin produit, interrogé et entendu sur les mêmes articles, dit et affirme qu'il était présent dans le château et la ville de Chinon lorsque la Pucelle y arriva ; il la vit quand elle se présenta à la vue de la majesté royale avec grande humilité et simplicité, comme une pauvre petite bergère, et il entendit les paroles suivantes qu'elle adressa au roi en ces termes : « Très illustre sire dauphin, je suis venue, envoyée par Dieu, pour porter secours à vous et au royaume ». Alors le roi, l'ayant vue et entendue, pour être plus amplement informé de son état, ordonna de la confier à la garde du maître de son hôtel, Guillaume Bellier, bailli de Troyes et lieutenant dudit déposant à Chinon, dont l'épouse était femme de grande dévotion et d'excellente renommée ; le roi prescrivit en outre que ladite Jeanne serait examinée par des clercs, prélats et docteurs, pour savoir si on devait, ou si on pouvait, vraiment prêter foi à ses dires. Ce qui fut fait, car elle et ses faits et gestes furent examinés par les clercs pendant un temps de trois semaines et davantage, tant à Poitiers qu'à Chinon. Après examen dûment fait, ces clercs dirent qu'il n'y avait rien de mal chez elle, ni dans ses dires ; et enfin, après plusieurs interrogatoires de cette Jeanne la Pucelle, on lui demanda quel signe elle pouvait montrer pour qu'on ajoutât foi à ses paroles. Elle répondit alors que le signe qu'elle leur montrerait serait la levée du siège et le secours à la ville d'Orléans. Ensuite elle quitta le roi et se rendit à Blois, où d'abord elle s'arma, afin de conduire le ravitaillement à Orléans et de secourir les habitants.
  Dépose en outre, interrogé sur ce, comme le sire de Dunois,à propos et du changement du vent contraire, et de la manière d'introduire le ravitaillement dans la cité.
  Ajoute en outre qu'elle prédit expressément le changement rapide du temps et du vent ; ce qui se réalisa aussitôt après sa déclaration ; de même elle prédit que le ravitaillement serait librement introduit dans la cité.
  Le déposant est en accord avec ledit sire de Dunois sur la prise de la bastille, la levée du siège et l'expulsion des ennemis. A déposé de la même manière et de la même façon que le sire de Dunois sur tous les autres points concernant la délivrance de cette cité d'Orléans, la prise des châteaux et des villes sur le fleuve de Loire, dont il est fait mention. Il est également d'accord sur tout ce qui est relatif au passage du roi et à son sacre à Reims.
  De même interrogé sur la vie et les moeurs de Jeanne, dit et répond que Jeanne était sobre au boire et au manger, et de sa bouche ne sortaient que de bonnes paroles, servant à édifier et à donner un bon exemple ; elle était chaste et aucun homme, à la connaissance du déposant, n'a jamais été de nuit en sa compagnie ; au contraire elle avait toujours avec elle de nuit une femme qui couchait dans sa chambre. Elle se confessait souvent ; elle s'adonnait assidûment à la prière ; elle écoutait la messe chaque jour et recevait fréquemment le sacrement de l'eucharistie ; elle ne supportait pas qu'en sa présence on prononçât de vilaines paroles ou des blasphèmes, mais haïssait de telles choses, en actions comme en paroles.  Ne sait rien d'autre.

   

Anno quo supra, die xxv. mensis februarii, nobilis et potens vir, dominus Johannes de Gaucourt (1), miles, magnus magister hospitii regis, ætatis LXXXV annorum, vel circa, testis productus, interrogatus et examinatus super eisdem articulis.

  Dicit et affirmat quod ipse erat præsens in castro seu villa de Chinon, quando ipsa Puella accessit, viditque eam quando ipsa præsentavit se in conspectu regiæ majestatis, cum magna humilitate et simplicitate, una paupercula bergereta, et audivit verba sequentia, quæ dixit ipsi regi in hunc modum : « Clarissime domine Dalphine, ego veni et sum missa ex parte Dei, ad præbendum adjutorium vobis et regno. » Et tunc rex, ipsa visa et audita, ut amplius informaretur de statu suo, jussit eam tradi in custodia Guillelmo
Bellier, magistro suæ domus, baillivo Trecensi et locumtenente dicti deponentis apud Chinon, cujus Bellier uxor erat foemina magnæ devotionis et commendatissimæ famæ ; præcepitque præterea ipse rex quod dicta Johanna visitaretur per clericos, prælatos et doctores, ad sciendum si deberet aut posset licite adhibere fidem dictis præfatæ Johannæ : sicut et factum est, quia dicta ejus et facta fuerunt examinata per ipsos clericos, spatio et tempore trium septimanarum et amplius, tam Pictavis quam Caynone. Qui clerici tandem, debita examinatione facta, dixerunt quod nihil mali erat in ea, nec in dictis ejus ; et denique, post plura interrogatoria facta ipsi Johannæ Puellæ, fuit quæsitum ab ea quale signum ipsa monstraret pro credendo dictis suis. Tunc ipsa respondit quod signum quod ostenderet eis, esset de levatione obsidionis et succursu villæ Aurelianensis. Et tunc recessit a rege, et ivit apud Blesis, ubi primo se armavit, pro conducendo victualia Aurelianis et succurrendo habitantibus in ea. Dicit ultra dictus deponens super hoc interrogatus, conformiter ad [dominum] Dunensem, de mutatione venti contrarii et de modo ponendi victualia infra civitatem.
  Addit ultra quod præterea ipsa expresse prædixit quod in brevi spatio tempus et ventus mutarentur ; sicut et factum est statim post dictum suum.
Similiter prædixit quod victualia infra civitatem libere introducerentur.
  Et concordat dictus deponens cum præfato domino de Dunoys, in captione bastilliæ et in levatione obsidionis, et expulsione adversariorum.
  Cætera omnia deponit modo et forma quo dictus dominus Dunoys, concernentia liberationem illius villæ et civitatis Aurelianensis, et captionem castrorum et villarum, de quibus facta est mentio, super flavium Ligeris exsistentium.
  Similiter per omnia concordat in his quæ concernunt transitum regis, ad suam consecrationem fiendam Remis.
  Item, interrogatus de vita et moribus ipsius Johannæ : dicit et respondet quod præfata Johanna erat sobria in potu et cibo, nec exibant de ore suo nisi bona verba, ad ædificationem et bonum exemplum servientia ; eratque castissima, nec unquam scivit quod de nocte secum conversaretur vir ; imo semper de nocte habebat mulierem secum, cubantem in camera sua.
Confitebatur sæpe ; vacabat orationi assidue ; audiebat missam quotidie, et recipiebat frequenter Eucharistiæ sacramentum, nec patiebatur in societate sua proferri verba turpia, nec blasphemias ; imo talia detestabatur in factis et dictis. Nec aliud scit.


Sources :
- Texte latin : Quicherat, Procès t.III p.16.
- traduction : Duparc, t. IV, p. 11 et suivants.


Notes :
1 Quicherat : Je soupçonne ici une faute de copie, car Guillaume Bellier ne put pas être bailli de Troyes à une époque où cette ville était encore soumise aux Anglais. D'ailleurs il n'aurait pas cumulé un aussi haut office que le bailliage de Troyes avec la lieutenance de Chinon. Guillaume Bellier figure dans plusieurs titres, et toujours comme un officier inférieur des deux maisons de France et d'Orléans. En 1424 il est qualifié, dans une exemption d'octroi que lui accorde Charles VII, « escuier et premier veneur du roy. » En 1428 il fit, comme écuyer et sergent (serviens) du duc d'Orléans, un voyage auprès de son maitre en Angleterre. Il finit par être conseiller du même prince ; on le trouve avec cette qualité en 1440. (RYMER , t. X, p. 396. — Cabinet des titres de la Bibl. Roy.)

Présentation du témoin :
  M. de Gaucourt s'appelait Raoul et non pas Jean. Il avait été fait chevalier à la bataille de Nicopolis, en 1396. Au temps du siège d'Orléans, il était conseiller, premier chambellan de Charles VII et bailli d'Orléans par provision du duc d'Orléans, alors prisonnier en Angleterre. Il s'était illustré en 1415 par la défense d'Harfleur à la suite de laquelle il resta treize ans entre les mains des Anglais. En 1429, le roi le fit capitaine de Chinon et l'année suivante gouverneur de Dauphiné. Il mourut au commencement du règne de Louis XI, destitué à quatre-vingt-dix ans de l'office de grand maître de l'hôtel qui lui avait été donné en 1453, et peu riche, au dire d'un avocat qui plaidait pour ses héritiers en 1477, « car il a payé pour ses rançons bien six vingts quatorze mille livres, dont il n'a esté recompensé ; et si fut d'une lance percé au travers du corps. »...
(Ayroles)

 

Procès de réhabilitation
Témoins d'Orléans

Les dépositions :

Comte de Dunois
Seigneur de Gaucourt
François Garivel
Guillaume de Ricarville
Réginald Thierry
Jean Luillier
Jean Hilaire
Gilles de Saint-Mesmin
Jacques L'Esbahy
Guillaume Le Charron
Come de Commy
Martin de Mauboudet
Jean Volant
Guillaume Postiau
Denis Roger
Jacques de Thou
Jean Carrelier
Aignan de Saint-Mesmin
Jean de Champeaux
Pierre Jougant
Pierre Hue
Jean Aubert
Guillaume Rouillart
Gentien Cabu
Pierre Vaillant
Jean Coulon
Jean Beauharnays
Me Robert de Sarciaulx
Me Pierre Compaing
MM. Pierre de La Censure...
M. André Bordes
Jeanne, f. de St-Mesmin
Jeanne, f. de Boyleaue
Guillemette, f. de Coulons
Jeanne, vve de Mouchy
Charlotte, f. de Havet
Renaude, vve de Huré
Pétronille Beauharnays et  Macée, Fagoue


- Les dépositions - index




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire