Accueil                                                         Admin
17 décembre 2017  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition de Colette Milet.

  Colette, femme de Pierre Milet, greffier de l'élection de Paris, âgée d'environ cinquante-six ans, par nous archevêque sus-mentionné, en présence dudit frère Thomas et du notaire, reçue, jurée et interrogée l'an du Seigneur mille quatre cent cinquante-six, le onzième jour du moi de mai,

  Interrogée d'abord sur le contenu des Ier, IIe, IIIe et IVe articles produits en cette cause, elle déclare qu'elle eut connaissance de cette Jeanne quand celle-ci vint à Orléans. Dit qu'elle fut logée dans la maison de Jacques Bouchier, où le témoin alla la voir. Cette Jeanne parlait toujours et sans arrêt de Dieu, disant : « Messire m'a envoyée pour secourir la bonne ville d'Orléans ».
  Elle déclare aussi qu'elle vit plusieurs fois Jeanne entendre la messe avec très grande dévotion, comme une bonne chrétienne et catholique.
  Elle dit en outre que Jeanne, à l'époque où elle vint à Orléans pour faire lever le siège, dormait dans la maison de son hôte, appelé Jacques le Bouchier, la veille de l'Ascension du Seigneur, et soudain s'éveilla, appela son valet d'armes, un dénommé Mugot (1), et lui dit : « En nom Dé, c'est mal fait. Pourquoi ne m'a-t-on pas réveillée plus tôt ? Nos gens ont
beaucoup à besogner » ; et elle demanda ses armes, se fit armer, et son valet lui amena son cheval ; elle monta à cheval, armée, tenant une lance au poing ; elle se mit à galoper par la Grand Rue, si vite que le feu jaillissait du pavé ; elle alla droit à Saint-Loup, et fit proclamer par son de trompe qu'on ne s'emparât de rien dans l'église. Dit aussi et déclare que le jour de la prise du fortin ou bastille du pont, le matin, elle était dans la maison de sondit hôte, quand quelqu'un lui apporta une alose ; voyant cela Jeanne dit à son hôte : « Gardez-la jusqu'à ce soir, car je vous amènerai ce soir un godon et je repasserai par dessus le pont ».
  Elle dit en outre que Jeanne était très sobre, au boire et au manger ; elle avait un comportement honnête dans ses gestes et dans son maintien ; et le témoin croit fermement que ses faits et ses œuvres étaient plus de Dieu que de l'homme.
  Dûment interrogée, elle ne sait rien d'autre.

            

  Coleta, uxor Petri Milet, grapharii electorum Parisiensium, ætatis LVI annorum, per nos, archiepiscopum præfatum, in dictorum fratris Thomæ et notarii præsentia, recepta, jurata et examinata anno Domini MCCCCLVI, die XI. mensis maii.

  Et primo, interrogata de contentis in I., II., III. et IV. articulis articulorum in hac causa productorum : deponit ipsa loquens quod primo habuit notitiam de eadem Johanna quando venit Aurelianis. Et dicit quod fuit hospitata in domo Jacobi Bouchier, ubi ipsa loquens eamdem Johannam ivit visum. Quæ Johanna semper et continue loquebatur de Deo, dicendo : « Messire m'a envoyée pour secourir la bonne ville d'Orléans. »
  Dicit etiam quod pluries vidit eidem Johannæ audire missam cum maxima devotione, ut bona christiana et catholica.
  Dicit insuper quod ipsa Johanna, tempore quo accessit Aurelianis pro levando obsidionem, dormiebat in domo sui hospitis, vocati Jacobi Le Bouchier, in vigilia Ascensionis Domini, et repente evigilata, vocavit suum mangonem, vocatum Mugot, et eidem dixit : « En nom Dé, est malefactum. Quare non fui citius evigilata ? Gentes nostræ habent multum agere ; » petiitque arma sua, et fecit se armari, mangoque suus eidem adduxit equum suum ; et ascendit supra equum armata, tenens lanceam in pugno ; et incepit currere per Magnum Vicum taliter quod ex pavimento exibat ignis, et ivit directe usque ad Sanctum Laudum, et fecit præconisari cum sono tubæ quod nulli in ecclesia aliquid acciperent.
  Dicit etiam et deponit quod, die qua fortalitium seu bastilia Pontis fuit captum seu capta, de mane, ipsa exsistente in domo dicti hospitis sui, quidam attulit eidem unam alosam ; quam videns ipsa Johanna dixit hospiti suo : « Custodiatis eam usque sero, quia ego « adducam vobis hoc sero ung godon, et rapasseray pardessus le pont. »
  Dicit ulterius quod ipsa Johanna erat multum sobria in cibo et potu, honesteque se habebat in conversatione, gestu ei manutenentia ; et credit firmiter ipsa loquens quod factum suum et operationes suæ potius erant opus Dei quam hominis.
  Nec aliud scit debite interrogata.


Sources :
- Texte latin : Quicherat - Procès t.III p. 123 et suiv.
- Traduction : source Pierre Duparc.

Notes :
1 Déformation d'Immerguet, le surnom de Louis de Coutes page de Jeanne d'Arc.
 

Procès de réhabilitation
Témoins de Paris

Les dépositions :

Jean Tiphaine
Guillaume de la Chambre
Mgr Jean de Mailly
Me Thomas de Courcelles
Me Jean Monnet
Louis de Coutes
Gobert Thibault
Simon Beaucroix
Jean Barbin
Marguerite de La Touroulde
Jean Marcel
Mgr le Duc d'Alençon
Fr. Jean Pasquerel
Fr. Jean de Lenizeul
Simon Charles

Le Sire de Termes
M. Haimond de Macy
Colette Milet
Pierre Milet
Me Aignan Viole


- Les dépositions - index
 




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire