Accueil                                                         Admin
17 décembre 2017  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition de Simon Charles

 Noble et savante personne, sire Simon Charles, président à la Chambre des comptes de notre sire le roi (1), âgé d'environ soixante ans, témoin produit, reçu, juré et interrogé l'an et le jour susdits,

  Et d'abord interrogé sur ce qu'il sait, pour déposer et témoigner à propos du contenu des Ier, IIe, IIIe et IVe articles produits en cette cause, il dit et déclare, sous serment, savoir seulement ce qui suit : à savoir l'année où Jeanne vint vers le roi, le témoin avait été envoyé par le roi en ambassade à Venise, et il revint vers le mois de mars ; il apprit alors par Jean de Metz, qui avait conduit cette Jeanne au roi, qu'elle était auprès du roi. Il sait aussi que, lorsque Jeanne arriva en la ville de Chinon, on délibéra en Conseil si le roi l'entendrait ou non. On lui demanda d'abord pourquoi elle était venue et ce qu'elle voulait. Bien qu'elle ne voulût rien dire si elle ne parlait au roi, elle fut cependant forcée, de par le roi, de dire le motif de sa mission ; elle dit qu'elle avait deux mandats de la part du Roi des cieux, à savoir l'un pour faire lever le siège d'Orléans, l'autre pour conduire le roi à Reims en vue de son couronnement et de son sacre. Ayant entendu cela, les uns parmi les conseillers du roi disaient que le roi ne devait avoir aucune confiance en cette Jeanne ; et les autres, puisqu'elle se déclarait envoyée par Dieu et qu'elle avait certaines choses à dire au roi, disaient que le roi devait au moins l'entendre. Cependant le roi décida qu'elle serait d'abord examinée par des clercs et des personnages de l'Église ; ce qui fut fait. Enfin, et non sans difficulté, il fut décidé que le roi l'entendrait. Lorsqu'elle entra au château de Chinon, pour venir devant le roi, celui-ci hésitait encore, suivant l'avis des grands de sa cour, à s'entretenir avec elle ; mais alors on annonça au roi que Robert de Baudricourt lui avait écrit, qu'il envoyait cette femme, et que celle-ci avait passé par les territoires des ennemis du roi, qu'elle avait traversé à des gués beaucoup de rivières, presque miraculeusement, pour arriver jusqu'au roi. Pour cette raison le roi fut poussé à l'entendre, et donna audience à Jeanne. Lorsque le roi sut qu'elle venait, il se tira à part, en s'écartant des autres ; mais Jeanne le reconnut bien et lui fit sa révérence ; elle s'entretint avec lui pendant un long espace de temps. Après l'avoir entendue, le roi paraissait joyeux. Ensuite le roi, ne voulant rien faire sans l'avis des ecclésiastiques, envoya Jeanne en la ville de Poitiers, pour qu'elle y fût examinée par les clercs de l'Université ; après que le roi eût appris qu'elle avait été examinée et qu'on n'avait trouvé en elle rien que de bon, il la fit armer et lui donna des gens ; elle reçut aussi des attributions militaires.
  Le témoin dit que Jeanne était très simple en toutes ses actions, sauf à la guerre où elle était très expérimentée. Le témoin a entendu de la bouche du roi beaucoup de bonnes paroles à propos de cette Jeanne, et cela à Saint-Benoît-sur-Loire ; en ce lieu le roi eut pitié d'elle, de la peine qu'elle prenait, et lui ordonna de se reposer. Alors Jeanne en pleurs dit au roi qu'il n'eût pas d'hésitation et qu'il recouvrerait tout son royaume et serait rapidement couronné. Le témoin dit aussi qu'elle blâmait fort les hommes d'armes, lorsqu'elle les voyait faire chose qui ne lui paraissait pas à faire.
  De ce qui se passa à Orléans, il ne sait rien, sauf par ouï-dire, car il ne fut pas présent ; mais il a entendu du sire de Gaucourt ce qui suit : lorsqu'elle était dans Orléans, les gens qui avaient la charge des troupes royales décidèrent qu'il ne paraissait pas bon de faire l'attaque ou l'assaut, au jour où fut prise la bastille des Augustins ; et ce même sire de Gaucourt fut commis pour garder les portes, afin d'empêcher de faire une sortie. Jeanne cependant n'en fut pas contente; mais fut d'avis que les hommes d'armes devaient sortir avec les gens de la ville, pour aller à l'assaut contre ladite bastille, et beaucoup d'hommes d'armes et de gens de la ville étaient de cet avis. Jeanne dit alors au sire de Gaucourt qu'il était un mauvais homme, en ajoutant : « Que vous le vouliez ou non, les hommes d'armes viendront, et ils gagneront comme ils ont gagné ailleurs ». Les hommes d'armes tenant la ville sortirent, contre la volonté du sire de Gaucourt, et allèrent à l'assaut et à la conquête de la bastille des Augustins, qu'ils prirent par force et violence. Et il entendit le sire de Gaucourt dire qu'il fut lui-même en grand danger.
  Le témoin déclare en outre que Jeanne se rendit avec le roi jusqu'à la ville de Troyes, que le roi voulait traverser pour aller à Reims se faire couronner ; mais, une fois le roi arrivé devant Troyes, les troupes virent qu'elles n'avaient pas de vivres ; elles étaient au désespoir, et presque prêtes à se retirer ; Jeanne dit alors au roi de n'avoir aucune hésitation, et le lendemain il obtiendrait la ville. Jeanne prit donc son étendard, suivie par beaucoup d'hommes de pied, et elle ordonna que chacun fît des fagots, pour combler les fossés. Ils en firent beaucoup, et le lendemain Jeanne cria : « A l'assaut », en feignant de placer des fagots dans les fossés. Voyant cela, les citoyens de Troyes, craignant l'assaut, envoyèrent quelqu'un pour négocier une capitulation avec le roi. Un accommodement fut alors conclu avec les citoyens et le roi entra dans la ville de Troyes en grand apparat, Jeanne portant son étendard près du roi.
  Le témoin déclare que peu après le roi sortit de Troyes avec son armée, et se dirigea vers Châlons, puis Reims ; or, comme le roi craignait d'avoir peut-être une résistance à Reims, Jeanne lui dit : « Ne craignez rien, car les bourgeois de la ville de Reims viendront à votre rencontre » ; et avant que les troupes eussent approché de la ville, les bourgeois se rendirent. Le roi en effet avait craint la résistance des gens de Reims, car il n'avait pas ce qu'on appelle en français de l'artillerie, ni de machines pour le siège, si les Rémois avaient été rebelles. Et Jeanne disait au roi de procéder hardiment, et de ne s'inquiéter de rien, car, s'il procédait courageusement, il recouvrerait tout son royaume. Le témoin dit en outre croire que Jeanne fut envoyée par Dieu, car elle faisait les œuvres de Dieu, se confessant souvent, recevant le sacrement de l'eucharistie presque chaque semaine. Dit aussi que, tant qu'elle était armée et à cheval, jamais elle ne descendait de cheval pour des besoins naturels ; et tous les hommes d'armes admiraient comment elle pouvait aussi longtemps rester à cheval. Ne sait rien d'autre.

   

  Nobilis et scientificus vir dominus Simon Charles, domini nostri regis in sua Camera compotorum præsidens, ætatis LX annorum, vel circiter, testis productus, receptus, juratus et examinatus anno et die prædictis,

  Et primo, interrogatus quid ipse sciat deponere seu attestari de contentis in I., II., III. et IV. articulis articulorum in hac causa productorum : dicit et deponit, ejus medio juramento, se scire solum ea quæ sequuntur : videlicet quod, anno quod ipsa Johanna venit versus regem, ipse loquens missus fuerat per regem in ambaxiata apud Venetias, et circa mensem martii rediit ; quo tempore audivit dici a Johanne de Metz, qui adduxerat eamdem Johannam ad regem, quod ipsa erat versus regem. Et scit loquens quod, dum ipsa Johanna applicuit apud villam de Chinon, fuit deliberatum in Consilio si rex audiret eam vel non. Et primo, eam interrogaverunt ad quid venerat et quid petebat. Licet ipsa nihil vellet dicere nisi loqueretur regi, fuit tamen compulsa ex parte regis de dicendo causam suæ legationis, et dixit quod habebat duo in mandatis ex parte Regis coelorum : unum videlicet de levando obsidionem Aurelianensem ; aliud de ducendo regem Remis pro sua coronatione et consecratione. Quibus auditis, aliqui de consiliariis regis dicebant quod rex eidem Johannæ nullam adhibere debebat fidem ; et alii quod, ex quo dicebat semissam a Deo et quod aliqua habebat loqui cum rege, quod rex ad minus eam audire debebat. Tamen rex voluit quod per clericos et ecclesiasticos viros prius examinaretur ; quod et factum fuit. Et tandem, licet cum difficultate, fuit appunctuatum quod rex eam audiret. Et dum intravit castrum de Chinon ad veniendum coram rege, adhuc rex, de consilio majorum suæ curiæ, dubitavit loqui cumea, donec eidem regi fuerit delatum quod Robertus de Baudricuria scripserat regi quod sibi miserat quamdam mulierem, et adducta fuerat per patriam inimicorum regis et quasi miraculose transiverat multa flumina ad vadum, ut perduceretur ad regem. Et ob hoc rex fuit motus ad eam audiendum, et eidem Johannæ fuit data audientia. Et dum rex scivit eam venturam, se traxit ad partem
extra alios ; ipsa tamen Johanna bene cognovit eum et ei reverentiam exhibuit, quæ per longum spatium locuta fuit cum rege. Et ea audita, rex videbatur esse gaudens. Et deinde rex nolens adhuc aliquid facere nisi a gentibus ecclesiasticis haberet consilium, misit iterum eamdem Johannam ad villam Pictavensem, ut ibidem examinaretur per clericos universitalis Pictavensis ; et postquam rex scivit eam examinatam, et quod relatum sibi fuit quod in ea non inveniebatur nisi bonum, rex fecit sibi fieri arma et tradidit sibi gentes ; habuitque ordinationem circa factum guerræ.
  Et dicit ipse loquens quod ipsa Johanna erat multum simplex in omnibus suis agendis, excepto in facto guerræ, in quo erat quam plurimum experta. Et audivit ipse loquens ex ore regis multa bona verba de eadem Johanna, et hoc fuit in Sancto-Benedicto supra Ligerim : in quo loco rex habuit pietatem de ea et de poena quam portabat et præcepit sibi quod quiesceret. Et tunc ipsa Johanna dixit regi lacrimando quod non dubitaret et quod obtineret totum regnum suum, et quod in brevi coronaretur. Et dicit quod multum increpabat homines armorum quum videbat eisdem aliquid facere quod sibi videbatur non faciendum.
  De his autem quæ facta fuerunt Aurelianis, nihil scit, nisi ex auditu, quia non fuit præsens ; sed unum audivit dici domino de Gaucourt, dum ipsa erat Aurelianis, et conclusum fuisset per gentes qui habebant onus gentium regis, quod non videbatur bonum quod fieret aliqua invasio seu insultus, die qua fuit capta bastilia Augustinensium, et fuit commissus ipse dominus de Gaucourt ad custodiendum portas ne aliquis exiret portam : ipsa tamen Johanna de hoc non fuit contenta ; imo fuit opinionis quod armati debebant
exire cum gentibus villæ et ire ad insultum ad dictam bastiliam, et hujusmodi opinionis fuerunt multi armati et homines de villa ; dixitque eadem Johanna eidem domino de Gaucourt quod erat unus malus homo, dicendo eidem : « Velitis, nolitis, armati venient, et obtinebunt prout alias obtinuerunt. » Et contra voluntatem ipsius domini de Gaucourt exiverunt armati villam tenentes, et iverunt ad insultum ad invadendum dictam bastiliam Augustinensium, quam ceperunt vi et violentia. Et, prout audivit dici ab eodem domino de Gaucourt, ipse fuit in maximo periculo.
  Dicit ulterius quod ipsa Johanna fuit cum rege usque ad villam Trecensem, per quam transire volebat rex ad eundum Remis pro sua coronatione habenda ; et rege exsistente ante prædictam villam Trecensem, et quum armati viderent quod non habebant victualia aliqua, et sic erant in desperatione et quasi recessu, ipsa Johanna dixit regi quod non dubitaret de aliquo et quod in crastino obtineret civitatem. Et tunc ipsa Johanna accepit vexillum suum, et eam sequebantur multi homines pedites, quibus præcepit quod quilibet faceret fasciculos ad replendum fossata. Qui multos fecerunt, et in crastinum ipsa Johanna clamavit : « Ad insultum ! » fingens ponere fasciculos in fossatis. Et hoc videntes cives Trecenses, timentes hujusmodi insultum, miserunt ad regem ad tractandum de compositione habenda cum rege. Et fuit facta compositio per regem cum civibus, et intravit rex villam Trecensem cum magno apparatu, ipsa Johanna portante vexillum suum prope regem.
  Et dicit quod paulo post rex cum sua armata exivit villam Trecensem, et ivit versus Catalaumum et deinde Remis ; et quum rex dubitaret ne forte haberet resistentiam Remis, ipsa Johanna dixit regi : « Nolite dubitare, quia burgenses villæ Remensis venient vobis obviam ; » et quod, antequam appropinquaret civitatem Remensem, burgenses se redderent. Et timebat rex resistentiam illorum de Remis quia non habebat artillerie, gallice, nec machinas ad ponendum obsidionem, si fuissent rebelles. Dicebat enim ipsa Johanna regi quod audacter procederet et quod de nullo dubitaret, quia, si vellet procedere viriliter, totum regnum suum obtineret. Dicit insuper ipse loquens quod credit quod a Deo venit, quia faciebat opera Dei, sæpe confitendo, sacramentum Eucharistiæ recipiendo quasi qualibet septimana.
  Dicit insuper ipse loquens quod, dum erat in armis et eques, nunquam descendebat de equo pro necessariis naturæ ; et mirabantur omne armati quomodo poterat tantum stare supra equum. Nec aliud scit.


Sources :
- Texte original latin : Quicherat - Procès t.III p.112 et suiv.
- Traduction: source Pierre Duparc.

Notes de Quicherat :
1 Il n'était que maître des requêtes en 1429.

Remarques J.B.J. Ayroles :
La déposition d'un personnage de si haute autorité que Simon Charles est remarquable à plusieurs points de vue. Elle exclut, ce semble, toute entente préalable entre la cour et la Pucelle avant le départ de Vaucouleurs. Jeanne est arrivée sans être attendue, ni par le roi, ni par son entourage.
Le président de la Cour des comptes insinue discrètement ce que la chronique de La Pucelle et presque tous les chroniqueurs, disent plus explicitement. La Libératrice a été contrariée par la jalousie des capitaines. Elle a trouvé son appui dans le peuple, et dans les hommes d'armes de l'armée royale, qui la suivaient malgré les capitaines. C'est patent dans le fait rapporté par Simon Charles. Le fait se passa, non pas le jour de la prise des Augustins, vendredi 6, mais le lendemain, le matin de la journée décisive de la prise des Tourelles. L'élan de la multitude finit par entraîner les chefs.
La reddition miraculeuse de Troyes, le rôle de la Pucelle dans cette soumission, que les historiens modernes dissimulent, reçoit et recevra encore une nouvelle confirmation.
Le caractère fluctuant de Charles VII se manifeste constamment. Il hésite pour donner une première audience à la jeune fille, et cela jusqu'au dernier moment; il hésite à Saint-Benoit-sur-Loire, le lendemain de la victoire de Patay: il hésite après la reddition de Troyes et craint la résistance de Reims. La Vierge doit le traîner jusqu'à la basilique du sacre.

Procès de réhabilitation
Témoins de Paris

Les dépositions :

Jean Tiphaine
Guillaume de la Chambre
Mgr Jean de Mailly
Me Thomas de Courcelles
Me Jean Monnet
Louis de Coutes
Gobert Thibault
Simon Beaucroix
Jean Barbin
Marguerite de La Touroulde
Jean Marcel
Mgr le Duc d'Alençon
Fr. Jean Pasquerel
Fr. Jean de Lenizeul
Simon Charles

Le Sire de Termes
M. Haimond de Macy
Colette Milet
Pierre Milet
Me Aignan Viole


- Les dépositions - index
 




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire