Accueil                                                         Admin
30 avril 2017  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition de Jean Monnet

  Maître Jean Monnet, professeur de théologie sacrée, chanoine de Paris, âgé de cinquante ans environ, témoin produit, reçu, juré et interrogé sur les articles avancés en cette cause, le troisième jour d'avril,

  Et d'abord interrogé sur ce qu'il sait, pour déposer et témoigner au sujet du contenu des Ier, IIe, IIIe et IVe articles, il déclare n'avoir rien su de Jeanne, ni de ses père et mère et de ses parents, avant d'être allé à Rouen avec Jean Beaupère, dont j'étais le serviteur (1). Nous y vînmes en compagnie des maîtres Pierre Maurice, Thomas de Courcelles et de plusieurs autres, qui étaient mandés pour assister au procès ; c'est alors que j'ai vu Jeanne plusieurs fois.
  Interrogé en outre sur ce qu'il sait, pour déposer au sujet du contenu des Ve, VIe, VIIe et VIIIe articles dépose qu'après que les maîtres Jean Beaupère, Thomas de Courcelles, Pierre Maurice et les autres qui avaient été mandés, furent arrivés à Rouen, le procès ne tarda pas à commencer (2); il assista à trois ou quatre séances et il écrivait les questions posées à Jeanne et ses réponses, non pas comme notaire, mais comme clerc et secrétaire de maître Jean Beaupère ; et le témoin a reconnu son écriture sur un papier du procès fait en français.(3)
  Le témoin se rappelle entre autres avoir entendu Jeanne s'adresser à lui-même, qui parle, et aux notaires, pour leur dire qu'ils ne rédigeaient pas bien, et elle leur fit faire à plusieurs reprises des corrections. Dit aussi que plusieurs fois au cours de l'interrogatoire, quand il s'agissait de questions auxquelles elle jugeait ne pas devoir répondre, elle disait s'en rapporter à la conscience de ceux qui l'interrogeaient,
pour savoir si elle devait ou non répondre. Dit en outre que le procès fut engagé contre Jeanne, parce qu'elle paraissait trop nuisible aux Anglais, et leur avait déjà fait des dommages considérables. Croit enfin que le procès fut engagé aux frais des Anglais ; mais au sujet de l'ardeur qui poussait les juges, il s'en rapporte à leur conscience.
  Sur le IXe article, il ne sait rien, sinon seulement qu'elle était détenue au château de Rouen.
  Sur le Xe article, le témoin déclare avoir entendu dire que Jeanne, pendant le procès, fut examinée pour savoir si elle était vierge ou non, et elle fut trouvée vierge ; de cela il se souvient, car on dit alors, pendant qu'on examinait sa virginité, que Jeanne avait été blessée au fondement par l'équitation.
  Interrogé en outre sur le contenu des XIe, XIIe, XIIIe et XIVe articles, il dit et déclare qu'on posait à Jeanne des questions bien difficiles, auxquelles un maître en théologie aurait répondu avec difficulté ; et il semble au témoin qu'en cela Jeanne était fort accablée. Dit aussi que pendant ce procès elle fut malade ; mais ne sait si elle reçut la visite de médecins.
  Sur le contenu des XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe articles ne sait rien ; et sur certains points s'en rapporte au procès.
  Sur le contenu des XXe et XXIe, il dit et déclare ignorer qui a fait ou forgé ces douze articles, et s'ils furent bien ou mal extraits des aveux de cette Jeanne. Sait cependant que maître Jean Beaupère se rendit à Paris et y porta ces douze articles.
  Sur le contenu du XXIIe article, il déclare seulement avoir entendu dire que certains allaient sous un déguisement s'entretenir avec Jeanne ; mais il ignore qui était celui qui agençait de telles choses.
  Sur le contenu des XXIIIe, XXIVe et XXVe articles, le témoin dit et déclare qu'il fut présent lors de la prédication faite à Saint-Ouen, et se tenait dans un ambon aux pieds de maître Jean Beaupère, son maître ; lorsque la prédication fut terminée, comme on commençait à lire la sentence, Jeanne déclara que, si elle était conseillée par des clercs voyant tout selon leur conscience, elle ferait volontiers ce qui lui serait conseillé. A ces mots l'évêque de Beauvais demanda au cardinal d'Angleterre, qui était là, ce qu'il fallait faire, étant donné la soumission de Jeanne. Le cardinal répondit alors à l'évêque qu'il devait recevoir Jeanne à la pénitence. La sentence, que l'évêque avait commencé de lire, fut alors écartée, et il reçut Jeanne à la pénitence. Le témoin vit la cédule d'abjuration qui fut alors lue, et il lui parut que c'était une petite cédule, d'environ six ou sept lignes ; et le témoin déclare bien se rappeler que Jeanne s'en rapportait à la conscience des juges, pour décider si elle devait se rétracter ou non. Dit en outre que le jour de ces événements, on disait que le bourreau se trouvait sur la place, attendant qu'elle fût livrée à la justice séculière.
  Sur le contenu des autres articles, il ne sait rien, car, dit-il, il quitta la ville de Rouen le lundi ou le dimanche précédant la mort de Jeanne. Ne sait rien d'autre.

     

  Magister Johannes Monnet, sacræ theologiæ professor, canonicus Parisiensis, ætatis L annorum, vel eocirca, testis productus, receptus, juratus et examinatus super articulis in hujusmodi causa productis, die iii. aprilis.

  Et primo, interrogatus quid ipse sciat deponere seu attestari de et super contentis in L, II., III. et IV. articulis : deponit quod de eadem Johanna, suisve patre et matre ac parentibus, nullam habuit notitiam nisi a tempore quo ipse loquens ivit Rothomagum, cum magistro Johanne Beaupère, cujus ipse loquens erat servitor, et in societate magistrorum Petri Mauricii, Thomæ de Courcellis, et plurium aliorum qui erant mandati ad interessendum processui ; durante quo processu eamdem Johannam vidit pluries.
  Item, interrogatus quid ipse sciat deponere de contentis in V., VI., VII. et VIII. articulis : deponit quod, dum ipsi magistri Johannes Beaupère, Thomas de Courcellis et Petrus Mauricii et alii mandati venerunt Rothomagum, paulo post inceptus fuit processus contra eamdem Johannam, et ipse loquens interfuit tribus vel quatuor vicibus et scribebat interrogationes factas ipsi Johannæ et responsiones ipsius, non ut notarius, sed ut clericus et servitor ipsius magistri Johannis Beaupère, et suam scripturam agnovit ipse loquens in papyro, seu processu facto in gallico.
  Et inter alia recordatur ipse loquens quod eidem Johannæ audivit dici, loquendo eidem loquenti et notariis, quod non bene scribebant, et multotiens faciebat corrigere. Dicit etiam quod pluries, in suis interrogationibus et responsionibus, dum interrogaretur super aliquibus de quibus videbatur sibi quod non debebat respondere, dicebat quod se referebat conscientiis interrogantium, an deberet respondere vel non. Dicit insuper quod processus fuit contra eam inceptus quia ipsa Johanna erat nimis præjudiciabilis Anglicis, et quod sibi jam plurima damna fecerat. Credit tamen quod expensis Anglicorum processus hujusmodi ducebatur ; sed quo zelo procedebant judicantes, se refert eorum conscientiis.
  Super IX. articulo nihil scit, nisi solum quod erat in castro Rothomagensi detenta.
  Super X. articulo deponit ipse loquens quod audivit dici quod ipsa Johanna, durante processu, fuit visitata an esset virgo vel non, et fuit inventa virgo ; et de hoc habet memoriam, quia tunc fuit dictum quod ipsa Johanna fuit læsa in inferioribus de equitando, dum visitaretur super virginitate.
  Insuper interrogatus de et super contentis in XI., XII., XIII. et XIV., dicit et deponit quod eidem Johannæ fiebant multum difficiles quæstiones et interrogationes, quibus unus magister in theologia cum difficultate respondisset, et videtur eidem loquenti quod ipsa Johanna multum gravabatur in hoc. Dicit etiam quod durante hujusmodi processu fuit infirma ; sed si fuerit visitata per medicos, nihil scit.
  De contentis in XV., XVL, XVII. et XVIII. articulis nihil scit ; et de aliquibus se refert processui.
  Super contentis in XX. et XXI. dicit et deponit quod de illis articulis nescit quis eos confecit aut fabricavit, vel si fuerint bene vel male ex confessionibus ipsius Johannæ extracti. Scit tamen quod magister Johannes Beaupère accessit Parisius, et attulit illos duodecim articulos.
  Super contentis in XXII. deponit solum quod audivit dici quod aliqui ibant locutum cum eadem Johanna, cum habitu dissimulato ; sed quis erat ille qui
talia faciebat nescit.
  De contentis in XXIII., XXIV. et XXV. articulis, dicit et deponit ipse loquens Quod ipse fuit in prædicatione facta apud Sanctum Audoenum, et erat ipse loquens in ambone, sedens ad pedes magistri Johannis Beaupere, ejus magistri ; et dum prædicatio fuit finita, cum inciperetur legi sententia, ipsa Johanna dixit quod, si esset consulta a clericis, et quod videretur conscientiis suis, ipsa libenter faceret illud quod sibi consuleretur ; et his auditis, ipse episcopus Belvacensis inquisivit a cardinali Angliæ, qui ibidem erat, quid agere deberet, attenta dictæ Johannæ submissione. Qui cardinalis tunc eidem episcopo respondit quod eamdem Johannam debebat recipere ad pœnitentiam. Et fuit tunc dimissa illa sententia quam inceperat legere, et eamdem Johannam recepit ad pœnitentiam. Et tunc vidit ipse loquens quamdam schedulam abjurationis, quæ tunc fuit lecta, et eidem loquenti videtur quod erat una parva schedula, quasi sex vel septem linearum ; et bene recordatur, prout dicit, quod ipsa se referebat conscientiis judicantium si se deberet revocare vel non. Dicit insuper quod, illo die quo fuerunt facta prædicta, dicebatur quod tortor erat in platea, exspectans quod traderetur justitiae sæculari.
  De contentis in cæteris articulis nibil scit, quia, ut dicit, recessit a villa Rothomagensi in die Lunæ vel dominica præcedente mortem ipsius Johannæ. Nec aliud scit.


Sources :
- Texte latin : Quicherat - Procès t.III p.62 et suiv.
- Traduction : source Pierre Duparc.

Notes :
1 Les étudiants s'attachaient ainsi à la personne de maîtres distingués dans le cours de leurs études, leur servant tout à la fois de secrétaire et de majordome. C'était un moyen d'alléger les frais scolaires et de se créer des protecteurs. Encore aujourd'hui des étudiants s'attachent dans le même but à des célébrités pour les écritures, ou donnent des répétitions, font des surveillances dans les collèges.

2 Pierre Duparc s'est un peu emmêlé dans la traduction de ses deux alineas. Correction apportée.

3 Preuve encore ici qu'à l'époque de la réhabilitation, les juges possédaient la totalité du dossier original en Français.
 

Procès de réhabilitation
Témoins de Paris

Les dépositions :

Jean Tiphaine
Guillaume de la Chambre
Mgr Jean de Mailly
Me Thomas de Courcelles
Me Jean Monnet
Louis de Coutes
Gobert Thibault
Simon Beaucroix
Jean Barbin
Marguerite de La Touroulde
Jean Marcel
Mgr le Duc d'Alençon
Fr. Jean Pasquerel
Fr. Jean de Lenizeul
Simon Charles

Le Sire de Termes
M. Haimond de Macy
Colette Milet
Pierre Milet
Me Aignan Viole


- Les dépositions - index
 




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire