Accueil                                                         Admin
26 juin 2017  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition de Pierre Milet.

  Pierre Milet, clerc soit greffier de l'élection de Paris (1), âgé d'environ soixante-douze ans, témoin produit, reçu, juré et par nous interrogé, en présence desdits sous-inquisiteur et notaire, le onzième jour du mois de mai,

  Et d'abord interrogé sur le contenu des Ier, IIe, IIIe et IVe articles produits en cette cause, il déclare sous serment qu'il fit la connaissance de cette Jeanne la Pucelle seulement au moment du siège mis par les Anglais devant la ville d'Orléans, ville où se trouvait le témoin avec les autres assiégés. Pendant cette période Jeanne se tint à Orléans et fut logée dans la maison de Jacques Bouchier ; elle y vivait avec sagesse, saintement et sobrement et de la manière la plus honnête, entendait la messe chaque jour avec grande dévotion, recevait très souvent le sacrement de l'eucharistie.
  Dit en outre que peu après son arrivée à Orléans, elle envoya des messagers aux Anglais qui mettaient le siège,
les somma par écrit et leur fit parvenir une petite lettre bien simplement rédigée ; le témoin en a lu le contenu, qui notifiait aux Anglais la volonté de Dieu, en ces mots, suivant son langage : « Messire vous mande que vous en alliez en votre pays; car c'est son plaisir, ou sinon je vous ferai un tel hahay... » (2)
  A propos de la prise de la bastille ou fortin de Saint-Loup, il déclare que Jeanne dormait dans la maison de son hôte, lorsque, s'éveillant subitement, elle dit que ses gens avaient à faire ; elle se fit armer et sortit de la ville, et fit proclamer que personne ne devait prendre des biens de l'église.
  Pour la bastille du pont il dépose de la même façon que sa femme.
  Dit en outre que Jeanne reprenait ceux des délinquants qu'elle connaissait, et surtout les gens d'armes quand ils blasphémaient ou juraient, ou disaient quelque blasphème. Elle renvoyait aussi les femmes qui étaient avec les hommes d'armes, et leur faisait beaucoup de menaces, pour les obliger à quitter ces hommes d'armes.
  Il croit fermement que ses œuvres et ses faits tenaient plutôt du divin que de l'humain. Il a aussi entendu le sire de Gaucourt et d'autres capitaines dire qu'elle était très savante en matière de faits d'armes ; et chacun admirait son
habileté.
  Ne sait rien d'autre.

               

  Petrus Milet, clericus seu grapharius Electorum Parisiensium, ætatis LXXII annorum, vel circiter, testis productus, receptus et per nos juratus et examinatus, in præsentia dictorum subinquisitoris et notarii, die XI. mensis maii.

  Et primo, interrogatus de contentis in I., II., III. et IV. articulis articulorum in hac causa productorum : deponit, ejus medio juramento, quod de eadem Johanna la Pucelle solum habuit nolitiam durante obsidione
posita per Anglicos ante villam Aurelianensem, in qua villa ipse loquens cum aliis erat obses. Et illo tempore durante, ipsa Johanna applicuit Aurelianis, et fuit hospitata in domo Jacobi Bouchier, in qua domo juste, sancte et sobrie et cum maxima honestate frequentabat, missam quotidie devotissime audiebat, recipiebat sæpissime sacramentum Eucharistiæ.
  Dicit ulterius quod paulo post accessum suum Aurelianis, ipsa misit ad Anglicos tenentes obsidionem ante villam, et eos summavit in scriptis, et misit quamdam schedulam bene simpliciter factam, quam legit ipse loquens, quæ in effectu continebat quod ipsa notificabat Anglicis quod voluntas Dei erat, dicendo ista verba in suo idiornate : « Messire vous mande que vous en aliez en vostre pays ; car c'est son plaisir, ou sinon je vous feray ung tel hahay..».
  De captione bastiliæ seu fortalitii Sancti Laudi, deponit quod ipsa erat dormiens in domo sui hospitis, et illico evigilans se, dixit quod gentes habebant se agere ; et fecit se armari, et exivit villam, fecitque proclamari quod nulli acciperent in ecclesia bona.
  Et pariformiter deponit de bastilia Pontis sicut uxor sua.
  Dicit ulterius quod ipsa reprehendebat illos quos cognoscebat delinquentes, et maxime armatos quando blasphemabant vel jurabant, aut blasphemias aliquas dicebant. Repellebat etiam mulieres quæ cum armatis erant, et plures minas eis inferebat ut recederent ab armatis.
  Et credit firmiter quod ejus opera et facta potius fuerunt divinitatis quam humanitatis. Audivit etiam dici a domino de Gaucourt et aliis capitaneis quod ipsa erat multum docta in armis ; et mirabantur singuli de sua industria.
  Nec aliud scit.


Sources :
- Texte original latin : Quicherat - Procès t.III p. 125 et suiv.
- Traduction: source Pierre Duparc.

Notes :
1 Clerc ou greffier des Elus de Paris.

2 Phrase restée inachevée dans tous les manuscrits.
 

Procès de réhabilitation
Témoins de Paris

Les dépositions :

Jean Tiphaine
Guillaume de la Chambre
Mgr Jean de Mailly
Me Thomas de Courcelles
Me Jean Monnet
Louis de Coutes
Gobert Thibault
Simon Beaucroix
Jean Barbin
Marguerite de La Touroulde
Jean Marcel
Mgr le Duc d'Alençon
Fr. Jean Pasquerel
Fr. Jean de Lenizeul
Simon Charles

Le Sire de Termes
M. Haimond de Macy
Colette Milet
Pierre Milet
Me Aignan Viole


- Les dépositions - index
 




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire