Accueil                                                         Admin
07 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition de Jean Riquier

  Vénérable personne messire Jean Riquier, prêtre, chapelain en l'église de Rouen et curé de l'église paroissiale d'Heudicourt, au diocèse de Rouen, âgé d'environ quarante-sept ans, témoin cité, produit, juré et interrogé,

  Sur le contenu des Ier, IIe, IIIe et IVe articles, il déclare et atteste, sous serment, savoir ce qui suit : à savoir qu'il vit cette Jeanne pour la première fois lors de la prédication faite à Saint-Ouen, et une autre fois lors de la prédication faite au Vieux Marché ; c'était une jeune fille d'environ vingt ans. Elle était, croit-il, fidèle catholique, car à son dernier jour elle demanda à recevoir le sacrement de l'eucharistie, qu'elle eut. Le témoin n'a pas eu d'autre connaissance d'elle.
  Sur le contenu des Ve, VIe, VIIe et VIIIe articles, il déclare vrai que Jeanne fut amenée en cette cité de Rouen et qu'un procès fut mené contre elle en matière de foi. Le témoin était alors choriste de l'église de Rouen, et parfois il entendait les prêtres de l'église parler de ce procès ; il entendit ainsi maître Pierre Morice et Nicolas Loiseleur et d'autres dont il ne se souvient pas, dire que les Anglais la craignaient au point de ne pas oser, elle vivante, et jusqu'à sa mort, mettre le siège devant la ville de Louviers ; il était nécessaire, pour plaire aux Anglais, de faire rapidement son procès afin de trouver l'occasion de la faire mourir. Il croit que tout ce qui fut fait, le fut à la demande et aux frais des Anglais. Le bruit courait alors que beaucoup des assesseurs à ce procès se seraient volontiers abstenus, et qu'ils venaient au procès plus poussés par la crainte qu'autrement.
  Sur le contenu du IXe article, il déclare qu'il ne vit pas Jeanne dans sa prison, car on disait que personne n'aurait osé lui parler. Sait cependant qu'elle était au château, attachée, disait-on, par une chaîne de fer, et les Anglais la gardaient.
  Sur le contenu du Xe article, il ne sait rien.
  Sur le contenu des XIe, XIIe, XIIIe et XIVe articles, il déclare et atteste ne pas avoir été présent au cours du procès, mais la voix publique était qu'on posait
à Jeanne de très difficiles questions, et qu'elle demandait un délai quand elle n'osait pas répondre. Ajoute que le procès fut conduit selon la volonté des Anglais, mais très long ; et il entendit certains dire que les Anglais étaient mécontents de telles longueurs et reprochaient à quelques personnes de ne pas aller plus vite. Déclare aussi savoir, par ouï-dire, que Jeanne répondait avec sagesse, au point qu'aucun des docteurs qui l'interrogeaient n'aurait mieux répondu.
  Sur le contenu des Ve et VIe articles, il déclare avoir entendu de certaines personnes que Jeanne prétendait ne rien vouloir dire ou affirmer contre la foi catholique.
  Sur le contenu des XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe, XXIe et XXIIe articles, il ne sait rien dire en déposition.
  Mais sur le contenu des XXIIIe, XXIVe et XXVe articles, il déclare avoir été présent à la première prédication faite à Saint-Ouen, dans laquelle il entendit entre autres maître Guillaume Érard tenir sur le roi de France de méchants propos, qu'il ne se rappelle plus exactement ; alors Jeanne intervint pour défendre le roi : « Ne parlez pas du roi, car c'est un bon catholique ; mais parlez de moi ».
  Interrogé de même sur le contenu des autres articles, il déclare sous serment qu'il assista à la prédication faite au Vieux Marché, le jour où mourut Jeanne, et il croit qu'elle mourut en catholique, comme il l'a déjà dit. Il sait qu'elle fut abandonnée par les clercs, et, aussitôt, il vit les sergents et hommes d'armes anglais la prendre et la conduire directement au lieu du supplice ; il ne vit pas que quelque sentence eût été rendue par un juge séculier.
  Il déclare aussi et atteste que maître Pierre Morice vint la voir le matin, avant qu'elle fût conduite à la prédication du Vieux Marché ; Jeanne lui dit : « Maître Pierre, où serai-je ce soir ? » Et maître Pierre répondit : « N'avez-vous pas bonne confiance en Dieu ? » Elle dit que si, et qu'avec l'aide de Dieu elle serait au paradis. Cela le témoin l'a appris dudit maître Pierre. Et, ajoute-t-il, lorsque Jeanne vit mettre le feu au bûcher, elle se mit à crier à haute voix « Jésus », et toujours, jusqu'à sa mort, elle cria « Jésus » Après sa mort les Anglais, craignant qu'on ne parlât d'évasion, dirent au bourreau de repousser un peu le feu : ainsi les assistants pourraient-ils la voir morte, et on ne raconterait pas qu'elle s'était évadée.
  Il déclare aussi que maître Jean Alépée, à cette époque chanoine de Rouen, qui se trouvait à côté de lui, témoin, prononça ces paroles, en pleurant beaucoup : « Si mon âme pouvait être là où je crois que se trouve l'âme de cette femme ! ».
  Ne sait rien d'autre sur le contenu de ces articles.

                               
  Venerabilis vir, dominus Johannes Riquier, presbyter, cappellanus in ecclesia Rothomagensi, et curatus ecclesiæ parochialis de Heudicuria, dioecesis Rothomagensis,ætatis XLVII (1) annorum, vel eocirca, testis citatus, productus, juratus et examinatus.

  Super contentis in I., II., III. et IV. articulis, dicit et deponit, ejus medio juramento, se scire ea quæ sequuntur : videlicet quod eamdem Johannam primo vidit in prædicatione facta in Sancto Audoeno, et alia vice in prædicatione facta in Veteri Foro ; et erat juvenis quasi XX annorum, vel eocirca. Et, ut credit, erat catholica et fidelis, quia in fine dierum petiit habere sacramentum Eucharistiæ, quod habuit. Nec aliam notitiam de ea habuit ipse loquens.
  De contentis in V., VI., VII. et VIII. articulis, dicit quod verum est quod ipsa Johanna fuit adducta ad hanc civitatem Rothomagensem, et contra eam processus agitatus in materia fidei. Et erat tunc ipse loquens chorarius ecclesiæ Rothomagensis, et aliquando a dominis ecclesiæ audiebat loqui de hujusmodi processu ; et inter cætera audivit dici a magistro Petro Morice et Nicolao Loyseleur, et aliis de quibus non recordatur, quod ipsi Anglici tantum timebant eam quod non audebant, ipsa vivente, ponere obsidionem ante villam de Locoveris, quousque esset mortua, et quod necessarium erat eis complacere ; quod fieret celeriter processus contra eam, et quod adinveniretur occasio mortis suæ. Et credit quod quidquid factum fuit, id actum exstitit ad intercessionem et expensas Anglicorum. Et fama tunc erat quod multi qui assistebant hujusmodi processui, libenter abstinuissent, et quod plus timore quam alias hujusmodi processui aderant.
  Super contentis in IX. articulo, deponit quod eam non vidit in carcere, quia dicebatur quod nullus audebat ei loqui. Scit tamen quod erat in castro, et, ut audivit, erat ferrata et eam custodiebant Anglici.
  De contentis in X. nihil scit.
  De contentis in XI., XII., XIII. et XIV. articulis, dicit et deponit quod non fuit in deductione processus ; sed fama erat quod ipsa Johanna interrogabatur multum difficilibus quæstionibus, et quod, quando timebat respondere, petebat dilationem. Dicit ulterius quod processus secundum voluntatem Anglicorum fuit, et multum prolixus ; et audivit ab aliquibus quod Anglici erant male contenti quod erat ita prolixus, et increpabant aliquos quare citius non perficiebant. Dicit eliamquod tunc audivit dici quod ipsa Johanna ita prudenter respondebat quod, si unus de doctoribus qui eam interrogabant respondisset, non melius respondisset.
  De contentis in XV. et XVI. articulis, dicit quod audivit dici ab aliquibus quod ipsa Johanna dixit quod nihil vellet dicere aut affirmare quod esset contra fidem catholicam.
  Super contentis in XVII., XVIII., XIX., XX., XXI. et XXII., nihil sciret deponere.
  De contentis vero in XXIII., XXIV. et XXV. deponit quod fuit præsens in prima prædicatione facta in Sancto Audoeno, in qua inter cætera audivit quod quum magister Guillelmus Erart, prædicator, diceret aliqua sinistra de rege Franciæ de quibus proprie non recordatur, ipsa Johanna dixit excusando regem Franciæ : « Nolite loqui de rege, quia est bonus catholicus ; sed loquamini de me. »
  Item, interrogatus de contentis in cæteris articulis, deponit, ejus medio juramento, quod ipse fuit præsens in prædicatione facta in Veteri Foro, die obitus ipsius Johannæ, quam credit tunc catholice decessisse, ut jam dixit. Et scit quod fuit derelicta a viris ecclesiasticis, et statim vidit quod clientes et Anglici armati eam ceperunt et directe ad locum supplicii eam duxe runt ; nec vidit quod aliqua sententia fuerit lata a judice sæculari.
  Dicit etiam et deponit quod magister Petrus Mauricii eam visitavit de mane, antequam ad prædicationem factam in Veteri Foro duceretur ; cui ipsa Johanna dixit : « Magister Petre, ubi ego ero hodie de sero ? » Et ipse magister Petrus respondit : « Nonne habetis vos bonam spem in Domino ? » Quæ dixit quod sic, et quod, Deo favente, esset in Paradiso ; et quæ audivit a magistro Petro prædicto. Dicit etiam quod dum ipsa Johanna vidit apponere ignem in lignis, ipsa incepit clamare voce magna Jhesus ! et semper, quousque fuit in exitu, clamavit Jhesus ! Et dum fuerit mortua, quia Anglici dubitabant ne diceretur quod evasisset, dixerunt tortori quod modicum retrocederet ignem, ut adstantes possent eam videre mortuam, ne diceretur quod evasisset.
  Dicit etiam quod magister Johannes Ad-Ensem, qui erat tunc temporis canonicus Rothomagensis, erat juxta loquentera ; cui audivit dici talia verba, mirabiliter lacrimando : « Utinam anima mea esset in loco in quo credo animam istius mulieris ! »
  Nec aliud scit de contentis in eisdem articulis.


Sources :
- Texte latin original : Quicherat - Procès t.III p.191 et suiv.
- Traduction : source Pierre Duparc.

Notes :
1 Manuscrits ND. quadraginta sex.

Voir déposition 1452.



Procès de réhabilitation
Rappel des témoins de Rouen en 1456.

Les dépositions :

Fr. Pierre Miget
Me Guillaume Manchon
Me Jean Massieu
Me Guillaume Colles
Fr. Martin Ladvenu
Me Nicolas de Houppeville
Mgr Jean Lefèvre
M. Jean Lemaire
Me Nicolas Caval
Pierre Cusquel
Me André Marguerie
Mauger Leparmentier
Laurent Guesdon
M. Jean Riquier
Jean Moreau
Me Nicolas Taquel
Husson Lemaistre
Pierre Daron
Frère Seguin


Lyon :
Jean d'Aulon

- Les dépositions - index




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire